Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Luisa Ricaldone, Dodici studi. Margini del Settecento

Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2006, 200 p.
Estelle Ceccarini
p. 707-710
Référence(s) :

Luisa Ricaldone, Dodici studi. Margini del Settecento, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2006, 200 p.

Texte intégral

1Cette publication de Luisa Ricaldone, placée sous le signe de la “marginalité”, regroupe des articles sur le XVIIIe siècle qui s’articulent autour de quatre thèmes : « Pensiero et imagerie », « Liaisons », « Figure » et « Altrove ».

2La première section, « Pensiero e imagerie » regroupe trois articles sur la question de la culture féminine chez trois auteurs masculins, Saverio Bettinelli, Carlo Denina et Giuseppe Parini. Ils mettent en évidence la centralité de la question de la “femme de lettres” et de la culture féminine dans le débat social de la fin du XVIIIe siècle. Luisa Ricaldone montre comment, à travers l’étude de la correspondance de Bettinelli avec de « nobles femmes de lettres » dont il était en quelque sorte le « conseiller littéraire », il fit preuve d’intérêt particulièrement vif pour l’activité féminine littéraire. Elle souligne que l’étude de cette correspondance permet de considérer de façon nouvelle les écrits de Bettinelli sur les femmes ou destinés aux femmes. Luisa Ricaldone s’intéresse ensuite à l’espace consacré aux femmes par Carlo Denina dans La Prusse littéraire. Elle s’attarde particulièrement sur les quelques pages de l’Introduction consacrées à l’instruction féminine et dans lesquelles Denina insiste sur les différences entre le Nord et le Sud de l’Europe, soulignant l’avance des femmes prussiennes en la matière. Il fait alors le constat d’une corrélation entre le niveau de civilisation atteint par un pays et le niveau d’instruction féminine. De là découle une réflexion sur la nécessité pour l’Italie d’instruire les femmes.

3La seconde section intitulée « Liaisons » regroupe trois articles consacrés à des figures de femmes spécifiques : Elisabetta Mosconi Contarini et Luisa Stolberg d’Albany. Le premier article envisage la philosophie de l’eros exprimée dans la correspondance qu’Aurelio de’ Giorgi Bertola entretint avec plusieurs gentildonne. Ce parcours épistolaire permet en outre de mettre en évidence certains traits de caractère (inconstance et infidélité, non seulement sentimentale mais aussi esthétique et culturelle) de l’auteur. Il esquisse enfin une analyse de l’influence des modèles littéraires dans le code de la communication épistolaire du XVIIIe siècle. Le second article explore de façon plus attentive la relation entre Bertola et Elisabetta Contarini à travers l’abondante correspondance de cette dernière qui apparaît comme l’un des corpus épistolaires les plus étendus et homogènes qu’une femme ait produit en Italie au XVIIIe siècle. Cette correspondance atypique révèle les mythes et les modes littéraires de l’époque – et notamment la mode des lettres d’amour d’héroïnes souffrant par amour ou celle du drame larmoyant, ainsi qu’une place majeure consacrée au corps. Le troisième article considère la personnalité de Luisa Stolberg d’Albany, compagne d’Alfieri, et montre comment la désinvolture et l’audace de cette figure féminine ont été incomprises par la critique italienne jusqu’à la moitié du XXe siècle ; alors que celle-ci apparaissait, dans la critique allemande, française et anglaise, comme une icône positive, en raison de sa culture vaste et variée et de son influence stimulante sur le travail littéraire d’Alfieri. Par un parcours des jugements critiques émis sur le couple au cours des XIXe et XXe siècles, l’auteure met en évidence l’influence de l’époque sur la perception des comportements. Luisa Ricaldone montre finalement que la singularité de la figure de Luisa d’Albany réside dans la séduction toute intellectuelle qu’elle exerça sur Alfieri et dans l’intensité du lien qui en découla.

4La troisième section intitulée « Figure » poursuit cette orientation et prend tout d’abord en considération la figure de Veronica Giuliani, religieuse mystique connue sous le nom de sœur Orsola qui fut victime de nombreuses persécutions pour suspicion de sorcellerie. Mais ce qui retient l’attention de Luisa Ricaldone dans ce personnage est surtout son abondante production écrite : plus de 20.000 pages de journal intime, rédigées sur injonction de ses confesseurs, auxquelles s’ajoutent de nombreuses lettres, poésies et comptes rendus. L’auteure montre que l’obligation à l’écriture autobiographique pour raconter les épisodes surnaturels dont elle est l’objet est le lieu d’expression d’un repli sur soi, conséquence de la condition subalterne dans laquelle étaient tenues les religieuses au sein du clergé. Luisa Ricaldone s’arrête ensuite sur la figure de Luisa Bergalli, auteure vénitienne de pièces de théâtre, en étudiant en particulier son œuvre majeure, Le avventure del poeta qui, d’une part, vise à « affranchir la figure de l’homme de lettres du masque caricatural du courtisan » et, d’autre part, à « réhabiliter les qualités morales et pratiques féminines ». L. Ricaldone souligne la modernité de cette figure de femme pauvre et cultivée, lucide face à la décadence intellectuelle d’une partie de l’aristocratie, qui exprime les premiers symptômes de la transformation de la société vénitienne. L’article suivant est alors l’occasion de mettre en évidence le contraste avec la situation de l’instruction et de la culture féminines au XVIIIe siècle au Piémont, soulignant le retard de la région par rapport à la Lombardie et à la Vénétie. Luisa Ricaldone montre que les quelques figures de femmes de lettres turinoises étaient plutôt des intellectuelles « privées » que « publiques », parce que leur activité se limitait aux Académies et qu’elles n’ont pas su créer de centres d’animation culturelle ouverts sur la société. Elle y esquisse aussi quelques portraits d’intellectuelles turinoises.

5La section finale, « Altrove », est consacrée d’abord à la question de la réception de l’œuvre d’Alfieri en Autriche qu’elle résume de la sorte : « Lu, apprécié, parfois même aimé, puis répudié, mis de côté, refoulé : voilà en quoi semble avoir consisté la parabole du destin d’Alfieri auteur de tragédies en Autriche ». Luisa Ricaldone y analyse également les convergences dans la réflexion sur le despotisme et la tyrannie chez Alfieri et Mirabeau. Enfin, cet intéressant recueil se clôt sur parcours de la représentation de Parini comme personnage chez divers auteurs du XIXe siècle – et tout particulièrement Leopardi – et la réflexion sur la figure de l’homme de lettres qui en découle.

6En somme, la « marginalité » que Luisa Ricaldone se propose d’explorer dans ce recueil d’articles est tantôt une marginalité des auteurs, tantôt une marginalité des œuvres considérées. Mais c’est aussi la marginalité de certains aspects d’un auteur, qui viennent éclairer d’un jour différent une œuvre par ailleurs non marginale. C’est le cas, par exemple, de la réflexion sur les figures féminines dans l’œuvre de Parini ou de certains aspects “marginaux” de Parini et d’Alfieri. Dans tous les cas, l’auteure montre que l’intérêt du concept de “marge”, de limite, est de proposer une position d’analyse décentrée, permettant de mettre en évidence les différences, l’altérité, et des aspects souvent passés sous silence par la critique, ce qui permet parfois de reformuler certains aspects du débat sur le XVIIIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Ceccarini, « Luisa Ricaldone, Dodici studi. Margini del Settecento », Italies, 11 | 2007, 707-710.

Référence électronique

Estelle Ceccarini, « Luisa Ricaldone, Dodici studi. Margini del Settecento », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/4257

Haut de page

Auteur

Estelle Ceccarini

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org