Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Guido Bonelli, La parola sbagliata. Saggio sulla falsità espressiva dei ‘Promessi sposi’

Torino, Celid, 2007, 206 p.
Michela Toppano
p. 514-516
Référence(s) :

Guido Bonelli, La parola sbagliata. Saggio sulla falsità espressiva dei ‘Promessi sposi’, Torino, Celid, 2007, 206 p.

Texte intégral

1Cette étude est consacrée à une analyse du chef-d’œuvre d’Alessandro Manzoni, par laquelle Guido Bonelliveut prendre le contre-pied de plusieurs positions critiques. Il veut s’éloigner ainsi d’une certaine critique traditionnelle qui adhère pleinement aux valeurs morales du roman, des lectures qui se sont attachées à montrer de façon unilatérale le progressisme de Manzoni, et enfin des interprétations qui ont mis l’accent sur le pessimisme profond de l’auteur, afin de démentir l’interprétation selon laquelle I promessi sposi proposeraient une vision irénique et providentielle du monde. Guido Bonelli revendique la légitimité d’une approche esthétique qui ne renonce pas à formuler des jugements de valeurs : de cette façon, il serait possible, selon l’auteur, de porter un regard plus objectif sur le texte et de saisir les limites effectives de la représentation manzonienne.

2Bonelli commence par souligner à quel point le récit des Promessi sposi est lourdement conditionné par le discours moraliste de l’auteur, qui s’évertue à présenter des situations et des personnages exemplaires. Les personnages apparaissent donc tels qu’ils devraient être d’après l’idéologie de l’auteur, et non pas tel qu’ils sont compte tenu de la situation narrative dans laquelle ils sont appelés à évoluer. Leur représentation est conditionnée par un discours normatif s’inspirant essentiellement des valeurs du catholicisme réformiste et du populisme paternaliste.

3Ce constat permet à Guido Bonelli de contester le bien-fondé d’une des interprétations les plus répandues, selon laquelle I promessi sposi marquerait de façon inédite l’avènement et la célébration des humbles dans la littérature italienne. Guido Bonelli montre que les humbles que Manzoni chérit ne sont pas ceux du peuple en quête d’émancipation sociale (qui, au contraire, sont décrits comme de la populace), mais plutôt les pauvres gens qui ont intériorisé leur rôle subordonné et la nécessité de la soumission à la mansuétude religieuse.

4Une conséquence esthétique du positionnement idéologique de l’auteur serait, d’après Bonelli, le manque de réalisme dans la représentation des personnages, qui sont tous pliés au projet de démonstration théologique de Manzoni. Ainsi, les personnages sont sans cesse marqués d’un commentaire d’auteur qui les place du côté du bien ou de celui du mal. Alors que le cardinal Borromeo apparaît comme « une statue érigée par la pietas dévote de l’auteur », don Rodrigo, au contraire, est toujours présenté comme engagé dans quelques nouveaux méfaits et, en même temps est « réprimandé par le narrateur, qui le châtie en le montrant abject et peureux ». Ces caractérisations seraient tellement forcées qu’elles pourraient paraître invraisemblables. Le manque de réalisme narratif se répercute au niveau de la langue, dans la mesure où elle affiche des marques idéologiques spécifiques et est conditionnée par une échelle de valeurs lourdement explicitée. La fausseté expressive dont parle Guido Bonelli consiste dans l’emploi d’un langage euphémisé qui évince du discours tout ce qui apparaît idéologiquement ou moralement négatif aux yeux de l’auteur. D’une part, le narrateur a recours à des termes qui désignent ce qui est dévalorisé de façon tellement emphatique et rhétorique qu’ils finissent par perdre leur charge expressive ; d’autre part, le narrateur opère constamment une censure sourcilleuse sur la langue.

5Malgré ces limites, le roman présente également de belles réussites et des représentations réalistes. Tel est le cas du personnage de don Abbondio, que Guido Bonelli définit comme la figure la plus réussie du roman, non pas grâce, mais malgré l’auteur lui-même. Don Abbondio, en effet, avec ses faiblesses toutes humaines, parvient à se soustraire à l’exigence d’exemplarité à laquelle sont soumis d’autres personnages.

6Guido Bonelli applique sa clef de lecture à des personnages ou à des situations narratives marquantes, auxquels il consacre chaque fois un chapitre de son étude. Il examine ainsi les personnages de fra Cristoforo, de l’Innominato, du cardinal Federigo Borromeo, de Renzo, de don Rodrigo, de Lucia, de don Abbondio, ainsi que les épisodes de la famine et de la peste et l’épilogue du roman. Il nourrit son analyse d’un examen textuel très serré. Bonelli met ainsi en évidence non seulement les lieux textuels où les limites esthétiques sont apparentes, compte tenu du poids du discours moralisateur, mais également les passages où le narrateur réussit, malgré son dessin doctrinaire, à fournir une représentation réaliste et donc esthétiquement convaincante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michela Toppano, « Guido Bonelli, La parola sbagliata. Saggio sulla falsità espressiva dei ‘Promessi sposi’ », Italies, 12 | 2008, 514-516.

Référence électronique

Michela Toppano, « Guido Bonelli, La parola sbagliata. Saggio sulla falsità espressiva dei ‘Promessi sposi’ », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/4227

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org