Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anna Cento Bull et Adalgisa Giorgio, Speaking out and Silencing. Culture, society and Politics in the 1970s, Actes du Colloque Italy in the 1970s: Culture, Politics, Society, tenu à Bath, les 15-16 octobre 1999 ; Monica Jansen et Paola Jordão, The Value of Literature in and after the Seventies: The Case of Italy and Portugal (La valeur de la littérature pendant et après les années 70 : le cas de l’Italie et du Portugal), Actes du colloque de l’Université d’Utrecht les 11, 12 et 13 mars 2004

Londres, Modern Humanities Research Association and Maney Publishing, 2006, 244 p. ; Utrecht, Igitur, 2007, 2 vol. , 810 p. (disponibles aussi on line à l’adresse : http://congress70.library.uu.nl)
Claudio Milanesi
p. 724-738
Référence(s) :

Anna Cento Bull et Adalgisa Giorgio, Speaking out and Silencing. Culture, society and Politics in the 1970s, Actes du Colloque Italy in the 1970s : Culture, Politics, Society, tenu à Bath, les 15-16 octobre 1999, Londres, Modern Humanities Research Association and Maney Publishing, 2006, 244 p.

Monica Jansen et Paola Jordão, The Value of Literature in and after the Seventies : The Case of Italy and Portugal (La valeur de la littérature pendant et après les années 70 : le cas de l’Italie et du Portugal), Actes du colloque de l’Université d’Utrecht les 11, 12 et 13 mars 2004, Utrecht, Igitur, 2007, 2 vol. , 810 p. (disponibles aussi on line à l’adresse : http://congress70.library.uu.nl).

Texte intégral

1De façon tout à fait inattendue, 2007 a été l’année du retour de la mémoire des événements qui ont marqué l’histoire italienne en 1977. Après un silence qui avait duré trente ans, les langues se sont déliées et un déluge de souvenirs, de livres de mémoires, de photos, de romans, de blogs, a envahi les journaux, les librairies, les sites web. Tout à coup, on a retrouvé les visages, les langages, les images de cette année qui était restée dans les tiroirs de la mémoire collective pendant si longtemps, peut-être parce que les mouvements qui l’ont marquée étaient si difficiles à classer dans les catégories simplifiées des médias et de la politique, peut-être parce qu’on a longtemps considéré que leur implosion avait ensuite plongé l’Italie dans le cauchemar des années de plomb et du terrorisme. Il aura ainsi fallu trente ans pour que la culture italienne revienne sur ces événements, sous la poussée des mouvements altermondialistes qui en ont repris quelques traits, et parce que certains de ses acteurs, ayant atteint le demi-siècle et des positions plutôt solides dans les médias et dans le monde de l’entreprise, ont sans doute estimé qu’ils pouvaient enfin revenir publiquement sur leur péché originel sans que leur carrière et leur image publique en souffrent. Le cas le plus emblématique en est celui Lucia Annunziata, la journaliste et ancien président de la RAI, qui a consacré un livre à ces mouvements, où elle est allée jusqu’à raconter qu’elle avait lancé une pierre contre les militants du Parti Communiste et de la CGIL (le syndicat d’obédience communiste) le 17 février 1977, lors de la manifestation étudiante contre la venue du leader syndical Luciano Lama à l’Université de Rome.

2Mais si 1977 a été, du moins en Italie, l’année qui a clos la décennie des mouvements et des avancées des libertés et des droits (le divorce, l’avortement, le droit du travail…), l’année où tout avait commencé reste sans doute 1968, en Italie comme en France, à Prague comme à Berkeley ou à Berlin. Et l’an prochain, en 2008, il faudra s’attendre à une effervescence équivalente à celle des célébrations de soixante-dix-sept, quand le monde entier célébrera le quarantenaire de cette année-clé de l’histoire italienne.

3Pour bien préparer ces célébrations, on pourra alors se reporter aux Actes de deux colloques qui viennent d’être publiés et qui sont consacrés à la culture, à la littérature, au climat politique et aux mouvements de ces années soixante-dix qui ont changé le visage de l’Italie. La lecture des Actes de ces deux colloques, auxquels ont participé en tout une cinquantaine de spécialistes des sciences politiques et de l’histoire contemporaine, mais surtout de la littérature et de la civilisation de l’Italie contemporaine, provenant d’Universités italiennes, britanniques, françaises, mais aussi belges, américaines, hollandaises et néo-zélandaises, montre l’intérêt que suscite, dans les cercles des italianistes du monde entier, l’étude de cette décennie. Si le volume édité par Anna Cento Bull et Adalgisa Giorgio, entièrement en anglais, fait la part belle à la culture politique, aux mouvements collectifs et à l’évolution des mentalités de l’époque, les deux volumes d’actes réunis par Monica Jansen et Paola Jordão, dont les communications sont rédigées soit en français soit en anglais, s’orientent plutôt vers le roman et les représentations littéraires et cinématographiques de et sur l’époque. Des chercheurs tels que, pour n’en citer que trois parmi les plus connus, Piero Ignazi, Silvia Contarini ou Enrico Palandri (qui apparaît sous la double casquette d’écrivain symbole de la jeunesse de l’époque et d’universitaire spécialiste de la période), présentent un cadre composite et hétéroclite de la culture italienne de la décennie, allant de l’étude de certains mouvements qui l’ont marquée à l’analyse des romans et des nouvelles qui en rapportent le climat, la saveur, les événements, les personnages. La lecture des Actes de ces deux colloques est une excellente introduction à la connaissance des années soixante-dix, les Seventies, tant du point de vue de la production littéraire, filmique et politique de la décennie, que du point de vue de l’imaginaire et des représentations que les événements de la période ont suscités dans les trente ans qui les ont suivis.

4Du côté des mouvements collectifs et des pratiques politiques, on trouvera dans ces pages une analyse détaillée du sens et des implications de la théorie du compromesso storico, la tentative de l’union entre les catholiques et les communistes promue par le secrétaire du Parti Communiste Enrico Berlinguer qui, bien qu’avortée, a malgré tout marqué le paysage politique du milieu de la décennie, anticipant de trente ans la naissance en 2007 de ce Partito Democratico qui devrait, au moins dans ses intentions, sceller la fusion de la gauche postcommuniste et de la tradition sociale des catholiques italiens en un seul parti.

  • 1  Davide Però, The Left and the construction of the Immigrants in the 1970s Italy, in Speaking out…, (...)

5Ensuite, un éclairage nouveau sur la question de l’immigration permet de mieux comprendre certaines difficultés des partis de centre-gauche actuellement au gouvernement face à l’immigration : Davide Però1 montre bien l’attitude ambiguë de la gauche dans la ville-vitrine du communisme à l’italienne, Bologne, face à l’immigration des années soixante-dix ; d’un côté l’aspect inclusif et ouvert, de l’autre le mélange d’assimilationisme, de paternalisme et d’électoralisme qui émerge de l’attitude des communistes bolonais face à l’immigration de l’époque, et que l’on peut aisément retrouver sous les attitudes de la gauche italienne réunie dans l’actuelle coalition de l’Unione envers les extracomunitari, les immigrés d’aujourd’hui.

6D’autres phénomènes sociopolitiques trouvent leur place dans les pages de ces Actes : la fin de ce que l’on appelait le rôle central de la classe ouvrière, vue à travers le cas de la fermeture progressive du pôle industriel à Bagnoli (Naples) ; le lien entre la radicalisation de la lutte politique et l’émergence du chômage de masse des diplômés ; la construction et la diffusion du mythe de la continuité entre la résistance contre le fascisme des années de la guerre civile et la lutte politique de cette décennie ; l’anomalie du Partito Radicale, consistant en la disproportion entre sa taille extrêmement réduite et son caractère de mouvement d’opinion, et l’énorme succès de ses thèmes de campagne lors des referendums sur le divorce et sur l’avortement.

  • 2  Niek Pas, The Incarnation of the Spirit of Liberty. La Perception de Provo par la Contreculture it (...)
  • 3  Renzo Ardiccioni, 1977 : Les Indiani Metropolitani déterrent la hache de guerre, in The value…, ci (...)
  • 4  Roberto Bartali, The Red Brigades and the Moro Kidnapping: Secrets and Lies, in Speaking out, cit. (...)

7Du côté des mouvements, on retrouve dans ces pages deux études originales, l’une de Niek Pas2 sur la perception du mouvement Provo de la part de l’extrême gauche italienne, l’autre de Renzo Ardiccioni3 sur ces “indiens métropolitains” qui marquèrent les années 1976 et 1977 par leurs slogans ironiques, leurs maquillages outranciers, leurs déguisements carnavalesques. Enfin, il était inévitable que les deux phénomènes les plus médiatisés de la période suscitent des recherches et des analyses : l’évolution rapide et visible, à tous les niveaux de la vie collective, du rôle de la femme, qui reste sans doute l’un des phénomènes qui ont le plus marqué la société et la culture de l’époque, de l’autre, l’étendue et la diffusion des pratiques liées à la lutte armée et au terrorisme, que Roberto Bartali4 étudie à travers « les secrets et les mensonges » qui entourent encore aujourd’hui l’histoire de l’enlèvement et du meurtre du secrétaire de la Démocratie Chrétienne Aldo Moro au printemps 1978.

8Si on passe ensuite du côté des lettres – romans, nouvelles, pièces de théâtre, essais, témoignages, journaux intimes – les communications ressemblées dans les deux volumes d’Actes nous permettent d’esquisser une sorte de tableau taxonomique de cette production de et sur la décennie.

  • 5  Silvia Contarini, Années 70 : une Transition Traumatique, in The value…, cit., p. 304.

9Le premier ensemble – le plus “noble” – est constitué par les écrivains actifs dans la décennie, qui sans vouloir forcément s’en faire les témoins, en représentent au mieux le climat culturel et les tendances profondes. Selon Silvia Contarini, la décennie est en fait une « période de transition, une phase de passage aux caractères hybrides, post-néo-avant-garde ou pré-postmoderne »5 : d’un côté, le néoréalisme, la littérature engagée et les avant-gardes ont achevé leur cycle, de l’autre, le postmodernisme ne s’est pas encore affirmé. Ce qui donne le ton à la production de la décennie est donc ce caractère ouvert, complexe et multiforme, cette liberté de la création formelle qui déborde du cadre par trop étroit des genres, des styles et des théories. De ce point de vue, les romans qui marquent la période sont Le città invisibili (1972) et Se una notte d’inverno un viaggiatore (1979) d’Italo Calvino, le recueil de nouvelles Vizio di forma (1971) et le roman La chiave a stella (1978) de Primo Levi, La storia (1974) d’Elsa Morante. Entre 1972 et 1975 Pier Paolo Pasolini, qui commence sa collaboration avec « Il Corriere della sera » en 1973, écrit Petrolio, qui ne sera publié qu’en 1992 ; Leonardo Sciascia publie Il contesto (1971) et Todo modo (1974). Le futur Prix Nobel Dario Fo met en scène Morte accidentale di un anarchico en 1970 et Guerra di popolo in Cile en 1973.

  • 6  Ibidem, p. 306.

10Le deuxième ensemble est celui de ces écrivains qui, actifs dans la décennie, publient des romans qui entendent de façon explicite représenter les mouvements collectifs et les nouveaux modes de vie qui caractérisent l’époque. Leurs personnages de prédilection sont l’operaio massa, l’ouvrier sans qualification qui a perdu la foi dans le travail des aristocraties ouvrières d’antan, l’étudiant atteint par le spectre du chômage et par la perte de la confiance dans les études supérieures en tant que garantie de l’ascension sociale, la femme qui se bat dans son quotidien pour affirmer son autonomie et sa libération des contraintes d’une société qui l’enchaîne à son rôle de mère, d’épouse, de compagne d’un homme qui en est le maître par définition. C’est ainsi que pour Silvia Contarini, « sous la poussée du militantisme politique et de la radicalisation des conflits sociaux, les enjeux littéraires vont perdre de leur spécificité ». Dans ce type de roman, le contenu semble primer sur la recherche formelle, ce qui aurait pour conséquence « la valorisation du récit, qui sera l’un des piliers du postmoderne. Mais c’est aussi, à ce moment, le signe de la méfiance, voire du mépris, à l’égard du roman, un genre considéré comme bourgeois »6. Un jugement à nuancer, si l’on considère les romans qui composent ce corpus d’œuvres qui se font l’écho des mouvements et de la condition des groupes sociaux les plus représentatifs des bouleversements de l’époque : Vogliamo tutto (1971) de Nanni Balestrini, Boccalone (1979) d’Enrico Palandri, Altri libertini (1980) de Pier Vittorio Tondelli et Occidente (1975) de Ferdinando Camon. Mis à part ce dernier, qui traite de la déréalisation en tant que symptôme engendré par la violence politique, les trois autres ont profondément influencé – et notamment par leurs traits formels – la façon de concevoir la mise en roman de certaines réalités politiques. Balestrini sera considéré comme un écrivain incontournable autant par la force de ses représentations que par l’aspect formellement cohérent et original de ses romans, Tondelli sera à la tête du mouvement littéraire de remise en question du langage du roman dans les années quatre-vingts, et Palandri sera régulièrement invoqué comme l’écrivain qui renouvela le langage du roman en y intégrant les idiomatismes et les formes d’expression de la jeunesse de l’époque.

  • 7  Ibidem, p. 307.

11Dans le troisième groupe, on retrouve ceux que l’on a pendant longtemps considérés comme les écrivains des genres mineurs, et notamment les auteurs de romans policiers. Leur émergence est le signe, d’après S. Contarini, de « l’abandon définitif de la belle langue, du style précieux et des genres reconnus, au profit de registres linguistiques “bas” (langue parlée, dialecte) et de genres considérés comme populaires »7. Vu en perspective, il s’agit plutôt de l’affirmation d’un genre et d’une façon d’écrire qui réagit aux théories de la « fin du roman » en renouant avec le récit, le réalisme social, l’ambition de faire du roman un instrument de connaissance de l’homme, de la société et des modes de vie d’une époque donnée. Trois noms reviennent régulièrement quand on évoque la nouvelle phase du policier italien au cours des années soixante-dix, celui de Leonardo Sciascia, que nous avons déjà cité précédemment, celui du couple Carlo Fruttero et Franco Lucentini, qui publie La donna della domenica en 1972, et celui de Loriano Macchiavelli qui commence sa longue carrière dans le giallo avec Le piste dell’attentato en 1974 et Fiori alla memoria en 1975. Ces écrivains adaptent les formes du récit policier et leur contenu soit pour refléter le conflit entre le poids des traditions familiales et les changements profonds des mentalités qui se réalisent dans l’après 68, soit pour en faire l’instrument d’une recherche sur les mystères, les secrets, les manipulations de la violence politique de l’époque.

12Une digression qui se révèle utile est consacrée ensuite au cinéma. Sans prétendre réaliser un tableau aussi complexe que celui qui a trait au roman et à la littérature en général, les chercheurs réunis à Bath et à Utrecht ont porté leur regard sur la production filmique de l’époque. Il en ressort trois noms, qui émergent d’un panorama autrement plus riche et complexe : Bernardo Bertolucci et Gianni Amelio, qui avec La tragedia di un uomo ridicolo et Colpire al cuore, dès 1981 le premier et en 1982 le second, mettent en scène les implications de la violence terroriste, mais surtout Salò o les 120 giornate di Sodoma (1975), le dernier film de Pier Paolo Pasolini avant sa mort, qui, par sa force expressionniste, incarne au mieux les limites extrêmes des tendances politiques et intellectuelles de l’époque.

  • 8  Miriam Halpern, Remembering World War II in the 1970s Italian Women’s Writing, in Speaking out…, c (...)
  • 9  Adalgisa Giorgio, From Little Girls to Bad Girls: Women’s Writing and Experimentalism in the 1970s (...)

13Un corpus représentatif de la littérature des années soixante-dix ne serait complet sans une section consacrée à la littérature au féminin. Si la tradition des lettres italiennes a, depuis la Renaissance, fait une place aux femmes écrivains, c’est à partir de ces années-là, en parallèle avec la place que la femme acquiert dans la vie publique, qu’émerge une véritable littérature des femmes, laquelle s’inscrit dans un territoire caractérisé par la mémoire, la revendication d’un espace propre au féminin, et le besoin d’affirmation de l’autonomie et de la spécificité du féminin. Dans un premier ensemble de femmes écrivains actives dans la décennie, Miriam Halpern8 décèle une inspiration commune, la réécriture de l’histoire de la Seconde guerre mondiale à partir du point de vue de l’expérience et du vécu des femmes : c’est dans ce groupe que l’on retrouve La bicicletta (1974) de Rosetta Loy, La bambina (1976) de Francesca Duranti, I cristalli di Vienna (1978) de Giuliana Morandini, Deviazione (1979) de Luce d’Eramo, outre La Storia d’Elsa Morante, déjà citée. Dans un deuxième ensemble, Adalgisa Giorgio9 range les romans qui se font l’écho des thématiques des mouvements féministes et de leur évolution au fil de la décennie : La figlia prodiga (1967) d’Alice Ceresa, véritable livre culte des féministes italiennes, L’inseguimento (1976) de Leila Baiardo, un récit picaresque qui représente avec ironie le déclin de l’idéologie libertaire des années Soixante, et Pitonessa (1978) de Silvana Castelli, un roman sans concessions sur l’isolement des femmes dans la prison de la féminité. Sans oublier l’œuvre de Dacia Maraini, une présence constante dans la littérature italienne pendant toute la deuxième moitié du XXe siècle, et des siciliennes Paola Uscé et Teresa Carpinteri, dont les romans livrent un aperçu de la condition féminine dans l’île, de l’Unité à la période républicaine.

14Dans le dernier ensemble, il est enfin possible de ranger les essais et plus généralement l’activité de ces intellectuels qui peuvent à juste titre être considérés comme la conscience critique de l’époque. Umberto Eco en est l’exemple même : sémioticien, intellectuel engagé et critique, essayiste, universitaire, homme de médias et de communication, créateur du DAMS, le Département des Arts, de la Musique et du Spectacle à l’Université de Bologne et, dès la fin de la décennie, écrivain de succès (Le nom de la rose sort en 1980), Eco publie entre autres Il superuomo di massa en 1976 et Lector in fabula en 1979, et s’affirme comme l’intellectuel le plus prestigieux de l’Italie de la période. À côté d’Eco, deux autres noms reviennent dans les pages des Actes des deux colloques : celui de Gianni Celati, lui aussi professeur au DAMS de Bologne, intellectuel et écrivain, qui est à l’origine, avec Italo Calvino, du projet – avorté – de la création d’une revue, « Ali Babà », qui aurait dû accueillir la production la plus innovante dans le domaine de la création littéraire de l’époque. Et pour finir, celui de Luisa Passerini, spécialiste d’histoire orale, militante du mouvement féministe et de sa conscience critique, qui deviendra aussi dans les années suivantes une sorte de mémoire vivante du mouvement. Sa bibliographie sur le mouvement féministe et sur la mémoire de Soixante-huit est immense.

15Ce panorama peut suffire à donner un aperçu de la qualité et de la diversité des ouvrages écrits et publiés pendant la décennie. Mais les événements et le climat si particulier de cette période n’ont pas manqué de susciter la publication de romans, nouvelles, documents, interviews, biographies et autobiographies dans les années qui ont suivi. Tout d’abord, dans les années 80, certains parmi les auteurs qui avaient déjà émergé ainsi que d’autres auteurs à peine plus jeunes sont revenus sur la période ; leurs romans constituent une première tentative de prise de distance par rapports aux passions et à l’engagement direct dans les mouvements et les idéologies de l’époque. Nanni Balestrini poursuit son œuvre d’éversion de la langue littéraire et son engagement en vue d’une prise de conscience des causes de la faillite de la décennie 70 en publiant, en 1987, Gli invisibili, consacré à l’expérience de l’enfermement de centaines de jeunes impliqués dans la lutte armée et, en 1989, L’editore, la mise en roman de sa propre version de la mort de l’éditeur Gian Giacomo Feltrinelli en 1972. Pier Vittorio Tondelli s’affirme comme le lien idéal entre la génération ayant vécu directement la tempête des années soixante-dix et les générations qui lui ont succédé, en publiant Rimini en 1985, et Camere separate en 1989.

  • 10  Carmela Lettieri, Quel rôle pour l’écrivain (et la littérature) face aux souvenirs des années de p (...)

16Sebastiano Vassalli publie Abitare il vento en 1980, et le personnage principal, à l’époque des faits rapportés par le roman, a déjà fait quelques années de prison car, mû par l’illusion – qui était celle de toute sa génération – de pouvoir changer le monde, il a adhéré à un groupuscule d’extrême gauche. Antonio Tabucchi publie Piccoli equivoci senza importanza en 1985, et y revendique – comme le rappelle Carmela Lettieri – un « rôle positif pour l’écrivain-intellectuel et la littérature, face à la difficulté du souvenir »10. Les oppositions trop simples entre le bien et le mal, le progressif et le régressif, le bon et le mauvais s’estompent, et, face à la complexité du réel, l’écrivain devient un déchiffreur de charades, un intellectuel engagé mais aussi désenchanté. Dans Cambio di stagione (1991), le journaliste et futur directeur du TG1, le journal télévisé de Raiuno, Gianni Riotta, publie une nouvelle, Ethica, ordine politico demonstrata, qui essaie d’aller à contre-courant de l’organisation de l’oubli qui s’installe progressivement tout au long de la décennie que l’on qualifiait d’époque du riflusso, le temps du retour à la dimension individuelle d’une génération ayant vécu immergée dans la dimension collective depuis son accession à l’âge adulte.

  • 11  Ruth Glynn, Trauma on the Line: Terrorism and Testimony in the anni di piombo, in The value…, cit. (...)

17Il est vrai qu’on a l’impression qu’à partir des années quatre-vingts, les acteurs italiens des Seventies deviennent presque aphasiques. Tout se passe comme si le mot d’ordre de l’oubli et du silence s’était progressivement installé. Mis à part quelques exceptions, surtout à l’occasion des dix ans de tel ou tel événement, on dirait que les anciens rebelles, rentrés dans l’ordre, partagent la même volonté d’oublier leur engagement et les faits dont ils ont été les acteurs quand ils avaient vingt ans. Cependant, deux types bien différents d’écrivains viennent troubler ce silence : d’un côté, les membres des groupes de la lutte armée, qu’aujourd’hui on qualifierait plutôt de terroristes, prennent la plume, notamment les membres des Brigades Rouges, les Brigate Rosse, l’organisation terroriste la plus influente et la plus active de la décennie, responsable de plusieurs centaines d’actions terroristes, allant du simple avertissement au meurtre, en passant par la gambizzazione (le coup de revolver aux jambes) et l’enlèvement des adversaires politiques. Après la publication, en 1988, par Enrico Franceschini, l’un des membres fondateurs du groupe, et les journalistes Pier Vittorio Buffa et Franco Giustolisi, de Mara Renato ed io. Storia dei fondatori delle BR, plusieurs membres de l’organisation, dirigeants ou simples militants, ont publié un nombre important d’interviews et de livres de mémoires sur leur engagement dans la lutte armée. Un autre parmi les fondateurs du groupe, Renato Curcio, répond au journaliste Mario Scialoja dans A viso aperto (1993) ; son successeur à la tête de l’organisation, Mario Moretti, dialogue avec Carla Mosca et Rossana Rossanda dans Brigate rosse. Una storia italiana (1994) ; Anna Laura Braghetti, la jeune militante (à l’époque des faits) et gardienne d’Aldo Moro pendant son enlèvement, revient sur le parcours qui l’a conduite des manifestations étudiantes à la lutte armée dans l’autobiographie écrite avec la journaliste Paola Tavella, Il prigioniero, sortie en 2003. Pour finir, le membre dissident du groupe, Valerio Morucci, publie en 2004 La peggio gioventù, Una vita nella lotta armata, où il donne sa vision des idéaux et de la faillite du projet révolutionnaire des Brigades Rouges. Il aura fallu, comme l’a fait Ruth Glynn11, aller fouiller dans les archives des journaux intimes qui se sont constituées en Toscane, l’Archivio Diaristico de Pieve Santo Stefano, pour retrouver des journaux et des souvenirs de simples témoins de l’époque, comme ce journal qui a comme titre L’attesa, rédigé par Enrico D’Angelo, un jeune homme ayant vécu directement ou indirectement les grands événements de l’époque.

  • 12  Claudia Bernardi, Collective Memory and Childhood Narratives: Rewriting the 1970s, in Speaking out (...)

18Un autre type d’écrivain rompt le silence sur la décennie : il s’agit de ces auteurs qui, nés dans les années soixante ou même soixante-dix, à peine trop tard pour vivre les événements directement, y ont participé à travers l’expérience de leurs parents, lesquels y ont pris part à la première personne. Claudia Bernardi12 remarque que dans les romans et les nouvelles des écrivains de cette génération que l’on a appelé la pulp generation, les années soixante-dix font constamment surface en tant qu’intense période de leur première perception du monde, et que ce qui caractérise le rapport de ces écrivains à la décennie est le fait que, désormais, loin de la dimension collective, c’est dans l’espace intérieur de leur mémoire personnelle que s’inscrivent les événements de la décennie. Et Bernardi de citer Fluo. Storie di giovani a Riccione (1995) d’Isabella Santacroce, née en 1968, un roman où le père du narrateur, un ancien soixante-huitard, incarne l’exemple même des idéaux de l’époque et de leur faillite ; La guerra degli Antò (1992) de Silvia Ballestra, née en 1969 ; Jack Frusciante è uscito dal gruppo (1994), d’Enrico Brizzi, né en 1974, et particulièrement lié – cela ressort aussi dans les personnages du roman – au climat révolutionnaire de l’année 1977 ; et In principio erano le mutande (1992), de Rossana Campo, née en 1963, un roman où, bien qu’ils restent hors du récit, les événements politiques constituent quand même la toile de fond des conflits personnels entre les expériences de libération sexuelle de la narratrice et l’ambiance sexophobe qui règne dans sa famille et dans son lycée. Un recueil qui montre bien à quel point la relation – mêlée d’attraction et d’identification, mais aussi de prise de distance et de regard critique – entre cette génération et les années soixante-dix est contradictoire, est Il sessantotto di chi non c’era (ancora), que Raul Montanari publie en 1998, et qui contient entre autres Chi ama brucia, un poème de Giuseppe Caliceti (né en 1964), Bio, une nouvelle du futur cannibale Aldo Nove, né en 1967, et de nombreuses contributions d’autres écrivains du même âge, tels que Carlo Lucarelli, Andrea Pinketts, Luca Doninelli et Dario Voltolini.

  • 13  S. Contarini, art. cit., p. 313.
  • 14  Ibidem, p. 315.

19De nos jours, un nouveau phénomène s’impose : la prise de parole des acteurs de l’époque, sortis de l’aphasie qui paraissait les avoir frappés pendant trente ans. C’est un phénomène récent que de voir sortir, en l’espace de deux ou trois ans, toute une série de livres écrits par des jeunes (de l’époque), aujourd’hui âgés d’environ cinquante ans, et qui reviennent sur les événements des années soixante-dix, et en font une relecture critique, élaborant leur mémoire personnelle et la croisant souvent avec la fiction. La décennie resurgit alors sous des formes très variées – le roman policier, la réécriture fictionnelle, le livre de souvenirs personnels – et souvent l’interprétation croise le vécu, le vécu se mêle à la fiction, une fiction qui, comme l’écrit Silvia Contarini, « peut sans doute redonner à l’époque l’épaisseur et les vérités multiples que le rude conflit politique a aplaties »13. S. Contarini a écrit elle-même un roman, Noi veri delinquenti (2005), qui veut, dans ses intentions du moins, « donner un rôle aux très nombreux jeunes qui sont restés aux marges de l’histoire officielle des années dites de plomb »14, rendre la parole à ces milliers de jeunes qui emplissaient les places et les salles des lycées et des Universités, protagonistes de l’époque rapidement réduits au silence par les dérives terroristes d’une part et la répression policière de l’autre. Un peu différent est le propos de Marco Philopat, puisque La banda Bellini (2002), qui fait partie d’une trilogie sur la décennie, se présente comme l’autobiographie fictive non pas d’un simple participant aux mouvements, mais du leader d’un groupe de militants de l’époque, Andrea Bellini, l’un des chefs militaires de la banda del Casoretto, une présence constante dans les premiers rangs des manifestations milanaises, de 1968 à 1977. Stefano Benni, avec Saltatempo (2001), s’éloigne enfin de cette dimension de réécriture des faits – nationaux, locaux et/ou personnels –, mais les événements et les mouvements de la fin des années soixante et des années soixante-dix (l’attentat de Piazza Fontana, Soixante-huit, le féminisme, le mouvement hippie, la libération sexuelle) forment la toile de fond du parcours de formation de son personnage principal ; d’ailleurs, l’influence de la culture de la décennie se fait sentir surtout au niveau de la composition du roman, qui mélange le haut et le bas, la culture officiellement reconnue comme telle et la culture populaire, unit dans le même récit l’épique et le picaresque et multiplie les références formelles et stylistiques aux émissions de télé réalité.

20Par contre, le genre par excellence qui ne s’éloigne pas des faits, mais, bien au contraire, se propose depuis trente ans au moins d’en dévoiler les vérités occultes et les manipulations par le pouvoir est le genre policier : et ce n’est pas un hasard si, pour conclure cette galerie longue, incomplète et subjective des phénomènes, des thématiques et des romans qui ont d’abord marqué et ensuite contribué à forger les représentations de la décennie, nous revenons à un écrivain de gialli qui a traversé ces trente ans d’histoire, Loriano Macchiavelli, lequel avait déjà publié, au début de notre parcours, deux romans qui se proposaient d’utiliser la structure du policier pour dévoiler les vérités cachées des années de plomb. Macchiavelli, comme le souligne Carmela Lettieri, revient en 2001, en compagnie de l’ancien chanteur/compositeur Francesco Guccini, pour publier Questo sangue che impasta la terra, une enquête du cycle du maresciallo Santovito qui, tout en présentant une structure narrative plus complexe et évoluée que les romans publiés dans les années soixante-dix, ferme l’arc temporel qui va de la fin des années soixante au début du XXIe siècle en soulignant la même volonté de recherche de vérité à propos des événements qui ont marqué la période. Si le travail incessant et contradictoire des tribunaux, des Parlements et des médias a plutôt contribué à cacher et à détourner l’opinion publique des vrais responsables des stragi qui ont scandé la vie politique italienne de la fin de siècle, on peut alors légitimement affirmer qu’un fil conducteur a dirigé les différentes représentations littéraires de ces événements : la difficile marche de la recherche de la vérité, à travers un conflit encore ouvert entre l’ombre et la lumière, la vérité et le mensonge, le bruit et le silence, la mémoire et l’oubli.

Haut de page

Notes

1  Davide Però, The Left and the construction of the Immigrants in the 1970s Italy, in Speaking out…,cit., pp. 212-226.

2  Niek Pas, The Incarnation of the Spirit of Liberty. La Perception de Provo par la Contreculture italienne des Années Soixante à nos jours, in Speaking out…, cit., pp. 527-542.

3  Renzo Ardiccioni, 1977 : Les Indiani Metropolitani déterrent la hache de guerre, in The value…, cit., pp. 498-526.

4  Roberto Bartali, The Red Brigades and the Moro Kidnapping: Secrets and Lies, in Speaking out, cit., pp. 146-160.

5  Silvia Contarini, Années 70 : une Transition Traumatique, in The value…, cit., p. 304.

6  Ibidem, p. 306.

7  Ibidem, p. 307.

8  Miriam Halpern, Remembering World War II in the 1970s Italian Women’s Writing, in Speaking out…, cit., pp. 746-758.

9  Adalgisa Giorgio, From Little Girls to Bad Girls: Women’s Writing and Experimentalism in the 1970s and 1990s, in Speaking out, cit., pp. 95-114; A. Giorgio, Bad Girls in the 1970s and 1990s: Female Desire and Experimentalism in Italian Women’s Writing, in The value…, cit., pp. 729-744.

10  Carmela Lettieri, Quel rôle pour l’écrivain (et la littérature) face aux souvenirs des années de plomb ?, dans The value…, cit., p. 706.

11  Ruth Glynn, Trauma on the Line: Terrorism and Testimony in the anni di piombo, in The value…, cit., pp. 317-335.

12  Claudia Bernardi, Collective Memory and Childhood Narratives: Rewriting the 1970s, in Speaking out…, cit., pp. 185-200.

13  S. Contarini, art. cit., p. 313.

14  Ibidem, p. 315.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudio Milanesi, « Anna Cento Bull et Adalgisa Giorgio, Speaking out and Silencing. Culture, society and Politics in the 1970s, Actes du Colloque Italy in the 1970s: Culture, Politics, Society, tenu à Bath, les 15-16 octobre 1999 ; Monica Jansen et Paola Jordão, The Value of Literature in and after the Seventies: The Case of Italy and Portugal (La valeur de la littérature pendant et après les années 70 : le cas de l’Italie et du Portugal), Actes du colloque de l’Université d’Utrecht les 11, 12 et 13 mars 2004 », Italies, 11 | 2007, 724-738.

Référence électronique

Claudio Milanesi, « Anna Cento Bull et Adalgisa Giorgio, Speaking out and Silencing. Culture, society and Politics in the 1970s, Actes du Colloque Italy in the 1970s: Culture, Politics, Society, tenu à Bath, les 15-16 octobre 1999 ; Monica Jansen et Paola Jordão, The Value of Literature in and after the Seventies: The Case of Italy and Portugal (La valeur de la littérature pendant et après les années 70 : le cas de l’Italie et du Portugal), Actes du colloque de l’Université d’Utrecht les 11, 12 et 13 mars 2004 », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/4302

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org