Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Francesco Pona, La Messalina. Introduction, notes et traduction de Jean-François Lattarico

Saint-Etienne, PUSE, Coll. Les Translatives, 2009, 106 p.
Sylvain Trousselard
p. 532-535
Référence(s) :

Francesco Pona, La Messalina. Introduction, notes et traduction de Jean-François Lattarico, Saint-Etienne, PUSE, Coll. Les Translatives, 2009, 106 p.

Texte intégral

1Le récent ouvrage que nous propose notre collègue Jean-François Lattarico, reprend un texte peu connu de l’œuvre de Francesco Pona : La Messalina, publiée en 1633 dans sa version augmentée (note sur le texte et la traduction, p. 47). Francesco Pona s’inspire des Annales de Tacite et adapte l’histoire de Messaline au genre romanesque. Cette histoire de Messaline inscrit le roman dans une tradition connue au XVIIe siècle qu’est le « roman historique » et dont Pona est l’initiateur en Italie. Il est d’ailleurs fort intéressant de constater, à la lecture du texte, la position du narrateur qui, par son mode d’inscription, par ses procédés de prolepses et d’analepses, sollicite en permanence son lecteur. L’anecdote, connue de tous, ou présentée comme telle, sert ainsi un autre objectif, celui de fustiger les vices de l’impératrice érotomane, épouse de l’Empereur Claude et mère de Britannicus.

2Jean-François Lattarico, parallèlement à son merveilleux travail de traduction, débute son ouvrage par une introduction, peut-être un peu longue, mais cependant fort utile et indispensable pour les non spécialistes, dans laquelle il explique très précisément, et surtout très clairement, la place du roman au XVIIe siècle en Italie. L’introduction est ainsi articulée en cinq parties bien distinctes, abordant tour à tour les origines du genre romanesque, certains aspects de la formation intellectuelle de Francesco Pona, le mythe de Messaline revisité, la position de ce roman comme premier du genre « historique » dans la production de l’époque et enfin les aspects pathologiques de la protagoniste.

3Après un exposé très éclairant sur le roman au XVIIe siècle, Jean-François Lattarico s’attarde dans un second temps à souligner l’importance de la formation médicale de Pona effectuée à Padoue. Cette caractéristique de l’auteur se retrouve d’ailleurs régulièrement dans le roman, la traduction ne manque d’ailleurs pas de mettre en valeur ces éléments spécifiques. Le traducteur revient également sur le mythe de Messaline qui n’a pas laissé indifférent les historiens et autres chroniqueurs. C’est donc naturellement que cet épisode de l’histoire romaine se trouve souvent utilisé à des fins moralisantes (le traducteur ne manque pas de signaler certaines productions sur cet aspect, pp. 25-28). Le point d’ancrage historique de référence demeure de loin, pour ce qui est de Francesco Pona, les Annales de Tacite – d’ailleurs parfois largement paraphrasées – que le traducteur signale de manière très régulière dans ses notes à la traduction. Il ne s’agit donc certainement pas d’une simple traduction puisque tout le texte se trouve amplement annoté.

4Les recherches menées par J.-F. Lattarico sur le roman historique au XVIIe siècle, à la fois sérieuses et largement documentées, donnent à découvrir et à comprendre le projet de Francesco Pona, la place qu’il occupe dans le panorama littéraire de l’époque et en particulier au sein de l’Accademia degli Incogniti à laquelle il appartenait. Le roman se construit donc sur la tradition historique issue de Tacite, comme cité plus haut, mais également sur les Satires de Juvénal (la sixième en particulier, p. 32), inscrivant un narrateur extradiégétique et omniscient qui n’hésite pas à commenter son propre discours et à solliciter son lecteur pour l’inciter à la réflexion et insérant dès lors des pauses dans la diégèse ; pauses propices à la méditation, parallèle au récit, où l’effet de réel, pour reprendre la formulation de Roland Barthes (p. 33), devient palpable et où la recherche de vraisemblance diégétique (p. 39) devient également un véritable projet de la part de Pona. L’objectif est dès lors didactique ; il est illustré par des formulations sentencieuses (p. 37) où l’hyperréalisme médical (p. 39) vient renforcer le récit proprement dit.

5Le roman tout entier, parallèlement au récit de l’existence de Messaline, revêt une autre dimension à travers la diégèse qui s’articule exclusivement autour de deux instances : le narrateur et la protagoniste. Messaline est l’objet exclusif du discours, tout se concentre sur son comportement, son corps et son esprit : chacun des éléments créant un écho chez les autres. Pona, grâce à son approche délibérément médicale, propose à la fois un récit historique et la présentation d’une pathologie, comme le démontre d’ailleurs parfaitement le traducteur dans son introduction.

6Le travail effectué par Jean-François Lattarico dans son introduction, est essentiel et surtout très éclairant. Complet et clair dans son exposé, il permet une lecture très agréable et constructive du genre romanesque et plus particulièrement historique.

7Le travail de traduction en lui-même est à la hauteur de l’introduction. J.-F. Lattarico traduit, ce qui représente déjà un exercice difficile, mais il parvient à rendre son texte autonome faisant ainsi oublier qu’il s’agit d’une traduction. Il s’approprie le texte et la parfaite compréhension qu’il en a, permet de créer un ensemble, un texte, à la fois facilité dans sa lecture, riche de références et très intelligent dans ses choix lexicaux.

8La bibliographie, enfin, proposée comme « sommaire », est effectivement volontairement très brève afin de ne livrer que les pistes essentielles de travail.

9La traduction de La Messaline de Francesco Pona par Jean-François Lattarico est la seconde publication de la nouvelle collection des PUSE intitulée « Translatives ». Elle vient combler un manque flagrant au sein de l’édition française, celle de textes moins connus et dont l’intérêt littéraire reste néanmoins essentiel à notre culture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Trousselard, « Francesco Pona, La Messalina. Introduction, notes et traduction de Jean-François Lattarico », Italies, 13 | 2009, 532-535.

Référence électronique

Sylvain Trousselard, « Francesco Pona, La Messalina. Introduction, notes et traduction de Jean-François Lattarico », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/4177

Haut de page

Auteur

Sylvain Trousselard

Université Jean Monnet – Saint-Etienne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org