Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’Italie magique de Massimo Bontempelli, textes recueillis et présentés par Jacqueline Spaccini et Viviana Agostini-Ouafi

 « Transalpina », N° 11, Presses Universitaires de Caen, 2008.
Riccardo Donati
p. 531-532
Référence(s) :

L’Italie magique de Massimo Bontempelli, textes recueillis et présentés par Jacqueline Spaccini et Viviana Agostini-Ouafi, « Transalpina », N° 11, Presses Universitaires de Caen, 2008.

Texte intégral

1Le numéro 11 de la revue Transalpina est consacré à l’œuvre éclectique et multiforme de Massimo Bontempelli, dont l’importance a été trop souvent sous-estimée au cours du Vingtième siècle, à l’exception près de quelques critiques comme Giacomo Debenedetti ou Luigi Baldacci, qui en 1978 signa l’édition des Opere Scelte pour la prestigieuse collection Meridiani. Les chercheurs qui ont participé à ce volume proposent de redécouvrir l’ensemble des écrits de Bontempelli dans une perspective non seulement italienne mais mondiale, la modernité surprenante de son style permettant – telle est la suggestion de Jacqueline Spaccini et Viviana Agostini-Ouafi dans leur Introduction – de le considérer à juste titre comme un précurseur de certains auteurs internationaux aujourd’hui très réputés, tels que Gabriel García Márquez ou Paul Auster. Le volume se caractérise par une grande richesse des contributions, en rassemblant plusieurs interventions consacrées à différents aspects de la personnalité de Bontempelli, de la particularité de son écriture à la complexité de sa vision du monde, animée par une volonté précise de refuser autant que possible toute compromission avec l’imperfection de l’histoire. Particulièrement intéressantes certains lectures ponctuelles de quelques textes mineurs de Bontempelli, relus à partir de perspectives critiques inédites ou du moins peu courantes. Simona Cigliana, par exemple, dans son article se sert des Colloqui col Neosofista, un livre inédit en France, pour éclairer certains aspects de la pensée de Bontempelli, notamment en ce qui concerne son adhésion ambiguë au fascisme. Très intéressantes sont aussi les analyses croisées de Mariella Colin, Sanja Roíc et Marie-José Tramuta. Alors que Mariella Colin s’interroge sur les rapports entre La scacchiera davanti allo specchio et Through the looking glass de Lewis Carroll, Sanja Roíc compare le discours sur Verdi de Bontempelli avec Verdi uomo quercia de Alberto Savinio. Pour sa part, Marie-José Tramuta revient sur l’association, suggérée par Eugenio Montale, entre la comédie Nostra Dea de Bontempelli et l’Ève Future de Villiers de l’Isle-Adam, sans négliger de souligner quels sont les rapports de cette pièce avec le théâtre de Pirandello et l’esthétique de Marinetti. En tant que spécialiste du roman policier, dans son article Delitto e castigo a Valòria Luca Somigli offre une lecture de La famiglia del fabbro comme une sorte de polar « manqué », derrière lequel se cacherait une amère étude de mœurs, à saveur satyrique. Remarquables sont enfin les articles de Jacqueline Spaccini et Simona Storchi sur les écrits que Bontempelli a consacrés aux arts plastiques. Il en résulte l’image d’un Bontempelli qui, tout en se croyant incompétent, se révèle en réalité fin connaisseur de la peinture figurative de son époque, dont il pense qu’elle devrait s’inspirer des atmosphères métaphysiques du Quattrocento toscan, apogée d’une conception du réel fondée sur une rationalité magique, sur une géométrie du merveilleux capable de pénétrer le mystère du monde. La même conception de la création se trouve au centre des écrits parus sur la revue Quadrante, où l’écrivain sollicite le développement d’une architecture rationaliste et anti-décorative, dont la simplicité et la fonctionnalité permettraient de récupérer le vrai sens du naturel, afin d’atteindre les caractères originaux du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Riccardo Donati, « L’Italie magique de Massimo Bontempelli, textes recueillis et présentés par Jacqueline Spaccini et Viviana Agostini-Ouafi », Italies, 13 | 2009, 531-532.

Référence électronique

Riccardo Donati, « L’Italie magique de Massimo Bontempelli, textes recueillis et présentés par Jacqueline Spaccini et Viviana Agostini-Ouafi », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/4173

Haut de page

Auteur

Riccardo Donati

Université de Florence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org