Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laura Fournier-Finocchiaro (textes recueillis et présentés par), L’Italie menacée : Figures de l’ennemi du XVIe au XXe siècle

Paris, L’Harmattan, 2004, 323 p.
Ilaria Splendorini
p. 433-440
Référence(s) :

Laura Fournier-Finocchiaro (textes recueillis et présentés par), L’Italie menacée : Figures de l’ennemi du XVIe au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2004, 323 p.

Texte intégral

1Ce volume réunit les interventions présentées lors du colloque « Figures de l’ennemi en Italie, de la Renaissance au XXe siècle », organisé par la Jeune Équipe “Identités Représentations Échanges (France-Italie)” de l’Université de Caen les 24 et 25 mai 2002. Comme l’écrit Laura Fournier-Finocchiaro dans sa Présentation, « [l]e lecteur est amené à suivre un parcours à travers les représentations, autant fabuleuses qu’effrayantes, que l’Italie s’est faite d’autres peuples mais aussi de ses propres habitants, du XVIe jusqu’au XXe siècle, envisagés comme une menace à son existence, à son intégrité ou à son unité ». Les « ennemis » – aussi bien extérieurs qu’inté-rieurs – dont il est question ont fait l’objet d’interprétations et de reconstructions, de réécritures littéraires ou d’utilisations identitaires au cours du temps. Les études présentées s’articulent autour de trois axes principaux : La politique de l’ennemi, La construction de l’ennemi comme Autre et La dissolution de l’ennemi dans le Même.

2La réflexion s’ouvre sur la fonction politique attribuée au concept d’ennemi, depuis la Renaissance et jusqu’au fascisme italien. Dans La connaissance de l’ennemi comme forme nécessaire de la politique dans la Florence des Guerres d’Italie, après avoir succinctement évoqué les formes que prend la dialectique amitié/inimitié dans la réflexion politique italienne du Moyen Âge, Jean-Louis Fournel nous montre l’émergence d’une pensée de l’ennemi comme concept central de la vie politique des États à travers les réflexions historico-politiques de l’Italie en guerre du début du XVIe siècle. Si la concorde et l’unité sont au cœur de la pensée de la cité communale, qui voit dans la dissension et la discorde des maladies à guérir parce qu’elles portent atteinte au bien commun, dans les tempi avversi – à savoir l’état de guerre permanent qui prévaut depuis 1494 – la pensée traditionnelle de l’unité de la cité est remplacée par la complexe et instable dynamique de l’amitié et de l’inimitié politiques. « Le conflit », précise Jean-Louis Fournel, « n’est plus l’exception mais une des composantes des formes du lien social et – proposition scandaleuse entre toutes – il peut même avoir, selon les thèses machiavéliennes, des vertus pour la réforme de l’État et l’instauration de bonnes lois ». Un lien étroit se noue entre les choses de la guerre et celles de la politique, un lien si étroit que les effets des secondes peuvent remettre en question l’existence même des premières. On assiste ainsi à une contamination du vocabulaire du conflit politique par celui de la guerre guerroyée, et la guerre et la politique peuvent désormais se dire avec les mêmes mots.

3Dans Les Italiens, premiers ennemis de la nouvelle Italie, prenant comme point de départ le constat désabusé de Massimo d’Azeglio au lendemain de l’Unité – « I più pericolosi nemici d’Italia non sono i Tedeschi, sono gl’Italiani » –, Mariella Colin analyse la façon dont à l’ancienne lutte contre l’occupant étranger succède une nouvelle lutte contre les ennemis de l’intérieur : les Italiens eux-mêmes ou, plus exactement, les classes populaires arriérées et incultes, attachées à des habitudes et à des croyances archaïques et superstitieuses. La seule arme efficace contre ces redoutables ennemis du nouvel État national, contre ces « plèbes ennemies » qui mettent en danger l’exis-tence de la nouvelle Italie, ne peut être que l’arme de la pédagogie : c’est du moins la conviction d’une large partie de la classe dominante et des intellectuels libéraux, pour qui les masses populaires restées à l’état de nature doivent avant tout être instruites et éduquées comme des enfants par une culture nationale et moderne imposée d’en haut. Ainsi, « faisant l’impasse sur une réforme agraire qui aurait permis de morceler la propriété, ainsi que sur une réforme politique qui aurait élargi le suffrage à une frange plus ample de la population [...] [la classe dirigeante] s’engagea résolument dans une “fuite en avant dans la pédagogie” ».

4Les rapports conflictuels que Carducci entretient avec l’Église catholique, ennemie de l’unité italienne et principal obstacle au développement du progrès et de la civilisation, sont au cœur de l’article de Laura Fournier-Finocchiaro, Carducci et l’anticléricalisme. En tant que poète, Carducci participe avec une position de premier plan à la diffusion de l’anticléricalisme laïque, dominé par l’intention de réduire l’intervention de l’Église dans la société. Laura Fournier-Finocchiaro analyse quelques-uns des motifs anticléricaux qui traversent son œuvre poétique, et la façon dont il construit une certaine identité nationale de l’Italie en opposition à l’Église, principale ennemie de la patrie et des Italiens. Un des aspects de l’anticléricalisme du poète est constitué par son choix de l’esthétique classique, et par la célébration d’une vision laïque et même païenne du monde, en opposition à la spiritualité catholique. Mais c’est avec son célèbre Inno a Satana que Carducci lance une véritable déclaration de guerre non seulement aux prêtres mais à tous les catholiques, en opposant à la vision chrétienne de la vie une nouvelle conception matérialiste et athée : « Satan pour Carducci représente la nature même, le progrès, la raison, le machinisme ; il est une métaphore des temps modernes ». Il faudra attendre la politique de conciliation nationaliste des années 1890 pour que le poète reconnaisse publiquement que le catholicisme est un élément caractéristique de l’identité italienne, le sentiment religieux étant alors évoqué comme un rempart efficace contre l’irruption des idées subversives.

5L’article de Xavier Tabet, “L’ennemi de l’État” dans la pensée juridique et le droit pénal du fascisme, vient clore cette première section. Élaborées en 1926, les « lois de défense de l’État » constituent le point d’orgue d’un dispositif visant à rendre effective la transformation des institutions juridiques et politiques de l’Italie libérale et à mettre en œuvre l’organisation d’un régime totalitaire. C’est alors que fait son apparition la figure de « l’ennemi politique » du régime, qui devient un ennemi de l’État lui-même, dans la mesure où « le gouvernement tend à s’identifier à l’État italien, en opérant un court-circuit redoutable entre les notions de “gouvernement”, de “nation” et d’“État” ». Dès lors, tout délit devient un délit politique, et un délit contre l’État. Non seulement le caractère désormais politique du « délit » de l’opposant est nettement affirmé dans ces textes législatifs, mais les termes mêmes de la définition du délit « politique » deviennent particulièrement généraux et vagues. Les mesures de sûreté – le tribunal spécial comme le « séjour forcé » – constituent des procédures d’exception relevant d’une logique militaire d’état de guerre permanent. Xavier Tabet précise toutefois que si la figure juridique de l’ennemi de l’État apparaît comme étant propre au fascisme, dans le domaine des procédures et des instruments de répression/prévention, le fascisme n’a fait qu’appliquer, de façon permanente et « ordinaire », ce qui existait déjà de façon transitoire et « extraordinaire » lors de l’époque libérale.

6Après la réflexion sur la fonction politique attribuée au concept d’ennemi, c’est la construction de l’ennemi comme Autre qu’aborde la deuxième section : un Autre menaçant, incarnation du mal absolu qu’il faut combattre à tout prix. « Les auteurs », précise Laura Fournier-Finocchiaro dans la Présentation, « ont ici mis à nu le travail de construction de clichés, de caricatures et de représentations stéréotypées des ennemis de l’Italie et des Italiens au cours des siècles, qui passe par une réécriture de l’histoire et par une non reconnaissance des Étrangers et de l’Autre comme “humains” ». Dans “Des barbares pires que l’Hydre” : les soldats espagnols vus par les Italiens pendant les Guerres d’Italie, Juan Carlos D’Amico explique comment l’arrivée des armées étrangères va accélérer le processus d’identification d’une nouvelle barbarie en dehors des frontières virtuelles de la péninsule italienne. Durant cette période, se construit progressivement un consensus général qui n’est pas le fruit d’une identité collective structurée par un pouvoir fort, mais plutôt l’iden-tification précise d’un ennemi commun à tous les États de la péninsule. Dans cette catégorie naissante de l’« ennemi commun », les soldats espagnols et leurs compatriotes occupent une place privilégiée : ils vont devenir, au fil des années, les vecteurs d’une nouvelle barbarie, d’abord culturelle, puis, par la suite, synonyme d’hérésie, de vices, d’ambition effrénée et de cruauté.

7Dans Un exemple de manipulation idéologique : Foscolo et la naissance de l’“ennemi national” en Italie au début du XIXe siècle, Christian Del Vento s’inscrit en faux contre la thèse, généralement soutenue par l’historiographie et la critique littéraire contemporaines, qui a longtemps considéré Foscolo comme le premier théoricien du concept de nation en Italie. À travers ses écrits, ce dernier semblait offrir la démonstration que la Révolution française avait sanctionné la naissance d’une rivalité nationale entre l’Italie et la France ; la trahison de Campoformio avait poussé la jeune nation italienne à voir en la France un ennemi national. En réalité, ce furent les nationalistes italiens qui transformèrent un antagonisme politique en antagonisme entre deux peuples, et identifièrent un ennemi politique avec un peuple entier. « La critique nationaliste et, après elle, la critique fasciste avaient ainsi trouvé l’ennemi national des Italiens du début du XIXe siècle, l’adversaire qui avait suscité la naissance d’un sentiment national diffus. Foscolo devenait alors le fondateur de l’idéologie nationale italienne ». Dénonçant cette manipulation idéologique, Christian Del Vento rappelle la dimension avant tout européenne de Foscolo, héritier des débats qui avaient traversé la Péninsule avant et durant la Révolution, et souligne le fait que l’ennemi évoqué par le poète et romancier est avant tout un ennemi interne, un ennemi politique.

8L’article de Enzo Laforgia, La rappresentazione letteraria del nemico abissino nella Guerra d’Etiopia (1935-1936), se penche sur la diffusion des stéréotypes relatifs à « l’ennemi abyssin » durant la guerre d’Éthiopie, véhiculés par une abondante production journalistique et littéraire. L’auteur examine des textes d’écrivains (Sem Benelli, Mario Appelius, Curzio Malaparte) et d’écrivains-journalistes (Indro Montanelli, Cesco Tomaselli), partisans enthousiastes du projet de conquête mussolinien, qui représentent l’Abyssin comme esclavagiste et barbare, avide et cruel. L’ennemi n’est pas recherché parmi la population civile mais parmi les hiérarchies politiques et militaires, et la campagne d’agression fasciste est décrite comme une mission civilisatrice visant à délivrer un peuple de l’esclavage politique et culturel imposé par le régime des ras. Pour vérifier la diffusion de ces stéréotypes, Enzo Laforgia passe également en revue quelques textes de la littérature pour l’enfance et de la littérature populaire.

9Dans Thématiques et mise en scène du racisme dans la Difesa della razza – 1938-1943, Brigitte Le Gouez, par un travail sur les images et les photographies racistes publiées dans le journal Difesa della razza, montre comment la figure de l’ennemi occupe une place primordiale dans le projet éditorial : elle constitue une source pratiquement inépuisable de variations sur le thème de l’Autre représenté comme concentrant toutes les tares et tous les vices, et perçu comme une menace à l’identité fasciste. La figure de l’ennemi est donc le produit d’une construction dont l’orientation est dictée par le contexte : il s’agit d’exalter les vertus de la race italienne et d’inspi-rer la méfiance et le dégoût des races dites « inférieures », en ancrant dans l’esprit du lecteur des représentations stéréotypées. L’exploita-tion formelle de cette altérité négative et menaçante nécessite un certain nombre d’artifices mis en évidence par l’auteur.

10La dernière série de contributions illustre le doute métaphysique qui finit par mettre en discussion l’existence même de l’ennemi. C’est ce qu’illustre l’article de Nicolas Bonnet, Figures de l’ennemi dans Rubè de G. A. Borgese : le héros éponyme du roman de l’écri-vain sicilien fait l’expérience, lors de la première guerre mondiale, d’un ennemi inexistant et anonyme, se livrant à des incursions aériennes et avec lequel il n’y a pas d’affrontement direct, pas de corps à corps possible. La guerre devrait être le lieu de l’affirmation subjective, le lieu où un sujet en mal de reconnaissance se fait un nom, c’est au contraire celui de la plus radicale dépersonnalisation. Cette situation d’inadéquation se répète dans le contexte de l’après-guerre : le démobilisé en mal de reconnaissance sociale ne parvient pas à identifier l’ennemi politique. « En définitive, le sujet ne peut se soustraire à ses conflits psychiques et c’est l’irréductible ennemi qu’il porte en lui-même qui aura raison de Rubè ».

11C’est ce conflit intérieur que l’article de Paolo Briganti, I “nemici” di Jahier. Tra Resultanze e Il Nuovo Contadino, fait apparaître très clairement dans le cas du poète et écrivain Piero Jahier, collaborateur de la revue La Voce, qui participe en tant qu’officier volontaire des alpins au conflit de la Grande Guerre. L’ennemi naturel de Jahier est intérieur : ses propres concitoyens, qui ne sont au fond qu’un double de lui-même. La guerre ne constitue qu’une brève parenthèse durant laquelle « non c’è molto spazio non dico per “l’odio per il nemico”, quanto proprio per il nemico in sé. Il nemico è quasi un accidente [...] che rende necessaria l’unione di un popolo per la lotta ». Mais dans l’immédiat après-guerre, l’illusion d’un renouveau de la société italienne s’efface à tout jamais, et l’écrivain ne tarde guère à s’apercevoir que les ennemis sont ceux de toujours.

12Dans La notion d’ennemi chez quelques fils du vent, Marie-José Tramuta, par la lecture de quelques compositions du poète et intellectuel triestin Umberto Saba, met en lumière l’angoisse qui suit la prise de conscience que l’ennemi autrichien est aussi un frère, un alter-ego qui suscite la compassion. Dans « Alla guerra in sogno », un récit qui fait partie des Sette novelle de la période 1912-1915, l’ennemi se présente comme le reflet du guetteur, lequel est envahi d’un même sentiment de bien-être et de paix. Le soldat de l’Indépendance dont rêve Saba met en avant ses contradictions et ses angoisses latentes et la question essentielle et universelle : « Qui suis-je ? », dans la mesure où l’angoisse attestée par ce rêve repose sur l’identification, ou la projection du guetteur à l’égard de son « fraternel » antagoniste ou alter ego, le soldat « ennemi ».

13L’article de Luisa Ricaldone, Dalla “mandria di bruti” al “biondo ufficiale”. Rappresentazioni del nemico in alcuni scrittori della prima guerra mondiale, vient clore cette troisième section. La représentation de l’ennemi, incarné par l’Autrichien, y est abordée sous trois angles différents. Si, dans les écrits de Ardengo Soffici, la configuration de l’« austriacane » est déclinée selon les stéréotypes nationalistes du « nemico bestia » et du barbare en lutte contre l’Ita-lien civilisé, chez des auteurs tels que Carlo Emilio Gadda et Giovanni Comisso l’ennemi devient plus un objet de curiosité que de haine, et sa figure est dédramatisée : les Autrichiens n’ont plus rien de démoniaque, mais deviennent étrangement familiers. Enfin, chez Emilio Lussu et Corrado Alvaro s’opère un renversement qui porte, au cours du conflit, à voir au-delà de l’ennemi un homme comme les autres.

14La richesse de ce volume passionnant tient à la diversité des approches du thème général du colloque : les « figures de l’ennemi », prises aussi bien comme des réalités que comme des représentations. Les différentes études – qui analysent, à partir d’un matériel varié, la perception de l’ennemi par les Italiens ainsi que sa spécificité nationale – ont le mérite de montrer que les phénomènes d’hostilité et d’ennemi ne sont pas toujours des phénomènes clairs, nets et délimités, que souvent la menace vient de l’intérieur et que le face-à-face avec l’ennemi modifie considérablement la perception de ce dernier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilaria Splendorini, « Laura Fournier-Finocchiaro (textes recueillis et présentés par), L’Italie menacée : Figures de l’ennemi du XVIe au XXe siècle », Italies, 9 | 2005, 433-440.

Référence électronique

Ilaria Splendorini, « Laura Fournier-Finocchiaro (textes recueillis et présentés par), L’Italie menacée : Figures de l’ennemi du XVIe au XXe siècle », Italies [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/4362

Haut de page

Auteur

Ilaria Splendorini

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org