Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Venti giorni in Roma. Impressioni di Cesare Malpica, a cura di Stefano Pifferi

Manziana (Roma), Vecchiarelli editore, 2005, XXXVII-162 p.
Brigitte Urbani
p. 426-429
Référence(s) :

Venti giorni in Roma. Impressioni di Cesare Malpica, a cura di Stefano Pifferi, Manziana (Roma), Vecchiarelli editore, 2005, XXXVII-162 p.

Texte intégral

1Cinquième de la collection “Il viaggio e la scrittura” dirigée par Vincenzo De Caprio (cf., dans le précédent numéro d’« Italies », notre compte rendu du Viaggio al Capo Nord de Giuseppe Acerbi), ce volume offre au public curieux le récit enthousiaste d’un voyage à Rome qui va au-delà de la simple valeur référentielle. Cesare Malpica, né à Salerne en 1801 et mort à Naples en 1848, écrivain prolifique mais peu connu aujourd’hui, journaliste, poète, prosateur (auteur de biographies d’hommes célèbres et de romans), est l’un des principaux représentants du Romantisme napolitain : ainsi le présente Stefano Pifferi, auteur de l’édition critique de Venti giorni in Roma et de la très utile introduction de trente-sept pages qui précède le texte proprement dit.

2Si Acerbi s’était distingué, à la fin du XVIIIe siècle, par son lointain voyage en Finlande, Malpica est intéressé par l’Italie centrale et méridionale : une originalité à une époque où les voyageurs, italiens ou étrangers, empruntent le plus souvent d’autres circuits. Il est notamment l’auteur de Il giardino d’Italia (périple dans les Pouilles, 1841), Un mese negli Abruzzi (1844), Dal Sebeto al Faro (Calabre, 1845), La Toscana, l’Umbria e la Magna Grecia (1846), La Basilicata (1847), des récits où, généralement, il tend à valoriser les terres qu’il parcourt. Les séjours à Rome sont au nombre de quatre : Venti giorni a Roma , publié une seule fois (comme d’ailleurs les autres livres de Malpica et, d’une manière générale, la très large majorité des récits de voyages qui abondent aux XVIIIe et XIXe siècles), en 1843, est né de sa première découverte de la Ville éternelle. Les séjours suivants donneront lieu à deux autres publications ; prématurément disparu, Malpica n’aura pas le temps d’écrire, comme il le souhaitait, le guide idéal de Rome qui se serait intitulé Roma visitata da un cattolico e da un artista.

3La particularité qui distingue les ouvrages de Malpica de bien des guides alors en usage, fruits d’une tradition dérivée du rationalisme illuministe, est précisément le refus d’un livre austère, descriptif, lourd d’érudition. C’est ce que souligne le sous-titre : Impressioni. Il s’agit bien d’“impressions de voyage”, selon un terme devenu à la mode également en France (cf. les diverses “Impressions de voyage” d’Alexandre Dumas), où la part de subjectivité et l’émotion l’emportent sur un froid compte rendu de lieux parcourus. En cela, Malpica – souligne Stefano Pifferi – suit des modèles non point italiens mais bien français (notamment Madame de Staël, Chateaubriand, Stendhal).

4Le texte est divisé en soixante-quatre courts chapitres de longueur inégale (d’une demi-page à six ou sept pages) portant tous un titre qui n’est jamais le nom d’un lieu ou d’un monument, bien que le contenu soit souvent en relation étroite avec un site. Après une introduction polémique contre les guides de voyage de type traditionnel, Malpica évoque brièvement son départ de Naples en diligence, puis les étapes et les désagréments du trajet. Le livre s’achève sur le retour à Naples. À l’intérieur de cette “cornice”, cent trente pages évoquent plus qu’elles ne décrivent les différents moments d’un séjour constamment dominé par l’émotion et l’enthousiasme et que le lecteur suit sans jamais s’ennuyer, tant – et a fortiori s’il connaît déjà Rome – il peut s’identifier au voyageur émerveillé, même à près de deux siècles de distance.

5En effet, Malpica, qui, de temps en temps s’adresse à une « gentile », écrit avec l’intention de communiquer ses états d’âme et de livrer des histoires liées aux endroits qu’il visite. Les récits sont présentés de façon très pédagogique, comme par exemple les pages qui “racontent” l’histoire du Colisée et qui, il en est sûr, feront pleurer la douce lectrice, ou la narration anecdotique mais bien véridique de l’épopée liée à l’érection de l’obélisque de la Place Saint-Pierre (« Acqua alle corde ! »), ou encore celle de la décoration de la Chapelle Sixtine. Le lecteur parcourt Rome avec lui, dans la calèche, car ce qui pourrait être la sèche description d’un itinéraire devient un sympathique dialogue avec le cocher ou un compagnon de route. Et quand notre voyageur admire un grand homme (Raphaël, Michel-Ange), il le célèbre avec une emphase toute sincère.

6Si un aspect de ce récit a pu vieillir un peu, c’est peut-être le côté très catholique de l’auteur qui a expressément choisi, pour son séjour, la période de la Semaine Sainte et de Pâques. Les pages liées au Vatican, au Pape Grégoire XVI, aux cérémonies auxquelles il assiste, plein de ferveur, peuvent paraître aujourd’hui (pour notre monde souvent agnostique) un peu lourdes (encore que… il suffit de se rappeler la fin et les funérailles de Jean-Paul II) et ses exclamations réitérées un peu envahissantes. Mais ce côté enthousiaste et primesautier domine la totalité du séjour romain (partout abondent les points d’exclamations, les « Oh », les « E che ! », les « vedi », les « si, si »…), si bien que le lecteur se laisse conquérir.

7Dernière caractéristique dans l’élaboration du récit, vrai jeu intellectuel pour celui qui lit : la très riche intertextualité littéraire. Admirateur de Dante et du Tasse (des pages vibrantes sont consacrées aux lieux “tassiani”), Malpica non seulement cite fréquemment mais encore mêle sans cesse le récit de citations sans guillemets, détournées ou non, et de tournures empruntées aux deux poètes. Dante en particulier finit par nourrir l’itinéraire du pèlerin qui, lui aussi, comme son illustre prédécesseur, s’est élevé jusqu’aux étoiles.

8Enfin, si le livre de Cesare Malpica n’est pas exempt de défauts, si on ne saurait le mettre au même niveau que ceux d’écrivains voyageurs de renommée internationale, il est néanmoins heureux qu’aujourd’hui des publications – certes aidées par les Universités : celle-ci a pu se faire grâce à la contribution de l’Università degli Studi della Tuscia – puissent exhumer ces textes injustement ensevelis dans les fonds de réserve des bibliothèques. À notre époque, où les voyages se sont démocratisés et ont pris un essor sans précédent, il est bon que puissent être à nouveau disponibles des “impressions de voyage” comme celles-ci, certes rédigées après coup sur la base de notes, et donc bien loin de nos guides bleus ou verts (Stefano Pifferi, dans l’Introduction, souligne avec pertinence, citant Vincenzo De Caprio, l’écart entre récit de voyage et document fidèle), mais imprégnés de l’émotion de celui qui, avant toute autre chose, a goûté et veut faire partager les plaisir du voyage et de la découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Urbani, « Venti giorni in Roma. Impressioni di Cesare Malpica, a cura di Stefano Pifferi », Italies, 10 | 2006, 426-429.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Venti giorni in Roma. Impressioni di Cesare Malpica, a cura di Stefano Pifferi », Italies [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/4314

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org