Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sergio Romano, Avanti ! Chroniques italiennes

Paris, Buchet-Chastel, 2007, 279 p.
Daniela Verdura Rechenmann
p. 532-534
Référence(s) :

Sergio Romano, Avanti ! Chroniques italiennes, Paris, Buchet-Chastel, 2007, 279 p.

Texte intégral

1Pourquoi écrire à l’intention des lecteurs français une chronique hebdomadaire des événements italiens de l’année 2006 ? Parce que les Français « ont quelques difficultés » à comprendre l’Italie actuelle, désorientés par son évolution récente et par l’arrivée au pouvoir de Silvio Berlusconi, et parce que la classe politique française évoque trop souvent les événements italiens uniquement comme contre-exemple (p. 7). L’auteur explique ainsi la genèse de son livre, né d’une idée des éditions Buchet-Chastel. C’est donc en français, « pour adopter le point de vue culturel » de ses lecteurs, que Sergio Romano, historien, ancien diplomate et éditorialiste du « Corriere della Sera », se propose d’analyser pas à pas l’année 2006. Pour ses chroniques, une année électorale, après cinq ans d’un gouvernement de centre-droit conduit par Silvio Berlusconi, présente un double avantage : elle permet de mesurer d’abord l’écart entre les promesses électorales de 2001 et les résultats du quinquennat, elle soumet ensuite ce bilan au verdict des urnes et les suffrages des Italiens diront s’ils le considèrent satisfaisant ou non.

2Depuis le début des années 1990, l’Italie traverse une longue crise « à la fois culturelle et constitutionnelle » (p. 7). Deux causes principales expliquent selon l’auteur cette phase troublée de l’histoire italienne : la distance toujours plus grande entre un État rétif au changement et une société très réactive aux mutations d’une part, le vieillissement de la Constitution de 1948, qui est devenue un véritable frein à la modernisation du pays, d’autre part. Dans les deux cas, des réformes étaient indispensables.

3L’irruption de Silvio Berlusconi sur la scène politique, la création ex nihilo de son parti Forza Italia et sa première victoire électorale en 1994, ont bousculé le système politique italien et amorcé le changement. Devenu bipolaire, ce système a enfin réussi, grâce aux nouvelles règles électorales de 1993, à garantir l’alternance : la victoire du centre-gauche en 1996, puis celle du centre-droit de Berlusconi en 2001, à son tour battu par l’opposition en 2006. Les Italiens ont pu choisir entre deux programmes, deux leaders et deux camps bien définis.

4Plutôt conservateur, Sergio Romano dessine pourtant au fil des pages un portrait du Cavaliere sans complaisance ni concessions, qui en souligne les qualités et les atouts, mais aussi les défauts et les faiblesses. Loin de la « diabolisation » du personnage, qui ne permet aucunement aux lecteurs français de saisir le « phénomène » Berlusconi, l’auteur met l’accent sur un style et un discours optimistes qui répondaient aux besoins des Italiens, las d’une langue de bois politique « où chacun parlait à ses petits camarades plutôt qu’à ses compatriotes » (p. 70). Mais en 2006, Prodi et sa coalition sont sortis vainqueurs des urnes profitant des « cadeaux de la droite à la gauche » (pp. 82-86), comme l’écrit Sergio Romano. Deux nouvelles lois électorales, voulues par Berlusconi et ses alliés pour « empêcher la victoire du centre-gauche » (p. 337), ont fini par tourner à l’avantage de leurs adversaires.

  • 1  « De sa jeunesse comme chansonnier dilettante sur les bateaux de croisière, Silvio Berlusconi a ga (...)

5Sans indulgence et sans mâcher ses mots, l’auteur s’attaque ainsi aux vices de la classe politique et de ses concitoyens, dans un style teinté d’un humour décapant, et souvent mordant1, qui reflète ses inquiétudes sur le destin de son pays.

6L’Italie a-t-elle réussi son pari réformateur ? À ses lecteurs français, Sergio Romano propose un parcours guidé dans les méandres complexes de l’actualité, à travers les débats de la campagne électorale, le bilan du quinquennat écoulé et les choix des électeurs, les premiers pas du nouveau gouvernement Prodi, pour qu’ils saisissent les enjeux de l’alternance de 2006, et de celle qui se profile peut-être à l’horizon d’avril 2008.

  • 2  Doublement évocateur, car « l’Avanti ! », créé le 25 décembre 1896, fut le quotidien officiel du P (...)

7Il espère qu’ils pourront juger par eux-mêmes, au bout du chemin, si l’Italie est en progrès et garde le cap du changement, en d’autres termes si elle continue d’avancer, comme le souhaite Sergio Romano avec un « volontarisme non dénué d’une dose de scepticisme » (p. 10) révélé par le titre évocateur qu’il a choisi pour son livre, Avanti !2 (en avant !).

Haut de page

Notes

1  « De sa jeunesse comme chansonnier dilettante sur les bateaux de croisière, Silvio Berlusconi a gardé le sens du spectacle » (p. 257).

2  Doublement évocateur, car « l’Avanti ! », créé le 25 décembre 1896, fut le quotidien officiel du Parti socialiste italien (PSI) et que « Avanti ! » signifie en italien « en avant ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Verdura Rechenmann, « Sergio Romano, Avanti ! Chroniques italiennes », Italies, 12 | 2008, 532-534.

Référence électronique

Daniela Verdura Rechenmann, « Sergio Romano, Avanti ! Chroniques italiennes », Italies [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://italies.revues.org/4294

Haut de page

Auteur

Daniela Verdura Rechenmann

Université Grenoble III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org