Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Silvia Contarini, La femme futuriste : mythes, modèles et représentations de la femme dans la littérature futuriste, 1909-1919

Nanterre, Publidix-Presses Universitaires de Paris 10, 2006, 341 p.
Simona Cigliana
p. 716-724
Référence(s) :

Silvia Contarini, La femme futuriste : mythes, modèles et représentations de la femme dans la littérature futuriste, 1909-1919, Nanterre, Publidix-Presses Universitaires de Paris 10, 2006, 341 p.

Texte intégral

1Silvia Contarini, La femme futuriste : mythes, modèles et représentations de la femme dans la littérature futuristes, 1909-1919, Nanterre, Publidix-Presses Universitaires de Paris 10, 2006, 341 p.

  • 1  G. P. Lucini, Come ho sorpassato il Futurismo, in « La Voce », V, n.15, 10 aprile 1913 : « Io non (...)

2En 1913, Gian Pietro Lucini, l’un des écrivains les plus intéressants de la première vague du Futurisme, et dont plusieurs ouvrages importants avaient été publiés par la maison d’édition du mouvement (les « Edizioni Futuriste di Poesia »), se dissocia du groupe et de l’action de Marinetti. Désormais en pleine polémique avec celui qui se présentait comme le chef de l’avant-garde internationale, Lucini fit paraître une lettre ouverte dans la revue « La Voce » pour déplorer l’érotomanie du Futurisme, ses appels à la guerre et son incitation à la violence, et pour constater avec regret que toutes les lubies des futuristes à l’égard de la virilité du caractère finissaient par conduire à la misogynie et aux injures envers les femmes1.

3Il n’était pas le seul à remarquer le décalage saisissant entre l’élan utopiste du Futurisme et ses propositions pratiques, entre son essor de renouveau et les clichés du passé qu’il semblait incorporer dans son programme.

  • 2  Nous rappelons, en particulier : L. De Maria, (sous la direction de), Teoria e invenzione futurist (...)

4Les contradictions auxquelles le Futurisme aboutissait faisaient intégralement partie de son action visant à « épater le bourgeois » mais elles dérivaient aussi – ce que Lucini ne pouvait pas bien saisir à l’époque – des antinomies et des contrastes exprimés par le mouvement lui-même, car, né à cheval sur deux siècles et sur deux pays (l’Italie et la France), il incluait « des âmes multiples », comme les critiques l’ont montré à plusieurs reprises jusqu’à nos jours2.

5Cependant, à propos du « mépris de la femme » que Marinetti avait prôné dès son Manifeste de Fondation, la question se pose aujourd’hui d’une manière plus complexe : bien qu’il se prétende « ultraviril », le Futurisme représente en Italie, au moins jusqu’aux années suivant la Deuxième Guerre mondiale, le seul mouvement d’avant-garde auquel des femmes participent ; de la même façon, les voix féminines qui s’élèvent pour témoigner de leur propre adhésion aux propos marinettiens et pour certifier de leurs activités en tant qu’artistes, écrivaines et polémistes sont plutôt nombreuses et, parfois, remarquables. Valentine de Saint-Point, Enif Robert, Irma Valeria, Rosa Rosà, Maria Ginanni, Magamal, Benedetta, Maria Goretti, cachées derrière leurs noms de plume, nous ont donné des poèmes, des contes, des romans et des contributions théoriques qui, bien qu’inégaux sur le plan de la réussite esthétique, sont tout à fait intéressants et valables, surtout si l’on considère le cadre italien et la présence des femmes dans le milieu littéraire de l’époque.

  • 3  A. Nozzoli, Le donne del posdomani : scrittrici e avanguardia, in Tabù e coscienza. La condizione (...)
  • 4  Ainsi C. Salaris, dans son livre-anthologie Le Futuriste, donne e letteratura d’avanguardia in Ita (...)

6La mise en valeur de la production artistique et littéraire des femmes du Futurisme n’a pas été pourtant sans délais et sans querelles. Les écrivaines futuristes n’ont commencé à être étudiées qu’à partir des années soixante-dix du XXe siècle et jusqu’à la moitié des années quatre-vingts, dans le sillage des mouvements féministes. Après quoi, l’attention qu’on leur avait prêtée et qui relevait souvent d’un souci moins littéraire ou artistique qu’idéologique ou théorique, semble se tarir, à quelques exceptions près. Ce laps de temps a été suffisant pour que les femmes futuristes acquièrent un droit d’existence dans l’histoire littéraire, mais pas pour permettre l’approfondissement d’une série de problématiques qui sont restées à peine ébauchées et qui tiennent soit au rôle que les femmes ont joué dans le mouvement, soit à la considération que les futuristes-hommes ont réservée à leurs consœurs et amies et aux femmes en général. D’ailleurs, les réflexions critiques qui s’ensuivirent pendant quinze ans ont débouché sur des conclusions parfois opposées : certains critiques considèrent les apports des femmes futuristes comme de simples « curiosités » littéraires, jouissant d’une modeste diffusion auprès du public féminin3 ; d’autres ne manquent pas de souligner l’importance de leur contribution, qui aurait été animée d’un esprit « transgressif » et aurait joué un rôle essentiel dans le mouvement de Marinetti4.

7Le beau livre de Silvia Contarini, La Femme futuriste. Mythes, modèles et représentations dans la théorie et la littérature futuristes (Paris, Presse Universitaires de Paris 10, 2006), très riche et bien documenté, vient enfin remettre à plat la question, d’une part en la rattachant à la situation sociale et politique de l’Italie du début du siècle (ses mœurs, son retard, ses contradictions) et, de l’autre, en l’étudiant du point de vue de l’idéologie futuriste même, dans toute sa complexité socio-idéologique et littéraire, voire dans ses nombreux paradoxes et apories, qui dans cet ouvrage, loin d’être négligés, sont mis en lumière et étudiés par l’auteure.

8Étant donné que l’érotisme assume un rôle essentiel non seulement dans la polémologie futuriste mais encore dans toute la conception de la femme chez les futuristes ; étant évident aussi que l’interprétation des hommes – à commencer par Marinetti – y participe de façon prépondérante, il est clair qu’il serait impossible de traiter le sujet en le dissociant de la problématique sexuelle. Ceci dit, plusieurs problèmes restaient à cerner. Et d’abord un problème de méthode, entraînant tantôt la pluralité de moyens d’expression artistique et littéraires chez les futuristes (manifestes théoriques, romans, tables motlibristes), grâce auxquels, de surcroît, les genres s’estompent ; tantôt le facteur chronologique, le Futurisme étant un mouvement dont l’action se développe sur une quarantaine d’années, de 1909 à la mort de Marinetti en 1944 ; tantôt le point de vue de l’étude, les femmes étant à la fois sujet et objet de la parole et du regard.

9L’analyse de Silvia Contarini se borne à la production textuelle et à la première phase du Futurisme (y compris ses racines dans la formation intellectuelle et artistique de Marinetti) : la plus significative et la plus abondante en éléments de réflexion. C’est pour cela que son étude ne prend pas en considération une écrivaine comme Benedetta, qui fut la femme de Marinetti et l’auteure de trois romans qui se distinguent par leur engagement au niveau linguistique et expérimental.

10Mais les questions autour desquelles cet essai si dense est construit sont nombreuses et cruciales : quelle nouvelle identité féminine le Futurisme a-t-il esquissée dans son refus acharné de tout héritage du passé ? Y a-t-il, au sujet des femmes, une position commune des futuristes ? Comment les futuristes abordent-ils la « question de la femme » dans ses différents aspects (divorce, droit de vote, protection de la maternité), objets de débat dans la société de l’époque ? Les femmes qui participèrent au Futurisme ont-elles tiré profit du mythe de la modernité qui a mû ce mouvement ? Sachant que les futuristes voulaient bousculer la vie entière, au quotidien, et étant donné qu’on ne peut transformer la vie sans changer l’homme ni changer l’homme sans toucher à la femme, quel nouveau rôle ont-ils envisagé pour « l’autre moitié du ciel » ? De quelle nature est le soi-disant « mépris de la femme » ? Quels aspects du féminin engage-t-il ? Et s’il s’agit d’une véritable misogynie, quelles sont les raisons qui ont poussé des femmes à adhérer à un tel mouvement ? Les femmes futuristes se sont-elles exprimées sur ces thèmes qui les concernent de près ? Avec quels résultats ? En tant que militantes du Futurisme, ont-elles mûri dans la considération de leur propre identité et de leur rôle ?

11Les réponses qui ressortent du livre de Silvia Contarini peuvent être surprenantes, car les dettes du Futurisme avec le passéisme qu’il veut combattre s’y montrent clairement.

12En 1909, la formule du « mépris », qui juxtapose la lâcheté des femmes à l’exaltation de la guerre, défraye la chronique. Même si Marinetti a voulu que son manifeste produise des remous, les réactions virulentes auprès des femmes artistes et intellectuelles qu’il fréquente – et parmi lesquelles il se complaît à énumérer ses nombreuses conquêtes amoureuses – le poussent assez vite à corriger le tir. Dans les interviews et les manifestes qui suivront, Marinetti expliquera que le « mépris » concerne « la tyrannie de l’amour, qui surtout dans les pays latins entrave et tarit les forces des créateurs et des hommes d’action » : selon lui, le Futurisme veut seulement « arracher les mâles de vingt ans à la vaniteuse obsession de l’aventure galante et de l’adultère ». Il s’agirait, en somme, d’une révolte envers l’un des tòpoi les plus rebattus du romantisme, d’une revanche de l’esprit moderne contre les poncifs du sentimentalisme, de la femme fatale ou luxurieuse. Cela n’empêche pas Marinetti d’assimiler les femmes, créatures faibles et pleurnicheuses, aux prudents « passéistes », aux routiniers, aux invalides, aux faibles : à tous ces morts-vivants qui encombrent le chemin de la révolution futuriste, tandis que l’érotisme masculin, dans les textes théoriques des années 1909-1913, est encouragé à chercher son épanouissement dans la bataille – et l’exaltation guerrière est rattachée à l’excitation sexuelle, le combat à la copulation, tandis que les rencontres amoureuses sont comparées à de violents affrontements.

  • 5  À propos de l’influence de l’ésotérisme sur Marinetti et les futuristes, nous nous permettons de r (...)
  • 6  F. T. Marinetti, Mafarka le futuriste, Paris, Sansot, 1910 ; nos citations renvoient à l’édition i (...)

13Sur le plan de la création littéraire, l’ensemble des textes révèle également une conception négative de la femme et de l’amour. La réflexion de l’essayiste s’appuie sur l’œuvre de Marinetti, dont l’action et la pensée ont joué un rôle déterminant dans la constitution de la poétique du Futurisme. De la tragédie satirique Roi Bombance au roman Mafarka le futuriste, l’analyse des images et des situations nous éclaire au cours des pages pour expliquer le rêve qui constitue le jalon de la retombée antiféministe de l’utopie Marinettienne. En particulier dans Mafarka, Marinetti, féru d’ethnologie et d’histoire des religions, intéressé par les doctrines ésotériques en vogue à l’époque5, développe le mythe du surhomme futuriste, homme-machine « métallisé », puissant et « intarissable », doté d’une virilité exceptionnelle et qui pourtant, pour éliminer toute cause de défaillance, a dompté sa luxure et ses sentiments. Cet homme-démiurge conçoit le projet de créer un fils « sans le concours de la vulve … et la puante complicité de la matrice de la femme »6, par le seul effort de sa propre volonté « extériorisée ». Le problème du « Futurisme de l’espèce » ainsi résolu, Mafarka esquisse alors un modèle de monde où le mâle sera auto-reproducteur et concentrera en lui-même tous les pouvoirs : un homme qui ne sera contaminé par aucune empreinte féminine, ni entaché d’aucune faiblesse qui l’empêcherait de s’affirmer. De cette manière, l’on mettra fin au conflit millénaire qui oppose le mâle à son double, la femelle, car il n’y aura plus qu’un sexe, le sexe masculin.

14En somme, si l’on a l’impression que pour les hommes futuristes les femmes peuvent rester dans la réalité telles qu’elles sont, dans l’utopie elles disparaissent, parce que dans les textes fondateurs du mouvement, théoriques et littéraires, elles sont absentes, effacées, chassées ou… tuées.

  • 7  Cfr. F. T. Marinetti, La grande Milano tradizionale e futurista et Una sensibilità italiana nata i (...)

15Comment conjuguer alors cette vision avec l’admiration que Marinetti professa pour des femmes à la forte personnalité – telles que l’anarchiste Marie Rygier, l’actrice Emma Gramatica, l’écrivaine Rachilde et pour beaucoup d’autres ? Comment l’accorder avec les propositions de « réforme de la famille » avancées à la fin des années 1910 sur les pages de « Roma futurista » et dans « Democrazia futurista » ? Et comment lire nombre des contes et des romans qui montrent des héros toujours passionnés et à l’affût de la femme idéale ? Comment expliquer aussi le manque de misogynie qui marque les mémoires que Marinetti a rédigées à la fin de sa vie7 ?

16Deux réponses sont esquissées dans le livre de Silvia Contarini. La première concerne le plan de la vie intime et de la création artistique, où les contradictions s’accumulent et se croisent jusqu’à envisager une véritable schizophrénie entre une culture ancestrale résistante envers tout changement et une réalité que le progrès et la modernité rendent très mouvante et que les futuristes mêmes voudraient bouleverser. En fait, l’homme futuriste nous apparaît toujours tiraillé entre l’envie de choquer, la culture misogyne ambiante, l’apologie de la virilité et une volonté toute théorique de changement social sans passer forcément par l’évolution personnelle.

17La deuxième réponse concerne le revirement idéologique qui s’amorce au moment de la fondation, en 1918, du Parti futuriste, parallèlement au débat sur « Roma futurista ». Le manifeste qui en annonce la création, en effet, recoupe la plupart des points des revendications féministes et socialistes du début du siècle : le suffrage universel, l’abolition de l’autorité maritale, la parité des salaires pour les hommes et les femmes, l’instauration du divorce, l’abolition de la famille, l’amour libre et l’« enfant d’État ». Les raisons de ce revirement sont claires : l’avant-garde peut être représentée et soutenue par une élite, mais un parti politique a besoin du soutien des masses et doit compter avec les exigences du présent, qui sont celles de l’après-guerre, d’un monde où les femmes sont sorties du foyer, où les valeurs et les rôles ont changé : un monde dans lequel les bouleversements politiques qui donneront lieu au Fascisme s’annoncent déjà. Dans les écrits de Marinetti en 1918-19, la femme n’appartient plus à l’homme parce qu’elle appartient à la régénération de la race, tout comme les enfants, qui représentent le futur de la Nation. Peu après, après l’échec électoral de 1919, le temps du « rappel à l’ordre » venu, la contestation des institutions fait place, dans les textes futuristes, à la redécouverte d’une certaine morale traditionnelle, notamment au sein de la famille.

18Quant aux femmes qui ont côtoyé le Futurisme ou participé à son action, particulièrement dans les rangs de « L’Italia futurista », leurs positions se montrent minoritaires bien que très différentes par rapport à celles de leurs camarades masculins. Elles ne proposent pas l’élimination des hommes, car elles les aiment et les estiment. Elles refusent plutôt la femme du présent et envisagent un changement global, une métamorphose des deux sexes, en s’ouvrant ainsi sur l’avenir. La plupart des femmes futuristes sont d’accord pour dire qu’une transformation de leur condition actuelle est une utopie réalisable : souvent leur adhésion programmatique au mouvement révèle l’espoir d’incarner des modèles de féminins différents, de trouver un espace anticonventionnel de rupture et une tribune d’où pouvoir s’exprimer librement. Trois écrivaines en particulier, chacune à sa manière, ont contribué à la définition de la femme du lendemain et peuvent être considérées comme des porte-parole dans la période étudiée par Silvia Contarini : Valentine de Saint-Point, la seule femme signataire des seuls manifestes sur la femme (Manifeste de la femme futuriste, 1912 ; Manifeste Futuriste de la luxure, 1913) ; Rosa Rosà et Enif Robert , protagonistes du débat sur la femme et auteures de deux œuvres fort significatives : Una donna con tre anime et Un ventre di donna. Sans qu’elles se concertent, sans qu’elles fassent référence l’une à l’autre, ces trois futuristes proposent de nouvelles identités féminines aux ressemblances étonnantes.

19Mais, en dépit de leur situation « bloquée », les femmes futuristes ne ressentirent jamais le besoin d’une lutte commune. Leur dépréciation du féminin, alignée sur les sentiments généraux, les poussa plutôt à compter sur les hommes pour parvenir aux changements souhaités. Ainsi, recherchant les qualités masculines, affectées d’une vision aristocratique et élitiste de leur activité intellectuelle, dédaignant l’intervention sociale et politique, elles ne réussirent pas à imposer leurs idées ni à les faire accepter par les femmes et les hommes, au sein du mouvement comme dans la société de leur temps.

20Ce livre passionnant s’achève donc sur le constat d’un échec. Restent à souligner l’engagement de pionnières de ces femmes, leur malaise et leur solitude au cœur d’une époque et d’un pays qui ne consentaient guère aux femmes d’occuper beaucoup d’espace et qui rendaient difficile pour les hommes de se libérer de leurs conditionnements ancestraux. Enfin, il nous reste à mettre particulièrement en relief la lucidité d’analyse, l’esprit de clarté, la richesse de documentation qui font de ce travail de Silvia Contarini un point de repère pour l’histoire critique du Futurisme et pour l’histoire des femmes.

Haut de page

Notes

1  G. P. Lucini, Come ho sorpassato il Futurismo, in « La Voce », V, n.15, 10 aprile 1913 : « Io non voglio che sotto specie di libertà, si concedano i privilegi della ferocia e del brigantaggio, che, colle fisime alla maggiore virilità di carattere, si insulti la donna, e, col pretesto della patria, si faccia l’Italia croata ; nego il sofisma della gloria, perché con ciò si instaura il dispotismo ; non credo, che, colle parvenze del far nuovo, si possa interrompere l’equilibrio, l’equilibrio che produce, che si fa arte, che rispetta coscienze ed azioni. E poi quale enorme sciocchezza odiare il passato ! Non commettetela, Giovani. ».

2  Nous rappelons, en particulier : L. De Maria, (sous la direction de), Teoria e invenzione futurista, Milano, Mondadori, 1968 ; 19903, pp. XLVII-XLVIII) ; E. Crispolti, Storia e critica del Futurismo, Bari, Laterza, 1987, pp. XI-XII ; G. Lista, F. T. Marinetti. L’anarchiste du Futurisme, Paris, Séguier, 1995, p. 10 sgg.

3  A. Nozzoli, Le donne del posdomani : scrittrici e avanguardia, in Tabù e coscienza. La condizione femminile nella letteratura italiana del Novecento, Firenze, La Nuova Italia, 1978.

4  Ainsi C. Salaris, dans son livre-anthologie Le Futuriste, donne e letteratura d’avanguardia in Italia (Milano, Edizioni delle donne, 1982), qui a eu, d’ailleurs, le mérite d’avoir ouvert la voie de la réhabilitation des femmes futuristes, et de réécrire une page très importante de l’histoire du mouvement.

5  À propos de l’influence de l’ésotérisme sur Marinetti et les futuristes, nous nous permettons de renvoyer à notre livre Futurismo esoterico. Contributi per una storia dell’irrazionalismo tra Otto e Novecento, Napoli, Lugubri 2002.

6  F. T. Marinetti, Mafarka le futuriste, Paris, Sansot, 1910 ; nos citations renvoient à l’édition italienne : Mafarka il futurista, Milano, Sonzogno, 19202, p. 210.

7  Cfr. F. T. Marinetti, La grande Milano tradizionale e futurista et Una sensibilità italiana nata in Egitto (sous la direction de L. De Maria), Milano, Mondadori, 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simona Cigliana, « Silvia Contarini, La femme futuriste : mythes, modèles et représentations de la femme dans la littérature futuriste, 1909-1919 », Italies, 11 | 2007, 716-724.

Référence électronique

Simona Cigliana, « Silvia Contarini, La femme futuriste : mythes, modèles et représentations de la femme dans la littérature futuriste, 1909-1919 », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/4267

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org