Navigation – Plan du site
Calvino et les peintres, plasticiens, architectes

Italo Calvino et les artistes de son temps

Maria G. Vitali-Volant
p. 277-306

Résumé

Durant les années 1960, Italo Calvino entretient des liens avec les arts figuratifs en pleine effervescence. Inspirés par les principes qui animent les avant-gardes internationales, les artistes inventent une autre approche de l’art : plus existentialiste, plus politique, plus épistémologique. Dans ce contexte, les liens entre l’écriture et l’écriture picturale se font plus évidents, le dessin devient l’art des origines de la pensée. Italo Calvino saisit ces problématiques et engage son écriture dans un jeu de miroirs avec des artistes-écrivains tels que Carlo Levi, Fausto Melotti, Giulio Paolini, Matta, et surtout l’artiste américain Saul Steinberg. Nous présentons ici des documents rares et des lettres inédites de Calvino à Saul Steinberg et à Giulio Paolini. Dans une perspective historique et sémantique, nous avons fouillé dans le monde des arts et de la critique de l’époque de Calvino pour définir le contexte de l’œuvre de l’écrivain et de “ses” artistes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir, entre autres, JeanPaulhan, L’art informel, in « La nouvelle revue française », Paris, 1er ma (...)

1Entre 1940 et 1965 en Occident, on assiste à une révolution dans les arts plastiques qui va avoir des retentissements incommensurables sur toute la production artistique et sur la pensée jusqu’à nos jours. Le geste de l’écriture picturale au sein des mouvements artistiques majeurs de la “peinture gestuelle”, Action painting,ou de l’Art informel1 est considéré comme fin en soi de la peinture. Geste libre de l’artiste, c’est-à-dire libre des contraintes techniques, d’images prédéterminées, de considérations esthétiques. Car c’est l’acte qui sera la fin de la peinture et non pas l’œuvre et c’est en termes d’authen-ticité de l’acte, non plus de beauté de l’objet, que l’œuvre sera jugée réussie ou non. Dans ce contexte, l’écriture picturale veut exprimer le retour à une certaine connaissance de l’être : ses images enfouies, son énergie vitale et sa volonté de s’extérioriser face au rationalisme et au nihilisme de la période de l’après-guerre. La réflexion des anthropologues et des critiques d’art s’articule autour de l’analyse de la conscience humaine à travers les diverses formes de l’écriture picturale telle qu’elle avait été annoncée par Paul Klee – déjà dès 1920 – pour qui la création était genèse, “formation”, mouvement, énergie, devenir – et par Vassili Kandinsky – pour qui l’objet ne compte plus à partir de 1911, l’art étant la transcription d’une nécessité intérieure, voire d’un état spirituel du créateur. L’écriture, dans le contexte de la peinture gestuelle, est la transmission de la pensée au moyen de signes expressifs. Antérieur au discours, antérieur même à l’image, c’est le tracé du mouvement d’émergence de la pensée dans le foyer du chaos primordial. Dans ce contexte, les liens entre l’écriture et l’écriture picturale se font de plus en plus évidents, à la recherche des sources communes de l’expression, de la représentation et de la narration.

  • 2  Italo Calvino, Il mare dell’oggettività, Saggi,a cura di Mario Barenghi, 2 vol. , Milano, Mondador (...)
  • 3  Voir, à ce propos, une lettre très intéressante du dernier Calvino à Goffredo Fofi, Rome, 30 janvi (...)
  • 4  Voir Italo Calvino, Furti ad arte. Conversazione con Tullio Pericoli,in Saggi, cit., vol. II, pp.  (...)

2Italo Calvino, qui plaçait la littérature à la croisée de différents langages mais au cœur de toute communication entre eux, saisit l’importance philosophique et normative de ces nouvelles théories des arts et de cette nouvelle dimension de la pensée. Dans son texte « Il mare dell’oggettività » de 1959 il évoque l’objectivité des artistes informels comme Pollock et la subjectivité de Mondrian et de Kandinsky2. Calvino analyse le présent avec l’outil historiciste3, il ouvre un espace dialectique entre les tendances, saisit les contradictions internes de ce bipolarisme. Plus tard, en 1980, l’écrivain a fait son parcours et ce sera Paul Klee qui occupera la scène de ses spéculations. Klee devient l’objet d’une conversation très importante avec Tullio Pericoli4 et Calvino semble avoir trouvé dans la poétique picturale de Klee un miroir de la sienne. Selon Pericoli, Calvino est le plus « kléeien » des écrivains, comme lui, il est constamment à la recherche de formes aptes à “dessiner” des rapports entre les choses, des empreintes et des emprunts, du dessin derrière le dessin. Dans cette archéologie du savoir s’insère une vision éminemment anthropologique. Pour Calvino, Klee appartient à cette époque d’inspiration anthropologique en peinture ; son savoir pictural est appliqué au geste immédiat de la représentation comme dans les dessins des enfants ou les graphismes, ou certaines décorations et images de l’art primitif au signe riche en vitalité, en force. Et tout de suite lui viennent à l’esprit certains dessins des indiens d’Amérique, entre le décoratif et l’expressionniste, ou d’autres dessins d’Afrique, d’Océanie, d’Amérique précolombienne où Klee est parti métaphoriquement à la recherche de la force primaire, celle qui lui permet d’enfouir ses racines d’artiste dans le terrain anthropologique, plus qu’historique, où prend naissance tout art.

  • 5  Italo Calvino, Candide ou la vélocité, in Défis aux labyrinthes. Textes et lectures critiques, vol (...)
  • 6  Ibidem.

3Klee est aussi l’inventeur des « personnages filiformes, animés d’une mobilité sautillante, qui s’allongent, se contorsionnent, dansent comme de légers griffonnages »5 dans les illustrations de l’ouvrage de Voltaire, Candide. Dans le texte-commentaire de Calvino : « Klee donne forme visuelle – presque musicale – à la joyeuse énergie que ce livre continue de communiquer au lecteur de notre siècle »6. Encore un éloge, qui perdure, de l’énergie des signifiants et de leur contexte.

4Sous le signe de l’énergie et de l’expérimentation, dans les années 1960, l’écrivain, après avoir consolidé ses pratiques scripturales dans un registre sémiotique très affirmé, crée un langage artistique autonome mais parallèle à la création d’artistes plasticiens. On peut dire qu’unpuissant tropisme plastique traverse toute son œuvre,au point qu’on pourrait d’ailleurs envisager de faire une exposition de travaux “visuels” de Calvino dont la variété de supports ressemblerait à celle qui s’offre aujourd’hui à tout plasticien contemporain.

5Mais Calvino est écrivain et c’est finalement dans son écriture que s’est transmuée sa vocation plastique, faisant de son œuvre écrite, par bien des aspects, une œuvre peinte. Pour autant, ce transfert ne se limite pas à une simple opération de compensation, n’est pas seulement l’exutoire d’une vocation manquée. Si l’on admet que ce qui unifie l’œuvre de Calvino, c’est la “volonté de totalité”, la recherche constante de moyens d’exprimer des multiplicités qui soient parfois aussi des exhaustivités, on saisit mieux d’emblée ce qu’un medium comme l’art visuel pouvait apporter à semblable projet – par sa capacité à substituer l’instantané et le simultané au linéaire, voire par sa capacité à mimer synthétiquement le réel dans son étendue là où l’écriture passe nécessairement par des procédures descriptives fragmentaires, additives, et qui n’ont jamais aucune raison de s’arrêter et de se clore.

  • 7  Voir Philippe Daros, L’image et le mode d’existence de l’objet littéraire dans l’œuvre d’Italo Cal (...)
  • 8  Marco Belpoliti, L’occhio di Calvino. Nuova edizione ampliata,Torino, Einaudi, 2006, p. 131.

6Ce qui frappe l’imagination de Calvino, c’est le geste de l’artiste : son immédiateté, son énergie, sa puissance de synthèse et son “ouverture” sur le monde. Tout cela exerce sur Calvino une « fascination »7 presque d’objet magique. En raison de ce sortilège, Calvino manifeste une attention constante à l’espace pictural, surface de la représentation et de la narration. Ainsi le remarque, très justement, Marco Belpoliti8 en parlant surtout de la peinture qui, pour l’écrivain, est « mécanisme de la pensée ».

7Une pensée qui est surtout énergie face à une bifurcation de l’expression car :

  • 9  Italo Calvino, Les écrivains dessinateurs, in Défis aux labyrinthes. Textes et lectures critiques, (...)

La plume court sur la feuille, s’arrête, hésite, dépose distraitement ou nerveusement dans la marge un profil […]. L’élan de l’énergie graphique, de temps en temps, se trouve devant une alternative : continuer à évoquer ses propres fantasmes à travers la succession alphabétique uniforme ou bien les poursuivre dans l’immédiateté visuelle d’une esquisse rapide ?9

  • 10  Italo Calvino, in Catalogo della mostra Paolo Uccello pittore. Tre incisioni di Dario Serra,Roma 1 (...)
  • 11  Voir Italo Calvino, Scrittori che disegnano,in Italo Calvino, Esposizioni - Esplorazioni,in Collez (...)
  • 12  Italo Calvino, Una mostra di William Turner,in Intorno alle arti figurative, in Saggi,cit., vol. I (...)
  • 13  Nous savons que Calvino, avant de devenir écrivain, aurait aimé se dédier professionnellement au d (...)

8Les réflexions d’Italo Calvino sur les arts plastiques – même les écrits sur les artistes de la Renaissance comme Paolo Uccello10, les artistes de la période romantique11, sur Turner12 – sont influencées par la révolution conceptuelle et culturelle qui a donné naissance à toute idée sur l’art contemporain. L’écrivain élargit ses horizons vers la création d’artistes plasticiens sur les traces de la peinture mais, principalement, en suivant la piste filiforme du crayon et de la plume à dessiner (et/ou à écrire…)13. À la recherche d’inspiration pour raconter d’autres histoires en infinis assemblages de signes qui lui arrivaient d’innombrables sources et de tous les mondes possibles, ce “curieux du monde” privilégie le dessin : cet aspect de l’art si spirituel et “léger” mais, en effet, puissante expression artistique autonome de lecture du monde vis-à-vis de la peinture ou de la sculpture. Un art auquel Calvino confie une vision cosmologique :

  • 14  Italo Calvino, La penna in prima persona (per i disegni di Saul Steinberg), in Saggi,cit., vol. I, (...)

Le monde dessiné ne manque pas de force, il envahit la table, capture ce qui lui est étranger, réunit toute ligne aux siennes propres, déborde la feuille de papier… Ou plutôt non, c’est le monde extérieur qui vient sur la feuille pour en faire partie : la plume, la main, l’artiste, la table, le chat, tout est happé par le dessin comme par un tourbillon. […] Ou plutôt non, c’est la substance du signe graphique qui se révèle comme la vraie substance du monde […].14

9Aujourd’hui, l’artiste français Christian Boltanski lui fait écho et explique :

  • 15  Dominique Radrizzani, Le dessin impossible de Christian Boltanski. Entretien et documents,Paris, B (...)

[…] La seule manière (ce que forcément, la photographie ne peut pas faire) de donner vie, de rendre physique quelque chose qui n’est plus que dans la tête, dans la mémoire, c’est par le dessin, éventuellement la peinture ou la sculpture. Mais le dessin me semble plus direct. La beauté du dessin, c’est qu’il demande le moins de moyens, c’est vraiment le plus pauvre des arts : un petit bout de papier et une mine, l’art le plus minimal. Je crois qu’effectivement l’émotion […] vient souvent de l’importance que l’on donne à quelque chose, et de la faiblesse du moyen que l’on utilise pour dire cette chose. Je t’ai parlé de ce qui m’intéresse dans l’art brut. Parfois, c’est un vieux morceau de papier de récupération que les artistes ont trouvé par hasard et un tout petit crayon de dix centimètres, mais avec ça, ils vont essayer de montrer la cosmogonie, l’image de Dieu, les choses les plus gigantesques avec les moyens les plus faibles. L’émotion naît de cet écart entre le désir de dire quelque chose et la pauvreté des moyens que l’on a […].15

10Donc, le dessin : “arte povera” par excellence, concept dans sa pureté et essentialité, art minimal qui fait exploser les contradictions de la vie mais surtout sa poésie. Calvino va plus loin car son émotion naît de l’écart entre l’image et son substrat invisible :

  • 16  Italo Calvino, Le memorie di Casanova, in Racconti e apologhi sparsi, Romanzi e racconti, edizione (...)

[…] Tout désir trace en nous un dessin, une ligne qui monte et ondoie et parfois se dissout. La ligne qui évoquait en moi la femme absente pouvait, un instant avant de s’estomper, s’entrecouper avec la ligne de la curiosité pour la femme présente, et transmettre cet élan vers le haut à ce dessin qu’il fallait encore entièrement tracer […].16

  • 17  Italo Calvino, Palomar e Michelangelo,in Intorno alle arti figurative,in Saggi,cit., vol. II, pp.  (...)

11Et encore, pour Calvino, le dessin est un art qui suscite l’émotion de faire partie du dessin du monde tracé par l’œuvre des jours et la production d’innombrables formes et figures : au cœur du dessin de la vie, art suprême. Cela, paraphrasant Michel-Ange à la manière de Palomar17 ou l’artiste chinois qui condense le monde dans le trait fulgurant d’un unique dessin, surgi du magma de l’histoire et de l’expérience accumulées. Parangon de l’écrivain dont le travail est :

  • 18  Italo Calvino, Rapidité,in Leçons américaines. Aide-mémoire pour le prochain millénaire,traduit de (...)

[…] temps de Mercure et temps de Vulcain ; message d’immédiateté, obtenu à force de patients et minutieux assemblages ; intuition instantanée, qui à peine formulée prend le caractère définitif de ce qui ne pouvait être autrement ; mais aussi temps qui passe, sans autre but que de laisser sentiments et pensées se mettre en jachère, mûrir, se libérer de toute impatience comme de toute contingence éphémère.18

12Mais, au début, il y a toujours l’intuition instantanée, l’intuition-image, dessin, qui va développer sa potentialité implicite, le récit qu’elle porte en elle ; l’écriture suit par le temps qui passe. Les intuitions de Calvino et le fil conceptuel de ses écritures-dessins nous renvoient aujourd’hui à des pratiques très courantes dans l’art contemporain, à des artistes comme Robert Filliou ou On Kawara.

  • 19  Italo Calvino, Immagini e teorie. Intorno alle arti figurative,in Saggi,cit., vol. II et Italo Cal (...)
  • 20  Cf. Note e notizie ai testi,in Italo Calvino, Romanzi e racconti,cit., vol. III, p. 1251. Mario Ba (...)
  • 21  Roland Barthes, L’empire des signes,cit., in Marco Belpoliti, Racconto di un disegno,in L’occhio d (...)

13À l’époque de l’écrivain, les créateurs qui suscitaient chez lui des émotions ne manquaient pas. Nous en arrivons aux textes de Calvino sur les artistes de son époque réunis dans Guardando disegni e quadri, ou Intorno alle arti figurative19. L’occasion, ou prétexte ou contrainte – défi d’oulipien – est donnée par les travaux sur commission que Calvino ne dédaignait pas20 pour galeries et centres d’art, musées, revues spécialisées ou presse quotidienne qui lui demandaient des textes pour les catalogues, vernissages des expositions, performances d’artistes. Ici se pose la délicate question des commentaires, du dialogue entre les créateurs, du lien entre formes symboliques et langages différents “forcés” de cohabiter. Selon Roland Barthes : « Le texte ne commente pas les images et les images n’illus-trent pas le texte. Texte et images, dans leurs entrelacs, veulent assurer la circulation, les échanges de sens »21. Le cas de Calvino est particulier car, en plus de la circulation du sens, il y a chez lui une exigence liée à la forme interne de son écriture, à sa poétique, à son désir d’expérimenter, tissés sur la trame des suggestions visuelles, des images qui nourrissent son imagination.

  • 22  La Nuova Pesa et l’Attico à Rome, Il Milione à Milan – où se rencontraient les architectes rationa (...)

14La première occasion pour Calvino d’écrire un texte de ce type est une exposition de Carlo Levi en 1955 à la galerie del Pincio à Rome ; par la suite, en 1962, le même artiste expose à la galerie de La Nuova Pesa et l’écrivain est de nouveau invité. À l’époque de Calvino, ces galeries22 étaient des lieux culturels beaucoup plus importants que les musées, plutôt vieillots et liés principalement à leur mission de conservation, ignorant encore l’exploitation commerciale et les opérations de promotion d’aujourd’hui. En analysant les pratiques de médiation de l’époque par rapport aux travaux sur commission de Calvino, il faut prendre en compte l’effervescence artistique et culturelle de la période des années 1960 et surtout 1970 qui favorisait la démocratie et la dialectique des échanges de registres et de styles, l’expérimentation et la circulation des genres et des disciplines. En ce qui concerne Calvino et certains artistes, comme pour d’autres écrivains ou intellectuels de l’époque, nous avançons l’hypothèse que leurs rencontres n’étaient pas le fruit du hasard ou de la volonté des médiateurs, mais d’un choix raisonné et du climat culturel de l’époque.

  • 23  Dans cet article, faute d’espace, nous ne pouvons pas présenter tous les documents que nous avons (...)
  • 24  À ce sujet, cf. la lettre d’Italo Calvino à Philippe Daros, Rome, 21 octobre 1984, in Italo Calvin (...)
  • 25  Voir Saul Steinberg – dont on parlera plus loin –, le peintre italien Dada Enrico Baj, pour lequel (...)
  • 26  C’est le cas du maître surréaliste chilien Sébastien Matta dont Calvino, dans une lettre à Giambat (...)
  • 27  Voir Italo Calvino, Arakawa,in Italo Calvino, Saggi, cit., vol. II,pp. 2001-2005. « […] I quadri d (...)
  • 28  Cremonini, Adami. Cf. infra.
  • 29  Paolini, Idem.

15Nous identifions des points de contact formels et rationnels entre l’écrivain et des plasticiens comme Saul Steinberg, Fausto Melotti, Gianfranco Baruchello, Sebastian Matta, Paolo Cremonini, Domenico Gnoli, Alberto Magnelli, Valerio Adami, Giulio Paolini, etc.23 – ce dont témoigne son choix d’illustrations de couvertures parmi leurs œuvres24. Un fil rouge s’enroulant parfois en espaces contradictoires et suivant souvent des logiques combinatoires complexes. Dans ce jeu d’exploration du monde, monsieur Palomar a des repères constants parmi les artistes pour s’y retrouver : la pratique du dessin souvent accompagnée par l’écriture partagée, le goût pour les figures extrêmes de la rhétorique (hyperbole, oxymore, métalepse), pour la caricature et le grotesque25, le tellurisme26, l’hermétisme formel, l’énergie du trait, la capacité d’innovation expressive, l’exubérance chromatique ou son absence27, la narration figurative28 ou le minimalisme ascétique29. Calvino semblait privilégier les extrêmes du paradigme artistique.

  • 30  Voir, par exemple, la lettre d’Italo Calvino à la mère du jeune artiste Domenico Gnoli, mort préma (...)
  • 31  Voir lettres d’Italo Calvino à Carlo Levi, à Tullio Pericoli, à Emilio Vedova, à Toti Scialoja in (...)
  • 32  Trois lettres manuscrites d’Italo Calvino à l’artiste américain Saul Steinberg, conservées à Yale (...)
  • 33  Lettre d’Italo Calvino à Giulio Paolini, San Remo, 13 janvier 1974, manuscrit conservé aux archive (...)
  • 34  Jusqu’à maintenant, nous avons établi des contacts avec :

16L’écrivain y puise ses illustrations de couverture. Il les choisit chez ses amis (Steinberg, Fausto Melotti, etc.) ou, moins souvent, parmi les “classiques” (Picasso, Bosch, Dürer, etc.). De plus, il y avait, entre l’écrivain et les créateurs, les liens affectifs et d’estime réciproque qui se tissaient et perduraient en passant surtout par la migration des textes sur commission, réutilisés pour de nouvelles publications ou pour d’autres expositions. En analysant ces textes de circonstance et la correspondance, les documents personnels de l’écrivain, nous avons constaté qu’il entretenait avec les plasticiens qui lui étaient le plus proches, des rapports d’amitié et d’attention constante vis-à-vis de leur évolution artistique30, comme en témoigne la correspondance répertoriée de l’écrivain. À ce jour, on a retrouvé peu de lettres de Calvino destinées aux artistes31. Nous en avons trouvé quelques-unes, qui ne figurent pas dans l’édition des « Meridiani », en menant une exploration du côté des artistes : des lettres inédites de Calvino à l’artiste américain Saul Steinberg32 et une lettre à l’artiste italien Giulio Paolini33. Pour en savoir plus, nous avons mené une enquête documentaire extra muros en passant par les curateurs des archives des plasticiens, les fondations, les galeries et les musées et dans la famille des créateurs34. Enfin nous avons analysé les originaux des catalogues d’expositions ou la littérature grise concernant l’art – cartons d’invitation, dépliants, écrits d’artistes, articles de presse – documents rares, conservés dans les bibliothèques publiques et privées ou les archives des centres d’art. En ce qui concerne les textes d’art de Calvino autour et au cœur de l’œuvre des plasticiens, nous avons conduit un travail sur leur morphologie et constaté qu’ils prennent la forme de palimpsestes, sorte de prétextes pour aller plus loin que l’œuvre d’art. Ces textes se présentent comme des essais, mais en réalité ils sont de petites compositions littéraires inclassables – des outils d’expérimentation scripturale – et des digressions de l’autre côté de la causalité du récit. Ils sont aussi des traces, des témoignages d’échanges, des signes d’affinités électives, des bizarreries raisonnées et partagées. Au fond, ce sont des fragments d’un discours amoureux et surtout curieux – en forme de dialogue, écart, rapprochement et contrepoint.

  • 35  Italo Calvino, Forêt, racine, labyrinthe,traduit de l’italien par Fournel & Roubaud, postface de B (...)
  • 36  Italo Calvino, Storie per bambini (1977-81), in Italo Calvino, Romanzi e racconti,cit., vol. III.
  • 37  Italo Calvino, I disegni arrabbiati, ibidem,pp. 347-351.
  • 38  Italo Calvino, La plume à la première personne…, cit.
  • 39  Italo Calvino, Il crollo del tempo (su alcuni disegni di Saul Steinberg),in Romanzi e racconti,cit (...)
  • 40  Dans le sens qu’on donnait à ce mot au siècle des Lumières.
  • 41  Des exemples d’artistes contemporains reconnus : Annette Messager, Gabriele Basilico, Dominique Go (...)

17La pinacothèque de Calvino (c’est-à-dire la part de ses écrits en rapport étroit avec les arts picturaux, visuels) est éparpillée dans la totalité de son œuvre et souvent il faut aller chercher ses observations ailleurs que dans les écrits de commande réunis dans les « Meridiani » (Romanzi e racconti, vol. III et Saggi). Des exemples : le texte Forêt racine labyrinthe35 pourrait être un hommage à l’artiste Cesare Peverelli, inventeur de formes luxuriantes et d’un univers botanique et biologique cauchemardesque et ironique ; l’autre composition “pour enfants”36 I disegni arrabbiati37,écrite durant l’année 1977, est un clin d’œil joyeux à l’œuvre de Saul Steinberg, le dessinateur de féroces caricatures, molto arrabbiate, pour lequel Calvino écrit des textes très importants : en mai La plume à la première personne38et en novembre, Il crollo del tempo39. Parmi les essais : Tre correnti del romanzo italiano d’oggi (1959) où Calvino fait l’éloge de la rigueur et du stoïcisme en comparant les natures mortes de Giorgio Morandi et la poésie d’Eugenio Montale ; Collezione di sabbia (1974) qui anticipe la passion descriptive de l’art contemporain pour l’immense cabinet de curiosités qu’est le monde. Cela fait de tout son travail de narrateur, de poète, de “philosophe”40, d’artisan de l’assemblage impossible du « monde écrit et monde non écrit »,un immense champ d’investigation sur l’art qui, encore aujourd’hui, attire l’attention des spécialistes ou des artistes qui continuent de dialoguer avec son œuvre41.

  • 42  Saul Steinberg (Râmnicul Sârat en Roumanie, 1914 - New York, 1999). Steinberg disait de lui-même q (...)
  • 43  Deux lettres de Saul Steinberg à Aldo Buzzi : New York, 21 février et Amagansett, 24 mars 1977, in (...)
  • 44  Voici les textes des deux lettres inédites de Calvino à Saul Steinberg, relatives à l’année 1982, (...)

18À l’époque de Calvino, ses “intrusions” touchaient le monde sensible de grands créateurs. En premier lieu, l’artiste américain Saul Steinberg42 dont nous avons découvert des lettres adressées à son ami Aldo Buzzi43 au sujet de Calvino et les lettres manuscrites, inédites, de Calvino à Steinberg que nous avons déjà citées44.

19Voici le texte de la lettre envoyée par Calvino à Saul Steinberg le 15 avril 1980 :

  • 45  En haut à droite. Le lieu est cité dans l’adresse de l’expéditeur figurant sur l’enveloppe, cf. su (...)
  • 46  Italo Calvino, Una pietra sopra, in Italo Calvino, Saggi, cit., vol. I.
  • 47  Voir, supra, note 14.
  • 48  Saul Steinberg avait dessiné cette scène pour le périodique The New Yorker,december 28, 1968. Voir (...)

15 aprile 198045
[Recto] Caro Steinberg, sto per pubblicare un volume / di miei saggi46, tra i quali / anche quello su di te47. / Come copertina, c’è un tuo / disegno48 nel quale identifico / la storia della mia vita : / un cavaliere parte alla caccia / dei mostri e viene travolto da / una valanga che ha la forma / del mondo e tutto il suo peso. [verso] Ho fatto fare delle prove / di copertina e mi pare che venga / straordinaria. Col tuo disegno / il mio libro acquista un senso / senza bisogno di nessuna introdu- / zione. Spero vivamente che tu / non abbia niente in contrario / e ti dico fin d’ora tutta la mia / riconoscenza. Ti manderò il libro / appena esce. Un caro saluto. / Italo Calvino.

  • 49  Voir Silvio Perrella, Calvino,Roma-Bari, Laterza, 2010, p. 16.

20Ce document est précieux car l’allusion autobiographique est très explicite pour un écrivain qui pratiquait inlassablement tous les jeux et endossait tous les déguisements possibles. Mais, ici, l’homme Calvino se montre à visage découvert même s’il utilise un léger voile de métaphores. Mais à bien observer le dessin, il y a un certain décalage entre le travail de Steinberg et la lettre de l’écrivain. Dans le dessin de Steinberg, l’énorme avalanche est une pierre qui pèse sur le chevalier et sur le monstrueux crocodile qui ouvre la séquence. Le monstre, très expressif, est apeuré par la double menace : celle du chevalier, avec sa lance bien dirigée vers lui, et celle de la pierre. La sensation de danger imminent est donnée par le plan incliné où se déroule la scène. Mais le chevalier et son cheval, eux aussi, fuient la pierre. Que font les protagonistes de l’histoire ? Ils s’enfuient tous les trois et c’est le monstre, précédant tout le monde, qui est le plus en danger. Dans sa lettre, Calvino anticipe la fin de la tragédie et complète le parcours de la ligne du destin, du dessin de la vie. Pour une fois, la parole écrite devance le sens du dessin. L’avalanche qui poursuit le chevalier l’écrase et nous pouvons l’identifier avec la « menace des symboles » – dont parle Silvio Perrella dans son ouvrage récent sur Calvino49 – qui hante l’écrivain depuis sa jeunesse et qui, ici, devient concrète jusqu’à l’anéantir. Ce bloc minéral est peut-être la métaphore visuelle des désastres, des désillusions de la période politique des années 1980 en Italie, où le chevalier est toujours en chasse de monstres. Palomar n’étant pas né, on ne peut faire appel qu’à l’un des ancêtres pour exécuter la besogne. L’énorme boule peut aussi représenter l’orror vacui qui s’empare des copistes du Moyen Âge à la fin de chaque ligne, dessinée à la mine de plomb, des précieux Codex à remplir d’écriture. Donc une sensation de peur liée au métier d’écrivain. À notre avis, il y a plus, le terrible tedium qui apparaît plus tard, en 1984, dans la lettre-confession à l’ami artiste Tullio Pericoli :

  • 50  Italo Calvino, « lettre à Tullio Pericoli », Milano, de Rome le 28 juin 1984, in Italo Calvino, Le (...)

[…] La mia vita è infestata da periodi di irritabilità e depressione, di cui l’inefficacia nel lavoro è insieme causa e effetto, e quest’anno ne soffro particolarmente. Sono sempre alle prese con scadenze, sottoposto a sollecitazioni da tutte le parti, impossibilitato e forse ormai incapace di concentrarmi […] a me tutto si frantuma tra le mani […].50

  • 51  Italo Calvino, Il crollo del tempo,cit.

21Un mal de vivre où se condensent les contradictions de la condition humaine de l’écrivain, ses choix intimes, ses doutes. Comme Sisyphe, il est condamné à subir les contraintes de l’éternel recommencement de son châtiment. Le rapprochement avec ce mythe apparaît déjà évident dans son texte Il crollo del tempo51 de 1977 :

  • 52  Ibidem,p. 412.

[…] Correre giù per i fianchi d’una montagna inseguito da una sfera di pietra che ti rotola dietro è un’esperienza terribile, siamo d’accordo, ma ce n’è una più terribile ancora : correre in salita con la sfera di pietra che ti insegue rotolando in su velocissima verso la cima della montagna.52

22Calvino, qui probablement avait vu le dessin de Steinberg, la boule poursuivant le chevalier (1968), a été profondément touché par la métaphore et, comme d’habitude, il exploite la forme visuelle pour lui donner un sens qui déborde sur son écriture, sur son discours jamais achevé et pris éternellement dans la contradiction : parler de soi ou parler du monde ? L’art lui sert pour défaire les circonvolutions de la spirale dans laquelle il se sent emprisonné.

  • 53  Ici nous faisons allusion à la mythologie – mirabilis historia – et à l’un des innombrables masque (...)
  • 54  Voir, Italo Calvino, Sfida al labirinto [1962],in Italo Calvino, Saggi, cit., vol. I, pp. 105-123.
  • 55  Voir Albert Camus, Le mythe de Sisyphe [1942] : « Il faut imaginer Sysiphe heureux ».

23En 1980, la lettre à Steinberg propose la même problématique, si ce n’est que le chevalier n’est plus Sisyphe : la tension du mythe a cédé face à la réalité. Pourtant, dans son parcours initiatique plein d’embûches et d’épreuves, Calvino – persona in mirabile historia53 – a accepté aussi le défi au labyrinthe54 et il a ressenti le bonheur55 de l’avoir défié par son art.

24Mais c’est par un autre mythe, celui de Persée, qu’en 1985 Calvino, jadis Cosimo di Rondò, a peut-être trouvé la solution pour « librarsi » dans les airs et ainsi se libérer du poids du monde :

  • 56  Italo Calvino, Légèreté, in Leçons américaines, Aide-mémoire pour le prochain millénaire,traduit d (...)

[…] C’est toujours le refus de la vision directe qui fait la force de Persée, et non un refus de reconnaître la réalité du monde de monstres parmi lesquels il lui faut vivre ; cette réalité, il la porte en lui et l’assume comme un fardeau personnel.56

25Rien ne peut l’éloigner du poids du fardeau ; pour sa consolation et sa force, il n’y a que la vision indirecte du monde par le miroir de l’art.

  • 57  Italo Calvino, Fiume asciutto,in Romanzi e racconti,cit., vol. III, p. 796. « […] Tutte le mie par (...)
  • 58  Italo Calvino, Dall’opaco, in Italo Calvino, Romanzi e racconti,cit., vol. III, pp. 89-101. Nous u (...)

26Revenons à l’image du poids du monde. Nous pensons que l’obsession de la pierre, du minéral opaque, insupportable dans son impénétrabilité, et du procédé mortifère de la pétrification, de la perte du mouvement et de la légèreté, sont parmi les emblèmes du blason calvinien. Cet ensemble de signes apparaît déjà dans le récit-dessin onirique en noir et blanc du Fiume asciutto de 195957, qui sera suivi par le texte de l’Ubac58 de 1971, pour finir dans le texte Légèreté des Leçons américaines de 1985 :

  • 59  Italo Calvino, Légèreté, in Leçons américaines, cit., pp. 19-20.

[…] Mon intervention s’est traduite par une soustraction de poids ; je me suis efforcé d’ôter du poids tantôt aux figures humaines, tantôt aux corps célestes, tantôt aux cités ; je me suis efforcé, surtout, d’ôter du poids à la structure du récit et au langage […]. Parfois, le monde entier me semblait devenir pierre […] cette lente pétrification n’épargnait aucun aspect de la vie.59

  • 60  Marco Belpoliti, Gianluigi Ricuperati (a cura di), Saul Steinberg, Milano, Marcos y Marcos,2005, p (...)
  • 61  Italo Calvino, La plume à la première personne, cit.

27Mais Persée met à mort la Gorgone. Par l’effet d’un miroir magique, les images redonnent de l’air (la vie) aux mots et aux choses. Champion de la légèreté des images et artiste préféré de Calvino, Saul Steinberg fut l’« écrivain qui dessine », l’ami de Warhol sans être de la Farm Pop, tout en étant l’artiste-dessinateur du journal de la bourgeoisie de gauche américaine, « The New Yorker », l’immigré roumain d’origine juive qui avait fait ses études d’architecture, comme Fausto Melotti, au Politecnico de Milan. Chassé par le fascisme, il erre jusqu’en Amérique. Saul Steinberg fut le grand sceptique, l’ironique témoin de la culture américaine des années 1970, capable de cohabiter avec toutes les contradictions de l’esprit et de l’histoire. Dans ce contexte chaotique et hautement narratif, il fut le scribe dessinateur au trait léger mais “griffant”, suivant les contours d’un monde quasi enfantin, au trait réduit à l’essentiel, presque abstrait. Steinberg, qui remplissait ses dessins de spirales et de labyrinthes car le dessin « peut y rentrer et en sortir indemne »60. Saul Steinberg et ses nuages de smog qui voyageaient vers des villes invisibles dont ne restait qu’une toile d’araignée ; ses horloges démontées sur un pré où discutaient de l’écoulement du temps un Monsieur Palomar C. et un Monsieur S… L’alter ego de Calvino, qui s’inspira de ses dessins dans toute son œuvre pour délier les nœuds de sa poétique contradictoire et énigmatique. À partir de ses célèbres natures mortes avec plumes et crayons, Calvino a fait Noi siàn le triste penne isbigottite – ce titre reprenant une admirable citation de Guido Cavalcanti61 qui devient le prétexte pour parler de Steinberg, Cavalcanti, Mallarmé, de la ligne, de l’écriture, de l’art contemporain mais aussi de sa vision du monde.

  • 62  Les galeristes, les responsables d’archives d’artistes et tous ceux que nous avons interviewés nou (...)
  • 63  Carlo Levi, 1942, cité par Giuseppe Marchiori dans sa présentation pour le catalogue de l’expositi (...)
  • 64  Italo Calvino, texte pour le catalogue de l’exposition de Carlo Levi, Gli amanti,Galleria del Pinc (...)
  • 65  « […] Carlo Levi era anche un sole, che pensava e dipingeva come il sole, con molta fermezza e chi (...)

28Prisés par les artistes, ses écrits sur l’art ont eu une fortune, un destin « croisé » ; ils ont accompagné, sous son œil vigilant62, les artistes de galerie en galerie, suivant un parcours géographique aléatoire et une étrange logique combinatoire. Un exemple, le premier texte “d’art” de Calvino est dédié à son ami Carlo Levi, un écrivain-dessinateur, qui s’inspirait de Soutine, et pourtant avait dit de la peinture : « Il domani non si prepara coi pennelli, ma nel cuore degli uomini »63. Nous sommes en 195564 ; en 1973, le même texte apparaît dans un autre catalogue d’exposition de Carlo Levi, à Palerme. Dans le catalogue, Calvino côtoie Pablo Neruda65. En 1962, il entretient avec Carlo Levi un dialogue en forme de « Discorso totale » :

  • 66  Italo Calvino, texte pour le catalogue de l’exposition de Carlo Levi, à « La nuova pesa », 6-16 av (...)

[…] Il singolare punto d’incrocio che Carlo Levi dovrà rappresentare tra irrazionalismo e coscienza razionale. Già è chiaro che il tema primo del “realismo” di Levi pittore è la ricerca d’un colore e d’uno spazio altri da quellli del naturalismo.66

  • 67  Gianfranco Baruchello, artiste, Livourne 1924. Baruchello est auteur, entre autres, de romans tels (...)
  • 68  Gianfranco Baruchello, Recent work, january 11th to february 5th 1966, texte d’Italo Calvino, New (...)
  • 69  Jean-François Lyotard, Pour faire de ton fils un baruchello,in Gianfranco Baruchello, L’altra casa(...)
  • 70  Voir Gilbert Lascault, Alphabet d’Eros, 1976.

29La préoccupation de Calvino concernant le naturalisme est déjà très présente et l’art de Levi est une occasion pour y revenir ensemble. Un autre exemple est celui de l’artiste Gianfranco Baruchello67, encore un “dessinateur-écrivain”, inventeur de machines improbables, corps dessinés avec une précision maniaque, commentés par des notes manuscrites qui plongent le dessin dans un univers linguistique, poétique et littéraire. Le texte Tutto in un punto,dans les Cosmicomics de 1965, est utilisé, en anglais, pour le catalogue Recent work de l’exposition Baruchello de 196668 à New York. Sous le signe de l’expérimentation, deux créateurs dialoguent, avec ironie, sur l’accumulation et le Big Bang. Dans les années 1970, Gilbert Lascault et Jean-François Lyotard69 – encore des hommes de lettres éclectiques dans la ronde des arts de l’époque – suivent la trace de Calvino et interviennent dans un livre d’artiste de Baruchello70.

  • 71  Italo Calvino, I segni alti. Per Fausto Melotti,in Saggi,cit., vol. II, pp. 1970-1971. Ce texte ap (...)

30Parmi les artistes les plus proches de Calvino : Fausto Melotti qui utilise des matériaux de récupération pour construire de délicates architectures qui ne tiennent qu’à un fil, les « échafaudages du bonheur »71, les « idéogrammes d’un alphabet absolu », les signes de la légèreté des Leçons américaines à venir.

  • 72  Valerio Adami, né à Bologne en 1935.
  • 73  Figuration narrative, mouvement artistique actif à partir de 1965.
  • 74  Voir Italo Calvino, Palomar e Michelangelo, Saggi,cit.,pp. 1991-1993.

31Le fil du dessin de Valerio Adami72 est plus épais, l’artiste adhérant au mouvement de Figuration narrative73 : là, c’est le fil qui sectionne les formes, s’exerce dans une écriture plastique discontinue, contourne en épaisseur des surfaces denses en couleurs. Adami fait probablement partie, ainsi que Matta, Paolini, Cremonini, etc., des « hommes face au dessin secret »74 comme Palomar. Dans un jeu de miroirs, Calvino, par son écriture imagée, suit les fils que dégagent ces œuvres d’artistes, parfois il défie leurs labyrinthes.

  • 75  Giulio Paolini, né à Gênes en 1940.
  • 76  Voir Giulio Paolini, Voix off,traduit de l’italien par Anne Machet, Macon, Éditions W, 1986. Nous (...)
  • 77  Voir Aurora Portesio, « Quello che per il pittore è la squadratura della tela, per lo scrittore è (...)

32C’est le cas pour Giulio Paolini75, minimaliste sévère qu’aucune étiquette ne pourrait contraindre. Il visualise l’espace tel qu’il le déchiffre, énigmatique. Son champ visuel se situe entre le visible et l’invisible76. Paolini est associé à l’Arte povera, mouvement artistique italien d’avant-garde de grande importance pour l’art contemporain. Politiquement engagé, innovateur, très lié aux problèmes du territoire italien, lyrique et conceptuel, le mouvement est actif en Italie vers la fin des années 1960 jusqu’à la décennie 1980. Italo Calvino a eu des rapports contrastés et contradictoires avec ce mouvement et avec son chantre, Renato Barilli. Sur les rapports entre Giulio Paolini et Italo Calvino, l’artiste, interrogé pour nous par Madame Maddalena Disch, affirme qu’ils s’admiraient « à distance » sans avoir une fréquentation assidue77. Dans les archives de Paolini, nous avons trouvé une lettre inédite de Calvino à l’artiste, de San Remo datée du 13 janvier 1974, qui confirme son attitude vis-à-vis de l’Arte Povera et aussi de l’Art conceptuel. Voici le texte :

  • 78  La monographie de Celant a été éditée par Sonnabend Press, New York, 1972. [Note de Maddalena Disc (...)
  • 79  « Estetiche vitaliste » : Calvino fait allusion à la poétique de l’Arte Povera (ex. les situations (...)
  • 80  Il s’agit du texte pour le premier recueil de Giulio Paolini, Idem,cit.
  • 81  Le projet d’un ouvrage, et l’artiste me le confirme, était né après que Giulio Einaudi avait vu la (...)
  • 82  Italo Calvino, Lettre à Giulio Paolini, cit. note 32,« Courtesy Archivio Giulio Paolini, Torino », (...)

Caro Giulio, mi è dispiaciuto di non poter venire a Milano venerdì ma proprio non ce l’ho fatta materialmente. Invece ho letto con molto interesse il libro di Celant78 che è un ottimo libro, veramente raro che una monografia d’arte comunichi un discorso di una tale presa per la sua tenuta intellettuale, il suo rigore, dove tutto è chiaro e necessario. Discorso di Celant che mi pare coincida perfettamente col tuo discorso. Il modo come la tua posizione si distingue dalle estetiche vitaliste e da quelle concettuali-verbali79, così come la tua filosofia nel suo spazio mentale e nelle sue espressioni materiali mi suonano molto congeniali. E lo stesso si dica delle scelte letterarie che in qualche caso espliciti. Ho letto il libro solo ieri sera e devo ancora masticarlo un po’ per capire le implicazioni che il paolinismo-celantismo può avere in campo letterario, e come posso definire una posizione mia in rapporto ad esso80. Ma fin d’ora posso essere sicuro che un dialogo tra noi, con Barilli se riusciamo a combinare o se no senza, può riuscire e – almeno a me – essere utile. Quanto a un testo81 da libro non so proprio ancora dirti se mi verrà di trovare la via, il punto d’incontro tra l’ascetismo assoluto della tua analisi linguistica e le mie esplorazioni delle potenzialità del linguaggio narrativo che partono da un’esperienza di fondo più eclettica come quella della cultura letteraria da cui prendo le mosse. Insomma vedremo. L’impor-tante è che ci teniamo in contatto.82

  • 83  Voir Nathalie Heinich, La sociologie de l’art, Paris, La Découverte, 2001, p. 15.
  • 84  Voir Mario Lavagetto, Il disegno lineare della narrazione,in Introduzione a Italo Calvino, Fiabe i (...)

33Pour conclure : en suivant les principes de l’enquête sociologique selon lesquels l’art est un champ social83 comprenant l’ensemble des itérations, des acteurs, des institutions, des objets évoluant ensemble de façon à faire exister ce qu’on appelle communément “art” et dans une perspective historique, nous avons fouillé dans le monde des arts et de la critique d’art de ces années-là pour définir le contexte de l’œuvre de Calvino et de “ses” artistes. Pour y parvenir, nous avons utilisé les métaphores du fil et du labyrinthe car c’est autour d’elles que s’enroule le jeu des renvois et des prétextes narratifs entre Calvino et eux. Ces rencontres entre un magicien de la plume et des narrateurs du crayon produisent des images éphémères, des architectures aériennes, des parcours géométriques d’une extrême rigueur esthétique et d’une grande difficulté d’interprétation. En explorant les documents pour notre recherche nous avons eu la sensation de nous retrouver nous-même dans une toile d’araignée ou dans un labyrinthe, tant il y a de renvois, de symboles, de mots et de références partagés. Il y a surtout une cartographie des noms et des lieux, des métaphores qui reviennent dans un univers commun, patrimoine de toute cette génération de créateurs des années 1970-1980. Beaucoup de personnalités se retrouvent avec Calvino au seuil d’ouvrages spécialisés : présentations, introductions, préfaces, interviews, postfaces, citations que nous avons retrouvées dans les catalogues d’expo-sitions, les textes de critique, les brochures des galeries d’art. Quelques noms : Octavio Paz, Jorge Borges, Marcel Duchamp, Eugenio Montale, Carlos Fuentes, Charles Fourier, Annette Messager, etc. On retrouve chez eux les “figures” de l’échiquier, de la forêt, du labyrinthe “image” du temps, la métaphore du fil, parcours de vie que la troisième parque peut trancher, outil de la connaissance et du savoir capable de nous sortir du labyrinthe, signe. Dans le cas de Calvino, le fil devient l’expression intime d’un savoir-faire : dessiner, par la narration, le tapis animé de l’univers, changeant, discontinu, parfois linéaire84 souvent abstrait. Le dessin du fil raconte l’histoire, invente, s’enroule en fumée autour des silhouettes, dessine les plans imaginaires des villes ne vivant que par la parole de l’écrivain ou l’imaginaire de l’artiste. Le fil, par sa capricieuse mobilité, s’efface et forme d’autres histoires, rature l’existence du monde, recrée les destins et les choses. Champion de l’ars combinatoria, le fil s’invente en ligne et :

  • 85  Italo Calvino, La plume à la première personne,in Défis aux labyrinthes, cit., vol. I, p. 322.

[…] Chaque ligne suppose une plume qui la trace, et chaque plume à son tour une main refermée sur elle. La question est controversée de savoir ce qu’il y a après la main : le je qui dessine s’identifie pour finir avec un je dessiné, non pas sujet mais objet du dessin en acte. Ou, mieux, c’est l’univers du dessin qui se dessine, s’explore, s’expérimente et se redéfinit chaque fois.85

Haut de page

Notes

1  Voir, entre autres, JeanPaulhan, L’art informel, in « La nouvelle revue française », Paris, 1er mai 1961 ; Harold Rosenberg, The anxious object,New York, Horizon Press, 1964 ; From Pollock to Pop, in « Holiday », New York, March, 1966 ; La tradition du nouveau,Paris, Éditions de Minuit, 1962 ; Margit Rowell, La peinture, le geste, l’action. L’existen-tialisme en peinture, Paris, Klincksieck, 1985.

2  Italo Calvino, Il mare dell’oggettività, Saggi,a cura di Mario Barenghi, 2 vol. , Milano, Mondadori, « I Meridiani », 2001, vol. I, pp. 52-60.

3  Voir, à ce propos, une lettre très intéressante du dernier Calvino à Goffredo Fofi, Rome, 30 janvier 1984, in Italo Calvino, Lettere, 1940-1985,a cura di Luca Baranelli, introduzione di Claudio Milanini, Milano, Mondadori, « I Meridiani », 2001, pp. 1509-1511.

4  Voir Italo Calvino, Furti ad arte. Conversazione con Tullio Pericoli,in Saggi, cit., vol. II, pp. 1801-1815.

5  Italo Calvino, Candide ou la vélocité, in Défis aux labyrinthes. Textes et lectures critiques, vol. II,traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro, Yves Hersant, Michel Orcel et Martine Van Geertruyden, édition relue et préfacée par Mario Fusco, Paris, Seuil, 2003, p. 220.

6  Ibidem.

7  Voir Philippe Daros, L’image et le mode d’existence de l’objet littéraire dans l’œuvre d’Italo Calvino, in Italo Calvino. Le défi au labyrinthe,Actes de la journée d’étude de Caen, le 8 mars 1997, publiés sous la direction de Paolo Grossi et Silvia Fabrizio-Costa, Laboratoire d’études italiennes, ibériques et ibéro-américaines, Université de Caen, 1988, p. 113.

8  Marco Belpoliti, L’occhio di Calvino. Nuova edizione ampliata,Torino, Einaudi, 2006, p. 131.

9  Italo Calvino, Les écrivains dessinateurs, in Défis aux labyrinthes. Textes et lectures critiques,cit., vol. I, p. 416.

10  Italo Calvino, in Catalogo della mostra Paolo Uccello pittore. Tre incisioni di Dario Serra,Roma 12-22 dicembre 1977, Milano, Vanni Scheiwiller, 1977, edizione in 80 esemplari, di cui 50 numerati 1-50 ; 20 numerati I-XX, 5 contrassegnati dalle lettere A-E e 5 dedicati, testo in italiano e francese, traduzione di Hubet Sicre. Ce texte figure également, sous le titre Gli uccelli di Paolo Uccello, in Italo Calvino, Saggi,cit., vol. II, pp. 1994-1996.

11  Voir Italo Calvino, Scrittori che disegnano,in Italo Calvino, Esposizioni - Esplorazioni,in Collezione di sabbia,in Saggi,cit., pp. 473-478.

12  Italo Calvino, Una mostra di William Turner,in Intorno alle arti figurative, in Saggi,cit., vol. II, pp. 1972-1980.

13  Nous savons que Calvino, avant de devenir écrivain, aurait aimé se dédier professionnellement au dessin, à la caricature, au dessin satirique. Dans sa jeunesse à San Remo, il gratifiait ses camarades de lycée ou ses amis d’autoportraits, d’illustrations pour ses textes poétiques et de savoureuses caricatures. Une activité qu’il n’a jamais abandonnée durant toute sa vie. Voir, entre autres, Piero Ferrua, Italo Calvino a San Remo (con due poesie e quattro illustrazioni inedite di Italo Calvino), San Remo, Famija Sanremasca, 1991. Pietro Ferrua, camarade de lycée de Calvino, a été professeur d’université, dramaturge et auteur, entre autres, de l’important ouvrage Entretiens sur le Lettrisme (en collaboration avec Maurice Lemaître), Paris, Centre de créativité, 1985.

14  Italo Calvino, La penna in prima persona (per i disegni di Saul Steinberg), in Saggi,cit., vol. I, pp. 361-368. Ce texte figure, sous le titre La plume à la première personne (pour les dessins de Saul Steinberg) in Italo Calvino, Défis aux labyrinthes, cit., vol. I, texte traduit par Jean Thibaudeau, p. 321. Également in La machine littérature,traduit de l’italien par Michel Orcel et François Wahl, Paris, Seuil, 1993, pp. 215-221.

15  Dominique Radrizzani, Le dessin impossible de Christian Boltanski. Entretien et documents,Paris, Buchet Chastel, « Les Cahiers dessinés », 2010, p. 9.

16  Italo Calvino, Le memorie di Casanova, in Racconti e apologhi sparsi, Romanzi e racconti, edizione diretta da Claudio Milanini, a cura di Mario Barenghi e Bruno Falcetto, con una bibliografia degli scritti di Italo Calvino a cura di Luca Baranelli, 3 vol. , Milano, Mondadori, « I Meri-diani », 2001, vol. III, p. 297. Texte réalisé pour accompagner des eaux-fortes de Massimo Campigli, Roma, Salamon e Tonini Editori, 1981.

17  Italo Calvino, Palomar e Michelangelo,in Intorno alle arti figurative,in Saggi,cit., vol. II, pp. 1991-1993.

18  Italo Calvino, Rapidité,in Leçons américaines. Aide-mémoire pour le prochain millénaire,traduit de l’italien par Yves Hersant, Paris, Gallimard, 1988, p. 93.

19  Italo Calvino, Immagini e teorie. Intorno alle arti figurative,in Saggi,cit., vol. II et Italo Calvino, Guardando disegni e quadri. Il tempo, le cose (1977-85),in Romanzi e racconti, cit., vol. III.

20  Cf. Note e notizie ai testi,in Italo Calvino, Romanzi e racconti,cit., vol. III, p. 1251. Mario Barenghi explique que Calvino ne dédaignait pas les travaux sur commission à cause, entre autres, du caractère “artisanal”, expérimental, de cette production.

21  Roland Barthes, L’empire des signes,cit., in Marco Belpoliti, Racconto di un disegno,in L’occhio di Calvino,cit.,p. 179.

22  La Nuova Pesa et l’Attico à Rome, Il Milione à Milan – où se rencontraient les architectes rationalistes et l’artiste Fontana – la galerie Maeght à Paris, la galerie Pace à New York, etc. Les galeries étaient les lieux de culture et de médiation où se construisaient les mouvements artistiques, les tendances et pas seulement la fortune économique des artistes face aux collectionneurs. C’est pour cela que les médiateurs utilisaient des écrivains, des poètes, des philosophes – pas seulement les critiques attitrés – pour les catalogues ou les autres publications qui d’habitude accompagnent la vie des artistes.

23  Dans cet article, faute d’espace, nous ne pouvons pas présenter tous les documents que nous avons trouvés lors de notre recherche, ni citer tous les contacts d’Italo Calvino avec ces artistes, ni analyser leurs poétiques dans les détails ; nous souhaiterions en faire l’objet d’une publication future en italien ou/et en français. Dans ce dernier cas, elle serait complétée par les traductions de nombreux textes sur l’art de Calvino, jamais traduits à ce jour.

24  À ce sujet, cf. la lettre d’Italo Calvino à Philippe Daros, Rome, 21 octobre 1984, in Italo Calvino, Lettere, cit., pp. 1525-1528.

25  Voir Saul Steinberg – dont on parlera plus loin –, le peintre italien Dada Enrico Baj, pour lequel Italo Calvino écrit un texte très « cinématographique » : Ricevimento al castello di Bardbaj (in Italo Calvino, Romanzi e racconti,cit., vol. III, pp. 437-440) et le sculpteur belge Reinhoud (in Italo Calvino, Reinhoud [1969], in Saggi,cit., vol. II, pp. 1967-1969).

26  C’est le cas du maître surréaliste chilien Sébastien Matta dont Calvino, dans une lettre à Giambattista Vicari de Turin le 13 mai 1964, dit : « Matta ha dei motivi che si direbbero fantascientifici o cosmici (difatti vedi l’ho messo fra i miei ispiratori) ma sono più nei quadri che nei disegni […] » – in Italo Calvino, Lettere,cit., p. 813. Sur le tellurisme de Matta, Octavio Paz a écrit dans l’introduction du catalogue pour l’exposition Matta de 1985 à Paris, Centre Pompidou : « Retrouvailles avec le soleil, les volcans et les tremblements de terre. Noces de la passion et de la cosmogonie, de la physique moderne et de l’érotisme […]. Il invente les visions des galaxies colorées pour une danse sans fin vers d’autres horizons, toujours à la recherche de nouveaux langages ». On dirait un passage des Cosmicomiche. En 1962, Calvino écrit un texte pour l’exposition Matta. Un trittico e altri dipinti, galleria l’Attico, Roma. Dans son texte, l’écrivain fait l’éloge de la couleur et de la matière des œuvres de l’artiste qui avait séjourné à Rome […] : « Una stagione di felice lavoro in Italia e l’incontro con una materia ricca di suggestioni elementari, una terra rossiccia della campagna romana, sono all’origine di queste pitture quasi monocrome, in cui figure tra il preistorico, il totemico e il fantascientifico si agitano come mosse dal suono d’un sassofono sotterraneo » – In, Italo Calvino, Per Sebastian Matta,in Italo Calvino, Saggi, cit., vol. II, p. 1965.

27  Voir Italo Calvino, Arakawa,in Italo Calvino, Saggi, cit., vol. II,pp. 2001-2005. « […] I quadri di Arakawa sono pieni di luce, luce fatta di tutti colori e dell’assenza di colori […]. Shusaku Arakawa (1936), mélangeant pratiques picturales et scripturales, est le créateur de « peintures-diagrammes » qu’on appelle les Mécanismes du savoir. Le texte de Calvino, écrit en mars 1985, est l’un des derniers de l’écrivain qui s’éteint en Toscane le 18 septembre 1985.

28  Cremonini, Adami. Cf. infra.

29  Paolini, Idem.

30  Voir, par exemple, la lettre d’Italo Calvino à la mère du jeune artiste Domenico Gnoli, mort prématurément à New York à la suite d’un accident. Italo Calvino à Annie De Garrou Gnoli, Turin, 15 janvier 1973, in Italo Calvino, Lettere,cit.,pp. 1191-1192. À signaler, pour le ton affectueux, la correspondance de Calvino avec Toti Scialoja, artiste-illustrateur de ses écrits pour les enfants, et le ton amical des lettres à Tullio Pericoli.

31  Voir lettres d’Italo Calvino à Carlo Levi, à Tullio Pericoli, à Emilio Vedova, à Toti Scialoja in Italo Calvino, Lettere, cit.

32  Trois lettres manuscrites d’Italo Calvino à l’artiste américain Saul Steinberg, conservées à Yale University (réf. The Saul Steinberg Papers, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University, Uncat. Mss. 126). La première, que nous publions ici, concerne l’ouvrage d’Italo Calvino Una pietra sopra et le texte La penna in prima persona : Rome, 15 avril 1980, 1 f. recto verso, avec signature complète de l’écrivain, coll. box 12, folder « Special Letters n.d. ». La deuxième : Rome, 5 mars 1982, 1 f. recto, signée uniquement du prénom,coll. Box 12, folder « Special Letters n.d. ». La troisième : Rome, 19 mars 1982, 1 f. recto, signée uniquement du prénom, coll. Box 68, folder « Correspondance n.d. ». Nous tenons particulièrement à remercier Sheila Schwartz, Executive Director The Saul Steinberg Foundation de New York, pour nous avoir aimablement envoyé les reproductions des lettres originales, pour sa compétence, son intelligence et pour son soutien.

33  Lettre d’Italo Calvino à Giulio Paolini, San Remo, 13 janvier 1974, manuscrit conservé aux archives de Giulio Paolini, Fondation Paolini, Turin. La transcription nous a été aimablement envoyée par Maddalena Disch, historienne de l’art et responsable des archives de Paolini. Nous tenons à la remercier pour sa collaboration et pour son intérêt. Notre reconnaissance et notre considération vont surtout à Madame Chichita Calvino qui nous a gracieusement autorisée à publier intégralement dans cet article la lettre de son mari à Steinberg de 1980 et celle à Giulio Paolini de 1974. Nos remerciements vont aussi à l’artiste Yan Nascimbene qui nous a aidée dans les contacts avec Madame Calvino et nous a soutenue durant nos recherches

34  Jusqu’à maintenant, nous avons établi des contacts avec :

 – Maddalena Disch, responsable des archives de Giulio Paolini : résultat de la recherche, une lettre inédite ;

 – la galerie Templin de Paris et Amelia Valtolina, responsable des archives de Valerio Adami : aucun document inédit trouvé mais des informations concernant un film sur Calvino et les artistes, tourné par le metteur en scène Damien Pettigreu en 2011, producteur Olivier Gal. Dans ce document, selon Valtolina, Adami fait état de son rapport d’amitié avec Calvino ;

 – Anne Maisonnier (qui a écrit sa thèse de doctorat sur Alberto Magnelli) et la galerie Sapone de Nice (pour le même artiste) : un résultat, la traduction française du texte de Calvino Essere pietra (in Italo Calvino, Romanzi e racconti,cit., vol. III, pp. 419-421), traduction de Danièle Sallenave sous le titre Magnelli. Les pierres, Nice, galerie Sapone, 1981. La traductrice a été choisie par Italo Calvino, selon le témoignage de M. Sapone ;

 – la Fondation Saul Steinberg de New York et sa directrice, Sheila Schwartz : résultat, trois lettres inédites (cf. note 32) ;

 – la Fondation Boschi Di Stefano pour l’artiste Cesare Peverelli : aucun document trouvé ;

 – Lorenza Selleri du Musée Giorgio Morandi de Bologne : aucun document trouvé ;

 – le fils cadet de Sebastian Matta et la fille de Fausto Melotti, Marta Melotti : nous avons trouvé la traduction en français, par Carlina Bolongaro, du texte de Calvino Matta pour l’exposition à la galerie Schwartz de Milan en janvier-février 1963 ; ainsi que le texte de Calvino Tre giovani pittori torinesi,pour l’exposition Aimone, Casorati Pavarolo, Chessa de janvier 1962 à la galerie Penelope à Rome.

35  Italo Calvino, Forêt, racine, labyrinthe,traduit de l’italien par Fournel & Roubaud, postface de Benoît de La Brosse, Paris, Seghers jeunesse, 2004.

36  Italo Calvino, Storie per bambini (1977-81), in Italo Calvino, Romanzi e racconti,cit., vol. III.

37  Italo Calvino, I disegni arrabbiati, ibidem,pp. 347-351.

38  Italo Calvino, La plume à la première personne…, cit.

39  Italo Calvino, Il crollo del tempo (su alcuni disegni di Saul Steinberg),in Romanzi e racconti,cit., vol. III, pp. 409-413.

40  Dans le sens qu’on donnait à ce mot au siècle des Lumières.

41  Des exemples d’artistes contemporains reconnus : Annette Messager, Gabriele Basilico, Dominique Gonzales Foerster, Philippe Parreno, Pierre Huyghe. De jeunes créateurs comme la vidéaste-dessinateur Laetitia Legros,le sculpteur Émilie Sartre, la photographe Jacqueline Salmon, le duo Chris Doyle/Thom Kubli, Miltos Manetas, Angela Bulloch et leurs jeux vidéo, des collectifs d’artistes sur le web, des critiques comme Gilbert Lascault, Pascale Cassagnau. Ce travail de recherche reste encore à faire.

42  Saul Steinberg (Râmnicul Sârat en Roumanie, 1914 - New York, 1999). Steinberg disait de lui-même qu’il était « un écrivain qui dessine ». Il décrivait ses dessins comme des « leurres fascinants ». Pour l’artiste toute image ne peut être que « dérisoire, enfantine […] », in, Alain Jouffroy, Visite à Saul Steinberg,in « Opus international », n° 29-30, 1972, pp. 44-45 ; et aussi, entre autres, Saul Steinberg, Illuminations,catalogue de l’exposition de Paris, Fondation Henri Cartier-Bresson, 6 mai-27 juillet 2008 ; Saul Steinberg, L’écriture visuelle,catalogue de l’exposition de Strasbourg, Musée Tomi Ungerer - Centre national de l’illustration, du 27 novembre 2009 au 28 février 2010 ; ou Saul Steinberg,a cura di Marco Belpoliti e Gianluigi Ricuperati, Milano, Marcos y Marcos, 2005.

43  Deux lettres de Saul Steinberg à Aldo Buzzi : New York, 21 février et Amagansett, 24 mars 1977, in Saul Steinberg, Lettere a Aldo Buzzi 1945-1999, a cura del destinatario, Milano, Adelphi, 2002, p. 96. Quelques lettres ou des parties de lettres ne figurent pas dans l’édition Adelphi. Dans un passage non publié d’une lettre de Saul Steinberg à Aldo Buzzi, datée du 5 avril 1982 et conservée à New York à la Fondation Steinberg, que Sheila Schwartz nous a envoyée, il y a une indication importante concernant le texte de Calvino sur Steinberg, La plume à la première personne,Paris, galerie Maeght, 1977, « Derrière le miroir »,n° 224, mai 1977. Dans ce document, il est question de la traduction en anglais du même texte de Calvino par William Weaver et republié in Saul Steinberg : Still Life and Architecture,exhibition catalogue, The Pace Gallery, New York, 1982. « […] Avrai ricevuto il catalogo della mostra. Rileggi il pezzo di Calvino e vedrai che è ottimo. Avevo chiesto a uno scrittore di arte, noto, un errore. Ha scritto un pezzo pessimo che ho dovuto avere il coraggio di rifiutare e ho chiesto a Calvino di farmi tradurre dal suo Weaver il pezzo uscito 4 anni fa su Derrière le miroir. In inglese mi sembra meglio che in francese o in italiano ». Réf. orig. Saul Steinberg, unpublished passage from a letter to Aldo Buzzi, april 5, 1982, original letter at The Saul Steinberg Foundation, New York.

44  Voici les textes des deux lettres inédites de Calvino à Saul Steinberg, relatives à l’année 1982, à l’occasion de l’envoi de la traduction en anglais du texte La penna in prima persona pour l’exposition Still Life and Architecture. Cf. supra, note 43.

 La première, envoyée de Rome le 5 mars 1982, piazza Campo Marzio 5, 00186, Roma.

 « Roma, 5 marzo ’82 [en haut à droite] / Caro Saul, / ecco la traduzione di Bill / Weaver con alcune correzioni, nelle righe [en interligne] segnate con un punto rosso / in margine. Altre correzioni sono forse possibili / per raggiungere il massimo di scorrevolezza / e il massimo di comprensibilità, ma credo / che già così sia una buona traduzione. / Per il passo di Galileo, Bill voleva cercare / una traduzione antica, ma io ho un po’ paura / che quello che guadagneremmo come flavour [en anglais dans le texte] lo / perderemmo come chiarezza e completezza, quindi / per me la traduzione va bene così com’è. / Auguri per l’esposizione. Io aspetto... / Italo ».

 La deuxième, envoyée de Rome le 19 mars 1982, même adresse.

 « Roma, 19 marzo ’82 [en haut à droite] / Caro Saul, / grazie della tua lettera. / Ricevere un tuo tavolo [souligné dans le texte, Calvino fait allusion à une des sculptures de Saul Steinberg] / sarà per me una grande / felicità. Vorrei averlo a / Roma dove ora è la nostra / casa principale. Se è possibile / darlo a qualcuno che viene qui (forse lo stesso Weaver) sarebbe / una bella cosa. Lo aspetto con / impazienza. Auguri per l’exposizione ; fammi avere il catalogo. / Cari saluti. / Italo ».

45  En haut à droite. Le lieu est cité dans l’adresse de l’expéditeur figurant sur l’enveloppe, cf. supra, note 44

46  Italo Calvino, Una pietra sopra, in Italo Calvino, Saggi, cit., vol. I.

47  Voir, supra, note 14.

48  Saul Steinberg avait dessiné cette scène pour le périodique The New Yorker,december 28, 1968. Voir illustration hors texte.

49  Voir Silvio Perrella, Calvino,Roma-Bari, Laterza, 2010, p. 16.

50  Italo Calvino, « lettre à Tullio Pericoli », Milano, de Rome le 28 juin 1984, in Italo Calvino, Lettere,cit.,p. 1518.

51  Italo Calvino, Il crollo del tempo,cit.

52  Ibidem,p. 412.

53  Ici nous faisons allusion à la mythologie – mirabilis historia – et à l’un des innombrables masques – personae – de l’écrivain.

54  Voir, Italo Calvino, Sfida al labirinto [1962],in Italo Calvino, Saggi, cit., vol. I, pp. 105-123.

55  Voir Albert Camus, Le mythe de Sisyphe [1942] : « Il faut imaginer Sysiphe heureux ».

56  Italo Calvino, Légèreté, in Leçons américaines, Aide-mémoire pour le prochain millénaire,traduit de l’italien par Yves Hersant, Paris, Gallimard, 1989, p. 22.

57  Italo Calvino, Fiume asciutto,in Romanzi e racconti,cit., vol. III, p. 796. « […] Tutte le mie parole erano dure e appena scheggiate : e il dirle era come posare tante pietre ». À ce propos, voir Jean-Paul Manganaro Italo Calvino. Romancier et conteur, Paris, Seuil, « Les contemporains », 2000, p. 28.

58  Italo Calvino, Dall’opaco, in Italo Calvino, Romanzi e racconti,cit., vol. III, pp. 89-101. Nous utilisons la traduction française du mot opaco que Calvino conseille à Danièle Sallenave dans une lettre de 1976, voir Lettere, cit.,p. 1322.

59  Italo Calvino, Légèreté, in Leçons américaines, cit., pp. 19-20.

60  Marco Belpoliti, Gianluigi Ricuperati (a cura di), Saul Steinberg, Milano, Marcos y Marcos,2005, p. 22.

61  Italo Calvino, La plume à la première personne, cit.

62  Les galeristes, les responsables d’archives d’artistes et tous ceux que nous avons interviewés nous ont confirmé l’attention constante d’Italo Calvino vis-à-vis des artistes qu’il aimait et qu’il autorisait toujours à utiliser ses textes pour les catalogues d’expositions.

63  Carlo Levi, 1942, cité par Giuseppe Marchiori dans sa présentation pour le catalogue de l’exposition Carlo Levi, mostra personale alla galleria La Robinia, Palermo,24 février-15 mars 1973. Roma, Biblioteca della Fondazione La Quadriennale.

64  Italo Calvino, texte pour le catalogue de l’exposition de Carlo Levi, Gli amanti,Galleria del Pincio, Roma, 23 marzo 1955, également in Italo Calvino, Saggi,cit., vol. II,pp. 1961-1962.

65  « […] Carlo Levi era anche un sole, che pensava e dipingeva come il sole, con molta fermezza e chiarità, perché sempre attinse allo spazio la sua forza luminosa » – in Pablo Neruda, texte pour le catalogue de l’exposition Carlo Levi, La Robinia,cit., s.p.

66  Italo Calvino, texte pour le catalogue de l’exposition de Carlo Levi, à « La nuova pesa », 6-16 avril 1962. Ce texte figure in Italo Calvino, Carlo Levi, un discorso totale,in Italo Calvino, Saggi,cit., vol. II,p. 1964.

67  Gianfranco Baruchello, artiste, Livourne 1924. Baruchello est auteur, entre autres, de romans tels que Mi viene in mente,Milano, Schwartz, 1966.

68  Gianfranco Baruchello, Recent work, january 11th to february 5th 1966, texte d’Italo Calvino, New York: Cordier & Ekstrom inc., dépliant, Roma, Biblioteca della Soprintendenza speciale alla Galleria nazionale d’arte moderna e contemporanea.

69  Jean-François Lyotard, Pour faire de ton fils un baruchello,in Gianfranco Baruchello, L’altra casa,Paris, Galilée, 1976.

70  Voir Gilbert Lascault, Alphabet d’Eros, 1976.

71  Italo Calvino, I segni alti. Per Fausto Melotti,in Saggi,cit., vol. II, pp. 1970-1971. Ce texte apparaît in Fausto Melotti, Lo spazio inquieto, con 48 fotografie di Ugo Mulas e uno scritto di Italo Calvino,a cura di Paolo Fossati, Torino, Einaudi, 1971, pp. 91-92. Il s’agit d’un très beau recueil de textes sur l’art de Melotti ; le choix des éditeurs de recourir au grand photographe de l’invisible Ugo Mulas aux côtés de Calvino nous semble très élégant et pertinent. Voir aussi Italo Calvino, Le effimere nella fortezza,in Italo Calvino, Saggi,cit.,pp. 487-489.

72  Valerio Adami, né à Bologne en 1935.

73  Figuration narrative, mouvement artistique actif à partir de 1965.

74  Voir Italo Calvino, Palomar e Michelangelo, Saggi,cit.,pp. 1991-1993.

75  Giulio Paolini, né à Gênes en 1940.

76  Voir Giulio Paolini, Voix off,traduit de l’italien par Anne Machet, Macon, Éditions W, 1986. Nous pensons que, dans ce livre d’artiste énigmatique, Paolini et Alain Coulange, directeur de l’édition, rendent un hommage indirect à Italo Calvino dans l’interview qui ouvre l’ouvrage, où il est question de labyrinthe, du je et du moi de l’auteur, du pourquoi de l’œuvre, etc. Le texte d’Italo Calvino, La squadratura (per Giulio Paolini) in Italo Calvino, Saggi,cit., vol. II, pp. 1981-1990, apparaît dans l’introduction de l’ouvrage Giulio Paolini, Idem, Torino, Einaudi, 1975, pp. VII-XIV.

77  Voir Aurora Portesio, « Quello che per il pittore è la squadratura della tela, per lo scrittore è l’incipit ». L’arte di Giulio Paolini raccontata da Italo Calvino. Con un’intervista a Giulio Paolini,in « Avanguardia », anno 14, n° 40, Roma, giugno, 2009, pp. 75-89.

78  La monographie de Celant a été éditée par Sonnabend Press, New York, 1972. [Note de Maddalena Disch].

79  « Estetiche vitaliste » : Calvino fait allusion à la poétique de l’Arte Povera (ex. les situations de l’énergie au cœur de l’œuvre de Penone et d’Anselmo ; l’importance de la matière, etc.). En revanche, pour les « estetiche concettuali-verbali », l’écrivain fait peut-être allusion aux propositions les plus orthodoxes de l’Art conceptuel adoptées par les artistes anglo-saxons (ex. les travaux sur le langage et sur les questions philosophiques et linguistiques de Robert Barry, Lawrence Weiner, Art & Language, Joseph Kosuth). [n.d.a : réponse de Maddalena Disch à nos questions sur les rapports entre Calvino et l’Arte Povera et sur ses positions vis-à-vis de l’Art conceptuel].

80  Il s’agit du texte pour le premier recueil de Giulio Paolini, Idem,cit.

81  Le projet d’un ouvrage, et l’artiste me le confirme, était né après que Giulio Einaudi avait vu la première exposition personnelle de l’artiste au Studio Marconi de Milan vers la fin de 1973 (exposition dont Maurizio Calvesi avait fait un compte rendu très positif dans un article du « Corriere della sera »). Ce fut probablement Einaudi qui demanda à Calvino d’écrire l’introduction. [Note de Disch ; notre traduction].

82  Italo Calvino, Lettre à Giulio Paolini, cit. note 32,« Courtesy Archivio Giulio Paolini, Torino », consultée en 2011.

83  Voir Nathalie Heinich, La sociologie de l’art, Paris, La Découverte, 2001, p. 15.

84  Voir Mario Lavagetto, Il disegno lineare della narrazione,in Introduzione a Italo Calvino, Fiabe italiane,Milano, Mondadori, 1993, pp. 39-41.

85  Italo Calvino, La plume à la première personne,in Défis aux labyrinthes, cit., vol. I, p. 322.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://italies.revues.org/docannexe/image/4438/img-1.png
Fichier image/png, 251k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, n° 16, La plume et le crayon. Calvino, l’écriture, le dessin, l’image, 2012, Aix Marseille Université, CAER EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France

Référence électronique

Maria G. Vitali-Volant, « Italo Calvino et les artistes de son temps », Italies [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 novembre 2014. URL : http://italies.revues.org/4438

Haut de page

Auteur

Maria G. Vitali-Volant

Université du Littoral Côte d’Opale

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org