Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sergio Romano, La foi et le pouvoir. Le Vatican et l’Italie, de Pie IX à Benoit XVI, traduit de l’Italien par Anne Guglielmetti

Paris, Buchet-Chastel, 2007, 153 p.
Sylvain Trousselard
p. 712-716
Référence(s) :

Sergio Romano, La foi et le pouvoir. Le Vatican et l’Italie, de Pie IX à Benoit XVI, traduit de l’Italien par Anne Guglielmetti, Paris, Buchet-Chastel, 2007, 153 p.

Texte intégral

1L’auteur de ce bref « essai historique » (qualificatif utilisé par l’auteur lui-même dans son introduction) pose comme point de départ à sa démarche sa propre expérience de haut fonctionnaire d’État et le serment de fidélité prêté à la République quand il prit ses fonctions au Ministère des Affaires Étrangères en 1954. Le serment sur les Évangiles et non sur la Constitution italienne a ainsi provoqué chez lui un questionnement fondamental sur les relations entre la République italienne et l’Église. L’essai reprend de manière chronologique cette évolution depuis le Risorgimento jusqu’à l’élection de Joseph Ratzinger sur le trône de saint Pierre.

2Une brève bibliographie essentielle permet au lecteur de trouver les références indispensables à un approfondissement sur la question. L’index nominum très précieux permet également une lecture plus ciblée à travers l’ouvrage.

3Sergio Romano débute son essai de manière anecdotique, en évoquant la prise de Rome, comme moment fondateur d’une unification italienne déjà bien entamée et dont l’ultime phase consiste en une arrivée sous des applaudissements populaires. L’aventure du Risorgimento trouve dès lors sa conclusion dans la recherche d’une stabilité civile plus que dans la résistance d’un État pontifical prêt à se maintenir coûte que coûte. L’âge de Pie IX « prisonnier » de Rome et l’installation du roi Victor-Emmanuel II au Quirinal ne provoquent quant à eux aucune indignation au sein de la communauté catholique mondiale. Les années qui suivent se singularisent par une série d’affronts subtils et politiques qui s’exprimèrent particulièrement par le biais de détails de protocoles heurtant tantôt les souverains piémontais, tantôt les princes de l’Église. L’auteur souligne tout de même que le nouvel État italien dut définir de manière unilatérale ses relations avec l’Église, par la loi dite des Garanties (1871) qui laissait à l’Église la souveraineté sur le Vatican et permettait la non immixtion de l’État dans ses affaires. Ces événements sont clairement exposés et montrent de manière très explicite et évidente la position des différents protagonistes.

4La mort de Pie IX en 1878 et l’arrivée de Léon XIII marquèrent plusieurs tentatives de conciliation entre le jeune État italien et l’Église de Rome. Sergio Romano montre de manière explicite comment des événements politiques, notamment la nouvelle politique impérialiste italienne, pouvaient faire l’objet d’un consensus entre État italien et Église romaine. Mais la coexistence de deux entités romaines revendiquant la détention légitime du pouvoir temporel sur la ville éternelle ne pouvait finalement qu’aboutir à des heurts. Sergio Romano souligne que la politique sociale du clergé adoucit cependant la position du non expedit, et que l’arrivée de Pie X en 1903, sous la pression de l’Empereur austro-hongrois, réorienta la stratégie globale cléricale, notamment face à la montée des révolutionnaires de gauche qui finalement se révélaient plus dangereux pour les intérêts de l’Église, que les jacobins, les francs-maçons ou encore les libéraux. La loi sur le divorce, présentée en 1901 par Zanardelli, illustre des intérêts communs qui progressivement commencent à émerger. La réforme électorale de 1912, augmentant ostensiblement le nombre des électeurs masculins, marque elle aussi une volonté d’orienter l’électorat vers une sphère différente du socialisme alors de plus en plus émergeant. L’aventure en Tripolitaine révèle également des intérêts communs, financiers cette fois. L’élection de Giacomo della Chiesa, homme de curie et d’affaires internationales, à la tête de l’Église donne une tournure particulière aux relations entre l’État italien et le Vatican. L’entrée en guerre les rend plus difficiles, mettant à l’épreuve la loi des Garanties et confirmant également l’existence d’un patriotisme catholique. En 1916, Benoît XV envoya une note déplorant la « guerre inutile », invitant les belligérants à une paix durable. Cette ingérence du Vatican fut très mal perçue. La naissance en 1919 du « parti populaire italien », composé de laïcs catholiques, a marqué une phase importante dans le panorama politique.

5Sergio Romano rappelle de manière fort intéressante que la mort de Benoît XV, en 1922, vit l’arrivée de Pie XI, l’archevêque de Milan, ville où le fascisme avait vu le jour et où Mussolini tenait son journal. Ainsi précise-t-il que le fascisme n’était pas le problème majeur de la société italienne pour le nouveau vicaire du Christ, surtout si on y ajoute son expérience du communisme lors de son séjour en Pologne en tant que nonce. La menace bolchevique et le retour à l’ordre devenaient des préoccupations communes à la fois de l’Église et de Mussolini qui pourtant avait été un fervent anticlérical. Sergio Romano montre que les intérêts communs, à la fois politiques et financiers, eurent raison des vieilles oppositions et constituèrent le ciment d’une coopération réelle. Tous ces signes et les actions entamées aboutirent à la signature des accords du Latran en 1929. Mussolini travailla cependant dans le sens d’une instrumentalisation de l’Église pour asseoir son pouvoir et son régime. L’auteur précise tout de même que les accords du Latran avaient marqué une étape essentielle dans l’installation du régime et dans son assise, mais que les sphères d’influences fascistes et catholiques se révélèrent antagonistes sous bien des aspects. C’est ainsi que l’Église soutint les choix belliqueux et de conquête du régime tant en Éthiopie qu’en Espagne où le spectre bolchevico-maçonnique cristallisait davantage les préoccupations du Saint-Siège. Les lois raciales, signes d’une imitation nazie, marquèrent une divergence évidente même si l’Église demeura ambiguë, voire contradictoire dans ses positions. Sergio Romano précise que Pie XI condamna le racisme au même titre que le communisme, mais que son encyclique ne fut jamais publiée par son successeur, Pie XII, lorsqu’il mourut en 1939. La position de neutralité du Vatican lors de la Seconde guerre mondiale confirma son influence puisqu’à la fin du conflit furent mises en place de nouvelles figures formées par les institutions religieuses durant le régime fasciste. De Gasperi constitue à lui seul une figure emblématique de cette transition et de l’installation de la Démocratie Chrétienne dans la nouvelle configuration politique. La Constitution italienne et les tractations avec les communistes italiens ont ainsi permis l’installation d’un parti fondamentalement lié aux intérêts du Saint-Siège et profondément opposé au communisme, comme le souligne la nouvelle configuration politique de la guerre froide qui marqua la politique internationale au sortir du second conflit mondial.

6Le bref pontificat de Jean XXIII marqua un net virage dans les positions de l’Église. La convocation quasi immédiate d’un concile (Vatican II) provoqua un bouleversement complet dans l’attitude de l’Église en se plaçant ainsi au cœur même des changements politiques qui animaient la planète. Les positions des différents acteurs de la vie politique allaient ainsi provoquer l’émergence d’une alliance plus évidente entre la Démocratie Chrétienne et les institutions religieuses. Le « miracle italien » fut un moteur essentiel de cette évolution ; il aboutit par ailleurs aux contestations d’abord estudiantines puis ouvrières qui émaillèrent la vie politico-religieuse et sociale des années 70 et 80. Sergio Romano ne manque pas de rappeler un certain nombre d’avancées sociales, et particulièrement la question du divorce qui fut définitivement résolue en 1974 et la loi sur l’avortement conclue en 1981. Cette double défaite des conservateurs a marqué d’un signe fort que la société italienne avait changé. Il précise en outre que le Concordat de 1984 ne défavorisa pas pour autant les institutions religieuses. L’Église catholique put garder une place et un rôle prépondérants au sein de la société italienne et des institutions du pays.

7Sergio Romano conclut son essai par les scandales politico-financiers qui émaillèrent les années 80 et 90 et qui non seulement plongèrent l’ensemble du champ politique italien dans une crise sans précédent mais eurent pour effets des changements dans les relations avec l’Église. La disparition de la Démocratie Chrétienne et l’émergence d’un bipolarisme politique plus évident a ainsi redistribué les cartes au sein de la classe politique. C’est donc face à une Église œcuménique que la classe politique s’est réunie, renforçant ainsi sa sphère d’influence à travers l’émergence de plusieurs mouvements laïcs pro-catholiques.

8On pourra déplorer la brièveté de cet ouvrage dans la mesure où tous les événements rappelés par Sergio Romano nous portent à vouloir aller plus loin dans l’histoire des relations entre l’État italien et le Vatican. Ce défaut est néanmoins étroitement lié à la qualité essentielle et immédiatement repérable de cet essai. En effet, l’esprit de synthèse propose une vision très claire des grandes étapes qui ont marqué les relations entre le politique et le religieux depuis le Risorgimento et livre des pistes intéressantes pour des recherches ultérieures que la bibliographie succincte mais très ciblée pourra amorcer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Trousselard, « Sergio Romano, La foi et le pouvoir. Le Vatican et l’Italie, de Pie IX à Benoit XVI, traduit de l’Italien par Anne Guglielmetti », Italies, 11 | 2007, 712-716.

Référence électronique

Sylvain Trousselard, « Sergio Romano, La foi et le pouvoir. Le Vatican et l’Italie, de Pie IX à Benoit XVI, traduit de l’Italien par Anne Guglielmetti », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/4264

Haut de page

Auteur

Sylvain Trousselard

Université de Saint-Etienne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org