Navigation – Plan du site
Comptes rendus

De la prose au cœur de la poésie

Jean-Charles Vegliante (éd.), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2007, 189 p.
Riccardo Donati
p. 522-524
Référence(s) :

De la prose au cœur de la poésie, Jean-Charles Vegliante (éd.), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2007, 189 p.

Texte intégral

1Le volume De la prose au cœur de la poésie, édité sous la direction de Jean-Charles Vegliante, réunit plusieurs interventions consacrées aux rapports entre la prose et le vers au sein de la production de certains auteurs majeurs de la littérature italienne du “Novecento” (avec deux exceptions significatives : celle, primordiale, de l’« Archétype » baudelairien, et le cas de la « décomposition lyrique » du poète brésilien Manoel de Barros). Le projet vise à reconnaître et à identifier l’existence d’un double mouvement – une « double pulsation » selon la définition de Jean-Charles Vegliante – qui, à travers une osmose presque totale entre textes en prose et textes versifiés, permet de transformer l’allure de la syntaxe et de la ponctuation en rythme, mais aussi d’encadrer l’apparente unicité des vers.

2Les jeunes chercheurs italiens et français ayant participé à ce projet ont exploré la frontière précise où ces deux langages se départagent, travaillant sur quelques cas exemplaires du panorama littéraire italien du XXe siècle, depuis l’un des pères du poème en prose en Italie, Dino Campana (étudié par Iris Llorca) jusqu’à l’un des derniers livres de Valerio Magrelli, Nel condominio di carne, où la prose arrive véritablement « à faire des vers »(Lorenzo Flabbi). Il s’agit d’un parcours qui montre fort bien comment, parmi de nombreux poètes et romanciers, le franchissement – fréquent ou occasionnel – des frontières qui séparent les genres ne correspond pas à un simple choix littéraire, mais représente une exigence vitale : pour élaborer et énoncer les données autobiographiques les plus dramatiques, inaccessibles ou insaisissables, les auteurs sont parfois obligés d’explorer des domaines expressifs qui ne leur sont pas familiers. C’est le cas de l’écriture en vers d’une romancière, Natalia Ginzburg (Chiara Ruffinengo), qui à travers ce changement de langage parvient à traiter des sujets particulièrement intimes, voire douloureux, et, inversement, c’est le cas de certains poètes comme Vittorio Sereni (Yannick Gouchan) ou Giorgio Caproni (Judith Lindenberg), qui font de l’entremêlement entre recherche poétique et écriture en prose un lieu d’élaboration et de nouvelle réflexion de leurs expériences humaines les plus tragiques – la captivité, la guerre. Ailleurs, chez des auteurs à vocation avant-gardiste, le jeu de croisement entre les deux langages a souvent pour fonction de désarçonner le lecteur. Dans l’œuvre d’Aldo Palazzeschi (Valentina Russi), par exemple, c’est la dimension théâtrale qui, en se constituant comme un entre-deux du binôme poésie-prose, parvient à représenter ce qui a été caractéristique du siècle dernier : l’idée dominante de transformation, d’inachèvement, voire d’instabilité, qui parvient à travers la rupture de tout équilibre stylistique à faire rendre à l’énoncé un sens imprévu. Dans le cas enfin de l’écriture de Edoardo Sanguineti, la séparation traditionnelle entre les deux genres est dépassée par des mécanismes de débrayage et d’embrayage aussi bien de la langue que de la narration pour différentes modalités expressives que Valérie Thévenon résume par la notion d’« agrammaticalité ».

3Comme l’a bien souligné Jean Bessière dans sa Postface, De la prose au cœur de la poésie représente un projet important, qui a non seulement le mérite de marquer les limites de toute lecture monolithique des auteurs majeurs de la littérature du XXe siècle, mais aussi de montrer par quels procédés ces mêmes écrivains sont arrivés à surmonter les impasses de la tradition, élaborant une écriture moderne, à la fois individuelle et collective, une « parole énigmatique » et fluide capable de questionner toute réalité, tout discours, toute subjectivité, aussi bien sur le plan littéraire que sur le plan historique et personnel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Riccardo Donati, « De la prose au cœur de la poésie », Italies, 12 | 2008, 522-524.

Référence électronique

Riccardo Donati, « De la prose au cœur de la poésie », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/4234

Haut de page

Auteur

Riccardo Donati

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org