Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laura Fournier-Finocchiaro, Giosué Carducci et la construction de la nation italienne

Caen, Presses Universitaires de Caen, Cahiers de Transalpina, 2006, 217 p.
Yannick Gouchan
p. 437-441
Référence(s) :

Laura Fournier-Finocchiaro, Giosué Carducci et la construction de la nation italienne, Caen, Presses Universitaires de Caen, Cahiers de Transalpina, 2006, 217 p.

Texte intégral

1Malgré l’obtention du prix Nobel de littérature en 1906, Giosué Carducci passa progressivement « de la gloire à l’oubli », perdu entre le mépris, l’ignorance ou la dérision, qualifié de rhéteur officiel dont l’œuvre immense ne parvient plus à résonner au seuil du XXIe siècle.Encensé pompeusement en son temps, puis exploité de manière posthume par la rhétorique nationaliste du fascisme, Carducci et son œuvre furent les victimes de jugements critiques fort défavorables au cours du Novecento, avant une forme de réhabilitation plus ou moins nuancée qui ne réussit toutefois pas à masquer la réalité de sa réception actuelle, à savoir « l’inactualité ».

2Laura Fournier-Finocchiaro, déjà auteur de nombreux articles sur la réception du poète en France et sur la lecture carduccienne du Risorgimento, propose un essai particulièrement intéressant sur cette figure pourtant majeure de la culture italienne postunitaire. L’originalité de l’essai tient au choix de l’auteur de délaisser toute analyse ou jugement esthétiques sur le poète pour se concentrer sur « sa valeur culturelle, sociale et historique, ainsi que ses aptitudes à exercer des fonctions d’organisateur culturel et de médiateur politique » (p. 9). Il ne s’agit donc pas d’une lecture stylistique et poétique de la production de Carducci, mais bien d’une étude « éthique et politique » de l’œuvre (p. 9) suivant les différentes problématiques qui composent la vaste question de la construction de la nation italienne. L’important corpus retenu par l’auteur présente la quasi totalité des poèmes, discours, essais, leçons, manuels et anthologies, lettres et autres documents privés. La fixation de l’image du vates de la « troisième Italie » intervient sous le règne d’Humbert I, au moment où Carducci incarnera pleinement les idéaux d’une bourgeoisie en train de construire la nation (la « nation building »). L’essai annonce, du point de vue méthodologique, une articulation permanente entre la littérature, la politique et l’histoire, pour expliquer la fondation d’une véritable religion d’État dont Carducci fut un des grands guides spirituels ; l’auteur estime même que les questions sur l’italianité développées par Carducci ont encore des répercussions aujourd’hui, dans le débat actuel sur l’identité de la nation.

3La réflexion de Laura Fournier-Finocchiaro établit une série d’éléments pertinents pour définir le statut du vates d’une Italie dont les Italiens restent encore à faire. Les cinq chapitres de son essai analysent le lien étroit entre la littérature et la pédagogie, le problème de l’identité territoriale et raciale, le regard vers le passé, l’interprétation du Risorgimento et la religion laïque.

4Après un rappel historique sur les événements autour de l’année cruciale 1861, Carducci est présenté comme le « poète civil » qui entend « faire les Italiens » par le biais de la question scolaire (p. 27). Fort de son prestige à l’Université de Bologne où il enseigne la langue et la littérature, le poète associe un programme pédagogique précis (notamment ses manuels pour les lycées) à l’exaltation de la nation en formation. Former les enfants à l’instruction ne se conçoit que parallèlement à la formation du futur citoyen. Les citations d’articles, de lettres et de leçons (dont la plupart sont traduites en français par l’auteur) montrent qu’il existe un corpus négligé mais fondamental, en marge des nombreux poèmes, pour analyser la dimension pédagogique de Carducci.

5Le deuxième chapitre adopte « le point de vue de l’histoire de la culture » (p. 55) en mesure de « fournir un vivier d’images rhétoriques de la période postunitaire », à partir de la production de Carducci. Ainsi les différents voyages effectués par le poète dans la Péninsule offrent des occasions de poèmes ou de discours pour célébrer les clichés de l’Italie urbaine (Bologne, Rome) ou rurale (Maremma toscane). À partir de la représentation du territoire italien Carducci tente de définir la notion d’italianité, à savoir rechercher les origines et l’identité de la race italienne (ou « héritage génétique »). L’œuvre est alors envisagée sous un angle éthique, car elle fonde une religiosité laïque qui établit des devoirs pour le citoyen, dont le plus important consiste à se sacrifier pour la patrie ; c’est pourquoi l’exploitation du passé héroïque et des devoirs du citoyen, amplement documentés par les discours et les lettres de Carducci, aboutissent, à la fin du XIXe siècle et dans le contexte de l’irrédentisme naissant, à l’éloge de la guerre, y compris celle coloniale.

6Le troisième chapitre de l’essai approfondit la question des origines de la nation italienne, au cours d’une période extrêmement riche en recherches historiques de toutes sortes (p. 87). Carducci s’inscrit dans ce courant de recherches, mais son intention pédagogique semble plutôt dirigée vers la célébration du passé en mesure de préparer le futur immédiat. Laura Fournier-Finocchiaro se penche sur deux moments historiques particulièrement significatifs dans la production carduccienne : l’Antiquité romaine et le Moyen Âge des Communes. Le retour à l’universalité de la Rome antique sert à fustiger la médiocrité du temps actuel (« Roma / non più trionfa », dans le poème Alle fonti del Clitumno, 1867), tandis que l’exaltation de l’esprit romain ancien accompagne la préparation de la conquête de la capitale pontificale dans les années 1867-1870, avec une célébration de la figure de Mazzini dans un célèbre sonnet à la gloire de la « troisième Italie ». La « deuxième Italie » médiévale, entre obscurantisme et renouveau, légitime par contre, et par une opération d’anti-datage, « le rapport entre la monarchie piémontaise et la nation italienne » (p. 107).

7L’avant-dernier chapitre explique comment Carducci envisage la relecture des événements politiques et culturels du Risorgimento qui vient de s’achever. Son anthologie scolaire Letture del Risorgimento (1895) sert de point d’appui aux arguments de la réflexion de l’auteur. Cette dernière présente le poète comme un patriote auquel les responsabilités familiales empêchent tout engagement militaire aux côtés des combattants de la deuxième guerre d’indépendance, et qui devient chantre des grands événements et des grandes figures qui président à la construction de l’Italie nouvelle (guerres de 1859 et 1866, prise de Rome, avec Garibaldi, Mazzini, Victor-Emmanuel II et Cavour, même si ce dernier ne fait l’objet d’aucun poème). Parallèlement à la célébration des artisans officiels de l’unification de la Péninsule, Carducci n’oublie pas les figures de la littérature et de la pensée, telles que Vico, Muratori, Niccolini ou Mameli. Spécialisé dans la « poésie d’histoire » de type commémorative, Carducci publie également de nombreux essais sur le Risorgimento, et c’est la raison de son importance dans toute recherche sur la culture de l’époque humbertienne.

8Le cinquième et dernier chapitre présente la dimension religieuse du vates de l’Italie unifiée, durant les difficiles années d’opposition diplomatique et morale entre l’Église catholique et l’État italien. Carducci fut un anticlérical ardent, sans doute par réaction à son éducation chez les jésuites, mais aussi à cause de ses convictions selon lesquelles l’Italie est l’héritière de Rome et de la Grèce, non du catholicisme (p. 153). Le célèbre Inno a Satana et les écrits polémiques qui s’ensuivent illustrent la virulence du poète contre le pape. Dans une lettre de 1905 à Carlo Romussi, Carducci annonce, à la fin de sa vie, « essi [il Vaticano e i preti] sono i veri e costanti nemici d’Italia » (p. 168). La virulence de la polémique contre les autorités catholiques n’est pas vide de sens car « l’anticléricalisme du poète est inséparable de sa volonté de substituer à la doctrine catholique une nouvelle religion : la religion de la patrie » (p. 168). Les multiples fêtes de la nation constituent donc autant d’occasions pour des poèmes ou discours commémoratifs, dédiés au culte de la patrie. La laïcité carduccienne, entre patriotisme et anticléricalisme, utilise enfin, selon l’auteur, certains symboles panthéistes et se rapproche de l’idéal franc-maçon.

9La publication de Laura Fournier-Finocchiaro a le mérite de prendre en compte le Carducci poète, professeur, nationaliste et anticlérical simultanément, en évitant tout jugement de valeur sur ses écrits ou ses idées. Le corpus, souvent mal connu ou négligé par la critique, permet de redécouvrir le terrain idéologique de la production poétique du prix Nobel. Cet essai remarquable s’annonce comme une contribution importante dans les recherches sur l’Italie humbertienne et sur la dimension culturelle de la construction de la nation italienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Laura Fournier-Finocchiaro, Giosué Carducci et la construction de la nation italienne », Italies, 10 | 2006, 437-441.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Laura Fournier-Finocchiaro, Giosué Carducci et la construction de la nation italienne », Italies [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/4325

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org