Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Franco-Italica. Metamorfosi dei Lumi 2. Tempo, Natura, 27, a cura di Simone Messina e Valeria Ramacciott

Alessandria, Edizioni Dall’Orso, 2005.
Riccardo Donati
p. 710-711
Référence(s) :

Franco-Italica. Metamorfosi dei Lumi 2. Tempo, Natura, 27, a cura di Simone Messina e Valeria Ramacciotti, Alessandria, Edizioni Dall’Orso, 2005

Texte intégral

1Le numéro 27 de la revue Franco-Italica, édité sous la direction de Simone Messina et de Valeria Ramacciotti, rassemble plusieurs interventions comparatistes et multidisciplinaires consacrées à la métamorphose des notions de Temps et de Nature pendant les années du tournant des Lumières (1780-1820). Entre le XVIIIe et le XIXe siècle, le genre littéraire qu’était l’historiographie se transforme en science du passé, et les artistes commencent à prendre conscience de la valeur de la dimension temporelle/historique. La conception pré-révolutionnaire de l’Histoire en tant que succession rationnelle d’événements, impliquant une certaine foi dans les catégories de l’enthousiasme et du beau, a été progressivement remplacée par l’idée que l’Histoire est dépourvue de sens, et que l’écrivain doit s’en remettre au temps de la religion et de la nature, en faisant appel aux concepts de l’extase et du sublime. Ce mouvement dialectique entre l’acceptation du temps historique et la fuite vers une dimension atemporelle, entre d’un côté le projet de l’avenir et de l’autre l’illumination de l’instant qui s’ouvre sur l’éternité (Lionello Sozzi), fait l’objet de ce volume, consacré à de nombreux romanciers, poètes et philosophes de cette période.

2Après le choc de la Révolution Française, l’Histoire commence à être considérée comme une force qui entraîne les destins individuels : une mutation qui a été pressentie dans le Mariage de Figaro de Beaumarchais (Jean-Paul Sermain). Cela déclenche un élargissement progressif de la dimension de l’intériorité, mais aussi une crise de l’identité qui prend plusieurs directions : Wackenroder et Hölderlin, par exemple, font l’expérience du caractère négatif du temps (Chiara Sandrin), alors que William Blake considère la Révolution comme la Révélation d’un nouvel ordre cosmique, d’un projet divin de régénération (Claudia Corti). Pour des poètes comme Wordsworth ou Pindemonte, la fuite de l’enfer de l’histoire représente une expérience cathartique, une chance de renaître à travers les facultés de l’imagination et le plaisir de la mémoire (Giuliana Ferreccio, Marco Cerruti). La puissance purificatrice de la loi de nature est également au centre de l’œuvre romanesque de Pigault-Lebrun, dans laquelle prédomine une philosophie irrationnelle du carpe diem (Aimé Guedj), mais elle est aussi exprimée par la passion staëlienne du vague (Michel Delon). La réflexion de Verri reprend plutôt la notion lockienne d’inquiétude, de sorte que sa conception du sublime se concentre principalement sur la souffrance liée au sacrifice du créateur et sur la valeur esthétique de la douleur (Silvia Contarini).

3Dans le cas de la Vita de Vittorio Alfieri, le but est de remonter le cours de l’histoire à rebours vers les classiques, considérés comme des modèles atemporels et mythiques de perfection. Alfieri refuse donc le temps présent et se réfugie dans l’illusion d’une dimension métahistorique idéale (Guido Santato). La possibilité d’atteindre une nouvelle harmonie en se référant à la sublime sagesse des Anciens représente aussi l’espoir de Court de Gébelin : sa critique du temps linéaire-historique, qui est considéré comme une source de corruption, passe par la glorification du temps cyclique du calendrier, où les jours sont organisés sur la base des fêtes et des rites (Anne-Marie Mercier Faivre). Le déclin définitif du rationalisme du XVIIIe siècle coïncide avec les années de la Restauration : les derniers espoirs d’un nouvel ordre social, d’un bonheur à la portée de tous grâce aux « lumières publiques », ont échoué pendant la période napoléonienne, ce dont témoigne la pensée de Cabanis (Carmela Ferrandes) et le passage du paradigme du droit rationnel au paradigme du droit positif du XIXe siècle (Ettore Gliozzi).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Riccardo Donati, « Franco-Italica. Metamorfosi dei Lumi 2. Tempo, Natura, 27, a cura di Simone Messina e Valeria Ramacciott », Italies, 11 | 2007, 710-711.

Référence électronique

Riccardo Donati, « Franco-Italica. Metamorfosi dei Lumi 2. Tempo, Natura, 27, a cura di Simone Messina e Valeria Ramacciott », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/4259

Haut de page

Auteur

Riccardo Donati

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org