Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jacqueline Spaccini, Sotto la protezione di Artemide Diana. L’elemento pittorico nella narrativa italiana contemporanea (1975-2000)

Soveria Mannelli, Rubbettino, 2008, 341 p.
Ilaria Splendorini
p. 537-538
Référence(s) :

Jacqueline Spaccini, Sotto la protezione di Artemide Diana. L’elemento pittorico nella narrativa italiana contemporanea (1975-2000), Soveria Mannelli, Rubbettino, 2008, 341 p.

Texte intégral

1Ce bel ouvrage de Jacqueline Spaccini, au titre évocateur, se propose d’analyser la présence et les fonctions de l’élément pictural dans le roman italien des trente dernières années, comme le précise d’entrée de jeu le sous-titre. L’intérêt que représente un tel domaine de recherche se justifie avant tout par l’essor et le développement considérable de ce phénomène littéraire sur le marché éditorial italien et étranger.

2Cinq chapitres déclinent les différentes formes et fonctions que revêt tour à tour l’élément pictural. Dans le premier, qui a pour titre « Tra omaggio e (auto)biografismo », l’écrivain qui choisit comme personnage de roman un peintre – dont il se propose, en guise d’hommage, de retracer la biographie – projette malgré lui son ombre auctoriale sur ce dernier : c’est le cas notamment de l’Artemisia d’Anna Banti. Dans « Il romanzo a matrice pittorico-ontologica », les peintres protagonistes des romans de Consolo et Rebulla incarnent une sorte d’éthique du désespoir : le tableau palermitain de Raphaël, Lo spasimo di Sicilia, devient de ce fait une subtile métaphore du roman consolien, des affres et de l’impuissance dont est victime l’écrivain. La troisième section, « Le frontiere del giallo : regole e deroghe », aborde le roman policier « a matrice pittorica » : par delà les hybridations et les contaminations dont le genre policier est coutumier, l’élément pictural constitue ici l’axe autour duquel s’articule la diégèse, l’indice – tour à tour ironique, mystique, parodique ou mystérieux – nécessaire à la résolution de l’énigme. Dans « La compresenza del sogno e del gioco nella metànoia del falso », les tableaux évoqués respectivement dans Sogni di sogni e I volatili del beato Angelico de Tabucchi, Il sogno di Walacek de Orelli et Oceano mare de Baricco ne sont pas seulement narrativisés, engendrant à leur tour des histoires, ils font l’objet d’interprétations oniriques ou ludiques de la part des personnages : le rêve du peintre rêvant ses tableaux n’est en dernière instance qu’un jeu, celui auquel l’auteur se livre avec ses propres lecteurs. Dans le dernier chapitre, « Nel museo », le musée devient l’espace diégétique dans lequel évoluent les personnages de Il gioco del rovescio et Requiem de Tabucchi, ainsi que d’une nouvelle de Del Giudice, Nel museo di Reims. Le contexte iconique du musée (que Jacqueline Spaccini qualifie de “pinacotesto”) est tantôt un théâtre animé par les tableaux plus que par les personnages eux-mêmes, tantôt un labyrinthe muet où les indices disséminés ça et là par l’auteur constituent un rituel d’initiation devant conduire le lecteur attentif au mystère inhérent à toute création littéraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilaria Splendorini, « Jacqueline Spaccini, Sotto la protezione di Artemide Diana. L’elemento pittorico nella narrativa italiana contemporanea (1975-2000) », Italies, 13 | 2009, 537-538.

Référence électronique

Ilaria Splendorini, « Jacqueline Spaccini, Sotto la protezione di Artemide Diana. L’elemento pittorico nella narrativa italiana contemporanea (1975-2000) », Italies [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/4186

Haut de page

Auteur

Ilaria Splendorini

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org