Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Carducci et Pascoli. Perspectives de recherche, ouvrage collectif

« Transalpina », n° 10, Presses Universitaires de Caen, 2007, 265 p.
Yannick Gouchan
p. 516-519
Référence(s) :

Carducci et Pascoli. Perspectives de recherche, ouvrage collectif, « Transalpina », n° 10, Presses Universitaires de Caen, 2007, 265 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la publication de quatorze travaux recueillis par Laura Fournier-Finocchiaro à la suite du colloque international organisé par l’équipe de recherche IREFI (Identités, représentations, échanges : France-Italie) à l’Université de Basse Normandie de Caen, en juin 2007. L’objet de cette rencontre scientifique, et de sa publication, a été motivé par une double exigence : faire le point sur l’état des recherches actuelles sur Carducci et Pascoli, puis établir de nouveaux horizons pour poursuivre la réception critique de ces poètes et intellectuels, presque un siècle après leur disparition. Les deux figures majeures de la culture italienne de la fin du XIXe siècle et des débuts du XXe, aux côtés de D’Annunzio, offrent encore un champ d’investigation pour la recherche, aussi bien dans le domaine de la poésie, quasiment toujours privilégié par la critique, que dans d’autres domaines un peu moins parcourus. En effet, Carducci et Pascoli ne furent pas que d’immenses poètes, ils furent aussi des intellectuels et des pédagogues. Leur prise de position idéologique et leur activité d’enseignants sont souvent porteuses d’un projet, d’une vision du monde en général et de la nation italienne en particulier.

2L’ouvrage comporte trois grandes sections : les figures de guides et leur place dans les échanges culturels entre France et Italie (Lectures et réceptions de Carducci) ; les deux pédagogues (Carducci et Pascoli pédagogues) ; de nouvelles perspectives sur Pascoli poète (Études de Pascoli).

3La première partie se penche sur les poètes civils, les poètes « vates » dans la construction d’une identité nationale dans le jeune État italien. Laura Fournier-Finocchiaro définit clairement les différents aspects contenus dans la notion de « poète vates », elle insiste ainsi sur le statut civil de Carducci, organisateur d’une « révolution culturelle » dont la poésie et l’activité de pédagogue renvoient l’écho. Elle montre aussi les traits communs et les divergences avec son élève, Pascoli, autre guide de son époque. Anna Storti Abate présente comment Carducci, à la fin du XIXe siècle, célèbre certains mythes pour forger une identité nationale, dans un « projet éducatif global de la nation ». Luca Bani éclaire quant à lui un des aspects de ce projet global, à savoir l’exploitation du mythe de Rome. Son analyse de la « topographie de l’imaginaire carduccien de l’Urbe » permet de mesurer les effets de ce mythe dans la poésie. Stefano Pavarini place Carducci dans une perspective critique qui tient compte de la biographie et des médias. Il dresse un état des lieux des nombreux articles parus dans la presse italienne en février 1907, lors de la mort du « vates », placée « sous le signe de la spectacularisation et de la rhétorique célébrative ». Viviana Agostini-Ouafi aborde le problème du passage entre les langues, ou comment traduire Carducci en français. Ce passage révèle en effet un choix esthétique et idéologique en rapport avec la figure du guide déjà évoquée. L’auteur fait un intéressant parcours critique et comparatif des traductions de Ça ira et Davanti San Guido. François Livi s’intéresse par contre à un autre aspect des passerelles entre la France et l’Italie, avec la publication de traductions de Carducci et Pascoli par Marinetti, dans la revue de Paul Fort Vers et Prose en 1905. La traduction marinettienne des poèmes est en réalité une « traduction-adaptation » dans une stratégie de médiation culturelle orchestrée par le chef de file des futuristes.

4La deuxième partie de l’ouvrage aborde Carducci et Pascoli en tant que pédagogues. On sait à quel point Carducci a marqué l’Université de Bologne, et comment Pascoli a traversé l’enseignement secondaire et plusieurs athénées avant de prendre la succession de son maître. Lorenzo Cantatore traite de la vocation pédagogique de Carducci dans une vision de l’enseignement conditionnée par le désir de construction d’une identité nationale, incarnée par une « classe dirigeante ». Il rappelle les missions de Carducci auprès du Ministère et sa collaboration à l’édition de manuels scolaires de littérature. Marco Veglia retrace les « étapes et les motivations de l’expérience d’enseignant de Carducci », en tenant compte de la personnalité de l’homme qui éclaire celle du professeur. Alberto Brambilla apporte des précisions et des nuances à l’expression réductrice et ambiguë d’« école carducienne ». Cette expression, chargée de stéréotypes (« habilement construits par Renato Serra ») est nuancée, grâce à l’analyse du discours de Serra et au rappel du parcours d’un des carducciens de l’école, Flaminio Pellegrini. Matilde Dillon Wanke, met en lumière le professorat de Pascoli à partir de témoignages d’élèves. Elle montre comment Pascoli pédagogue s’éloigne de Carducci, et propose en conclusion une surprenante et nouvelle interprétation du titre du recueil de poèmes Myricæ, à partir de la leçon pascolienne sur les Bucoliques, tenue à l’Université de Messine en 1901-1902. Mariella Colin utilise les manuels scolaires élaborés par Pascoli pour révéler certaines facettes de la figure du poète. Auteur d’anthologies et de manuels de lecture, Pascoli tente de faire coïncider ses choix pédagogiques avec sa poétique du Fanciullino. Les deux anthologies italiennes de Pascoli sont conçues comme des « voyages de retour à l’enfance en tant que source de la création poétique ».

5La troisième partie de ces « perspectives de recherche » se concentre sur la seule figure de Pascoli. Sarah Amrani choisit de regarder au-delà du thème bien connu de la quotidienneté pascolienne pour proposer une vision de l’héroïsme du poète, du premier recueil Myricæ jusqu’à sa mort en 1912. Elle distingue et décline un héroïsme civique, historique et légendaire, et trace les contours de la figure du héros pascolien. Yannick Gouchan puise dans les poèmes destinés au cercle familial pascolien (les Poesie famigliari), ainsi que dans le reste du corpus, des éléments pour la mise en relation de la biographie et de l’écriture poétique, autour de deux axes, la relation de Pascoli avec ses deux sœurs au sein d’un foyer adelphique reconstitué, et le rapport particulier entre Pascoli et la cadette de ses sœurs, Ida. Cette dernière devient en effet une figure poétique véritable, dont il s’agit d’analyser les enjeux de l’identité dans les textes. Francesca Sensini, enfin, explique comment la poésie et les proses théoriques pascoliennes présentent une « poétique du rêve », distincte du climat onirique, bien connu de la critique italienne. Une étude de la sémantique du terme « sogno » permet de confirmer que le rêve pascolien devient « instrument de connaissance objective, qui donne accès à l’essence du réel ».

6La diversité des approches critiques de l’œuvre et de la figure de Carducci et de Pascoli montre que la richesse de ces deux auteurs offre encore aujourd’hui des « perspectives de recherche » fructueuses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Carducci et Pascoli. Perspectives de recherche, ouvrage collectif », Italies, 12 | 2008, 516-519.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Carducci et Pascoli. Perspectives de recherche, ouvrage collectif », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/4229

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org