Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mariella Colin, L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne

Caen, Presses universitaires de Caen, 2005, 376 p.
Ilaria Splendorini
p. 432-437
Référence(s) :

Mariella COLIN, L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne, Caen, Presses universitaires de Caen, 2005, 376 p.

Texte intégral

1Partant du constat que la littérature enfantine italienne – à l’exception de Le avventure di Pinocchio – est encore mal connue en France, dans L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne Mariella Colin brosse un vaste panorama historique de la production narrative pour l’enfance et la jeunesse de la période 1880-1920. L’analyse approfondie des œuvres est précédée d’une reconstitution précise du contexte politique, économique, social et culturel (situation générale de la société et de l’économie du pays, état particulier de l’école et de l’alphabétisation, normes pédagogiques en vigueur, développement de l’édition et de l’illustration…) dans lequel cette production s’est enracinée, et sans lequel elle ne saurait s’expliquer.

2Dans la première partie, intitulée « Une longue gestation », Mariella Colin retrace l’histoire et les caractéristiques de la littérature enfantine italienne depuis ses origines à l’époque des Lumières, jusqu’en 1880, date à laquelle elle commence à prendre véritablement son essor. Si, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la production italienne présente de fortes analogies avec les autres littératures nationales de la même période, il n’en va pas de même au XIXe siècle : alors que dans de nombreux pays de l’Europe du Nord paraissent des livres réellement adaptés à la sensibilité et aux goûts d’un jeune public, et ayant une dignité littéraire propre, dans la péninsule les livres pour les enfants s’apparentent aux livres de piété et de morale, et sont conçus avant tout comme un instrument pédagogique au service de la religion et de la morale. Sous la Restauration, à l’ombre de l’alliance entre le Trône et l’Autel, voient le jour des ouvrages à forte coloration religieuse, le plus représentatif du genre étant Dei Doveri degli uomini. Discorso a un giovane (1834) de Silvio Pellico. À partir des années 1850, à l’initiative de dom Bosco – prêtre et éducateur piémontais et fondateur de l’ordre des Salésiens –, les ouvrages édifiants destinés à la jeunesse se multiplient, et l’édition est mise au service de la cause catholique.

3La réalisation de l’unité et de l’indépendance italiennes ne donne pas de nouvel élan à la littérature pour la jeunesse qui, pendant vingt années encore, loin d’innover, continue de s’inspirer des modèles offerts par les auteurs des Lumières et du Risorgimento. Avec l’Unité, l’accent est mis sur la patrie, l’éducation et les nouvelles valeurs nationales que l’école et les livres ont pour mission de répandre, et qui se substituent désormais à la religion. La littérature enfantine, asservie aux impératifs pédagogiques de l’époque (formation d’un nouveau « caractère national », éducation du sentiment national, moralisation, instruction), ne se différencie guère des ouvrages scolaires. « [T]oute la production destinée aux jeunes lecteurs », écrit Mariella Colin, « sera une paralittérature didactique dans laquelle n’apparaîtra aucune innovation ni audace, ni de contenu ni de forme […] La littérature enfantine proprement dite se dégagera à grand peine de cette paralittérature pédagogique ».

4La deuxième partie est consacrée à la « Naissance de la littérature enfantine » dans la péninsule. À partir des années 1880, avec l’apparition des premières manifestations d’une culture de masse, on assiste au développement de la presse et à la naissance de l’industrie éditoriale moderne. Les maisons d’édition se tournent de plus en plus vers le marché du livre de jeunesse, et les collections pour l’enfance se multiplient. Se substituant aux instituteurs et aux professeurs, des journalistes littéraires et des écrivains de renom écrivent désormais pour les enfants. C’est le cas notamment de Carlo Collodi et Edmondo De Amicis, tous les deux journalistes de formation, et de l’écrivain Luigi Capuana.

5Le avventure di Pinocchio et Cuore racontent l’histoire de deux éducations, l’une individuelle et l’autre collective. Avec Le avventure di Pinocchio de Carlo Collodi, publiées en 1881-1882, la littérature italienne pour les enfants comble enfin le retard dont elle avait souffert par rapport aux autres pays de l’Europe occidentale et atteint un sommet qui demeurera inégalé. C’est le début de son « âge d’or », qui se poursuivra jusqu’aux années 1920. Pour la première fois, les visées moralisatrices et didactiques auxquelles avaient été soumis jusque-là les ouvrages destinés aux enfants coexistent avec les codes esthétiques de la création littéraire, et la part belle est faite à l’imaginaire et au romanesque. Cuore de Edmondo De Amicis voit le jour en 1886 et devient immédiatement un best-seller. Son succès est dû à la faculté de toucher les lecteurs et de mettre en valeur les bons sentiments par l’effusion et l’emphase qui caractérisent le style de l’auteur. Pour être efficace la pédagogie doit désormais s’adresser à l’émotivité et à la sensibilité de l’enfant. La vision que De Amicis a de l’enfance est fortement idéalisée : c’est le temps de la générosité, de la solidarité et de la bonté. Si, selon ses propres termes, « l’image de la fraternité humaine [est] annoncée par la voix de l’enfance », l’école est le lieu où, par définition, cette fraternité peut réellement s’épanouir. « Dans Cuore », écrit Mariella Colin, « l’école n’est pas seulement le “chronotope” du récit, mais aussi le lieu de l’utopie où l’humanité devient meilleure […] Formatrice de l’homme moderne, l’école de De Amicis est aussi l’éducatrice de l’“Italia da fare”, le creuset de la nation à construire ».

6Mais l’essor de la littérature d’enfance et de jeunesse prend aussi d’autres formes et s’intéresse à d’autres genres : les contes merveilleux et les légendes de la tradition populaire régionale. Longtemps bannis des livres pour l’enfance car jugés anti-éducatifs et dangereux – dans la mesure où ils déforment la réalité et plongent l’enfant dans un univers imaginaire et fictif –, le féerique et le merveilleux font un retour en force à partir des années 1880 avec les fiabe siciliennes de Luigi Capuana et les novelle toscanes d’Emma Perodi. Ce regain d’intérêt pour le genre merveilleux et les contes populaires s’explique par l’engouement que les thèmes et motifs du folklore suscitent chez les positivistes et les folkloristes, qui collectent et transcrivent les usages et traditions populaires. Dans les contes merveilleux de Capuana et d’Emma Perodi, l’invention littéraire s’allie avec bonheur aux thèmes et motifs du folklore de la Sicile et de la Toscane.

7Dans la troisième partie, intitulée « Nouveaux genres et nouvelles tendances », sont examinées les nouvelles œuvres romanesques pour la jeunesse qui voient le jour dans les années 1890 : le roman réaliste et le roman d’aventures.

8Dans le roman réaliste, les écrivains véristes italiens traitent de la question sociale et des drames des enfants orphelins et misérables. Après avoir commencé à écrire ses fiabe, Capuana – qui est le théoricien du vérisme en Italie – se tourne vers une littérature réaliste pour le jeune public : en 1898 il publie Scurpiddu, un roman appelé à devenir un classique de la littérature italienne d’enfance et de jeunesse. Le protagoniste est un orphelin issu des classes populaires, qui grandit dans la solitude de la campagne sicilienne : entièrement laissé à lui-même, Scurpiddu se débrouille pour vivre et surmonte avec courage et détermination les épreuves qui se présentent sur son chemin et qui le conduiront vers l’âge adulte.

9À la fin du XIXe siècle, un nouveau secteur de la culture commence à se développer en Italie au moyen de la presse : la littérature de masse et notamment la littérature d’évasion. Aux romans-feuilletons historiques succèdent les romans exotiques, dont l’action se déroule dans des contrées lointaines ou peu connues (l’Orient, l’Afrique noire, le Far West américain…). En réponse à la demande d’évasion et d’exotisme du public adolescent, apparaît dans les années 1890 un genre romanesque qui abandonne résolument toute visée pédagogique ou éducative : les romans d’aventures exotiques d’Emilio Salgari, dont les protagonistes ne sont autres que des pirates et des corsaires. « Salgari », écrit Mariella Colin, « est l’auteur d’une véritable révolution romanesque dans le monde de la littérature d’enfance et de jeunesse italiennes. L’écrivain ne moralise ni ne sermonne, mais exalte l’héroïsme aventureux ». Si les héros salgariens manquent de psychologie, c’est parce que leur fonction se résout essentiellement dans l’action ; leurs caractères et leurs sentiments ne sont jamais analysés par le narrateur, qui assume un point de vue neutre et totalement extérieur.

10La quatrième partie est consacrée aux « Nouvelles poétiques et nouvelles écritures » qui se manifestent dans les deux premières décennies du siècle. Les premières sont les poétiques issues du symbolisme et du décadentisme, qui identifient le poète à l’enfant et font de l’âme enfantine la source de la création littéraire. Au même moment, les bandes dessinées et les journaux illustrés venus d’Amérique révolutionnent la presse enfantine : les nouveaux héros sont des personnages comiques dont les aventures sont destinées avant tout à faire rire. Le comique, le burlesque, la caricature et la satire dictent désormais le contenu de nombreux récits et nouvelles.

11Au début du XXe siècle, la nouvelle science psychologique modifie en profondeur les représentations traditionnelles de l’enfance. Les pratiques éducatives sont revues et corrigées à la lumière des connaissances psychanalytiques : l’enfant est désormais perçu comme un individu à part entière, et non plus seulement comme un adulte en devenir. Cette nouvelle approche transforme la culture enfantine et engendre une nouvelle littérature. Les poètes symbolistes – pour qui l’imaginaire enfantin est poétique en soi – donnent naissance à une poésie de contenu et de forme « enfantins », dont le point de départ est un manifeste publié en 1897 par le poète italien Giovanni Pascoli et intitulé « Il Fanciullino ». Ce fanciullino, qui possède la capacité de s’émouvoir devant la beauté et le mystère du monde, est la source cachée de toute création poétique : le poète est celui qui sait écouter la voix de l’enfant qu’il porte en lui, celui qui a gardé la faculté de s’émerveiller et de saisir le mystère des choses et le sens secret de l’existence. Cette poétique sera reprise et développée par les poètes « crépusculaires » de la première décennie du XXe siècle.

12Les impératifs moraux et les idéaux pédagogiques qui ont orienté le contenu des romans et des nouvelles pour les jeunes lecteurs tout au long du XIXe siècle sont désormais proscrits. Le merveilleux devient à la mode, et des peintres et des dessinateurs de renom illustrent les journaux et les livres pour l’enfance. En 1907 paraît Il giornalino di Gian Burrasca de Vamba, appelé à devenir l’un des ouvrages de référence de l’âge d’or de la littérature enfantine italienne, au même titre que Le avventure di Pinocchio et Cuore. Ce roman marque l’apparition des enfants indomptables et des mauvais garnements, qui essayent sans cesse de transgresser les limites que leur imposent les adultes. Mariella Colin écrit à ce propos : « [l]es nouveaux livres “subversifs” campent des protagonistes qui ne sauraient servir d’exemples aux lecteurs : dans les romans, ce sont les “enfants terribles” et les “affreux jojos” se moquant cruellement des adultes, comme Gian Burrasca et Viperetta, qui ont pris la place des modèles éducatifs d’autrefois ».

13Le volume est complété par un riche apparat iconographique composé de deux parties différentes : la première a un intérêt documentaire et réunit dans un fascicule hors texte les reproductions des couvertures des livres présentés ; la deuxième est analytique et offre un panorama diachronique de l’évolution et des tendances de l’illustration dans la littérature enfantine des années 1880 aux années 1920.

14Ce livre absolument passionnant, bien documenté et d’une haute tenue scientifique, qui retrace le panorama complet de l’« âge d’or » de la production italienne pour l’enfance et la jeunesse, apporte une contribution non négligeable au renouveau considérable que connaissent en Italie et en France les études sur les auteurs et les textes de la littérature d’enfance et de jeunesse. Il constitue désormais un ouvrage de référence indispensable à tous ceux – chercheurs, bibliothécaires, enseignants, documentalistes, étudiants… – que la littérature enfantine intéresse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilaria Splendorini, « Mariella Colin, L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne », Italies, 10 | 2006, 432-437.

Référence électronique

Ilaria Splendorini, « Mariella Colin, L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne », Italies [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/4324

Haut de page

Auteur

Ilaria Splendorini

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org