Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Giovanna Minardi Zincone, Translatio imperii e translatio studii (Sopravvivenza ed attualizzazione del tema nella letteratura italiana tra la fine del Settecento e la prima metà dell’Ottocento)

Lo scandaglio, Collana di saggi e monografie n° 23, L.U., Japadre edit., l’Aquila, 2005, 244 p.
Jean Lacroix
p. 422-425
Référence(s) :

Giovanna Minardi Zincone, Translatio imperii e translatio studii (Sopravvivenza ed attualizzazione del tema nella letteratura italiana tra la fine del Settecento e la prima metà dell’Ottocento), Lo scandaglio, Collana di saggi e monografie n° 23, L.U., Japadre edit., l’Aquila, 2005, 244 p.

Texte intégral

1Sous le couvert d’un intitulé solennel qui fait immédiatement penser à quelque enquête consacrée aux rapports du poétique et du culturel au Haut Moyen Âge, on découvre, en réalité, ce que le long sous-titre entre parenthèses apporte de précision et d’éclaircissement relatifs à une période restreinte de l’histoire, située entre la fin du XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe siècle.

2Sous ce titre “latin”, il s’agit d’examiner pendant la période de temps considérée, soit approximativement de Parini à Manzoni, le passage de témoin du pouvoir et de la culture (cette dernière n’est-elle pas, souligne le critique, l’expression du premier ?) d’est en ouest : d’où la mise en exergue, à deux reprises, du terme de « translatio » si important aux yeux de Giovanna Minardi Zincone. Celle-ci, qui enseigne dans une université romaine et possède en outre une formation de latiniste, est particulièrement bien placée pour embrasser un vaste espace de géo-politique, où interfèrent, tout en s’opposant, des réalités grecques, égyptiennes, saxonnes et même russes jusqu’à Rome, véritable carrefour d’influences et point d’aboutissement de la réflexion de cet ouvrage typiquement comparatiste. Un tel examen se doit cependant de ne pas oublier des auteurs dits mineurs, comme Mazza et Perticari, auxquels Mme Minardi Zincone veut offrir la part qui leur revient à juste titre.

3Après une longue introduction qui jette les bases de ce vaste panoramique (pp. 7-41), le cadrage d’une histoire fort ancienne quant à ses tenants, mais en vérité très moderne quant à ses aboutissants aux temps de l’unité italienne, permet à l’historienne tout autant latiniste qu’italianiste de donner à son étude une série de monographies consacrées à de grands écrivains. Regroupées en six chapitres, elles apparaissent parfois sous forme de binômes : par exemple celui que constituent Parini et Alfieri qui ouvrent la série dès le chapitre I en illustrant la fin du « Settecento », ou cet autre qui concerne les deux figures de poètes romantiques Focolo et Leopardi (chap. IV), jusqu’au dernier duo, composé par Manzoni et Tommaseo qui confirment l’importance de la culture et de la langue vers le milieu de l’Ottocento, et participent, plus encore que les auteurs précédents, à l’élaboration du processus unitaire dans ses aspects politico-culturels.

4En ajoutant à ce triple regroupement d’auteurs de premier plan ces deux importants vecteurs culturels que sont les deux entreprises collectives des périodiques « Il Conciliatore » et la « Biblioteca italiana » (pp. 169-183), l’on s’aperçoit que l’enjeu du projet de Giovanna Minardi Zincone couvre le maximum de ce qui peut sous-tendre et vivifier la vie culturelle d’un pays comme l’Italie qui, à ce moment crucial de son histoire, vise à s’affirmer comme État et à assurer sa totale indépendance vis-à-vis de l’étranger.

5Le danger d’une telle structure, plus diachronique que synchronique, pouvait être le morcellement et la primauté du cas individuel sur la perspective de la longue durée, concrétisée par la notion-clé d’« imperium », parachevée par une figure centralisatrice et hégémonique étrangère : celle de la forte personnalité napoléonienne dans les prémices du long processus unitaire, au moment de sa formation dans la première moitié de l’Ottocento.

6Cette présentation monographique tout extérieure sait fort bien, à l’occasion, s’interrompre pour replacer dans leur cadre historique des figures d’écrivains : c’est le cas du chapitre III (pp. 103-151), capital à cet égard pour la démonstration où tout s’organise alors autour de la figure de proue de Vincenzo Monti. Mais au-delà, c’est une sorte de géo-politique que nous présente volontiers Giovanna Minardi Zincone, à en juger par l’abondant index notionnel et politico-géographique d’une bonne dizaine de pages (pp. 233-244) qui traite de grands ensembles continentaux ou idéologiques. Celui-ci, en effet, limite au maximum les mentions des écrivains concernés par les têtes de chapitres (auxquels viennent s’en ajouter quelques autres comme les frères Verri ou Vico) : l’Asie, par exemple, ou les États d’Amérique, voire des contrées plus mythiques comme le pays des Scythes ou les Perses, d’une certaine manière ; ils y trouvent tous leur juste place, de même que les “blocs” politiques ou idéologiques que constituent et concrétisent Athènes et les Athéniens, et, plus près de nous, l’Autriche et les Autrichiens ; beaucoup plus loin, en revanche, la Chine, Carthage et les Carthaginois, le bloc de l’Inde et des Indiens etc. Les très grandes figures de chefs éminents, têtes politiques ou grands hommes de guerre tels César et Charlemagne, Constantin, Darius, Alexandre le Grand, voire Gengis Khan, jusqu’à Napoléon Bonaparte évidemment (deux colonnes pour lui tout seul, pp. 239-241) occupent une place de choix dans cet index très utile, si détaillé, si prolixe.

7Deux tendances majeures sont à signaler et à retenir de la lecture de ce panorama rapide mais très concret au demeurant : d’une part, le souci de précision lexicale concernant le vocabulaire politique, d’autre part, l’établissement scrupuleux, chemin faisant, de bilans même provisoires. Une réserve cependant, concernant ce second aspect : une trop grande place est consacrée aux notes explicatives qui, souvent, occupent jusqu’aux deux tiers de la page imprimée, et ce, dès l’entrée en matière : avec Parini, par exemple (p. 46), avec Alfieri dans le même chapitre double (de la page 50 à la page 54 incluse) ; au second chapitre aussi, avec Monti qui apparaît d’abord isolément avant d’être intégré au chapitre suivant dans un contexte historico-culturel plus élargi. Trois pages successives (pp. 68-70) portent des notes réellement pléthoriques par rapport au texte explicatif.

8Sans aucun doute, les nombreux éclaircissements de diverse nature contenus dans les notes eussent gagné à faire partie intégrante du corps de la démonstration et à étoffer, par leurs variantes judicieuses, le discours pragmatique, qui, lui, demeure au stade de l’épure.

9Certes, la nature même de cet ouvrage et sa conception interdisaient une bibliographie trop développée et excessivement détaillée. On ne sera donc point trop surpris qu’en une dizaine de pages à peine l’auteur ait rassemblé, pour sa « bibliographie essentielle », une bibliographie spécifique très réduite pour chacun des auteurs retenus, bien qu’aient été regroupés par ailleurs (en quelques pages seulement) divers documents d’archives, des discours, des « descriptions », des mémoires, études ou extraits provenant, pour certains d’entre eux, des fonds de la Bibliothèque Vaticane.

10À noter encore que des œuvres comme Il Caffè, qui fait l’objet d’un chapitre spécifique, n’ont point bénéficié d’éditions plus récentes (intégrales ou partielles) en lieu et place de la vieille édition Romagnoli de 1960.

11Ces réserves n’entachent en rien l’intérêt d’une telle synthèse si on l’entend plus comme un aperçu établissant des repères utiles pour des points essentiels concernant la notion-clé d’« imperium » ; cela sans écarter pour autant le risque de généralisation hâtive et d’analyses sectorielles sommaires déductibles d’aussi grands ensembles historico-géographiques depuis la Haute Antiquité jusqu’aux temps de l’Unité, dans la première moitié de l’Ottocento.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Lacroix, « Giovanna Minardi Zincone, Translatio imperii e translatio studii (Sopravvivenza ed attualizzazione del tema nella letteratura italiana tra la fine del Settecento e la prima metà dell’Ottocento) », Italies, 10 | 2006, 422-425.

Référence électronique

Jean Lacroix, « Giovanna Minardi Zincone, Translatio imperii e translatio studii (Sopravvivenza ed attualizzazione del tema nella letteratura italiana tra la fine del Settecento e la prima metà dell’Ottocento) », Italies [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/4311

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org