Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Antonio Gagliardi, La donna mia. Filosofia araba e poesia medievale

Soveria Mannelli, Rubbettino, 2007, 227 p.
Sylvain Trousselard
p. 504-506
Référence(s) :

Antonio Gagliardi, La donna mia. Filosofia araba e poesia medievale, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2007, 227 p.

Texte intégral

1Le présent volume, signé Antonio Gagliardi, enseignant et chercheur à l’Università degli Studi de Turin, entre dans le cadre d’un vaste programme de recherche consacré à l’influence de la philosophie arabe au sein de la production littéraire médiévale, et plus largement au sein de la culture occidentale. À travers plusieurs exemples littéraires précis dont Il mare amoroso, la production de Guittone d’Arezzo et celle de Dante, il expose de quelle manière s’est produite la rupture aux XIIe et XIIIe siècles et comment elle renversa la rationalité, aboutissant à une vision nouvelle de l’homme et du monde. C’est à travers l’Espagne, au XIIe siècle, qu’ont transité la pensée d’Avicenne et celle d’Averroès et, en particulier, le commentaire d’Aristote rédigé par ce dernier. Chacun sait que, par la suite, la cour de Frédéric II de Hohenstaufen, installée à Palerme, constituera le point de départ d’une diffusion des textes antiques et de la pensée arabe. Antonio Gagliardi rappelle ainsi l’itinéraire intellectuel effectué durant le Moyen Âge en exposant, de manière très explicite et très claire, les étapes de l’intégration de cette pensée au sein de la culture et de la littérature occidentales.

2On pourra regretter, dans cet ouvrage, un sommaire un peu trop laconique et l’absence d’une bibliographie raisonnée. Cette étude est effectivement très autonome et manque sans doute d’un appareil de notes qui aurait satisfait plus encore la curiosité du lecteur. Ces “défauts” sont cependant trop minces pour que l’on puisse porter un jugement négatif, car cette contribution fort intéressante propose une étude précise et fine de cet aspect, trop souvent négligé, de la culture médiévale.

3Antonio Gagliardi, dans son introduction, trace un cadre général (qui reprend la tradition à la fois historique, culturelle et littéraire) dont le but est de porter le lecteur à une meilleure compréhension du contexte et de le préparer aux analyses spécifiques et précises que l’auteur expose ensuite. On prend ainsi conscience du fait que l’expression littéraire et poétique entre dans un cadre plus large dans lequel la philosophie d’Averroès propose « la possibilité de s’élever au divin par des moyens spécifiquement humains » (p. 8). La mutation culturelle qui a lieu à la cour palermitaine est le point de départ d’une tradition qui sera ensuite reprise en Italie centrale. La disparition de la dimension curiale de la production courtoise, surtout si on prend en considération la tradition des troubadours provençaux, introduit une relation nouvelle entre l’homme et la dame. Cette phénoménologie de l’amour, comme le souligne Antonio Gagliardi, se voit réorganisée à travers la philosophie qui, par ailleurs, réoriente ces catégories en attribuant à l’amant une finalité qui n’est plus strictement humaine. Le je devient la représentation intellectuelle du poète et figure le réel ; l’expression de la personne devient dès lors une parabole à travers un pacte de connaissance entre le poète et la personne qui s’exprime au sein des compositions. Les poètes proposent alors une condition intellectuelle à réaliser, une condition idéale en devenir, le tout de manière universelle. Averroès transmet ainsi le cadre doctrinal à travers lequel l’intellect agissant devient la finalité du désir de l’homme, tout comme celle qui aime désire l’être aimé. L’homme doit s’élever et tendre à la perfection, le chemin de son existence est déterminé par l’amour dans l’attente que s’accomplisse l’union entre les deux êtres.

4Le Mare amoroso se situe aux racines même de cette historiographie et de ce langage, permettant de reconnaître le bref itinéraire de l’homme et de sa dame comme la voie vers la transcendance. L’allégorie maritime constitue, à travers cet exemple, l’illustration de cette quête, et la langue permet de saisir de quelle manière l’homme entreprend cette recherche de la connaissance divine. Ce protagoniste unique, administrant temps et passions, exhibe ses peines et révèle les forces qui viennent contrarier son désir. Ces aspects classiques de la relation amoureuse sont plongés dans une dimension métaphysique qui vient conditionner l’itinéraire amoureux du protagoniste. Ce jeu de substitution qui entre dans un lexique philosophique et un autre, classique cette fois, de l’expression amoureuse, permet de poursuivre sur le plan narratif le principe de personnification.

5Sur un plan allégorique, philosophique et herméneutique, il s’agit de mettre en avant une topographie de l’âme et le lieu où le je exprime son expérience du désir amoureux. Guittone d’Arezzo propose un renversement des codes par une vision parodique délibérée qui tend à poser une certaine distance avec l’univers philosophique devenu projet poétique. Le désir tout puissant qui tourmente le poète avec force le pousse alors à se soumettre au dieu d’amour. Cette incarnation d’Amour, véritable personnification, intervient à travers la langue et prend forme aux côtés des autres réalités linguistiques qui sont celles du poète et de sa dame. Antonio Gagliardi souligne comment la soumission du poète face au corps et aux passions se transforme en joie de la connaissance métaphysique, en désir et amour, et constitue l’allégorie fondamentale de cette philosophie.

6À travers l’exemple de Chiaro Davanzati Antonio Gagliardi met en avant un autre aspect de la recherche des images et des fonctions de la dame en approfondissant la phénoménologie de l’amour. Enfin, chez Dante, comme le souligne l’auteur, le secours apporté par Béatrice amène le poète au but final qui est la béatitude. Ainsi la louange à Dieu se substitue à celle de l’intellect.

7Ces aspects se retrouvent au sein de la production de la seconde moitié du XIIIe siècle chez divers auteurs que nous ne pouvons évoquer dans cette présentation. Rappelons néanmoins qu’Antonio Gagliardi propose, dans son ouvrage, un panorama retraçant de manière précise et explicite cette mutation intellectuelle au sein de la culture médiévale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Trousselard, « Antonio Gagliardi, La donna mia. Filosofia araba e poesia medievale », Italies, 12 | 2008, 504-506.

Référence électronique

Sylvain Trousselard, « Antonio Gagliardi, La donna mia. Filosofia araba e poesia medievale », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/4213

Haut de page

Auteur

Sylvain Trousselard

Université Jean Monnet – Saint-Etienne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org