Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Lo spazio della scrittura, Letterature comparate al femminile, a cura di Tiziana Agostini, Adriana Chemello, Ilaria Crotti, Luisa Ricaldone, Ricciarda Ricorda, Atti del IV Convegno della Società italiana delle Letterate, Venezia, Fondazione Giorgio Cini, 31 gennaio-1 febbraio 2002

Padova, Il Poligrafo, 2004, pp. 580.
Marie-Anne Rubat du Mérac
p. 426-433
Référence(s) :

Lo spazio della scrittura, Letterature comparate al femminile, a cura di Tiziana Agostini, Adriana Chemello, Ilaria Crotti, Luisa Ricaldone, Ricciarda Ricorda, Atti del IV Convegno della Società italiana delle Letterate, Venezia, Fondazione Giorgio Cini, 31 gennaio-1 febbraio 2002, Padova, Il Poligrafo, 2004, pp. 580.

Texte intégral

1Cet imposant ouvrage se compose de six sections précédées d’une très courte Préface et suivies de Note sulle autrici c’est-à-dire sur les intervenantes : des universitaires pour la plupart d’entre elles, spécialistes de littérature, de philosophie, d’histoire de l’art, mais aussi des journalistes et des auteurs de romans, de poèmes, d’œuvres d’art. Les six grands chapitres sont intitulés respectivement : I- Lo spazio ritrovato, II- Topografie della mente, spazi della scrittura, III- Lo spazio del simbolico, IV- La Perturbante, V- Lo spazio del conflitto, VI- Lo spazio del discorso. Testimonianze. Cettenotion réitérée d’espace est, selon nous, un hommage implicite rendu à V. Woolf et à la « piè-ce toute pour soi » qu’elle revendiquait pour les femmes. Ce congrès est, en effet, marqué au sceau du féminisme. Organisé par des femmes travaillant toutes sur des femmes écrivains, il se propose de « définir » et d’« explorer » les diverses formes d’espace énoncées à travers l’écriture posée comme « un insieme di parole incarnate nei corpi e nei pensieri » de femmes (p. 13). Chacun des titres que nous venons de citer est explicité par une Nota introduttiva qui décrit le type d’espace illustré par les communications qu’il annonce et donne les grandes orientations de ces études. Ainsi l’espace « retrouvé » par les femmes, si longtemps exilées aux confins du monde de la culture, est à la fois un espace extérieur (« accademie, biblioteche, sale di lettura, stanze, case, studi privati, laboratori, ateliers, salotti, salons… ») (p. 19) et un espace intérieur, mental, affectif qui se projette dans l’espace de l’écriture, de la parole, de la création artistique. Les « topographies mentales » sont établies selon un double procédé. L’un est celui du témoignage : une romancière, Giacoma Limentani, expose sa conception du genre et retrace son parcours d’« écrivaine » et Adriana Lorenzi s’exprime en tant que créatrice d’un atelier d’écriture destiné à celles qui n’avaient jamais écrit. L’autre, traditionnel, est celui de l’étude critique, visant ici à reconstruire à partir des textes le cheminement, les motivations, les intentions de l’auteur. L’espace du symbolique est représenté à travers des interventions qui obéissent aussi à deux lignes directrices : d’une part, nous avertissent les rédactrices de la Note, la relation « corpo / desiderio / parola », d’autre part, « i luoghi trasfigurati » (espace urbain, nature, fenêtre, seuil, espace de la « fotografia, dell’arte visiva e della virtualità dei videogiochi » (pp. 235-237). Avec son titre freudien, la quatrième partie nous introduit, ou plutôt devrait nous introduire, dans le fantastique féminin caractérisé par une « connivence », et non une antinomie, avec ce qui « perturbe » le réel et d’abord « la tranquillità della casa e del luogo natio » (p. 415). Mais, regrettablement, nous n’avons droit qu’à sept fiches succinctes, les travaux des spécialistes invitées sur cette question ayant fait l’objet d’une autre publication : La perturbante. « Das unheimliche » nella scrittura delle donne, a cura di E. Chiti, M. Farnetti e U. Treder, Perugia, Morlacchi, 2003. Lo spazio del conflitto prend en compte aussi bien le conflit intérieur (entre vision idéalisée de soi et moi véritable) que celui qui oppose l’image officielle, réductrice, dessinée par une plume masculine, d’une personnalité féminine nettement plus complexe. Mais il fait surtout une large place à ce qu’est, ou doit être, d’après la réflexion critique d’opposantes, la position des femmes face aux conflits historiques, à commencer par ceux qui, depuis le 11 septembre 2001, sont aujourd’hui les plus inquiétants : guerres d’Afghanistan et d’Irak. Quant aux Testimonianze sur lesquelles se conclut le congrès, ce sont celles de romancières et de poétesses venues d’aires géographiques et culturelles diverses et qui, soit au cours d’une interview, soit directement, nous renseignent sur les événements de leur vie, sur leur biographie intellectuelle et parlent de leurs œuvres ou les lisent.

2Se plaçant donc, comme nous en informe d’emblée le titre, dans une perspective comparatiste, les auteurs des communications nous promènent à travers le monde, mais aussi à travers le temps. L’objet principal de l’enquête est l’Europe (Italie, Allemagne, Grande-Bretagne, Espagne, Grèce, Pays-Bas, la France n’étant représentée que par la mention de deux des vedettes de la dernière vague de féminisme, Hélène Cixous et Luce Irigaray, et par des allusions aux salons du XVIIIe siècle ou à ceux des Précieuses). Mais cette enquête s’étend à l’Amérique du Nord comme à l’Amérique latine et elle nous permet de faire connaissance avec une libanaise vivant à Paris ainsi qu’avec une indienne du Bengali vivant aux U.S.A. Le temps qu’elle traverse est aussi vaste que l’espace : antiquité grecque et romaine, XVIIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Ce dernier, non seulement parce que nous l’avons partiellement vécu, mais aussi pour des raisons historiques (progrès des femmes vers leur émancipation et mouvements de femmes, notamment avant 1920 et après 1960), est de loin le mieux représenté, tandis que pour des motifs bien compréhensibles les intervenantes sont majoritairement des italiennes et les « écrivaines » également. Dans le cadre de cette revue, c’est ce qui concerne l’Italie qui retiendra notre attention.

3Dans ce vaste panorama, rares sont les études portant sur des œuvres présentées comme une neutre illustration d’une forme d’espace, telles les poésies de Luisa Giaconi pour Gli spazi dell’anima (pp. 177-182) et pour Lo spazio simbolico, le roman de Dolores Prato (pp. 305-313) ou encore les quelques récits contemporains qui servent à l’examen de l’habillement du corps féminin (pp. 271-278). En effet, soit en raison de l’engagement des auteurs des ouvrages analysés, soit en raison des convictions de celles qui les analysent, ou pour les deux motifs réunis, nous reconnaissons, s’entrecroisant d’une section à l’autre du livre, les deux courants opposés du féminisme : féminisme égalitaire et féminisme de la différence ou essentialiste, tandis qu’épisodiquement référence est faite au « gender » des américaines, cette théorie apparue au milieu des années 70 et qui vise à dépasser l’antagonisme des deux positions en introduisant dans l’histoire et les diverses activités humaines la dimension du rapport entre les sexes, celui-ci étant perçu, comme le rappelle Françoise Thébaud, non comme « un fait de nature mais une relation sociale construite et sans cesse remodelée » (Histoire des Femmes, le XXe siècle, Paris, Plon, 1992, p. 16).

4Ainsi plusieurs communications font sortir de l’ombre des femmes ignorées des histoires de la littérature et qui ont su conquérir des territoires traditionnellement réservés aux hommes.

5Au XVIIIe siècle, des aristocrates nées au Piémont (Benedetta Clotilde Lunelli), en Émilie (Amelia d’Este), dans la région de Naples (Aurora Sanseverino), à Pise (Maria Selvagia Borghini et sa nièce Caterina), ou encore en Lombardie (Paolina Grismondi Secco Suardi) font de brillantes études. Remarquées pour leur érudition, elles deviennent membres de l’Arcadie, écrivent des poèmes de qualité en italien ou en latin et accèdent à une notoriété qui parfois dépasse les frontières de leur province et même de leur pays. P. Grismondi est connue à Paris où elle fait un voyage et fréquente les salons. Sauf que leur célébrité, elles la doivent moins au pouvoir de leur culture et à la libre affirmation de leur talent qu’à des médiations masculines : celles de royaux protecteurs éventuellement et surtout celles d’écrivains qui, dans les académies, sont leurs modèles littéraires et qui, lorsqu’ils en font l’éloge (comme Saverio Bettinelli pour P. Grismondi), donnent d’elles une image stéréotypée qui minimise leur apport culturel et social (pp. 51-60 ; pp. 463-477). La conquête de ces femmes de la noblesse, c’est de s’être emparées d’un outil, l’écriture, qui était celui des hommes et d’avoir prouvé qu’elles pouvaient le manier aussi bien qu’eux.

6Au siècle suivant, deux autres aristocrates qui portent un nom illustre, Costanza Monti Perticari et Matilde Manzoni, écrivent aussi mais pour elles-mêmes. Elles tiennent un journal qui révèle à la fois un besoin de parler de soi et la gêne qu’elles en éprouvent, préférant pour ce faire s’abriter derrière des citations (pp. 145-154). Balbutiements d’un genre, l’autobiographie, qui, directe ou déguisée, est constamment pratiquée par les femmes, celles-ci ressentant la nécessité de « se dire » après avoir été si longtemps « dites ».

7Puis, si nous continuons à nous permettre d’introduire un ordre chronologique dans le corpus traité, nous constatons qu’à la fin du siècle se manifeste un désir d’émancipation. Audacieuse, Cecilia Stazzone, une grande bourgeoise sicilienne, publie, entre 1860 et 1880, divers écrits parmi lesquels des pièces de théâtre qui, ancrées dans la réalité historique et sociale de son île, contiennent « una sistematica denuncia della concezione regnante della famiglia in quanto nucleo sociale e dell’ipocrisia come politica dominante » (p. 90). Plus timide, Ada Negri (1870-1945) voudrait franchir le pas mais n’y réussit pas vraiment à en juger par ses portraits de femmes. Au prix d’un déchirement intérieur, elle oscille « tra desiderio di confermarsi nel ruolo di moglie e di madre e quello di prefigurarsi in un ruolo alternativo, rovesciato rispetto al tradizionale » (p. 370).

8Au cours du XXe siècle d’autres prennent le relais. Antonietta Drago, dans les années 30, fait son entrée (grâce à Leo Longanesi) dans un monde essentiellement masculin, celui du journalisme. À partir de l’expérience acquise lors de son passage à l’hebdomadaire Omnibus, où elle est chargée de tracer les profils biographiques de personnages célèbres de l’époque, elle s’emploie, avec ironie et humour, à modifier, dans des recueils successifs, les canons de la représentation des femmes. Ses portraits féminins sont aussi des autoportraits à travers lesquels elle dénonce l’enfermement dans la famille et dans les fonctions d’épouse et de mère (pp. 115-123). Paola Drigo raconte dans une autobiographie romancée (Fine d’anno, 1936), son expérience de femme d’âge largement mûr qui, après avoir connu une vie facile, fait face, seule, aux dures réalités du monde, tandis que Fausta Cialente, qui s’interroge avec insistance sur son identité, nous proposerait avec Cortile a Cleopatra (1936) une métaphore de la condition de la femme et plus spécialement de celle qui décide d’écrire : nomadisme, instabilité d’un être qui se sent en exil et dans l’espace social et dans celui de l’écriture. L’univers littéraire d’Anna Banti est peuplé de femmes. Elles aussi sont en quête de leur identité et elles se révoltent contre le destin que la société fixe pour elles au mépris de leur personnalité et de leurs aspirations. Artemisia, dans le roman homonyme (1947), est donnée comme « una delle prime donne che sostennero colle parole e colle opere il diritto al lavoro congeniale e a una parità di spirito fra i due sessi » (p. 211).

9Besoin de « prendre la parole », contestation du statut de la femme, revendications d’indépendance et recherche de soi resurgissent avec force dans le mouvement de grande ampleur des années 1960-1980. Mais alors les « femmes en guerre » ne souhaitent plus toutes montrer qu’elles sont capables de se comporter comme des hommes. Beaucoup d’entre elles veulent au contraire exister en tant que femmes, en tant que sujets femmes. Elles exigent que soit reconnue leur différence et que leur point de vue soit pris en compte à égalité avec celui des hommes. Sont alors publiées des œuvres dont les auteurs, féministes, prêtent leur expérience à leurs personnages d’invention : leurs héroïnes s’opposent aux « nécessités de l’his-toire », aux conditionnements imposés par la société et par « l’arbitraire masculin » (p. 286). Elles bousculent les règles, renversent les tabous et se construisent une vie « congeniale » à laquelle elles n’étaient pas prédestinées. Ascanio e Margherita de Marina Jarre (1990), L’arte della Gioia de Goliarda Sapienza (1994) (pp. 281-287) ou encore La creata Antonia de Silvana La Spina (2001) (pp. 291-296) mettent en scène des femmes qui réussissent à changer totalement le cours de leur existence. Des artistes aussi donnent la parole à la différence. Partant d’elles-mêmes et non de la tradition, elles choisissent volontiers comme moyens d’expression la photo et la vidéo et accordent une place centrale à une représentation du corps symbolique de leur malaise ou de leur attitude de refus (pp. 393-403).

10Anna Banti voulait croire en la force d’un « pacte d’alliance » entre femmes (p. 208). Cette idée est déjà présente dans la presse féminine des premières années du XXe siècle qui établit un dialogue avec ses lectrices et les invite à se penser comme faisant partie d’une communauté qui a une histoire et des intérêts spécifiques (pp. 155-163). Elle acquiert une vigueur nouvelle dans les dernières décennies de ce même siècle. Pour les féministes essentialistes cette communauté de « genre », qui implique une solidarité, implique aussi une transmission d’expérience et de savoir à d’autres femmes et de génération en génération de femmes : une manière de se construire une mémoire. Carla Lonzi qui, dans les années 70, participe à un groupe d’autoconscience, publie son Journal pour aider d’autres femmes à avancer sur la voie de la liberté (pp. 215-224). La transmission de connaissances pratiques ou de livres joue un rôle important dans les parcours d’émancipation des protagonistes dans les romans de S. La Spina, de M. Jarre et de G. Sapienza.

11Troublant parmi les exemples de solution communautaire est le cas extrême des déportées qui sont confrontées à une expérience de mort et qui, afin de préserver une identité, une singularité que dans l’univers concentrationnaire tout tend à anéantir, établissent entre elles une relation d’ordre familial se considérant comme mères, filles, sœurs « de camp » (pp. 499-509). Elles ne trouvent donc une chance de survie que dans le maintien dans – ou le retour à – une situation de départ que tous les combats féministes entendent dépasser !

12À ce même courant du féminisme de la différence se rattachent des exposés plus théoriques, littéraires ou philosophiques : celui où Giacoma Limentani affirme que le roman est « un fait [ …] essentiellement féminin » parce que la création de personnages est assimilable à un enfantement, les hommes qui en écrivent obéissant au principe féminin de leur personnalité (pp. 131-132) ; celui qui est consacré au rôle déterminant de « la langue maternelle » dans la verbalisation et la structuration de la pensée et qui évoque chez le lecteur les débats mettant en question un outil fortement marqué du signe du masculin, inadapté donc à ce que les femmes ont à dire, ainsi que les entreprises de féminisation de la langue tentées notamment par Hélène Cixous et rappelées dans une communication voisine (pp. 239-251 ; p. 254) ; ceux qui traitent des femmes et de la guerre et où une double mission leur est donnée : faire savoir qu’il est d’autres manières de gérer un conflit que celles retenues par les hommes, proposer une autre vision du monde.

13Les analyses contenues dans cet important ouvrage sont pour la plupart denses et fouillées. Dans leur variété et leur complexité (complexité qu’il est malaisé de suggérer en quelques pages), elles offrent en abondance informations et idées. À côté de femmes écrivains célèbres elles nous en font découvrir d’autres trop longtemps ignorées et elles ramènent à la lumière des œuvres publiées puis oubliées. Évitant le piège de la recherche du typiquement féminin dans l’écriture féminine, celles qui savamment les conduisent mettent méthodiquement en valeur ce que font les femmes qui écrivent, qu’elles aspirent à être considérées comme les égales des hommes ou qu’elles expriment un point de vue sexué qui nie au point de vue masculin son caractère d’universalité, mais qui n’exclut pas une réflexion sur la relation à l’autre. À travers la succession des espaces parcourus, réels ou figurés, ce travail collectif, pris dans son ensemble, montre des avancées, des reculs, des hésitations, des ruptures, de nouveaux départs dans une marche séculaire des femmes vers plus d’indépendance, vers une meilleure connaissance de soi et vers leur reconnaissance en tant que sujets, marche au cours de laquelle leurs conquêtes n’ont jamais été acquises une fois pour toutes. Il arrive parfois au lecteur de se demander si des convictions récentes n’ont pas été projetées sur des textes anciens qui n’en disaient peut-être pas tout à fait autant que nous nous plaisons à leur en faire dire aujourd’hui. Il arrive aussi, en particulier dans les exposés centrés sur l’actualité politique, qu’une profession de foi tienne lieu d’argumen-tation. Mais c’est là l’intrusion de la vie dans un livre par ailleurs solidement documenté et qui apparaît comme une intéressante contribution à l’histoire des femmes et plus spécialement des femmes italiennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Anne Rubat du Mérac, « Lo spazio della scrittura, Letterature comparate al femminile, a cura di Tiziana Agostini, Adriana Chemello, Ilaria Crotti, Luisa Ricaldone, Ricciarda Ricorda, Atti del IV Convegno della Società italiana delle Letterate, Venezia, Fondazione Giorgio Cini, 31 gennaio-1 febbraio 2002 », Italies, 9 | 2005, 426-433.

Référence électronique

Marie-Anne Rubat du Mérac, « Lo spazio della scrittura, Letterature comparate al femminile, a cura di Tiziana Agostini, Adriana Chemello, Ilaria Crotti, Luisa Ricaldone, Ricciarda Ricorda, Atti del IV Convegno della Società italiana delle Letterate, Venezia, Fondazione Giorgio Cini, 31 gennaio-1 febbraio 2002 », Italies [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/4355

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org