Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La critique littéraire du XXe siècle en France et en Italie, volume collectif

Presses Universitaires de Caen, 2007, 330 p.
Yannick Gouchan
p. 500-504
Référence(s) :

La critique littéraire du XXe siècle en France et en Italie, volume collectif, Presses Universitaires de Caen, 2007, 330 p.

Texte intégral

1Ce volume présente les actes d’un colloque organisé les 30 mars et 1 avril 2006, à l’Université de Basse-Normandie de Caen, par l’équipe de recherche de l’IREFI (Identités, représentations, échanges : France-Italie). Les actes ont été édités par les soins de Mariella Colin et Stefano Lazzarin.

2Six axes complémentaires organisent le volume avec une ving-taine de contributions de spécialistes français et italiens pour dresser un état des lieux de la critique littéraire du siècle dernier et ses échos dans la critique actuelle.

3Une première partie est constituée par l’axe « traduction-réception », pour proposer deux recherches sur les problèmes liés au passage de la littérature entre les langues. Viviana Agostini-Ouafi étudie la notion de « bi-texte » dans toute sa complexité, à savoir « le texte formé par l’original et sa traduction ». Elle met en lumière les implications et les enjeux du rapport entre deux textes dans le discours critique depuis les années soixante jusqu’à aujourd’hui, en se concentrant particulièrement sur les écrits de Mounin (Teoria e storia della traduzione) et de Eco (Dire quasi la stessa cosa). Anne-Rachel Hermetet quant à elle fait un état des lieux des études comparatistes de réception en France, depuis le bilan dressée en 1983 par Chevrel. Son article montre les évolutions de ces études et apporte des éclaircissements sur la terminologie, avec la relation entre « réception » et « influence », et la complémentarité des études comparatistes de réception avec d’autres disciplines de recherche.

4La deuxième partie s’intéresse à la relation entre théorie littéraire et sciences humaines. Pierluigi Pellini effectue un retour sur la critique thématique qui a « pris sa revanche contre les anathèmes structuralistes ». Il pose la question de la correspondance supposée entre critique thématique et critica tematica à partir de cinq « paradoxes » : la critique thématique dans les courants du XXe siècle, le rôle de l’interprétation dans la critique thématique, l’approche textuelle et intertextuelle, le problème des études littéraires face aux sciences humaines, et la notion de thématisation. Mario Domenichelli revient sur deux figures fondamentales de l’anthropologie littéraire, Michel Foucault et Clifford Geertz, ainsi que leur filiation chez les nouveaux historiens américains. Il analyse la notion d’histoire nouvelle et ses émanations dans la critique littéraire, et explique la définition de la culture par Geertz, comme « spiderwebs », ou « réseau d’interrogations infinies, d’interprétations virtuelles et simultanées, et de conflits d’interprétation ». Aldo Nemesio réfléchit pour sa part sur les méthodes de l’anthropologie littéraire, avec la nécessaire collaboration au sein d’équipes de recherche, eu égard à la pluralité des compétences requises. Il expose ces méthodes et leur champ d’investigation avec des frontières qui s’élargissent sans cesse. Ce type de méthode tente de dépasser les études littéraires comme phénomène clos pour les envisager comme processus multiforme.

5La troisième partie définit la notion de canon littéraire face à la critique. Claude Cazalé Bérard se penche sur les figures féminines de la critique littéraire italienne contemporaine, en montrant la relation entre poétique et discours critique dans l’écriture féminine. Elle évoque les figures de Alerami, Morante, Campo, Ortese et Corti, tout en démontrant à quel point leur réflexion fut originale et anticonformiste, comparable à celle d’autres noms prestigieux comme Woolf ou Bachmann. Roger Bozzetto traite de l’origine des théories du genre fantastisque, en articulant les textes théoriques et la production littéraire. Dans une démarche diachronique qui part du milieu du XIXe siècle, il suit les étapes de la constitution d’un genre qui de « conception intellectuelle » devient peu à peu « sentiment face à la réalité » (Cortàzar). Mariella Colin, enfin, revient sur la littérature enfantine dont elle est spécialiste. Ce « genre » est mis en perspective dans l’histoire de la critique littéraire, considérée comme révélatrice de la perception de la littérature enfantine à travers le temps. Depuis sa définition comme « art pour l’enfance », puis après son exploitation par la propagande fasciste, et une relégation dans le « ghetto pédagogique » pendant les années soixante-dix, la littérature pour enfants est aujourd’hui revisitée dans un réseau culturel plus large et avec de nouvelles perspectives.

6La quatrième partie de l’ouvrage propose trois contributions italiennes sur la pratique actuelle de la théorie littéraire. Remo Ceserani étudie le rapport entre théorie et pratique en montrant sa stérilité ou bien sa richesse dans le débat américain contemporain, il cite notamment Roger Shattuck qui a une conception absolue de la littérature face à l’actuel « relativisme culturel » qui lui est opposé. Edoardo Esposito a choisi de s’arrêter sur un domaine particulier de la critique littéraire, la poésie, et plus précisément la théorie de la versification en Italie, depuis l’assimilation des nouveautés françaises dans les années soixante-dix. Les résultats de cette assimilation montrent la nécessité de reconsidérer la théorie de la versification, au-delà d’un parcours historique, en analysant la spécificité du rapport entre langue, son, mètre, rythme, sens, ainsi que la prise en compte de la musicalité du vers. Romano Luperini parle de la critique comme dialogue et non plus comme science de la littérature, depuis le post-structuralisme. Il revient sur le courant herméneutique et le rôle du lecteur, à partir des travaux de Bakhtine et Gadamer. La notion de dialogue est dès lors associée à celle de conflit.

7La cinquième partie fait le point sur le courant structuraliste et ses implications. Andrea Inglese s’interroge sur la façon dont un grand critique italien, Segre, a reçu le structuralisme français à partir de 1965 avec Strutturalismo e critica puis avec la revue Strumenti critici. Il rappelle comment s’est nourri le dialogue entre Segre et le courant français, par une correction italienne du structuralisme grâce à la sémiotique de Lotman. Massimo Fusillo convoque une autre grande figure de la critique, Genette. Son article parcourt le discours genettien en mettant en évidence deux axes ou deux tendances : une attitude systématique qui aboutit au classement taxinomique, et la conscience de la précarité de la notion de littérature et de critique, sous-tendue par l’auto-ironie. Stefano Lazzarin présente une troisième grande figure du structuralisme, Todorov. Il montre comment Todorov a tenté de sortir de la révolution structuraliste et analyse son essai capital sur la littérature fantastique, en prenant en compte la question de l’autre, à partir de la lecture de Bakhtine. Davide Luglio, quant à lui, traite d’un autre aspect du structuralisme, le déconstructionnisme, étrangement absent dans la critique littéraire italienne. Les raisons de ce vide de réception en Italie sont exposées en rappelant l’importance de la notion de post-moderne pour les Italiens.

8La sixième partie touche le délicat problème du rapport entre la critique et la psychanalyse. Fabrice Wilhem effectue une métacritique autour de la question de l’envie. Il explore la relation entre le créateur et le critique dans la critique psychanalytique, en se demandant finalement si ceux qui décrient ce type de critique ne l’envient pas en fin de compte. Giuseppe Sangirardi prend comme point de départ l’ouvrage de Petronio sur les aberrations de la critique psychanalytique (Il sesso ossessivo). Il montre la méfiance de la critique italienne à l’égard de la psychocritique tout en rappelant l’importance des travaux d’Orlando ou Gioanola dans un « milieu hostile ».

9La dernière partie de ce riche parcours dans la critique littéraire concerne la sémiotique. Denis Ferraris étudie le Calvino théoricien et critique, un libre penseur durant les années parisiennes et le contact avec Barthes. L’auteur de l’article évalue l’influence sur Calvino de la théorie du texte, dans le courant structuraliste, à savoir la future narratologie. Christine Baron poursuit les réflexions sur Calvino et l’espace du romanesque. Elle définit la notion de pensiero debole de Vattimo, comme « pensée alternative au mondo non scritto, et dubitative sur ce que peut la littérature ». Roberto Pellerey revient sur les premières recherches narratologiques et sémiologiques, comme science autonome. Il explique la spécificité de cette science et son intérêt pour l’étude des textes littéraires. Pour finir, Nicolas Bonnet analyse la réception de l’œuvre critique de Eco en France, pour clarifier certains malentendus et éviter les caricatures. Depuis Opera aperta il retrace la lecture française de la pensée de Eco jusqu’aux derniers essais, en se penchant notamment sur « l’irréductibilité de l’œuvre à la somme de ses lectures » et sur le rapport entre lecteur et auteur.

10La grande variété des axes de réflexion et la richesse des contributions font de cet ouvrage collectif un instrument tout à fait essentiel dans le dialogue critique littéraire de part et d’autre des Alpes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « La critique littéraire du XXe siècle en France et en Italie, volume collectif », Italies, 12 | 2008, 500-504.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « La critique littéraire du XXe siècle en France et en Italie, volume collectif », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/4211

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org