Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Maria Pia De Paulis-Dalembert, Giovanni Papini. Culture et identité

Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, collection “Interlangues-Civilisations”, 2007, 188 p.
Yannick Gouchan
p. 519-522
Référence(s) :

Maria Pia De Paulis-Dalembert, Giovanni Papini. Culture et identité, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, collection “Interlangues-Civilisations”, 2007, 188 p.

Texte intégral

1Cet essai sur Giovanni Papini (1881-1956) offre un panorama particulièrement dense et bien documenté sur une figure intellectuelle fondamentale de l’Italie de la première moitié du XXe siècle, souvent mal perçue, aussi bien en Italie qu’en France (« un des intellectuels les plus complexes et controversés »). L’ouvrage de M. P. De Paulis-Dalembert propose une étude de Papini en relation étroite avec le contexte idéologique et culturel des années qui précèdent la Première Guerre mondiale (l’Italie libérale de Giolitti et de l’interventionnisme), et de la période du régime fasciste. L’auteur a rassemblé trois travaux déjà publiés dans des revues scientifiques, qu’elle a complétés avec trois travaux inédits.

2Plusieurs aspects de la pensée et de l’action de Papini sont exposés, depuis ses premiers contacts avec la philosophie bergsonienne jusqu’au rapport problématique avec la culture fasciste. Une première partie se penche donc sur la relecture de Bergson par Papini et Prezzolini, au sein de la revue florentine qu’ils ont créée, Leonardo. Dans une période très riche d’échanges entre Paris et Florence, capitale intellectuelle de l’Italie, la francophilie durable qui préside aux publications permet le passage des idées bergsoniennes en Toscane. Papini rencontre le maître philosophe en France, en 1906-1907, puis il intègre sa pensée, mais en effectue peu à peu une relecture tout à fait personnelle : « le détour par autrui permet à Papini de conférer un relief spéculatif à sa quête d’une identité nationale et européenne » (p. 31). Il s’agit donc d’une appropriation de la pensée bergsonienne qui part d’une « réception passive » pour aboutir à une « tension constructive » (p. 38).

3La deuxième partie de l’ouvrage restitue la complexité des messages idéologiques parus dans trois revues où Papini joua un rôle de première importance dans les années 1903-1907, Leonardo, Il Regno et Hermes. Papini lance un message de nature nationaliste dans la construction intellectuelle d’une identité nationale italienne. Sa collaboration aux revues va de pair avec l’activisme politique, et l’auteur nous propose une analyse fouillée de la rhétorique papinienne nationaliste. Inspirée du pragmatisme de William James, la pensée de Papini débouche sur l’action guidée par un idéal impérialiste, qui puise notamment aux sources de la Rome antique à vocation méditerranéenne (« vocation nationale et vocation impérialistes sont inséparables », p. 47).

4La troisième partie se penche sur la revue Lacerba, publiée entre 1913 et 1915 (et fondée par Papini et Soffici), au moment des tensions de l’interventionnisme, du « mythe de la Grande Guerre », et de l’apogée de l’avant-garde futuriste. Papini joua un rôle essentiel dans la campagne en faveur de l’intervention dans le conflit, il devint un guide intellectuel de l’italianité. L’auteur distingue deux phases dans l’existence de la revue, de 1913 à août 1914, période du rapport étroit avec les futuristes, et août 1914 mai 1915, période de l’inscription de la revue dans les événements historiques qui conduisent à la déclaration de guerre au mois de mai 1915. L’analyse du dialogue entre Papini et le chef de file des futuristes, Marinetti, est nuancé car il montre comment Papini s’en éloigne à cause de « l’absence de théorisation chez les futuristes » (p. 66). L’enjeu de la guerre de 1914 pour Papini réside dans la fondation d’une Kulturnation : « l’œuvre de Papini incarne celle des intellectuels post-risorgimentali qui relancent les mythes ethniques […] et tentent par leur médiation de les élargir à la nation » (p. 72). Pour compléter ce chapitre, l’auteur consacre une quatrième partie dans laquelle elle étudie l’articulation des messages interventionnistes sur l’écriture littéraire, et notamment la poésie. Lacerba accueille ainsi des textes de Marinetti, Jahier ou Tommei, avec un rôle d’incitateur dans la connexion entre discours politique et expression littéraire.

5La cinquième partie a permis de faire un saut après la guerre, lors de la rencontre entre Papini et le fascisme naissant, même si Papini connaissait Mussolini depuis la période interventionniste, comme camarade de campagne. Après le conflit, les choix de Papini témoignent d’une « adhésion contradictoire et problématique au régime » (p. 108), car s’il participe à la politique culturelle du fascisme sa pensée se concentre surtout sur le « mythe ethnique de la nation », avec la publication d’ouvrages historiques, et particulièrement de Italia mia, en 1939, où s’affirme l’exaltation de la patrie intemporelle grâce à la transfiguration mythique, dans une conception du « génie italien ». M. P. De Paulis-Dalembert commente les sept chapitres de cet ouvrage en montrant leur portée au-delà du contexte des années trente.

6Une dernière partie est enfin consacrée au problème de la réception critique de Papini en France. Nous avons souligné la richesse des échanges de part et d’autre des Alpes dans les années 1900-1910, et les écrits de Papini passent ainsi en langue française dès 1907. Si l’on traduit le message politique et idéologique de celui que l’on considère « d’abord agitateur culturel puis essayiste moral » (p. 138), les textes philosophiques et littéraires sont en revanche négligés. Papini fut aussi, on l’oublie parfois, nouvelliste et poète. Un tableau bibliographique utile permet de constater l’intérêt critique intense pour Papini de son vivant et après sa disparition, lorsque « les polémiques s’apaisent » (p. 153).

7Cet essai s’inscrit dans une vaste bibliographie de part et d’autre des Alpes, dans la suite de la monumentale thèse française de Lovreglio, de 1971. Suivant un « chemin thématique [et] philosophico-historique » (p. 175), l’intérêt principal de l’essai de M. P. De Paulis-Dalembert est donc de montrer les nuances de cette figure culturelle, sa modernité et la diversité de sa pensée, qui ne se borne pas à la seule politique. Elle a choisi une perspective d’analyse diachronique pour mieux mettre en évidence l’évolution idéologique de Papini que l’on ne saurait en aucun cas réduire à un « agitateur » interventionniste puis réactionnaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Maria Pia De Paulis-Dalembert, Giovanni Papini. Culture et identité », Italies, 12 | 2008, 519-522.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Maria Pia De Paulis-Dalembert, Giovanni Papini. Culture et identité », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 13 janvier 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/4231

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org