Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rustico Filippi, Sonetti satirici e giocosi, a cura di Silvia Buzzetti Gallarati

Roma, Carocci, 2005, 282 p.
Sylvain Trousselard
p. 697-700
Référence(s) :

Rustico Filippi, Sonetti satirici e giocosi, a cura di Silvia Buzzetti Gallarati, Roma, Carocci, 2005, 282 p.

Texte intégral

1L’édition des sonnets comiques de Rustico Filippi que nous propose Silvia Buzzetti Gallarati vient combler un manque, depuis l’édition établie par Pier Vincenzo Mengaldo en 1971 chez Einaudi et, plus récemment, l’édition complète des sonnets par Giuseppe Marrani dans les « Studi di filologia italiana » en 1999. Cette nouvelle édition, à n’en pas douter, relancera les recherches sur le père fondateur du mouvement comique italien des origines.

2Silvia Buzzetti relit les sonnets comiques en reprenant la tradition manuscrite, essentiellement celle du mss. Vaticano Latino 3793 qui lui sert également de point de départ pour justifier un nouveau classement des sonnets. De ce point de vue, Silvia Buzzetti reprend la première édition des sonnets de Rustico Filippi établie par Vincenzo Federici en 1899 dans laquelle figurent néanmoins deux sonnets comiques supplémentaires.

3Il s’agit de remettre à plat tout ce qui avait été proposé dans les éditions antérieures avec un souci du détail qui fait de cette nouvelle édition un outil de travail de premier ordre pour qui sera désormais désireux d’étudier cet auteur. L’introduction, tout d’abord, reprend le cadre socio-historique et culturel de la Florence de Rustico Filippi et présente le corpus comique comme l’expression d’un hic et nunc à travers lequel le poète élaborerait un univers familier et propice à la création.

4C’est à partir de là que Rustico, comme l’explique Silvia Buzzetti, entreprend un travail de déconstruction du verbe et des structures, fait d’interférences entre les signifiés et les registres. Le discours comique et surtout érotique de Rustico Filippi, est désormais incontestable, il relève d’un travail délibéré et courant à l’époque, utilisant un jargon érotique qui ne fonctionne pas obligatoirement sur l’allusion. Mme Buzzetti rappelle à ce titre les travaux de Jean Toscan, qui certes concernent une période allant du XVe au XVIIe siècle, mais dont on peut souligner l’intérêt essentiel dans la mesure où les références peuvent très largement s’appliquer à la poésie médiévale ; c’est d’ailleurs ce qu’elle montre de manière systématique dans ses analyses des sonnets comiques de Rustico Filippi.

5Elle met également en évidence différents niveaux de lecture de ces sonnets, lesquels, sous couvert de simples métaphores, proposent, en réalité, un choix et des partis pris dans le travestissement du vocabulaire employé. Silvia Buzzetti établit donc tout un travail de mise en perspective de l’expression médiévale, rappelant les autres traditions comiques européennes comme les fabliaux, les pièces de théâtre françaises, certains passages du Roman de la Rose, mais également les compositions d’escarnho et de mal dizer des troubadours de Galice et du Portugal, ou encore certaines compositions des troubadours provençaux. À travers tous ces rappels, Silvia Buzzetti démontre que le corpus de Rustico Filippi constitue un moment clé et original d’agrégation littéraire des éléments constituant le jargon érotique en langue vulgaire.

6Elle montre, en outre, que les sonnets comiques utilisent, à des fins expressives, un florentin volontairement familier calqué sur la langue parlée, riche en expressions idiomatiques. Cette langue n’est cependant pas exempte d’effets, et donc d’une recherche tant sur le plan de la suggestion phonique (elle rappelle à ce titre les remarques de Pier Vincenzo Mengaldo) que sur celui, plus général, de la stylistique et de la rhétorique. Silvia Buzzetti insiste sur cet aspect fondamental de l’œuvre poétique de Rustico Filippi, l’opposant à Cecco Angiolieri et faisant de sa production comique une expression à part entière qui se démarque de la production courtoise à laquelle il appartient également. De cette manière, Silvia Buzzetti démontre que les choix de Rustico Filippi proposent un autre champ littéraire encore inexploré à cette époque mais commun à un humus propre à tout l’Occident médiéval.

7Dans ce travail de réédition des sonnets comiques (le corpus courtois est absent de la présente édition), Silvia Buzzetti se base essentiellement, comme l’avait fait jadis Federici, sur le Mss. Vaticano Latino 3793 qui contient tous les sonnets de Rustico Filippi et des mss. Chigiano L VIII 305, Magliabechiano VII 1040 et Marciano cl. IX it. 529 pour ce qui est du sonnet Due cavalier valenti d’un paraggio. L’existence du Mss. Vaticano Latino 4823 est également rappelée, pour la similitude qui l’associe au Mss. Vaticano Latino 3793 mais pour souligner surtout les notes de l’humaniste Colucci.

8C’est donc à partir du principal Mss. nommé V que Silvia Buzzetti expose l’ordonnancement des compositions au sein même du volume et précise les ruptures dans la continuité des textes. Elle explique que ces ruptures sont assez rares dans ce type de manuscrits, les attribuant à des erreurs dans l’élaboration du volume constitué de feuillets et de cahiers. L’ordre intervient donc de manière singulière, laissant apparaître l’hypothétique perte d’un cahier intermédiaire. Il n’en demeure pas moins que le corpus des sonnets de Rustico Filippi se divise en deux sous-corpus distincts qui sont l’expression de deux projets littéraires antithétiques. Par ailleurs, la numérotation des sonnets dans le mss. V ne laisse absolument pas entendre de manière définitive qu’ils aient été rédigés dans l’ordre de lecture du mss., c’est-à-dire les sonnets courtois suivis des sonnets comiques. Il n’est d’ailleurs pas exclu, non plus, que le poète ait rédigé les sonnets courtois pour se consacrer ensuite à l’écriture comique.

9Silvia Buzzetti évoque, en outre, la possibilité d’une circulation des feuillets entre poètes, circulation très courante à l’époque, en se référant fort justement aux vers 150-154 du Favolello de Brunet Latin. Les références possibles à des personnages historiques sont également considérées comme des éléments envisageables pour l’établissement, voire l’ébauche, d’une chronologie des textes que le mss. ne communique pas dans sa structure même.

10Pour ce qui est des différents schémas métriques adoptés par le poète, il apparaît que Rustico ne suit pas un schéma spécifique qui établirait ainsi un cadre idéal pour ses compositions comiques. Les choix semblent plutôt liés à ceux de ses contemporains, ceux qu’on retrouve d’ailleurs dans le Fiore, ou chez Dante, dans ses Rime ou dans l’Enfer, ou encore dans la Tenson avec Forese Donati.

11Dans cette édition, Silvia Buzzetti propose une introduction pour chaque sonnet ; elle y reprend la leçon complète de chaque vers et souligne les interrogations qui demeurent. Le travail est largement documenté et nourri de références, tant littéraires que critiques, qui éclairent la lecture de ces textes difficiles.

12Le mérite de ce travail réside essentiellement dans les clés de lecture et d’interprétation proposées. Les notes de l’apparat critique reprennent chaque vers pour en distinguer les spécificités et proposer des explications philologiques.

13Ce volume offre également un tableau de référence des différentes numérotations des sonnets (un outil précieux pour les chercheurs). Quant à la bibliographie, elle reprend de manière efficace la tradition éditoriale dans l’établissement des textes et les travaux réalisés sur la poésie comique. Le classement alphabétique, efficace pour qui connaît les auteurs critiques, pourra sembler difficile d’accès à un chercheur non spécialiste. Par ailleurs, l’organisation de la dernière partie de la bibliographie rend malaisée la lecture des références, tant les domaines sont distincts les uns des autres. Mais c’est là un détail insignifiant.

14Le travail que propose Silvia Buzzetti Gallarati dans ce volume permettra de relancer les recherches sur la poésie italienne des origines, et tout particulièrement sur la veine comique. Il fait l’inventaire des lectures proposées dans les éditions antérieures ; il rend plus accessible la lecture même de ces manuscrits, seules traces témoignant de la ferveur d’alors qui soient parvenues jusqu’à nous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Trousselard, « Rustico Filippi, Sonetti satirici e giocosi, a cura di Silvia Buzzetti Gallarati », Italies, 11 | 2007, 697-700.

Référence électronique

Sylvain Trousselard, « Rustico Filippi, Sonetti satirici e giocosi, a cura di Silvia Buzzetti Gallarati », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/4249

Haut de page

Auteur

Sylvain Trousselard

Université de Saint-Etienne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org