Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Giuseppe Acerbi, Viaggio al Capo Nord, a cura di Vincenzo De Caprio ; Giuseppe Acerbi, ‘I Travels’ e la conoscenza della Finlandia in Italia, Atti del convegno, a cura di Vincenzo De Caprio e Piero Gualtierotti

Manziana (Roma), Vecchiarelli editore, 2004, 196 p. ; Manziana (Roma), Vecchiarelli editore, 2003, 320 p.
Brigitte Urbani
p. 420-425
Référence(s) :

Giuseppe Acerbi, Viaggio al Capo Nord, a cura di Vincenzo De Caprio, Manziana (Roma), Vecchiarelli editore, 2004, 196 p.

Giuseppe Acerbi, ‘I Travels’ e la conoscenza della Finlandia in Italia, a cura di Vincenzo De Caprio e Piero Gualtierotti, Manziana (Roma), Vecchiarelli editore, 2003, 320 p.

Texte intégral

1Après deux ouvrages consacrés aux voyages du jeune Giuseppe Acerbi (Castel Goffredo, 1773-1846) dans l’extrême Nord de l’Europe, Vincenzo Di Caprio publie la relation de voyage en langue italienne de cette expédition hors du commun, qui n’avait connu aucune réédition depuis sa première sortie en 1832, à Milan, chez l’éditeur Sonzogno. Le texte est précédé d’une introduction d’une quinzaine de pages sur l’auteur, le voyage et les textes qui en dérivèrent.

2Comme beaucoup de jeunes gens issus de familles nobles et riches, Giuseppe Acerbi accomplit en effet le traditionnel voyage de formation à travers l’Europe, le fameux Grand Tour, qui permettait d’acquérir des connaissances, de faire des rencontres, et de faciliter une éventuelle future carrière de diplomate. Mais alors que, d’ordinaire, le Grand Tour traçait un mouvement centripète et, tout en englobant la Suède et la Russie, tournait essentiellement au cœur du centre de l’Europe occidentale et s’achevait dans le berceau de la civilisation européenne, en Italie, plus précisément à Rome et à Naples, celui qu’effectua Acerbi offrit l’originalité d’avoir été excentrique au sens étymologique du terme, puisqu’une fois arrivé en Suède, le jeune homme décida de poursuivre vers la Finlande, la Laponie, et d’aller jusqu’aux confins extrêmes du continent européen, au-delà du cercle polaire arctique, jusqu’au Cap Nord.

3Cette expédition prodigieuse (pour l’époque), Acerbi l’effectua en 1798-99. Il n’avait que vingt-six ans et il était accompagné d’un autre jeune Italien de vingt-deux ans, Bernardo Bellotti (de Brescia), qui l’avait rejoint un an plus tôt et qui allait demeurer son compagnon de route jusqu’à la fin de l’année 1800. Fut également du voyage un colonel de cavalerie suédois, bon dessinateur, Anders Fredrik Skjöldebrand. Entre Stockholm et la Laponie, se joignirent à eux quelques intellectuels aux intérêts scientifiques (un naturaliste, un entomologiste, un botaniste). Mais la difficulté de l’entreprise, due entre autres au fait que la saison – l’été qui approchait – n’était pas favorable et rendait le cheminement difficile et dangereux, voire impossible, en raison de la fonte des glaces et de l’absence de routes (l’hiver, les fleuves et les côtes, gelés, offrent des routes praticables en traîneau), fit que peu à peu les membres de l’expédition se découragèrent, et que seuls Acerbi et le colonel suédois atteignirent le but qu’ils s’étaient fixé. Ainsi, partis de Stockholm en mars 1799, nos voyageurs se rendirent d’abord en Finlande. Puis au lieu d’obliquer vers Saint-Pétersbourg, comme le prévoyait un itinéraire possible du Grand Tour, aidés d’abord de guides finlandais puis de porteurs lapons, ils se dirigèrent vers le Nord, parvinrent en Laponie et atteignirent le Cap Nord le 19 juillet 1799.

4Le texte italien proposé par Vincenzo De Caprio est le dernier état d’une série de réécritures et de passages par des langues diverses. En effet, le premier récit (communément nommé, en abrégé, Travels, publié en 1802) fut rédigé en anglais et se composait de deux volumes ; d’une part il englobait le séjour en Suède, d’autre part il était scindé en deux parties distinctes, selon l’usage du XVIIIe siècle : une partie narrative décrivant le trajet lui-même et une partie scientifique relative à l’histoire, au commerce, à la faune, à la flore, etc. En 1803 parut à Berlin une traduction en allemand. En 1804, une traduction en français fut publiée à Paris, et c’est à partir de cette dernière traduction que fut rédigé le texte italien édité à Milan en 1832. Le texte français s’intitulait Voyage au Cap Nord par la Suède, la Finlande et la Laponie ; le texte italien s’intitule tout simplement Viaggio al Capo Nord fatto nell’anno 1799… De la version anglaise à la version italienne, le centre d’intérêt s’est déplacé : la Suède a disparu du titre, c’est le Cap Nord qui est devenu but et objet principal du récit. En outre, le texte a été abrégé et allégé : un seul volume, un seul court premier chapitre sur la Suède et Stockholm, pas de division entre partie narrative et partie scientifique, prédominance absolue de la partie narrative, texte en partie dégagé de son impersonnalité illuministe et déjà fortement teinté de sensibilité romantique.

5Le résultat est un récit fort agréable à lire, divisé en vingt-deux chapitres suivis d’une conclusion qui constitue une réflexion intéressante sur cette entreprise, son enseignement et les prolongements qu’il était souhaitable de lui apporter. Acerbi emporte avec lui son lecteur à travers les étendues glacées de ces contrées polaires et lui fait partager son effarement durant les traversées en traîneau d’immenses lacs gelés ou de bras de mer figés où se dessinent encore les vagues, son émerveillement devant l’aurore boréale, son effroi lors du passage périlleux de cataractes, sa curiosité devant les lapons et leurs immenses troupeaux de rennes, ses rapports pittoresques avec les autochtones (avec qui il communique tant bien que mal, grâce à des interprètes, ou en latin avec les prêtres des villages), les repas de poisson ou de viande et de fromage de renne, un régime qui semble assurer santé et longévité aux gens du pays. Les inconvénients fâcheux du voyage sont évoqués avec humour, et notamment, leit-motiv de maints chapitres, plus que le froid glacial de l’hiver, les nuées de moustiques voraces de l’été, dont on ne peut se préserver qu’en se tenant au milieu de nuages d’épaisse fumée. Sans jamais se mettre en avant en héros, l’auteur tient tout de même, à l’occasion, à redresser certaines erreurs de son illustre prédécesseur Maupertuis, et c’est en philosophe qu’il contemple le but enfin atteint de son expédition :

Le rupi senza ornamento, il terreno senza vegetazione, l’aria senz’abitanti ci dissero ben chiaramente che tanta costanza, tanti sudori, tante cure ed ansietà non aveano servito che a condurci ov’è la tomba della Natura. […] Non si vede più il globo che ne’ suoi nudi elementi. Non è più il soggiorno della vita ; è un punto del sistema dell’universo. (pp. 142-143)

6De même que c’est en sage philosophe qu’il conclut sur les vaines prétentions de l’homme, qui croit que le monde n’existe que pour lui et par rapport à lui :

Questa profonda malinconia, il cupo silenzio sparso sopra codeste contrade isolate, porteranno indubitatamente chi le percorrerà da filosofo a domandare a se medesimo a che fine sieno entrati nell’ordine della creazione luoghi per così dire estranei alla vita. Con che disegno sono poste nella economia della natura quelle aurore boreali, quegli spettacoli sì brillanti dell’aria, e que’ laghi, que’ fiumi, e quelle cateratte, se tale teatro magnifico, eternamente deserto, debb’essere perpetuamente estraneo all’uomo. Ebbene ! L’uomo non iscioglierà mai codesta quistione fin tanto che si terrà persuaso ch’egli è il re delle cose create, e si abbandonerà alla idea presuntuosa che tutte le cose poste su questo globo non per altri esistono che per essolui. (p. 188).

7Un très utile complément à ce texte (et à l’introduction qui le précède) se trouve entre autres dans un précédent ouvrage de Vincenzo De Caprio, publié en 2002, toujours chez Vecchiarelli : La penna del viaggiatore. Scritture e disegni di Acerbi ed altri viaggiatori fra Sette e Ottocento (187 p. suivies de douze illustrations, œuvres d’Acerbi ou de son compagnon de voyage, A. F. Skjöldebrand). Le premier chapitre, Scrittura e disegno nel racconto del viaggio, non seulement expose les conditions de l’expédition, mais aussi détaille le travail d’intertextualité que présente le texte final italien (intertextualité qui est loin d’être le fait du seul Acerbi, puisque quasiment toutes les relations de voyage puisent largement à d’autres sources, recopiées presque textuellement sans que les auteurs en soient cités) et l’évolution présentée par le récit, depuis la première version anglaise, sur le droit fil des changements politiques et culturels intervenus entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe, puis, comme l’indique son titre, pose le problème des rapports entre dessin et écriture, beaucoup de relations de voyage étant alors accompagnées de gravures exécutées à partir de dessins esquissés par les voyageurs. Ces deux derniers thèmes sont développés et illustrés dans le deuxième chapitre, Fra Skjöldebrand e Maupertuis. Intéressant, de même, et directement lié à notre propos, le chapitre III, L’idea di natura e la percezione del paesaggio, qui non seulement a comme objet d’étude essentiel le voyage au Cap Nord, mais prend (plus rapidement) en considération les notes de voyage du même auteur à Rome et à Naples. Acerbi, en effet, fut un grand voyageur qui parcourut le monde, puisqu’il fut également consul général en Égypte, et, en ces temps où Champollion venait de découvrir la pierre de Rosette et commençait à déchiffrer les hiéroglyphes, il participa lui aussi, avec passion, à des expéditions d’égyptologie.

8Les actes du colloque sur Giuseppe Acerbi, ‘I Travels’ e la conoscenza della Finlandia in Italia, qui s’est tenu à l’Université de Viterbe (l’Università degli studi della Tuscia), actes publiés en 2003 par Vincenzo De Caprio et Piero Gualtierotti, offrent un intéressant élargissement du thème du voyage en Finlande et au-delà du cercle polaire. Ils présentent bien sûr d’intéressantes contributions sur Giuseppe Acerbi lui-même (Vincenzo De Caprio, Acerbi, la Finlandia e l’Austria felix ; Giovanni Acerbi, Giuseppe Acerbi tra nord e sud : Finlandia ed Egitto ; Lauri Lindgren, Riflessioni sulla natura nordica nei diari di viaggio di Giuseppe Acerbi ; Paula Loikala, Giuseppe Acerbi e il floklore finlandese ; Cristina Wis Murena, La lettera critica di Giuseppe Acerbi ; Barbara Milizia, I Travels di Giuseppe Acerbi nella costituzione e nella ricostituzione della tradizione della letteratura di viaggio ; Eero Saarenheimo, I Travels visti dalla Finlandia ; Piero Gualtierotti, I Travels nella biografia di Acerbi ; Giorgio Cusatelli, Prove per un’antologia lappone), mais aussi traitent le thème des rapports entre Italie et Finlande (Luigi G. de Anna, Due secoli di conoscenza della Finlandia in Italia ; Luigi Martellini, “Tutto mi apparve di vetro”, primo contributo per Malaparte e la Finlandia ; Laura Einaudi, Rapporti italo-finlandesi nel design e nell’architettura ; Giorgio Colombo, Rapporti culturali italo finlandesi...), des voyages en Laponie (Sandra Puccini, Bozzetti lapponici ; Francesca Petrocchi, Il fantasista Bruno Barilli fra i Lapponi, 1931), ou plus généralement en Scandinavie (Filippo Grazzini, Per una conoscenza aggiornata di Francesco Negri e del ‘Viaggio sentimentale’) et dans des contrées éloignées (Anna Casella Paltrinieri, Traversare le frontiere : viaggi e viaggiatori nel mondo contemporaneo). Sont évoqués également l’ancienne cartographie de ces régions lointaines (Claudio Cerretti, La rappresentazione cartografica prescientifica dell’estremo Nord europeo), de même que des problèmes plus spécifiquement politiques et modernes (Gaetano Platania, Politica e società nel Baltico moderno…).

  • 1  Au service de l’Autriche, il dirigea la revue “Biblioteca italiana” et fut accusé d’activité filoa (...)

9Dans son ouvrage La penna del viaggiatore, Vincenzo De Caprio signalait que, jusqu’à une époque toute récente, les voyages de Giuseppe Acerbi et les nombreux textes qui en ont résulté (encore en grande partie à l’état de manuscrits révélant à quels points ils furent écrits et récrits) n’avaient pas joui (peut-être en raison de la pénitence puis de l’oubli que valut à l’auteur sa fidélité à l’Autriche ?1) d’études nombreuses ou approfondies si ce n’est, éventuellement, en Finlande. Les travaux qu’il a conduits sur ce voyageur peu commun ont depuis rendu justice à des expéditions périlleuses affrontées si jeune il y a plus de deux siècles. Et si des actes de colloques ne sont pas forcément à la portée de n’importe quel lecteur, il est heureux que le public puisse maintenant disposer de la version italienne du voyage au Cap Nord, un texte qui – du moins aux yeux de ceux qui n’ont pas encore eu le bonheur d’effectuer un tel voyage et ne possèdent sur la question que quelques connaissances livresques ou filmiques – semble ne pas avoir vieilli et évoque irrésistiblement nos lectures d’adolescents.

Haut de page

Notes

1  Au service de l’Autriche, il dirigea la revue “Biblioteca italiana” et fut accusé d’activité filoasburgica.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Urbani, « Giuseppe Acerbi, Viaggio al Capo Nord, a cura di Vincenzo De Caprio ; Giuseppe Acerbi, ‘I Travels’ e la conoscenza della Finlandia in Italia, Atti del convegno, a cura di Vincenzo De Caprio e Piero Gualtierotti », Italies, 9 | 2005, 420-425.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Giuseppe Acerbi, Viaggio al Capo Nord, a cura di Vincenzo De Caprio ; Giuseppe Acerbi, ‘I Travels’ e la conoscenza della Finlandia in Italia, Atti del convegno, a cura di Vincenzo De Caprio e Piero Gualtierotti », Italies [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/4348

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org