Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Feuillet, L’Annonciation sous le regard des peintres

Editions Mame, coll. Un certain regard, 2004, 96 p.
Brigitte Urbani
p. 415-417
Référence(s) :

Michel Feuillet, L’Annonciation sous le regard des peintres, Editions Mame, coll. « Un certain regard », 2004, 96 p.

Texte intégral

1Après deux splendides et passionnants ouvrages dans cette même collection – Fra Angelico, le maître de l’Annonciation (1994) et Au seuil de l’invisible, Fra Angelico (1998) – Michel Feuillet revient sur le thème de l’Annonciation dont il est l’un des plus éminents spécialistes avec un troisième livre d’art où sont examinées quatorze œuvres, s’échelonnant du VIe au XXe siècle. Si les Italiens sont les plus nombreux, d’autres grands peintres européens interviennent également, puisque sont convoqués, de façon chronologique, d’abord les mosaïstes ravennates qui travaillèrent à la basilique de Porec (Croatie, VIe siècle), puis un peintre russe de l’école de Novgorod (XIIe). Suivent cinq Italiens : le maître du triptyque de Pérouse (XIIIe), Duccio di Buoninsegna, Bernardo Daddi (XIVe), Fra Angelico et Carlo Crivelli (XVe). Puis, les nationalités se mêlent : Memling, Fra Bartolomeo (XVe), Grünewald, Lotto (XVIe), Le Greco (XVIIe), Denis (XIXe) et Chagall (XXe).

2Après un court préambule où est rappelée la référence principale de l’événement, l’Évangile selon saint Luc, Michel Feuillet procède à l’analyse de chacune des œuvres. Le livre est ainsi divisé en quatorze petits chapitres comportant chacun une photographie d’ensemble et quelques détails qui attirent l’attention sur la signification symbolique d’éléments qui sans cela passeraient inaperçus à l’œil du profane. Les images sont analysées avec un soin extrême, dans un langage clair et concis, à la portée de tout lecteur intéressé. Chaque fois, l’auteur a soin de préciser la position des personnages principaux et le sens à lui donner, de décrire le décor en le mettant scrupuleusement en relation avec la scène principale ou avec les circonstances de composition de l’œuvre, de mettre l’accent sur la valeur symbolique de petits détails qui pourraient paraître anecdotiques et sont en réalité en étroite relation avec les textes de référence.

3La démarche chronologique non seulement fait apparaître les différences de style d’un siècle ou d’un peintre à un autre, mais surtout met le doigt sur l’évolution de la représentation du thème dans sa structure et dans ses détails. C’est ainsi que nous apprenons que dans les représentations les plus anciennes la Vierge Marie est en train de filer une laine rouge quand elle reçoit la visite de l’ange ; ce n’est qu’à partir des XIIIe-XIVe (ici avec Duccio) qu’elle est représentée avec un livre. L’ange des premières Annonciations est debout ; ce n’est qu’à partir du XIVe et en Italie centrale qu’on lui donne une autre attitude. De même Dieu le Père, généralement représenté dans l’angle gauche supérieur, n’a un visage de vieillard qu’à partir du XVe siècle ; antérieurement, il est représenté à l’image du Fils. Et ce ne sont là que quelques-unes des découvertes que réserve au lecteur ce magnifique parcours.

4Et que dire de l’étonnement que suscite la lecture des multiples signes que Michel Feuillet décrypte au fil des différentes étapes ! : la symbolique de la colonne ou de l’hirondelle dans le retable de Fra Angelico, celle de l’enfant ou de l’évêque dans celui de Crivelli, celle du pavement ou du flacon de verre dans le tableau de Memling, celle des portes ou de l’homme que l’on aperçoit au loin dans celui de Fra Bartolomeo, celle des couleurs ou du coffre faisant fonction de lutrin dans celui de Grünewald, celle du chat ou de la clepsydre dans celui de Lotto, celle des diagonales ou du peintre dans celui de Chagall. Et ce ne sont là que quelques exemples parmi des dizaines d’autres. Chaque œuvre apparaît comme un condensé admirable de multiples éléments symboliques tous unis pour confirmer le sens profond de la scène.

5La beauté des images (toutes en couleurs) et, plus encore, la richesse, la précision et la mesure du discours, la sensibilité qui s’en dégage et l’émotion qu’il éveille chez le lecteur font de ce très beau livre un ouvrage, à posséder, à offrir, à savourer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Urbani, « Michel Feuillet, L’Annonciation sous le regard des peintres », Italies, 9 | 2005, 415-417.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Michel Feuillet, L’Annonciation sous le regard des peintres », Italies [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://italies.revues.org/4331

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org