Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jacqueline Brunet, Grammaire critique de l’italien

Saint-Denis, PUV, Université Paris 8-Vincennes, volume 16, Le verbe 4. Modes et temps, 2008, 322 p.
Sophie Saffi
p. 497-500
Référence(s) :

Jacqueline Brunet, Grammaire critique de l’italien, Saint-Denis, PUV, Université Paris 8-Vincennes, volume 16, Le verbe 4. Modes et temps, 2008, 322 p.

Texte intégral

1Ce seizième volume de la série vient clore un ensemble consacré au verbe, qui a débuté avec les observations morphologiques du volume 13, s’est poursuivi avec le volume 14 sur l’emploi des modes et des temps dans les propositions complétives, et s’est prolongé avec le volume 15 reprenant la même étude sur les autres types de subordonnées. Le présent volume s’attache à relever les particularités de la langue italienne dans l’emploi des modes et des temps, essentiellement dans les propositions indépendantes. Les quatre premiers chapitres abordent l’indicatif, le subjonctif, le conditionnel et l’impératif. Les quatre chapitres suivants sont consacrés à l’infinitif, au participe passé, au participe présent et au gérondif. Dans l’introduction, Jacqueline Brunet précise qu’elle s’est conformée à la terminologie traditionnelle des grammaires, descriptives et à visée pédagogiques, sur lesquelles elle a travaillé, bien qu’elle la juge peu satisfaisante. Elle évacue ainsi le débat sur la répartition entre les catégories des modes et des temps, la discussion sur les modes nominaux du verbe, et la polémique sur la terminologie appliquée à ce domaine (pp. 7-8).

2Ce volume 16 est un trait d’union entre deux ensembles, il parachève l’étude du verbe et ouvre un nouveau sujet de recherche : les prépositions. La deuxième partie est consacrée aux « tours qui n’ont pas d’équivalents exacts en français, dans l’expression du temps présent, passé et à venir, dans la façon d’indiquer une date, l’heure, l’âge » avec l’étude de l’emploi des adverbes de temps et des locutions temporelles, de certaines locutions verbales (stare per, essere per, andare a), de plusieurs substantifs, de l’adjectif indéfini ogni, de l’article défini et de nombreuses prépositions.

  • 1  Jacqueline Brunet, op. cit., volume 1, Le pluriel, 1978, Introduction, p. XXI.
  • 2  Jacqueline Brunet, op. cit., volume 2, L’article, 1979, Avant-propos.

3Ce volume s’insère dans la tradition de la série avec une perspective descriptive et critique. « Nous sommes partie des règles. Celles que donnent les grammaires traditionnelles, scolaires ou universitaires, élémentaires ou érudites ; celles aussi que fournissent implicitement les dictionnaires, et nous les avons confrontées avec le réel de la langue »1. La description s’appuie sur un corpus de la langue écrite constitué de phrases extraites de romans, d’ouvrages théoriques et critiques, de manuels, de journaux ou de magazines.2.Un choix méthodologique que l’auteur défend, dans l’introduction du premier volume de la série, en ces termes :

  • 3  Jacqueline Brunet, op. cit., volume 1, Le pluriel, 1978, Introduction, pp. XXII- XXIII.

4Notre description critique se fonde donc sur l’usage des italophones, ou plus exactement sur des usages, ceux que les italophones, contemporains pour la plupart, ont fait de leur langue. C’est dire que la décision que nous avons prise de n’emprunter nos exemples qu’à la langue écrite ne signifie en aucune façon que nous aurions voulu, à la manière des grammaires normatives, privilégier qualitativement la langue écrite comme seule grammaticale et défendre un “bon usage” dont nous avons montré l’illégitimité linguistique au début de cette introduction. […] Nous avons, chaque fois que nous l’avons pu, multiplié les exemples qui infirment une même règle ou ne la confirment pas complètement, sans craindre les redondances, en supposant que cette multiplicité devait être le signe qu’une régularité inaperçue se cachait sous l’irrégularité apparente, et non dans le but de recenser et de multiplier des exceptions comme autant de pièces rares.3

  • 4  Cité à nombreuses reprises dans l’introduction du volume 1.

5La série s’intitule Grammaire critique de l’italien car l’auteur s’efforce de mettre en lumière les insuffisances des formulations des grammaires normatives et de souligner les contradictions entre les différentes grammaires, en rassemblant les items d’un corpus dont l’enjeu n’est pas le classement mais la réunion d’indices : « Il ne s’agit donc pas ici d’une collection purement taxinomique pour l’amour du classement, mais d’une collection critique, destinée à faire apparaître l’insuffisance ou la non pertinence des classements traditionnels, dont les critères sont souvent très mal déterminés ». L’impression de lecture est celle d’une grande liberté offerte au lecteur et au futur utilisateur, qu’il soit en accord ou en désaccord avec certaines remarques ou avec des choix de présentation, la liberté de faire le pas suivant, de tirer ses propres conclusions et d’élaborer ses hypothèses. Cette série est importante au regard des réactions qu’elle suscite et du débat scientifique qu’elle alimente de ses exemples. Ces 16 volumes de corpus représentent un outil indispensable aux comparatistes et aux linguistes qui cherchent à appréhender les systèmes et les systématiques profondes de la langue. Si, en 1978, Jacqueline Brunet est largement inspirée des théories chomskyennes4, en 2008, la guillaumienne que nous sommes a souvent recours à ses corpus, sans que nos principes méthodologiques en aient à pâtir.

  • 5  Jacqueline Brunet, op. cit., volume 1, Le pluriel, 1978, Introduction, p. V.

6Il y a trente ans, l’auteur dépassait une division – pas toujours fertile – qui opposait synchronie et diachronie. Elle entamait un immense travail de compilation de corpus de(s) italien(s) écrit(s). L’actuel – et justifié – engouement pour l’italien oral et les corpus oraux ne doit pas nous détourner des travaux sur la langue écrite, car c’est, ici aussi, de la complémentarité des approches que naîtront les hypothèses les plus séduisantes. Des progrès sur le plan des théories linguistiques que l’auteur appelle de ses vœux, car ils sont à ses yeux l’une des conditions de la réussite pédagogique5.

7Ajoutons, pour conclure, que Jacqueline Brunet n’emploie pas le nous de modestie mais un nous pluriel renvoyant à la « réflexion collective » menée avec ses étudiants. Elle souligne dans l’avant-propos du volume 16, comme elle le rappelle dans chaque tome, ce lien fort entre ses activités d’enseignement et de recherche. En cette période de remise en cause statutaire, il est des vérités qu’il faut savoir dire et redire.

Haut de page

Notes

1  Jacqueline Brunet, op. cit., volume 1, Le pluriel, 1978, Introduction, p. XXI.

2  Jacqueline Brunet, op. cit., volume 2, L’article, 1979, Avant-propos.

3  Jacqueline Brunet, op. cit., volume 1, Le pluriel, 1978, Introduction, pp. XXII- XXIII.

4  Cité à nombreuses reprises dans l’introduction du volume 1.

5  Jacqueline Brunet, op. cit., volume 1, Le pluriel, 1978, Introduction, p. V.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Saffi, « Jacqueline Brunet, Grammaire critique de l’italien », Italies, 12 | 2008, 497-500.

Référence électronique

Sophie Saffi, « Jacqueline Brunet, Grammaire critique de l’italien », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/4209

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org