Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Giuseppe Sangirardi, Ludovico Ariosto

Firenze, Le Monnier Università « Lingue e letterature », 2006, 276 p.
Patrizia De Capitani
p. 509-513
Référence(s) :

Giuseppe Sangirardi, Ludovico Ariosto, Firenze, Le Monnier Università « Lingue e letterature », 2006, 276 p.

Texte intégral

1Dans ce livre, G. Sangirardi étudie l’œuvre de l’Arioste selon une approche psychanalytique. Le livre se compose de trois parties. La première est consacrée aux rapports entre l’Histoire et la vie personnelle du poète (« Storia, biografia e autobiografia »), la deuxième à la production de la jeunesse et au Roland furieux – sa nouveauté et ses dettes à l’égard de ses prédécesseurs (« ‘Cosa non detta in prosa mai né in rima’« ) – , enfin la dernière à l’ultime production du poète et à son héritage littéraire (« L’autunno del poeta »).

2Tout poète italien écrivant entre la fin du XVe siècle et les trente premières années du XVIe, comme c’est le cas de l’Arioste (1474-1533), se trouve confronté à la tragédie de la guerre qui a abouti à l’assujettissement d’une grande partie de la péninsule à la domination étrangère. D’après Sangirardi, les auteurs italiens ont réagi à ce fléau soit en le refoulant, comme l’ont fait Boiardo dans le Roland amoureux, Pietro Bembo dans les Asolani, Castiglione dans le Cortegiano,soit en le sublimant, c’est-à-dire en l’intégrant à leur œuvre poétique comme l’a fait l’Arioste dans le Roland furieux. Si d’un côté, en effet, ce dernier introduit dans son poème des allusions à la guerre réelle, et si ces références deviennent de plus en plus nombreuses au fil des trois éditions du poème, de l’autre il n’évite pas de souligner le contraste existant entre les valeurs chevaleresques dont ses héros sont porteurs et l’absence absolue de valeur qu’est la guerre, autrement dit l’écart entre la littérature et la vie. Cette manière d’aborder la guerre dans le Roland furieux constitue une bonne introduction à cette étude axée sur les rapports entre la création et la subjectivité du créateur, notamment sur le processus de sublimation grâce auquel les données autobiographiques deviennent matière littéraire.

3Cette question, l’Arioste l’affronte dès ses débuts littéraires en tant qu’auteur de vers, d’abord en latin puis en langue vulgaire. Après une longue recherche qui va des années 1490 aux années 1520, il aboutit à une distinction entre la veine intime de la poésie amoureuse qu’il exprime essentiellement dans les Rime, et une autre orientée vers la réflexion morale et sociale qui débouche dans les Satire commencées en 1517. L’Arioste garde toujours une attitude critique face à ses modèles lointains et proches. Dans les Rime, par exemple, il prône résolument le parti de l’assouvissement amoureux contre le repentir et le discours sur l’amour propres à la poésie de Pétrarque et de ses émules. En même temps on chercherait en vain dans sa correspondance la moindre allusion personnelle, car, comme l’observe Sangirardi, pour l’Arioste le lieu privilégié de l’expression subjective est la littérature qui se prête, grâce à ses rituels et à ses codes, à la mise en scène transfigurée des fantasmes personnels (p. 76).

4Qu’est-ce qui pousse donc l’Arioste vers le roman chevaleresque, plus précisément à prendre la relève du poème interrompu de Boiardo, à une époque où la grande littérature cultive d’autres genres (l’Arcadia de Sannazzaro paraît en 1503 et les Asolani de Bembo, dialogues sur l’amour platonique, en 1505, juste au moment où il s’attelle au Roland furieux) ? Ce choix répond, comme le souligne Sangirardi, autant à des circonstances extérieures, c’est-à-dire à la volonté de complaire à ses seigneurs, qu’à des motivations intimes. Entré en 1503 au service du cardinal Ippolito d’Este, l’Arioste s’adonne à la rédaction d’un poème, inachevé, l’Obizzeide, qui se rattache à la tradition de la poésie épique et dynastique inaugurée par la Borsias, poème en latin de la fin du XVe siècle du poète ferrarais Tito Vespasiano Strozzi en l’honneur du duc Borso d’Este. Trois ans après, il écrit l’Egloga I sur la conjuration de Giulio et Ferrante d’Este contre leurs frères, le duc Alfonso et le cardinal Ippolito. En 1505, le Vénitien Niccolò Degli Agostini publiait le quatrième livre du Roland amoureux, suite de l’œuvre de Boiardo brutalement interrompue au début du chant neuf du livre III. Le désir de célébrer ses seigneurs et de reprendre la tradition du roman chevaleresque, point fort de la culture de Ferrare, expliquent en partie son choix de continuer l’ouvrage inachevé du comte de Scandiano. Mais plus déterminante que ces facteurs extérieurs est l’opportunité que lui offre le roman de projeter ses fantasmes personnels dans des personnages nombreux et variés. Le roman permet donc à l’Arioste d’exprimer sa propre subjectivité sans l’afficher comme telle mais après l’avoir transformée en littérature (p. 93).

5Les vingt premières années du XVIe siècle sont caractérisées par la parution de nombreuses continuations du Roland amoureux de Boiardo. Mais l’Arioste se démarque d’entrée de jeu de ces suites pas toujours heureuses. Tout d’abord, à la différence des autres, il ne reprend pas l’histoire là où Boiardo s’est arrêté, mais par où il a commencé, c’est-à-dire par le personnage d’Angelica. Il parvient ensuite à réaliser l’articulation entre dimension épique et roman, entre guerre et amours, que Boiardo n’avait pas réussie, comme le montre le retard avec lequel l’élément proprement épique intervient dans le Roland amoureux. L’Arioste arrive ainsi à créer une œuvre unitaire et achevée, pari que le comte de Scandiano, auteur pourtant de la fusion essentielle entre la tradition chevaleresque et de prestigieuses sources classiques, n’avait pu tenir. Également originale est l’attitude de l’Arioste à l’égard de Boiardo. Il ne le cite jamais ouvertement, mais il y fait continuellement allusion. La psychanalyse reconnaît en cela un signe typique du tempérament jaloux partagé entre l’admiration et la pulsion à détruire son modèle : une stratégie théorisée par Vida dans son Ars poetica (1527) où on lit que s’accuser ouvertement d’un vol est la meilleure manière de le nier (p. 117). Cela émerge avec clarté des pages consacrées aux nouvelles, au statut du narrateur, aux thèmes et à la temporalité du Roland furieux (pp. 126-176) : Boiardo a été dans tous ces domaines une référence indispensable pour l’Arioste, ne serait-ce que parce qu’il l’a contraint à mettre en œuvre tout son talent pour se démarquer de lui et le dépasser. On ne peut donc qu’être d’accord avec Sangirardi lorsqu’il dit que Boiardo est l’unique véritable prédécesseur de l’Arioste, le roman chevaleresque du début du XVIe siècle ayant perdu tout lien avec ses lointains antécédents médiévaux (p. 119).

6L’Arioste a également joué un rôle capital dans la renaissance de la comédie régulière en Italie. Sa comédie, La Cassaria, représentée à Ferrare en 1508, fut la première comédie en langue vulgaire conçue sur le modèle des pièces de Plaute et de Térence, et un véritable archétype pour tous les dramaturges suivants. À la Cassaria succèderent les Suppositi (1509) et à quelques années de distance Il Negromante, La Lena, La Scolastica (ou I Studenti). L’intrigue comique, axée depuis Aristophane sur la rivalité amoureuse opposant un père et un fils et se soldant toujours par le triomphe de l’éros du fils sur celui du père, offrait à l’Arioste une occasion de choix pour donner libre cours à ses fantasmes œdipiens (p. 198). Si l’Arioste a secondé l’intérêt des Este pour le théâtre, en mettant à leur disposition ses talents non seulement d’auteur mais également de réalisateur, c’est aussi parce que la comédie lui permettait d’exprimer certaines de ses obsessions.

7Avec les Satire, composées entre 1517 et 1525 et remaniées jusqu’en 1532, l’Arioste revient à l’autobiographie et en même temps impose Horace comme modèle de l’écriture satirique contre Juvénal qui avait dominé dans la dernière partie du XVe siècle. La position assumée par l’auteur dans les Satire se situe à mi chemin entre l’empathie et la distance face aux passions humaines représentées. Les Cinque Canti, élaborés entre 1519 et 1521 et probablement revus et corrigés jusqu’en 1528, constituent une suite du Roland furieux, mais dans un esprit tout à fait différent de celui qui animait l’œuvre majeure. Si le poème était né à l’enseigne de Boiardo, d’éros et de la fuite d’Angelica, les Cinque Canti naissent sous le signe du dernier chant du Morgante de Luigi Pulci et de la jalousie des fées. Poussées par Alcina, que Ruggero a délaissée dans le Roland furieux, celles-ci veulent en effet venger Morgana des torts que lui a infligés Orlando (dans le Roland amoureux) et détruire « Charlemagne et le lignage de France ». Les Cinque Canti sont inachevés, mais ce qui nous reste est caractérisé par « l’évanescence de l’ironie et de la figure du poète comme manipulateur ludique » (p. 225). Le succès du Roland furieux, immense jusqu’à la fin du XVIe siècle durant lequel furent publiées 154 éditions, s’estompe après le succès de la Jérusalem délivrée du Tasse qui marque un revirement dans le goût, ainsi qu’en témoigne déjà la préface de la Franciade de Ronsard (1572) qui porte un jugement mitigé sur le poème de l’Arioste.

8La lecture psychanalytique que Sangirardi fait de l’œuvre de l’Arioste est intéressante dans la mesure où non seulement elle renouvelle notre regard sur ce grand poète, mais aussi parce qu’elle montre les points de contact existant entre son approche et les études de type philologique plus traditionnelles. Autrement dit, cette étude montre le parti qui peut être tiré d’une collaboration bien menée entre psychanalyse et philologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrizia De Capitani, « Giuseppe Sangirardi, Ludovico Ariosto », Italies, 12 | 2008, 509-513.

Référence électronique

Patrizia De Capitani, « Giuseppe Sangirardi, Ludovico Ariosto », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://italies.revues.org/4223

Haut de page

Auteur

Patrizia De Capitani

Université Grenoble III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org