Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Feuillet, Représenter Dieu

Paris, Desclée de Brouwer, 2007, 158 p.
Ilaria Splendorini
p. 507-508
Référence(s) :

Michel Feuillet, Représenter Dieu, Paris, Desclée de Brouwer, 2007, 158 p.

Texte intégral

1L’interdiction de représenter Dieu, le devoir ou la possibilité de le représenter : trois démarches qui se sont tantôt heurtées, tantôt croisées au cours de l’histoire de l’humanité. Trois regards différents, trois jugements de valeur portés sur un même objet, perçu tour à tour comme une “idole”, une “icône” ou une simple “image”. Une dialectique interconfessionnelle et interculturelle que Michel Feuillet, dans son très bel ouvrage, aborde sous ses multiples aspects, pour les confronter, les illustrer et les replacer dans les contextes historiques où ils ont vu le jour.

2Pour les fidèles de Yahvé, l’interdit biblique de toute représentation et le refus des idoles trouve sa justification première dans le fait que Dieu infini refuse d’être défini, et que l’enfermer dans une image équivaut à nier sa transcendance. Mais cet interdit vole en éclats dès lors que cesse l’invisibilité de Dieu : devant l’évidence de l’Incarnation, représenter l’icône du Christ et la vénérer devient un devoir et une profession de foi pour la chrétienté orthodoxe, le culte des images s’apparente à un prolongement de la prière, et ce en dépit des crises iconoclastes qui secouent l’empire byzantin aux VIIIe et IXe siècles. La démarche chrétienne latine ouvre, quant à elle, une troisième voie, au-delà de la dialectique qui oppose aniconisme et iconisme : dans la tradition occidentale l’icône ne s’impose plus de loin à la masse des fidèles comme témoignage vénérable de la Révélation, elle cesse d’être au centre du dogme pour devenir une illustration édifiante réservée au culte populaire. Vers la fin du XIIIe siècle, des initiatives figuratives novatrices, libérées des canons traditionnels et des contraintes régissant la fabrication des icônes, voient le jour. À l’image du Christus triumphans rayonnant d’une splendeur absolue succède celle du Christus patiens, figure charnelle du Christ supplicié sur la croix ; avec l’essor du culte marial, l’icône de l’Annonciation, centrée sur le Mystère de l’Incarnation, devient peu à peu une image de louange adressée à Marie. De plus en plus, les fidèles eux-mêmes, individuellement ou collectivement, sont à l’origine des images et ressentent le besoin de se les approprier pour se rapprocher du divin : à l’intérieur des scènes représentées s’opèrent des glissements, les donateurs, peints dans une attitude pleine de dévotion, pénètrent désormais dans l’espace sacré du tableau.

3Avec la venue des temps modernes et la progressive relégation de l’art sacré dans un espace qui lui est propre, l’image, devenue profane, malgré l’apparente banalisation dont elle fait l’objet reste potentiellement une icône ou une idole, comme en témoignent deux événements de ce début de XXIe siècle : la destruction par les talibans en 2001 des Bouddhas de Bâmiyân relève d’un iconoclasme religieux, l’affaire des caricatures de Mahomet d’un iconoclasme laïque.

4L’alternative « icône, idole ou image » reste bien ancrée dans les mentalités. Et Michel Feuillet de conclure : « Il n’est jamais anodin de vouloir représenter Dieu. Car c’est s’ouvrir au risque de l’infini, à travers une image qui vient parler d’un au-delà d’elle ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilaria Splendorini, « Michel Feuillet, Représenter Dieu », Italies, 12 | 2008, 507-508.

Référence électronique

Ilaria Splendorini, « Michel Feuillet, Représenter Dieu », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/4215

Haut de page

Auteur

Ilaria Splendorini

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org