Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Giacomo Leopardi, Paralipomènes à la Batrachomyomachie - Édition bilingue établie par Perle Abbrugiati

Aix-en-Provence, PUP, 2005, 227 p.
José Guidi
p. 421-422
Référence(s) :

Giacomo Leopardi, Paralipomènes à la Batrachomyomachie – Édition bilingue établie par Perle Abbrugiati, Aix-en-Provence, PUP, 2005, 227 p.

Texte intégral

1Il faut savoir gré à Perle Abbrugiati de proposer, pour la première fois, aux lecteurs français, une édition bilingue de ces Paralipomènes à la Batrachomyomachie, conçus par Leopardi comme une suite à un texte parodique grec qu’il se refusait, pour sa part, à attribuer à Homère en personne, mais qu’il traduisit néanmoins à trois reprises. Lui savoir gré aussi d’avoir pris le parti – ce dont elle s’explique dans une Note fort circonstanciée – de traduire cette fable héroï-comique en alexandrins, afin rendre aussi fidèlement que possible le souffle épique qui parfois anime fugitivement ces vers, lesquels à d’autres moments pastichent aussi bien l’épopée antique que la fable ésopique ou la poésie chevaleresque de la Renaissance (la structure métrique adoptée tout du long n’étant autre que celle de la strophe ariostesque). On ne peut qu’admirer les trésors d’ingéniosité que notre guide a su déployer afin de nous restituer les incessants changements de rythme et de registre qui en résultent, ainsi que la saveur du propos satirique (notamment dans l’étourdissante farandole que composent les noms des protagonistes, et qui est ici menée avec une remarquable habileté). Les Prolégomènes qui précèdent – non sans quelque humour – le texte, ainsi que les nombreuses notes qui l’accompagnent, et qui se caractérisent par leur précision et leur densité, permettent au lecteur de déchiffrer aisément les multiples allusions que Leopardi a disséminées, chemin faisant, à la brûlante actualité de son temps, de sorte que la tragédie italienne du premier tiers du XIXe siècle finit par se déployer devant nous de saisissante façon, qu’il s’agisse de la débâcle des intellectuels libéraux, enclins à se payer facilement de mots, mais prompts à tourner casaque à la première occasion, ou de l’irruption de cohortes d’envahisseurs étrangers, bardés d’abruptes certitudes, et dont l’étroitesse d’esprit le dispute à la brutalité. Cela avant que la fable animalière et la satire politique ne fassent place, dans les deux derniers chants, à une quête existentielle débouchant sur la tragique et dérisoire interrogation à laquelle se trouve inexorablement confronté tout être vivant. En ce sens, si ce texte, qui fait à bien des égards contrepoint aux Operette morali, et où résonnent, çà et là, quelques accents des Canti, ne constitue pas, à lui seul, le testament politique et poétique de Leopardi, il s’avère toutefois d’une importance fondamentale pour une connaissance exhaustive, au soir de sa vie, de certains aspects de sa pensée, avec ce qu’il recèle – jusque dans sa pirouette finale – de lucidité amère et d’espérance désespérée. Une pièce maîtresse se trouve, de toute évidence, versée au dossier, que nul ne pourra plus, désormais, ignorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Guidi, « Giacomo Leopardi, Paralipomènes à la Batrachomyomachie - Édition bilingue établie par Perle Abbrugiati », Italies, 10 | 2006, 421-422.

Référence électronique

José Guidi, « Giacomo Leopardi, Paralipomènes à la Batrachomyomachie - Édition bilingue établie par Perle Abbrugiati », Italies [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/4307

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org