Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Auguste de Forbin, Ricordi della Sicilia, introduzione di Rita Verdirame, traduzione di Silvano Faro

Caltanissetta, Edizioni Lussografica, 2005, 305 p.
Brigitte Urbani
p. 426-432
Référence(s) :

Auguste de Forbin, Ricordi della Sicilia, introduzione di Rita Verdirame, traduzione di Silvano Faro, Caltanissetta, Edizioni Lussografica, 2005, 305 p.

Texte intégral

1La casa editrice Lussografica, spécialisée dans l’édition de textes relatifs à la Sicile, notamment de récits et de journaux de voyage, propose – après le Viaggio in Sicilia de Johann Hermann von Riedesel, le Viaggio in Sicilia e a Malta de Ferdinand Albrecht, le Viaggio in Sicilia du comte de Stolberg et les Lettere scritte nel mio viaggio d’Italia e di Sicilia de Bartolomeo Gamba – un nouveau volume de la série avec la traduction italienne des Souvenirs de la Sicile du Comte de Forbin : un événement si l’on considère que ce texte, publié en 1823 à Paris par l’“Imprimerie Royale”, n’a jamais connu de republication, à l’instar d’ailleurs de beaucoup de relations de voyage des XVIIIe et XIXe siècles. C’est pourquoi l’initiative des presses Lussografica de redonner à un public curieux la possibilité de lire à nouveau à ces textes pleins de vie mérite amplement d’être saluée.

2Ce dernier volume met à l’honneur une personnalité liée de près à la Provence puisque Louis-Nicolas-Philippe-Auguste de Forbin (1777-1841), peintre, naquit au château de la Roque d’Anthéron sur les rives de la Durance, apprit le dessin à Aix-en-Provence où il connut Granet, et, après une belle carrière à Paris, rejoignit, à sa mort, le tombeau familial aixois. Tout cela, nous l’apprenons par Rita Verdirame, Professeur à l’Université de Catane, auteur de recherches sur cet éminent personnage qui fut non seulement peintre (sa première vocation) mais aussi écrivain (un roman, des comédies, des vers, deux relations de voyage), archéologue, intellectuel très estimé et honoré. En 1816 Louis XVIII le nomma successeur de Dominique Vivant Denon comme directeur des « Musées Royaux » – en cette qualité il fut envoyé en Orient avec la mission de trouver de belles pièces, mission dont il s’acquitta avec panache puisque parmi les nombreuses sculptures qu’il ramena figurait la Vénus de Milo ! – et Louis-Philippe lui confia la charge de conservateur du Musée du Louvre. Ajoutons qu’il fut le fondateur du Musée du Luxembourg et du Musée des antiquités égyptiennes et étrusques de Paris. Enfin, sur un tout autre plan, ses amours avec Pauline Borghese (une grande passion), son amitié avec Madame de Staël, sa correspondance avec Madame Récamier témoignent d’une personnalité appréciée des Salons raffinés de l’époque.

3Forbin se rendit en Sicile en 1820, en compagnie de deux artistes français dont un peintre d’Aix-en-Provence, élève de Granet, Noël Clérian. Le bateau les conduisit de Naples à Palerme, d’où ils effectuèrent le tour de la Sicile en partant vers la gauche. Malgré les difficultés du chemin, ils ne manquèrent aucun des vestiges antiques dont le néoclassicisme faisait ses délices. Monreale, Bagheria, Ségeste, Trapani, Campobello, Sélinonte, Agrigente, Syracuse, Catane, l’Etna, Taormina, Messine furent leurs principales étapes. Belles sont les évocations verbales de ces sites naturels, antiques ou volcaniques que parallèlement le peintre dessine de ses crayons : plus personnelles en tout cas que les descriptions convenues de bien des voyageurs qui l’ont précédé ou suivi. Une passion qui fait que notre aristocratique supporte avec patience et discrétion les inconvénients du trajet à une époque où la Sicile possède fort peu de véritables routes, où il faut aller à pied ou à dos de mulet, où les auberges sont inexistantes en dehors des principaux centres. Ce long périple au cours duquel le comte a accumulé notes et esquisse débouchera, un an après, sur la rédaction de ces Souvenirs de la Sicile et sur une belle série de gravures qui orneront non point l’unique édition de 1823 mais, avec celles du dessinateur Michallon, un beau Voyage pittoresque en Sicile édité par Jean Frédéric d’Ostervald en 1822-26.

4L’introduction de Rita Verdirame, riche et érudite, situe ce texte au sein de l’abondante production qui alors commence à fleurir et en souligne la spécificité (pp. 11-47). Suivent un fort intéressant « profilo bio-blibliografico » et une bibliographie (pp. 48-60). Après une note où le traducteur précise les choix qu’il a dû opérer (et qui, de toutes façons, visent à la fidélité maximale au texte), les Ricordi della Sicilia s’étendent dans leur intégralité, avec d’abord l’Avvertenza de l’auteur, puis, précédé de sa préface, le texte lui-même (pp. 75-250), une mise au point sur les événements de 1820, survenus l’année même où Forbin effectua son voyage, des notes et une sorte de glossaire récapitulatif des artistes siciliens depuis la Renaissance et des auteurs siciliens ayant écrit et publié au cours des trente dernières années. Tous ces appendices érudits (pp. 251-267) – fort utiles encore aujourd’hui car ils fournissent de précieux renseignements sur des artistes et auteurs désormais peu connus ou totalement oubliés – constituaient pour l’époque une sorte de zone obligée, garante de la scientificité de la publication. Et là prend fin l’ouvrage en lui-même. Par souci de fidélité au volume original de 1823, Rita Verdirame a souhaité que figure aussi un texte annexe, l’histoire indienne du « Rajah di Bednourre » (pp. 271-305) que par amitié pour son auteur (qui vivait, retiré, à Catane) Forbin avait fait ajouter à son propre texte – une histoire qui néanmoins se lit avec plaisir.

5Au centre du livre qui nous est aujourd’hui proposé sont insérées les reproductions de seize gravures d’époque exécutées à partir de dessins et d’esquisses réalisés sur place par Forbin au cours de son voyage en Sicile. Une belle série d’images qui donne une idée de ce que pouvaient être alors les « voyages pittoresques », précieux ouvrages garnis de gravures qui furent si appréciés en ces temps où la photographie n’existait pas encore.

6Aujourd’hui le catalogue numérisé de la Bibliothèque Nationale de France permet d’avoir accès à quantités de récits de voyages qui connurent en leur temps une seule publication. Si beaucoup d’entre eux n’ont qu’une valeur documentaire écartant d’emblée l’hypothèse d’un nouveau tirage, d’autres comme celui de Forbin ne méritent pas cette pénitence. La traduction italienne nous offre le plaisir de parcourir en pensée une Sicile mi-antique mi-archaïque reconstruite par la mémoire d’un intellectuel sans préjugés, et de contempler des vues que l’on doit supposer authentiques si l’on considère que Forbin, chaque fois qu’il en eut l’occasion, souligna à quel point les gravures de ses prédécesseurs (les dessinateurs du XVIIIe siècle engagés par l’abbé de Saint-Non, auteur du premier et plus célèbre Voyage pittoresque ou Description des royaumes de Naples et de Sicile) étaient fausses. À quand une édition française des Souvenirs de la Sicile d’un des très remarquables fils d’Aix-en-Provence ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Urbani, « Auguste de Forbin, Ricordi della Sicilia, introduzione di Rita Verdirame, traduzione di Silvano Faro », Italies, 10 | 2006, 426-432.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Auguste de Forbin, Ricordi della Sicilia, introduzione di Rita Verdirame, traduzione di Silvano Faro », Italies [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/4318

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org