Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pierpaolo Antonello, Il Ménage a quattro (Scienza, filosofia, tecnica nella letteratura italiana del Novecento

Firenze, Le Monnier Università / Lingua e Letteratura, 2005, 250 p.
Jean Lacroix
p. 441-446
Référence(s) :

Pierpaolo Antonello, Il Ménage a quattro (Scienza, filosofia, tecnica nella letteratura italiana del Novecento), Firenze, Le Monnier, Università / Lingua e Letteratura, 2005, 250 p.

Texte intégral

1Sous ce titre pour le moins surprenant sont regroupées quatre longues études, consacrées à quatre auteurs de tout premier plan de la littérature italienne du XXe siècle : Carlo Emilio Gadda, Primo Levi, Leonardo Sinisgalli et Italo Calvino.

2Ces quatre écrivains, tous disparus aujourd’hui – certains, comme Primo Levi, de façon tragique –, illustrent parfaitement le propos de Pierpaolo Antonello. Ce critique et universitaire italien, qui s’est beaucoup occupé des rapports étroits que la littérature a parfois entretenus avec la science au XIXe siècle, est aussi l’auteur de Science and Literature in italian Culture, from Dante to Calvino (Oxford, Legenda, 2004) : rédigé en collaboration avec Simon Gilson, ce bel ouvrage est une synthèse beaucoup plus vaste que le présent essai, mais il s’achève sur la même figure calvinienne. 

3Comme l’indique le sous-titre « Scienza, filosofia, tecnica nella letteratura italiana del Novecento », Il Ménage a quattro continue d’explorer les imbrications et les interférences qui “associent” la science, la philosophie et la technique dans le cadre de la littérature italienne (prose et poésie confondues) du Novecento ; une “association” qui n’est pas sans influencer, au-delà de l’éventuelle spécificité lexicale et terminologique, la manière de composer et d’écrire de ces quatre écrivains. Quatre écrivains très préoccupés, dans leur œuvre conçue comme œuvre-à-faire, du devenir de la civilisation, c’est-à-dire de nouvelles façons de voir et de sentir “la” ou plutôt les réalités. À chacun sa vérité en ce domaine ; à chacun sa propre orientation par le truchement d’une écriture qui, par-là même, se cherche parallèlement à cette optique. Cependant, il est particulièrement frappant de repérer, dans chacun des titres donnés par le critique aux auteurs de référence, des tendances et des traits communs qui persistent en dépit de points de vue divergents : la finesse des analyses et la rigueur des développements (de vraies démonstrations en l’occurrence) marient avec aisance les parentés occasionnelles aux écarts qui font l’originalité des œuvres examinées.

4Dans le cas de Gadda et de Calvino, l’épithète d’ingénieur est accolé à celui d’écrivain. Comme l’ont souligné les études critiques que Manganaro et Borri ont consacrées respectivement à Gadda et Calvino, le terme d’ingénieur dans son acception professionnelle ne donne, à vrai dire, qu’une idée très approximative du type de rapports envisagé – qui, chez tel ou tel de ces quatre auteurs, s’affiche et s’affirme de plus en plus dans l’évolution de leurs œuvres. Calvino n’hésite pas à remonter jusqu’au De natura rerum de Lucrèce, qui est le maître à penser de l’auteur des Cosmicomiche.

5Plus concrètement, quelles tendances ou quels traits communs font se ressembler jusqu’à un certain point les quatre écrivains qui constituent ce “ménage” tout à fait insolite ?

6En premier lieu, la machine avec ce qui sert à la dominer, à la faire fonctionner (la main par exemple) et ce à quoi elle se prête en matière de raisonnement scientifique ou, du moins, technologique (objet de la cybernétique).

7En second lieu, la mesure du temps et de l’espace, véritable obsession que ces auteurs désignent dans leurs écrits comme le quantifiable des “nouvelles réalités”, objet d’expérimentation et, au-delà, de “civilisation”. Par ce biais Gadda, Primo Levi, Sinisgalli et Calvino renouent tous les quatre avec le maître-mot des artistes, hommes de science ou penseurs en général du Quattrocento et du Cinquecento : l’“esperienza”.

8Voilà deux objets, voire deux concepts opératoires que Pierpaolo Antonello a bien su mettre en valeur et replacer dans leurs contextes respectifs, sans négliger pour autant les nuances ou variantes propres à chacun des quatre “enquêteurs” ou “expérimentateurs”, dans leur propre “langue”, avec leur propre syntaxe.

9Par ailleurs, Pierpaolo Antonello s’est aussi attaché à faire ressortir, chez ces quatre auteurs, la part de dérives, c’est-à-dire de “fantasmes” – tout particulièrement en ce qui concerne Calvino, attiré par les “fables” –, en examinant des formes abnormi, de centaure (comme chez Primo Levi) ou, à l’inverse, l’avènement d’une sorte de système à tendance gnoséologique (c’est le cas de Gadda). Autant de propositions hybrides et/ou de projets ayant de multiples valences qui, selon le critique italo-anglais, font partie intégrante de la quête patiente, obsédante de ces quatre auteurs, dont la carrière littéraire est à vocation “scientifique”.

10L’éventail retenu par le critique dans l’origine socio-géographique des quatre écrivains (respectivement milanais, turinois, lucanien et génois) se double de formulations qui, à elles seules, résument bien “l’esprit scientifique” qui les anime et les accompagne tout au long de leur carrière. Ainsi, à l’assertion de Primo Levi selon laquelle « la materia è la memoria del tempo » fait écho celle de Sinisgalli le méridional, pour qui « l’uomo vive il tempo con la geometria ». Une déclaration qui n’eût point manqué de séduire Pascal, mais qui se situe à contre-courant d’autres opinions qui font état, chez son compatriote Quasimodo, du mauvais usage que l’homme peut faire de la science, génératrice de Mal (cf. « L’uomo del mio tempo »).

11À tous égards, là encore, les titres ne trompent guère – ou les pratiques ou l’atavisme le cas échéant. Des titres évocateurs comme ceux de deux recueils de Sinisgalli, le premier antérieur à la Seconde Guerre mondiale (Quaderni di geometria, 1935-1936), et l’autre datant de la fin du conflit (Furor mathematicus, 1944). L’un et l’autre disent assez la passion pour la science et pour ses mutations rapides, incessantes. Dans le cas de Gadda, il ne s’agit pas de titres mais de pratiques : l’écrivain fréquenta Enrico Fermi et dirigea les revues Pirelli et Civiltà delle Macchine, liées à deux très grands noms de l’industrie italienne (Pirelli et Olivetti).

12En définitive, au-delà de la qualité des analyses fines et érudites, conduites dans le cadre de ce que l’on pourrait appeler le champ relationnel et émotionnel qui regroupe l’art et la technique, l’intérêt primordial de cette magistrale synthèse quadripartite réside d’abord dans l’apport et la mise en place particulièrement soignés des références bibliographiques. En effet, en sus du regroupement général de cette nature (une dizaine de pages), réparti en deux rubriques (bibliographie d’ordre général et bibliographie personnalisée), ce sont une quarantaine de pages qui, au total, à la fin de chacune des monographies, éclairent pas à pas la démonstration complémentaire illustrée par l’examen des quatre œuvres. Une importance toute particulière est donnée à la première (celle de Gadda) et à la dernière (celle de Calvino). Celle-ci, qui détaille les péripéties et variantes du “monde binaire” si cher à cet auteur, dépasse même les soixante pages.

13De cet important corpus, si fouillé et si varié, on retiendra plus précisément des noms importants, des œuvres-clé de la critique des quarante ou cinquante dernières années, voire des manifestations (colloques) qui prouvent éloquemment tout l’intérêt pour les rapports qui relient désormais littérature et science. En ce qui concerne les colloques, on peut citer celui de Palermo-Messina-Catania d’avril 1976 consacré à Letteratura e scienza nella storia della cultura italiana (IX° conv. AISLI) ou, dans le cadre de la même association (AISLI, XV°), celui qui s’est tenu à Turin en mai 1994. Les rapports entre littérature et science font également l’objet d’ouvrages et d’essais importants : on peut citer Il divenire delle arti (Einaudi, 1959) de G. Dorfles, un pionnier en la matière, ou Le Mythe des machines (1967-1970) de Lewis Mumford ; sans oublier Scienza e letteratura nel secondo Novecento italiano (1978) de Mario Petrucciani, et le plus récent Linguaggio tecnico-scientifico nella narrativa italiana del Novecento (2002) de P. Zublena, qui s’est attaché à la mise en écriture de cette complexe genèse scientifico-littéraire.

14Il convient de compléter ce riche panorama par d’autres ouvrages offrant des synthèses d’ordre plus général, étant donné leur point de vue d’ensemble nettement plus philosophique et civilisationniste. À commencer par Letteratura e scienza (Bologna, Zanichelli, 1977) de A. Battistini, ou L’uomo nell’era della tecnica (1984) de A. Gehlen, pour finir avec des études beaucoup plus récentes : Homo technologico (Roma, Melterni, 2001) de G. O. Longo et Il testo letterario e il sapere scientifico (Bologna, CLUEB, 2003), un ouvrage collectif auquel a participé également Pierpaolo Antonello.

15Au total, une panoplie impressionnante d’ouvrages de tout premier plan, qui complètent et élargissent les analyses que Pierpaolo Antonello a consacrées à Gadda, Primo Levi, Sinisgalli et Calvino.

16D’une grande qualité tant sur le plan scientifique que littéraire, Il Ménage a quattro est un essai désormais incontournable, et qui s’inscrit dans une longue lignée. Le 29 avril 1928, Paul Valéry – auteur du célèbre « Ô civilisations que vous êtes mortelles ! » – publiait dans le New York Herald Tribune un texte prophétique à sa manière, qui concernait indirectement le devenir de l’écriture. Il écrivait ceci : « l’Europe a dominé (jusqu’ici) par la qualité ; mais l’ère de la quantité semble venir. La différence des techniques résultant de la création de la science (c’est nous qui soulignons), c’est-à-dire de la transmissibilité, égalise les qualités ». Beaucoup plus proche de nous dans le temps, en ce début de siècle Alessandro Baricco propose en feuilleton “un essai sur la décadence de la culture contemporaine”, dominée par l’éphémère et la superficialité (Le Monde des livres, vendredi 26 mai 2006, p. 2).

17Voici deux projets qui, avec quatre-vingts ans d’écart, ont, au-delà de leur diversité, plus d’un point commun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Lacroix, « Pierpaolo Antonello, Il Ménage a quattro (Scienza, filosofia, tecnica nella letteratura italiana del Novecento », Italies, 10 | 2006, 441-446.

Référence électronique

Jean Lacroix, « Pierpaolo Antonello, Il Ménage a quattro (Scienza, filosofia, tecnica nella letteratura italiana del Novecento », Italies [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/4328

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org