Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’Italie du politique, textes réunis par Christophe Roux, numéro spécial de la revue Pôle Sud ; L’Italie aujourd’hui. Situation et perspectives après le séisme des années 90, sous la direction de Manlio Graziano; Autres vues d’Italie. Lectures géographiques d’un territoire, sous la direction de Colette Vallat

Revue de science politique de l’Europe méridionale, n° 19, Université de Montpellier, novembre 2003, 233 p. ; Paris, L’Harmattan, 2004, 189 p. ; Paris, L’Harmattan, 2004, 417 p.
Carmela Lettieri
p. 441-450
Référence(s) :

L’Italie du politique, textes réunis par Christophe Roux, numéro spécial de la revue Pôle Sud. Revue de science politique de l’Europe méridionale, n° 19, Université de Montpellier, novembre 2003, 233 pages.

L’Italie aujourd’hui. Situation et perspectives après le séisme des années 90, sous la direction de Manlio Graziano, Paris, L’Harmattan, 2004, 189 pages.

Autres vues d’Italie. Lectures géographiques d’un territoire, sous la direction de Colette Vallat, Paris, L’Harmattan, 2004, 417 pages.

Texte intégral

  • 1  Dominique Schnapper, Sociologie de l’Italie, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1974.

1En France, l’intérêt de la part des chercheurs en sciences sociales vis-à-vis de la société italienne a connu, tour à tour, des temps d’arrêt et des moments d’effervescence. Des jalons ont été posés, tout au long des dernières décennies, par des livres importants dont le contenu et le type d’approche étaient souvent très étroitement liés au contexte de publication. Loin de prétendre proposer ici une revue complète de la littérature existante, on peut évoquer en exemple l’entreprise pionnière de Dominique Schnapper au début des années 1970. Son livre sur la sociologie de l’Italie avait eu le mérite d’offrir une analyse de la société italienne dans toutes ses composantes : groupes sociaux et transformations économiques, institutions de socialisation, culture politique1. La synthèse qu’elle proposait, bien que rapide et répondant à un objectif pédagogique, conformément à l’esprit de la collection qui l’accueillait, permettait de saisir cette même société à un moment crucial de son histoire. À la veille d’une décennie qui sera marquée par de lourds conflits politiques, les conséquences des profondes transformations socio-économiques (en premier lieu l’industrialisation et l’urbanisation), venues se greffer sur une société aux traits culturels et anthropologiques traditionnels, devenaient évidentes. L’ouvrage de D. Schnapper permettait de comprendre les contradictions d’un tel bouleversement et d’en apercevoir les effets sur le moyen et sur le long terme.

  • 2  On peut citer les dossiers publiés par La Documentation Française et consacrés soit à l’économie, (...)
  • 3  Voir par exemple Ilvo Diamanti, Marc Lazar, David Musiedlak, L’Italie, une nation en suspens, Brux (...)

2De la même façon, l’effervescence éditoriale de la période comprise entre 1992 et 1996 découlait de la portée des changements intervenus dans le système politique. Les publications de cette décennie, relevant en particulier du filon de la science politique, se concentraient alors sur le passage entre ce qu’il est convenu d’appeler, par des expressions répandues bien qu’inexactes, la Prima et la Seconda Repubblica2. Ces dossiers étaient parfois le fruit de collaborations entre chercheurs italiens et français, marquant en ce sens le développement d’échanges transnationaux jusque-là très rares pour deux communautés nationales s’inspirant d’écoles et de méthodes très différentes, les sciences sociales italiennes étant surtout influencées par les études américaines et anglo-saxonnes3.

3Depuis la moitié des années 1990 on avait enregistré une sorte d’accalmie qui semble aujourd’hui laisser la place à un renouveau d’intérêt pour l’Italie de la part de disciplines aussi diverses que la géographie, la sociologie, ou la science politique, comme le montrent ces récentes publications. Dix ans après les élections de 1994, considérées comme un véritable « séisme » ayant entraîné la quasi-disparition des partis de l’ancien système, l’émergence de nouvelles formations politiques et l’ouverture de l’ère du berlusconismo, le constat général est que la fin probable d’un cycle permet d’effectuer un bilan. De plus, la récurrence de commentaires qui ont trait à l’actualité politique italienne dans le débat public français peut expliquer le fait que ces parutions consacrées à l’Italie contemporaine expriment toutes le besoin de revoir certaines images consolidées et de vérifier par la même occasion les clés de lecture habituelles. C’est pourquoi il faut saluer l’effort commun à tous ces ouvrages de jeter une lumière nouvelle sur la société italienne en éclairant ses différents aspects afin d’éviter les « visions qui émanent du sens commun façonné par les commentaires médiatiques » (C. Roux, L’Italie du politique, p. 5) et de se situer à l’encontre d’une « image médiatique trop souvent à la limite de la caricature » (D. Verdura Rechenmann, L’Italie d’aujourd’hui, p. 7). Ces ouvrages, différents par l’approche disciplinaire et les méthodes d’investigation, ont donc des objectifs communs. En premier lieu, ils représentent des tentatives de proposer un portrait nuancé de l’Italie, « plus conforme à la complexité du réel » (D. Verdura Rechenmann, p. 8), que ce soit du point de vue de la vie politique, de la société ou de son territoire. Ensuite, ils marquent la volonté de donner une vision d’ensemble la plus exhaustive possible afin d’apercevoir le sens du changement et de montrer les tendances actuelles ainsi que les lignes de faille dans les interprétations.

4Il convient aussi de noter qu’un certain nombre de contributions réunies dans ces différents volumes sont signées par de jeunes chercheurs et présentent les résultats de travaux de thèse, ce qui laisse bien espérer pour un renouvellement des perspectives et des problématiques.

5La nécessité de présenter au public français le travail des politologues italiens et l’intérêt d’une réflexion commune autour des enjeux contemporains sont fortement soulignés par Christophe Roux dans son introduction au numéro de la revue « Pôle sud » consacré à l’Italie du politique. Cet esprit a présidé au choix d’y réunir uniquement des articles de chercheurs transalpins afin de donner un panorama des sujets de recherche et des préoccupations de la science politique de l’autre côté des Alpes. Le coordinateur du numéro évoque l’histoire du regard français sur la réalité italienne, qui est passé de la discrétion des années 1960 au bouleversement « politique… et académique » (p. 10) des années 1990 où l’on s’est concentré sur une véritable « transition sans fin » (p. 11). Il souligne également comment l’image de l’Italie véhiculée par la science politique française découlait par le passé d’un mélange de sympathie, d’admiration et de fascination, mais aussi d’un dangereux sentiment de proximité qui ne faisait que confirmer les stéréotypes plus qu’il ne poussait à la découverte. C. Roux rejoint en ce sens les propos de Marc Lazar dont la contribution clôt ce dossier (Intelligence de l’Italie, pp. 197-208). Ce dernier souligne un élément de fond qu’il convient de garder à l’esprit tout au long de la lecture. Car si les questions affrontées sont celles désormais classiques de la nation et de la nature de la démocratie, les chercheurs italiens sont aujourd’hui contraints de les examiner « à chaud » et de relever de la sorte ce que M. Lazar appelle « le défi du réel » (p. 198). Ceci renforce, selon cet auteur, « quelques-unes des caractéristiques habituelles de la science politique italienne » (p. 199), par exemple l’importation des positions scientifiques dans le débat politique et une sorte de concentration exacerbée sur l’Italie au détriment par exemple des area studies ou de l’analyse des relations internationales.

6Le point de vue sur l’Italie peut donc s’élargir grâce à la possibilité offerte ici d’examiner de nombreux chantiers de recherche présentés par des universitaires dont les travaux relèvent des différentes branches de la discipline. À côté de l’analyse institutionnelle (politics), par tradition plus développée, certains sous-champs disciplinaires comme celui des politiques publiques (policy) ou bien de la culture politique au sens large (polity) connaissent en effet une saison très prolifique grâce à une nouvelle génération de chercheurs.

7Dans la première partie de ce recueil, on trouve une série de bilans : Maurizio Cotta se penche sur les effets que les trois dernières élections ont eus sur la structure du système de partis et sur la composition du gouvernement ; Alfio Mastropaolo évoque les transformations intervenues depuis l’arrivée de Silvio Berlusconi sur la scène politique en terme de « normalisation introuvable » ; Luigi Bobbio souligne les différences entre les processus de gouvernance au niveau national, sous l’emprise du décisionnisme majoritaire, et au niveau local, dominé par le principe de la concertation.

8Lorsque les articles abordent des sujets classiques pour la science politique comme l’identité nationale ou le clientélisme, ils contribuent à les placer sous un jour nouveau. Il en est ainsi pour la question de la culture politique des Italiens (leur attachement à la nation, leur confiance vis-à-vis des institutions, leur esprit civique) examinée par Paolo Isernia. À partir des données fournies par différentes enquêtes, ce dernier passe en revue de façon critique les interprétations traditionnelles basées sur le paradigme « familialiste-paroissial-localiste ». Son travail met en évidence les critères, parfois liés à un parti pris ethnocentriste, qui définissent cette image très enracinée de la culture politique italienne. Simona Piattoni revisite un objet tout aussi classique, celui du clientélisme, en proposant de l’appréhender comme une stratégie politique adoptée rationnellement dans des conjonctures économiques particulières.

9Cette livraison propose ensuite des textes abordant des thématiques plus actuelles comme les effets de l’européanisation sur la représentation politique (Leonardo Morlino) ou bien la globalisation et les mouvements sociaux (Donatella Della Porta). L’exemple des manifestations anti-mondialisation de 2001 à Gênes est en effet très efficace pour comprendre les modifications en cours. À cette occasion une demande de participation politique avait émergé qui, à travers l’action collective, représentait une forme de contestation du modèle classique de la démocratie représentative.

10Ce numéro offre donc une grande variété de thèmes et une grande richesse d’approches qui permettent de porter un regard nouveau sur les transformations au sein de la vie politique italienne, sur ses spécificités ainsi que sur les points d’ancrage avec des problématiques internationales. Conçu en premier lieu afin de présenter les thématiques qui sont au cœur de la réflexion des politologues italiens, les orientations de recherche et les cadres conceptuels utilisés, ce numéro a sans doute exigé un important travail de coordination. Même si la traduction souffre parfois du passage à travers l’anglais, langue dans laquelle les universitaires italiens sont de plus en plus habitués à rédiger leurs travaux, ce qui rend la lecture un peu laborieuse, l’intérêt et l’efficacité de l’entreprise sont indéniables.

11Manlio Graziano, en collaboration avec Daniela Verdura Rechenman et Christophe Mileschi, a en revanche opté pour des textes hétérogènes émanant de spécialistes (Giovanni Pasquino, Sabino Cassese, Valerio Castronovo, Vera Negri Zamagni), d’acteurs (le magistrat Paolo Rampini), d’observateurs (le journaliste Alberto Toscano) ou bien de commentateurs attitrés de la vie politique (l’ancien ambassadeur Sergio Romano). Ces textes sont réunis dans un ouvrage collectif, édité chez l’Harmattan, qui propose d’examiner, comme le sous-titre l’indique, la « situation et les perspectives après le séisme des années 1990 ».

12Cela fournit l’occasion de lire les synthèses de travaux menés depuis longtemps dans des domaines variés. Gianfranco Pasquino, professeur de science politique à l’Université John Hopkins de Bologne, a toujours travaillé dans une optique systémiste et il reste fidèle à son analyse en termes d’opposition entre, d’un côté, la société civile et, de l’autre, les partis et les institutions. Dans cette optique, l’auteur revient sur les faiblesses des institutions de la Prima Repubblica et souligne les dérives d’un système qui était à l’époque sous l’emprise des partis. D’où la volonté de se situer à l’encontre des interprétations proposées par un nombre consistant de spécialistes, qui seraient victimes selon lui « d’un puissant sentiment de nostalgie […] non seulement pour les deux grands partis de masse, mais aussi pour la partitocratie elle-même » (p. 57).

13Alors que, selon G. Pasquino, le parlement italien a été, dès les débuts de l’histoire républicaine, soumis aux tractations entre la majorité de gouvernement et l’opposition, pour Sabino Cassese, on observe aujourd’hui un accroissement de la « dé-parlementarisation du système » (p. 75). Pour ce spécialiste de droit administratif et ancien ministre, ce phénomène s’inscrit dans une situation de crise de l’État italien, confronté à de nombreuses difficultés : l’inachèvement de la réforme constitutionnelle, la soumission de l’administration au pouvoir politique, les modalités dans lesquelles ont été réalisées des réformes qu’il définit comme étant « à la carte ». Les conséquences de cette situation sont rendues visibles par l’attribution incertaine des fonctions et l’incertitude du rôle des hauts fonctionnaires.

14Les deux articles signés l’un par Valerio Castronovo et l’autre par Vera Negri Zamagni se complètent pour donner un panorama exhaustif de l’histoire économique des cinquante dernières années. Les deux auteurs soulignent tout d’abord les progrès accomplis par l’Italie en matière de développement économique, grâce notamment au rôle joué par les petites et les moyennes entreprises. Pour Valerio Castronovo cependant, dans la situation actuelle, « il serait illusoire de penser pouvoir relever ce défi […] en ne misant que sur l’extraordinaire vitalité entrepreneuriale de beaucoup de petites et très petites entreprises, si, dans le même temps, le dépérissement de la grande entreprise devait se poursuivre » (p. 116). De la même façon, Vera Negri Zamagni insère la réflexion sur les districts industriels dans un contexte de globalisation et évoque le processus de « darwinisme économique » auquel ce modèle d’organisation économique est confronté. Ces deux auteurs proposent un bilan légèrement différent des tendances actuelles. Pour le premier, « notre proverbial art de la débrouille […] comptera de moins en moins » car « beaucoup de choses dépendront des orientations et de l’attitude de la classe politique » (p. 117). La deuxième souhaite en revanche une mise en valeur des réalités « no-profit » et des courants de pensée qui proposent de modifier la structure de la consommation qui constituent, selon elle, de véritables ressources pour sortir d’une phase de crise.

15Ce livre offre aussi la possibilité de connaître des travaux originaux portant sur des aspects plus spécifiques. Le cas de la grande vitesse ferroviaire, traité par Michèle Merger, est par exemple intéressant dans la mesure où il a rendu manifestes les atermoiements politiques et les difficultés institutionnelles rencontrées dans la mise en œuvre de ces nouvelles technologies.

16Le fil rouge qui parcourt les différentes contributions réunies dans le volume dirigé par Colette Vallat est le territoire. L’originalité du travail de ce groupe de jeunes géographes consiste à appliquer cet angle de prise de vue à des sujets aussi variés que la famille, la mafia, la gestion de l’habitat populaire et/ou de l’environnement. Si cette lecture territoriale vient renforcer et mettre à jour l’analyse de problématiques classiques (l’insularité, l’aménagement du territoire ou des centres urbains, la diffusion de l’économie industrielle ou rurale), on s’aperçoit aussi que cette approche jette une lumière particulière sur des sujets comme la mafia ou la famille en permettant d’en appréhender en particulier les modifications dans le temps. Quelques exemples suffisent pour montrer l’efficacité de cette lecture.

17L’article de Fabrizio Maccaglia sur le pouvoir et le contre-pouvoir criminels (pp. 19-50) explore le caractère intrinsèquement territorial de la criminalité mafieuse. Ce phénomène a été interprété depuis longtemps comme une lutte menée par les organisations criminelles contre l’État pour le « monopole de la violence physique » (selon l’expression proposée par Max Weber). Nombre d’études historiques et sociologiques ont mis en évidence par ailleurs la rivalité et la conflictualité qui dérivent de l’incapacité de l’État italien à conserver la totale gestion de l’espace. Le texte de F. Maccaglia actualise cette clé d’analyse traditionnelle et montre comment la sécurité, les ressources et même l’avenir des clans mafieux dépendent de leur capacité à s’approprier une portion d’espace et à la contrôler.

18Le rapport avec l’espace est ce qui différencie, par exemple, les quatre organisations réparties sur le territoire méridional de la péninsule : la mafia sicilienne, la camorra napolitaine, la ‘Ndrangheta calabraise et la Sacra Corona Unita, cette dernière étant apparue depuis le début des années 1990 dans les Pouilles. C’est ainsi qu’à une forte dissémination des groupes criminels dans l’espace campanien, dû à l’indépendance des familles mafieuses et à l’absence d’une structure de coordination, correspond pour la‘Ndrangheta la division du territoire provincial en mandamenti (circonscriptions), liés aux ‘ndrine (familles). Loin de servir seulement à une description fine des différentes organisations, cet outil d’analyse permet aussi d’expliquer leur degré de violence. Leur expansion répond en effet à des logiques spatiales : elle dépend de la force des groupes relais, du degré de distension des liens avec les familles souches, de la participation aux trafics illégaux et à la gestion de leurs flux.

19Un autre exemple de la richesse de la lecture en termes de territoire est celui de la famille étudiée par Thomas Pfirsch (pp. 87-123). Même s’il est difficile de parler aujourd’hui d’un modèle familial unique à cause de la forte diversité régionale, culturelle et sociale, la distinction ne se réduit pas à la simple et traditionnelle opposition Nord-Sud. Les liens familiaux sont ainsi fortement « territorialisés » dans la mesure où le poids des diversités régionales reste important tandis que le changement dans les relations familiales redéfinit l’équilibre entre espace individuel et espace familial.

20On peut aussi évoquer rapidement l’immigration analysée par Camille Schmoll et Serge Weber (pp. 125-167). Ce phénomène est vu sous l’angle des pratiques spatiales des migrants qui « sont le résultat d’une part de stratégies migratoires originales, d’autre part des contraintes et des opportunités du marché du travail et du cadre institutionnel » (p. 125). On repère ainsi, au sein de l’espace national italien, des territoires diversifiés : à l’émergence de nouvelles régions de destination (Trentin-Haut Adige) s’accompagne la diffusion de nouvelles pratiques, parmi lesquelles le commerce transfrontalier est particulièrement florissant.

21Les travaux présentés dans la deuxième partie du volume accordent une importance particulière au rôle des institutions et mettent en évidence « le revirement général des acteurs institutionnels » (p. 171). En effet, l’image qui se dégage de la lecture de ces textes est très contrastée. L’Italie est en effet en avance dans la mise en valeur du patrimoine culturel et par le foisonnement des espaces protégés (Chiara Pirovano). Le tourisme compatible avec le développement durable, l’agriculture biologique et la recherche de produits du terroir sont en expansion. Toutefois, elle souffre aussi de maux devenus chroniques : la mauvaise gestion de l’habitat, avec des formes persistantes d’illégalité et de précarité ; la défaillance des pouvoirs publics ; le foisonnement législatif et la mauvaise application des textes (Colette Vallat) ; l’important degré de pollution et la difficile gestion des déchets (Antoine Le Blanc) ; les difficultés dans le réaménagement du centre des villes (Camille Tiano) ; la récurrence des inondations à côté de l’urgence hydrique et de la sécheresse (Luca Bonardi).

22L’intérêt de cette « somme de points de vue appuyés sur des recherches particulières », selon l’expression de C. Vallat (p. 7), consiste dans la capacité de montrer les diversités et la complexité d’un pays dont les paradoxes et les incohérences gagnent à ne pas être figés dans des grilles de lecture préétablies.

23Toutes ces lectures suscitent au même titre une série de questions qui peuvent être utilisées comme point de départ pour une exploration des aspects les plus contradictoires de la réalité italienne. L’absence de « paradigme » en sciences humaines et sociales, déplorée par Daniela Verdura Rechenman, loin de constituer une impasse, se révèle être alors un point de force car elle permet, comme le souligne cet auteur, « la diversité des théories et des approches » (p. 8). C’est à partir de la mise en parallèle des cadres d’analyses et de leur mise en application lors d’enquêtes ponctuelles, qu’il est possible de faire naître, comme le suggère à juste titre Colette Vallat, « un débat scientifique de la confrontation de démarches spécifiques ».

Haut de page

Notes

1  Dominique Schnapper, Sociologie de l’Italie, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1974.

2  On peut citer les dossiers publiés par La Documentation Française et consacrés soit à l’économie, soit à la politique : Janine Menet-Genty, L’économie italienne. Les paradoxes d’une réussite, Paris, La Documentation Française, 1992 ; Jean-Louis Briquet, Italie : les changements politiques des années 1990, Problèmes politiques et sociaux, n° 788, 1er août 1997. Dans ce contexte, il convient aussi de ne pas oublier la synthèse historique réalisée par Mariella Colin, Marie-Hélène Caspar, Janine Menet-Genty, L’Italie : échecs et réussites d’une république, Paris, Minerve, 1994.

3  Voir par exemple Ilvo Diamanti, Marc Lazar, David Musiedlak, L’Italie, une nation en suspens, Bruxelles, Éditions Complexe, 1996 et plus récemment Sabino Cassese, Portrait de l’Italie actuelle, Paris, La Documentation Française, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carmela Lettieri, « L’Italie du politique, textes réunis par Christophe Roux, numéro spécial de la revue Pôle Sud ; L’Italie aujourd’hui. Situation et perspectives après le séisme des années 90, sous la direction de Manlio Graziano; Autres vues d’Italie. Lectures géographiques d’un territoire, sous la direction de Colette Vallat », Italies, 9 | 2005, 441-450.

Référence électronique

Carmela Lettieri, « L’Italie du politique, textes réunis par Christophe Roux, numéro spécial de la revue Pôle Sud ; L’Italie aujourd’hui. Situation et perspectives après le séisme des années 90, sous la direction de Manlio Graziano; Autres vues d’Italie. Lectures géographiques d’un territoire, sous la direction de Colette Vallat », Italies [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 28 février 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/4364

Haut de page

Auteur

Carmela Lettieri

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org