Navigation – Plan du site
Malices de la "Fortuna"

La Fortuna. Giovanni Rucellai, Zibaldone quaresimale

Théa Picquet
p. 49-70

Résumé

Préoccupé par l’éducation de ses fils Pandolfo et Bernardo, Giovanni Rucellai, fait rédiger à leur intention le Zibaldone quaresimale, et consacre un chapitre entier à la Fortuna. Après avoir défini le concept et présenté la célèbre famille florentine, notre objectif est d’analyser cette notion essentielle pour l’époque et de découvrir si, selon l’auteur, elle est toute-puissante ou si l’homme est capable de lutter contre elle.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Boccace, Décaméron, Paris, Livre de poche, 1994, II, 3, p. 122.

… plus on parle de l’action de la Fortune, plus il reste à en dire, quand on considère ses effets. Personne ne s’en étonnera si l’on observe que toutes les choses que sottement nous appelons nôtres sont entre ses mains et que, par conséquent, selon son mystérieux jugement, sans aucun répit, de l’un à l’autre et de celui-ci à celui-là, tour à tour et sans aucune logique qui soit connue par nous, par la Fortune elles sont échangées.1

déclare Pampinea à l’aimable assemblée réunie dans les jardins ombragées de la campagne toscane, avant de raconter sa nouvelle. Comme les neuf autres de la deuxième journée du Décaméron, placée sous le règne de Filomena, elle se consacre à ceux qui, tourmentés par la Fortune, finissent par se tirer d’affaire, au-delà de toute espérance.

  • 2  Édition de référence : Giovanni Rucellai, Il Zibaldone quaresimale, a cura di Alessandro Perosa, L (...)

1Un siècle plus tard, la Fortuna entre dans les préoccupations d’un père de famille, Giovanni Rucellai, qui fait rédiger à l’intention de ses fils le Zibaldone quaresimale2. Aussi, après avoir défini le concept et présenté la célèbre famille florentine, analyserons-nous cette notion essentielle pour l’époque ; ainsi nous découvrirons si, selon Rucellai, elle est toute-puissante ou si l’homme est capable de lutter contre elle.

  • 3  Théa Picquet, La Fortuna dans la comédie du Cinquecento. Antonfrancesco Grazzini, dit « Lasca », d (...)

2Dans les écrits du Moyen Âge et de la Renaissance3, les termes de « hasard », de « Providence » sont souvent remplacés par celui de « Fortuna », notamment à Florence.

  • 4  Christian Bec, Les marchands écrivains à Florence 1375-1434,Paris, Mouton, 1967, chapitre III : «  (...)

3Dès le début du Quattrocento en effet, les Florentins ont des préoccupations plus terrestres que célestes. Une nouvelle conception de la place de l’homme dans le monde apparaît, qui, comme l’a démontré Christian Bec4, s’organise autour des trois termes, « Fortuna », « Ragione » et « Prudenza ».

  • 5  Ibidem, p. 303.
  • 6  Giovanni Rucellai, Il Zibaldone quaresimale, cit., p. 55.

4Dans la mentalité des marchands florentins du XIVe siècle, il s’agit d’abord de la tempête qui menace les navires vénitiens ou génois chargés de marchandises florentines, la « fortuna di mare ». Face aux hasards terribles de la fortune de mer, les Florentins expriment leur impuissance. La Fortuna représente « le type même des contingences imprévisibles qui affectent affaires et existence, en apportant retards, ruine, périls et mort »5. Mais, elle a d’autres facettes : c’est l’ouragan qui détruit les récoltes et fait s’écrouler les demeures, ce sont les tremblements de terre. Dans son Zibaldone6justement, Giovanni Rucellai évoque l’ouragan du 22 août 1456, qu’il a vu de près :

Nel 1456 a dì 22 d’agosto fu una maravigliosa e mirabile fortuna. Et principiò nelle parti di Valdelsa, venendo poi da San Chasciano e da Santa Maria Impruneta al Ponte a Ema, e in piano di Ripoli passò Arno et tirò verso Settingniano. Fecie grandissimi danni di fare chadere chasamenti di cittadini e di contadini et chiese e frutti e alberi, e morirono di molti huomini e bestie. Assomigliavasi più tosto a una forza di bonbarda che a forza di vento, et per molti si dicie ch’ella fu materia di spezie di saetta. E io Giovanni Ruciellai andai personalmente in detti luoghi a vedere, udire e sentire tutte le predette cose, sicchè mi si può prestare piena e intera fede.

  • 7 Ibidem, pp. 55-57.

5Il fait également part d’une lettre que Giannozzo Manetti adresse depuis Naples à la Seigneurie, le 8 décembre 1456, à propos du terrible tremblement de terre qui frappa la cité parthénopéenne et ses environs7 :

… sabato a dì 4 di questo, di notte su 11 ore, essendo il tempo tranquillo, sopravenne uno subito e spaventevole tremuoto, il quale, per la grandezza e per la lunghezza del durare e pe’ grandi danni à fatti in diverse terre e luoghi, à spaventato tutto il paese, che non è uno sì ghagliardo che paia si tengha ritto e che non sia rimaso colla mente spaventato…

  • 8 Ibidem, p. 59.
  • 9 Ibidem.

6Dans deux lettres insérées dans le Zibaldone, le frère de Giovanni, Paolo, lui donne des nouvelles identiques8 et insiste sur la frayeur de la population : « Sonci di poi più persone venute de’ luoghi danneggiati, et raccontano cose da spaventare ongn’uomo che ll’ode »9.

7Redécouvrant les textes des Anciens, les Florentins se représentent la Fortuna comme une divinité toute-puissante, tantôt favorable, tantôt hostile, comme une femme en équilibre instable sur une sphère ou bien dressée à la proue d’un navire, tenant dans ses mains une corne d’abondance ou l’écoute d’une voile. Mais elle symbolise aussi l’inconstance ou le caractère éphémère de la réussite.

  • 10  Divine Comédie, Enfer, VII, 67-96.
  • 11  Lettres familières, XIII, 3, 6.
  • 12  Epistole, VIII, 1,3 ; IX, 15 ; XII, 13 ; Seniles, XVII, 2 ; Familières, V, 10. Nous renvoyons aux (...)
  • 13  Voir la deuxième journée, consacrée aux « casi di fortuna ».
  • 14  Christian Bec, op. cit., p. 313.

8L’Église réagit énergiquement et s’efforce de détruire ce concept païen qu’elle juge trop présent dans les mentalités populaires. Saint Augustin, par exemple, repousse la notion de « Fortune » au nom du libre-arbitre et saint Jérôme estime que le monde est entièrement soumis à Dieu. Les « Trois Couronnes » en donnent cependant une interprétation différente. Si Dante l’exclut de son univers au bénéfice de la Providence et du libre-arbitre10, Pétrarque affiche une double position, dans la mesure où tantôt il l’accepte11, tantôt il lutte contre elle au nom de la Providence et de la volonté humaine12. Boccace a une conception plus originale dans son Decaméron13; il démontre en effet que l’homme peut lutter contre la Fortuna et donc gagner. Lutter contre la Fortune c’est ne pas s’abandonner passivement à elle, mais se battre pour garder le contrôle de la situation. Renoncer à la Providence signifie rejeter une conception tragique de l’univers pour adopter une vision dramatique du monde « entendu comme lutte incessante et héroïque des hommes contre les hasards »14.

  • 15  Alessandra Macinghi Strozzi, Lettere…,cit., p. 187.
  • 16  Christian Bec, op. cit., p. 313.

9Dans cette lutte, aux côtés des deux notions essentielles de « Ragione » et de « Prudenza », il y a la « Virtù » : « E valenti uomini non si lasciano soperchiare alle fortune ; ma quelle vincendo, tanto più crescono in loro perfezione, e agli altri sono salute e consolazione. ». Selon Marco Parenti15, elle est donc la volonté de se mesurer avec la Fortune et de se faire, « par ce duel même, plus parfaitement homme »16. L’homme de la Renaissance peut ainsi déjouer les coups du sort et même se servir des possibilités offertes par le hasard.

  • 17  Théa Picquet, La Fortuna dans la comédie du Cinquecento…, cit., pp. 17-18.

10Pour ce faire, il va s’aider tout d’abord de la « Ragione », qui trouve les remèdes, les solutions pour combattre la Fortune. Elle permet de chercher une ligne cohérente dans le hasard, une logique dans l’imprévisible. Comme j’ai pu le rappeler par ailleurs17, le terme a un triple sens : calcul, justice, sagesse.

11La troisième notion est celle de « Prudenza », qui précise les modalités pratiques de la « Ragione » ; c’est l’art de prévoir, la délibération en fonction de la conjoncture, la volonté de réaliser le choix que l’homme s’est fixé. Cette « Prudence » a pour objectif le succès politique, militaire et commercial. Elle poursuit un seul but, le succès terrestre des hommes : elle tient compte de la Fortuna, mais admet en même temps que le monde obéit à des lois générales. Elle permet ainsi à l’homme de trouver sa place dans le monde en sachant s’adapter aux circonstances, de viser un bonheur individuel et terrestre.

12La famille Rucellai, très en vue à Florence, s’inscrit tout à fait dans la problématique de son époque.

  • 18  Luigi Passerini, Genealogia della famiglia Rucellai, Firenze, Cellini, 1861, p. 1. Voir aussi : Th (...)
  • 19  Giovanni Rucellai, Lo Zibaldone, in Un mercante fiorentino e la sua famiglia nel secolo XV, a cura (...)

13Luigi Passerini en fait la généalogie18 et rappelle que sa richesse provient de la découverte par Alamanno des propriétés colorantes d’un lichen alors inconnu, l’ « orcella » (l’orseille), originaire des Canaries, qui, laissé macérer, produisait une teinte violette. Ses descendants prirent bientôt le nom de « Oricellarii », qui deviendra « Rucellai »19. La richesse s’accompagna bientôt de distinctions politiques et les Rucellai participèrent au gouvernement des siècles durant : la famille compta quatorze gonfaloniers, quatre-vingt-quatre prieurs et cinq sénateurs.

  • 20  Utzima Benzi, Giovanni Rucellai. Marchand, écrivain et mécène de la Renaissance florentine, Mémoir (...)
  • 21  MS Giovanni di Paolo Rucellai, Zibaldone quaresimale, 1400-1474, Firenze, Archivio Rucellai. Giova (...)
  • 22  Théa Picquet, Nature et jardin. Giovanni Rucellai, Le Api, cit.

14Quant à Giovanni Rucellai, né en 1403, il est célèbre pour ses qualités de marchand, d’écrivain et de mécène20. Son Zibaldone quaresimale21 se présente sous la forme de mémoires, d’une chronique florentine, mais aussi d’un traité d’éducation adressé à ses deux fils, qu’il maria fort bien : son fils aîné Pandolfo (1436-1497) épousa Caterina Pitti en 1453 et son fils Bernardo (1448-1514) Lucrezia de’ Medici, plus connnue sous le diminutif de Nannina, sœur de Laurent le Magnifique, en 1466. Bernardo, aristocrate florentin très en vue, fut l’auteur d’œuvres historiques : De urbe Roma, De bello italico, Bello mediolanense, De bello pisano ; mais il promut surtout les rencontres des Orti Oricellari. Le fils de Bernardo, Giovanni (Florence 1475- Rome 1525), qui porte le même prénom que son grand-père, taquina la plume lui aussi en écrivant deux tragédies : Rosmunda en 1514-1515, publiée en 1525, et Oreste (1515-1520), qui s’inspirent du théâtre de Sophocle et d’Euripide, et un poème didascalique très en vogue jusqu’au XVIIIe siècle, Le Api22.

15Le Zibaldone quaresimale est ancré dans la tradition des Ricordi qui fleurit au Trecento et au Quattrocento, notamment à Florence. Les pères de famille notaient ce qui leur paraissait digne de mémoire : les faits de la vie quotidienne comme les événements marquants de leur ville, certains passages de chroniques, certains documents, le fruit de leur réflexion. Giovanni Rucellai a cinquante ans lorsqu’il commence la rédaction du Zibaldone en 1457, alors qu’une épidémie de peste sévit à Florence et que la famille Rucellai se réfugie à San Gimignano. Il profite de cet exil forcé pour écrire. D’ailleurs, la peste de 1450 l’avait conduit à Rome, d’où il avait rapporté la description de la ville éternelle qu’il intégrera dans ce même Zibaldone. L’œuvre n’est pas homogène : elle évolue avec le temps et des retouches continuelles de la part de l’auteur lui-même ; d’autres mains, en modifient également l’aspect originel. Il poursuit l’écriture de ses mémoires pendant vingt-cinq ans, jusqu’à la rédaction de son testament.

16Les souvenirs personnels côtoient les conseils éducatifs, le récit d’événements historiques, de voyages, des extraits de chroniques, des notes sur des auteurs anciens ou contemporains, des copies d’actes officiels, des lettres de parents ou d’amis, des extraits de textes classiques. Cependant, si cet ouvrage semble manquer de cohérence, son objectif est clair et Giovanni Rucellai l’annonce dès les première pages :

  • 23  Giovanni di Paolo Rucellai, édition de référence, p. 2 ; MS Archivio Rucellai, f. 1r. La transcrip (...)

Questo libro fu ordinato et scripto per me, Giovanni di Pagholo di messere Pagolo Rucellai, mercante e cittadino fiorentino, questo anno 1457, nel castello di sancto Giminiano, dove mi truovo colla mia famiglia, fuggito la pestilenza che in detto tempo era nella nostra città di Firenze ; il quale ò principiato per dare notizia et ammaestramento a Pandolfo et a Bernardo miei figluoli di più cose, ch’io credo abbia a essere loro utile ; et fia una insalata di più erbe, come s’intenderà pe’ lettori ; il quale libro si chiama il Zibaldone quaresimale.23

  • 24  Zibaldone, cit., p. 103.
  • 25  Franco Sacchetti, Il libro delle Rime, Bari, Laterza, 1936, p. 161.
  • 26 Zibaldone, cit., p. 161.

17Le titre choisi par Giovanni Rucellai a laissé les critiques dans la perplexité. Nous suivons ici l’hypothèse émise par Alessandro Perosa, pour lequel « zibaldone » signifie : un mets composé d’ingrédients très variés, un mélange confus de choses différentes, un brouillon de notes désordonnées24. Le critique s’appuie en outre sur les recherches de certains de ses collaborateurs qui ont repéré cette occurrence chez Franco Sacchetti, qui appelle « zibaldone » un obscur fatras de paroles qu’il a composé en imaginant le langage des Florentins25. Il la découvre lui-même dans une traduction de l’Invettiva de Cino Rinuccini où le De viris illustribus de Pétrarque est qualifié de « zibaldone di quaresima »26.

  • 27 Ibidem, volume I, pp. 103-112. MS cit., ff. 16r-20v.
  • 28  Zibaldone, édition de référence, pp. 112-114. MS cit., ff. 64r-64v.
  • 29  Zibaldone, édition de référence, pp. 114-116. MS cit., ff. 64v-65r.

18L’objectif de Giovanni est tout d’abord l’éducation de ses deux fils, Bernardo et Pandolfo. Son œuvre est une sorte de lecture édifiante proposée aux enfants pour qu’ils apprennent à affronter les difficultés de l’existence. C’est dans ce contexte que, dans différentes parties de son oeuvre, Giovanni Rucellai analyse le concept de « Fortuna ». Il s’agit des chapitres suivants : « Cos’è fortuna »27, « Opera di Ser Giovanni di Messer Nello da San Gimignano »28, « Pistola di Marsilio Ficino a Giovanni Rucellai viro clarissimo »29.

19Dans le premier chapitre cité, le père de famille pose le problème en s’adressant directement à ses fils :

Io m’achordo, Pandolfo et Bernardo, che sia utilissima materia di darvi a intendere che cosa è fortuna et che cosa è caso ; e appresso, inteso che è fortuna et che è caso, che voi intendiate se e il senno e la prudenza e il buon ghoverno dell’uomo può resistere a’ casi della fortuna o non in tutto o in parte. E perché gli oppenioni sono variati, vi farò qui di sotto nota di detti filosofi et altri autori, separati l’uno dall’altro quelli che ànno tenuto una oppenione et quelli n’anno tenuta un’altra. E come vedrete e’ più s’accordano che fortuna niente sia se none in nome, e compenderete che il buono ghoverno e il senno e la prudenza giova molto a ogni caso averso et tengono stretti et legati i casi fortuiti, per modo che pocho o niente possono nuocere e il più delle volte il savio si difende da lloro.

20S’adressant directement à ses fils, Pandolfo âgé à ce moment-là de vingt et un ans et Bernardo de neuf ans, Giovanni déclare manifestement son intention de leur faire comprendre ce qu’est la Fortuna et de voir si l’homme est en mesure de lui résister, en tout ou en partie. Il annonce le plan de son exposé et, vu que les écrivains et les philosophes affichent des avis très variés, il envisagera séparément les opinions divergentes.

  • 30  Zibaldone, édition de référence, p. 139. Cette lettre, indépendante du Zibaldone, a été ajoutée en (...)
  • 31  Florence, sans nom de l’éditeur, 1862, p. 450.
  • 32  Altercatio Hadriani et Epicteti philosophi, Urbana, édition L. W. Daly-W. Suchier, 1939.

21Le second document consulté est la lettre adressée à Giovanni Rucellai par Giovanni di Messer Nello da San Gimignano. Ce dernier était le fils du célèbre juriste Nello Martini ; lui-même était notaire, professeur de latin et poète30. Deux de ses lettres, adressées en 1448 à Pierre de Médicis sont conservées aux Archives de Florence. Et une « canzone morale » se trouve dans l’ouvrage de Carducci intitulé : Rime di M. Cino da Pistoia e d’altri del secolo XIV31. Rucellai a probablement rencontré Martini en 1457, lors de son exil forcé à San Gimignano, lorsqu’il fuyait la peste qui s’abattait sur Florence. Il pensait mettre à profit son séjour à la campagne pour se consacrer à l’écriture et, pendant qu’il regroupait les documents nécessaires, il tomba sur un passage de l’Altercatio Hadriani et Epicteti philosophi32qu’il ne comprenait pas parce qu’écrit en latin. Rucellai s’adressa alors à Martini. Giovanni conserva la lettre de son ami et, plus tard, en 1464, lorsqu’il reprit le Zibaldone, il l’intégra dans un nouveau chapitre, avec celle de Marsile Ficin sur la Fortuna, qui lui était parvenue entre temps.

  • 33  Ibidem, volume I, pp. 114-116.
  • 34  Zibaldone, cit., p. 176, note 42.

22Le troisième document est justement la lettre de Marsile Ficin33. Comme la précédente, elle ne porte pas de mention de date. Cependant, il a été établi qu’elle fut transcrite dans le Zibaldone en 1464 et l’on estime qu’elle fut écrite sans doute entre 1460 et 146234.

23Dans le corpus que nous avons choisi d’analyser, Giovanni Rucellai développe les différentes positions relatives à la conception de la Fortuna.

  • 35  Ibidem, p. 104.
  • 36  Zibaldone, édition de référence, p. 104. Épictète, Altercatio Hadriani et Epicteti philosophi.
  • 37  Zibaldone, édition de référence, p. 103. Boèce, De la consolation de la philosophie, 5, 1.
  • 38  Zibaldone, édition de référence, p. 104.
  • 39 Ibidem.
  • 40 Ibidem, p. 104.

24Il tente tout d’abord d’en proposer une définition, en s’appuyant en premier lieu sur les écrits des auteurs anciens. Il cite ainsi Aristote35 à deux reprises : un passage de l’Éthique à Eudème (VII, 14), où la Fortune est considérée d’une nature impétueuse provenant de Dieu, sans raison ni prévision humaine, comme un événement subit et inopiné, dont l’homme ne comprend pas les raisons. Aristote la compare encore aux ténèbres, à la mort, au péché, qui ne sont pas autre chose que privation de lumière, privation de vie et privation de la grâce de Dieu. Le court extrait de laPhysique (II, 6) propose l’anecdote du paysan qui trouve un trésor en labourant son champ. Pour le philosophe grec, il n’y a en fait que des coïncidences. En effet, celui qui a caché le trésor ne pensait pas qu’un autre homme le trouverait et le paysan chanceux n’aurait pas trouvé le trésor si personne ne l’avait caché là. Pour Épictète, poursuit Rucellai, la Fortune est un terme sans jugement qu’il explique de la sorte : l’être humain ne sait pas quand les événements surviennent, la joie que procure la Fortuna est caduque et la misère tout autant36. Boèce pense quant à lui que toute chose est due à la divine Providence, mais comme les hommes la mentionnent souvent il en déduit que le terme recouvre les changements relatifs à leurs biens37. Giovanni rapporte également la pensée d’« un altro filosofo », sans précision supplémentaire, qui soutient que la Fortune n’est rien d’autre que le jugement d’un être supérieur. Selon les théologiens, elle n’est que fictions et mensonges imaginées par les païens : « Tutti e’ teologi tengono questa oppinione, che fortuna e caso niente sia se none in nome, riputando che l’uno et l’autro sieno fittioni e bugie da’ pagani immaginate »38. Des Trois Couronnes, Rucellai ne cite que Pétrarque et une de ses Lettres familières (XXII, 13, 7)39, où le prince des poètes déclare que la Fortune n’est rien « se non il suo innudo nome ». Un autre sage anonyme corrobore cette opinion40.

25Giovanni Rucellai se contente de faire connaître à ses fils les opinions des écrivains et des philosophes sans jamais donner la sienne. Le même souci d’objectivité et de clarté se retrouve dans la démonstration qui suit puisqu’il va procéder d’abord en citant les opinions des écrivains et des philosophes persuadés qu’on ne peut résister à la Fortuna et qu’il rapportera ensuite les opinions contraires :

  • 41 Ibidem, p. 105.

Farò ricordo qui appresso di più autori che ànno oppenioni che contra a’ casi della fortuna non si possa resistere, e poi appresso seguiterò detti d’altri autori c’ànno l’oppenione in contrario, et prima farò mentione d’uno detto di Dante che dice così…41

26Rucellai développe donc en un premier temps la thèse de la toute-puissance de la Fortuna.

  • 42  Ibidem, pp. 106-107.
  • 43  Salluste, Conjuration de Catilina, 8, 1.
  • 44  Sénèque, Lettres à Lucilius, 71, 13.
  • 45  Épictète, Altercatio Hadriani et Epicteti philosophi, cit.

27Il s’appuie tout d’abord sur l’écriture des Anciens42. Il cite Salluste et la Conjuration de Catilina qui, dans son intention de montrer la ruine progressive du régime aristocratique après la défaite des Gracques, déclare que la Fortuna « in ogni caso signoreggia »43 et qu’elle tourne sa roue au gré de sa volonté, sans regarder personne. Puis il se réfère aux Lettres à Lucilius44 de Sénèque, où il est dit que la Fortuna se doit d’être très puissante car l’homme mène sa vie sans la conduite de la raison. Il ajoute que la Fortuna trouve toujours une nouvelle occasion de gâcher ce que l’homme a mis longtemps à mettre sur pied, qu’elle se contente de manifester sa puissance par des dangers imprévisibles, qu’elle est injuste et récompense les mauvais alors qu’elle punit les bons. Contre elle, il est inutile d’être armé dans la mesure où aucune force n’est capable de la contrer. En bref, il n’y a pas de chose élevée qu’elle n’abatte et la chute en est d’autant plus douloureuse. Épictète, interrogé par l’empereur Hadrien sur le nombre de Fortunes, répondit qu’elles étaient trois : une, folle, qui accorde ses bienfaits très vite et qui les retire tout aussi vite ; une autre, sourde, qui n’entend pas les prières des malheureux ; une, aveugle, enfin, qui frappe à l’aveuglette45.

28Cependant, Giovanni Rucellai choisit son argumentation également chez des écrivains plus proches de son époque. Ainsi, dans le quatrième cercle de l’Enfer, à la vue des Avares et des Prodigues, qui divisés en deux groupes distincts, sous l’œil de Pluton, dieu de la richesse, roulent d’énormes rochers et, lorsqu’ils se rencontrent, se reprochent mutuellement leur péché, Dante demande à Virgile, son guide, ce qu’est la Fortuna (Divine Comédie, Enfer VII, 67-96). Et le poète latin de répondre qu’il s’agit d’une intelligence céleste, ordonnée par Dieu pour gouverner les biens terrestres et pour les attribuer tantôt aux uns tantôt aux autres, sans se soucier des accusations que les hommes mécontents lui lancent. Toutefois, ces biens n’appartiennent pas à la Fortuna, qui les distribue selon la volonté de Dieu :

  • 46  Zibaldone, édition de référence, p. 105.

    Colui lo cui saver tutto trascende,
fece li cieli e diè lor chi conduce
sì, ch’ongni parte ad ogni parte spende,
   distribuendo egualmente la luce :
similmente alli sprendor mondani
ordinò general ministro e duce
   che promutasse a tenpo li ben vani
di gente in gente e d’uno in altro sangue,
oltr’alla difension de’ senni humani…46

29L’homme ne peut donc rien contre la Fortuna. Fazio degli Uberti, que Rucellai cite encore, se rapproche de la pensée de Dante, dans son poème allégorique, Dittamondo, où il déclare que le ciel agit selon sa volonté, qu’il élève et rabaisse les gens : `

  • 47  Ibidem, p. 106. Cf. Fazio degli Uberti, Dittamondo, I, 19, Bari, Corsi, 1952, p. 55.

    Ben può veder qual nel mie dir si specchia
che, quando piace al ciel che alcun sormonti,
ogn’argomento al salir gli aparechia ;
   e quando vuol che giù trabocchi e smonti,
gli truova tant’ingegni da cadere,
che nulla par che a suo difesa monti.47

  • 48  Zibaldone, édition de référence, pp. 106-107. Cf. La poesia popolare di Antonio Pucci, Bologne, sa (...)

30Giovanni retranscrit encore un poème sans en indiquer l’auteur, mais, selon certains critiques, il pourrait être attribué à Antonio Pucci48 :

    Io son fortuna che re e imperadori,
duchi e marchesi in questo mondo ò fatti,
e ta’ di signoria ò già disfatti,
che son vivuti poi di lor sudori.
   Non val chieder merzè nè farmi adori,
nè per denari già non muto patti,
ma come io voglio, stati piani e ratti
i’ vo donando a’ piccoli e a’ maggiori.
   Però si guardi chi di sopra siede
sopra mie rota chè gli ò fatti ricchi,
che non gli venga caduto da piede.
   Facci se può che tosto la conficchi
qualunque è que’ che signoria possiede,
od e’ s’attenga sì che non si spicchi ;
   e giammai non s’inpicchi
qualunque è que’ che perde suo thesoro,
però ch’il presto ma nol dono loro.

31Il apparaît ainsi que la Fortuna, personnifiée, règne sur les têtes couronnées, qu’il est inutile de l’implorer puisqu’elle est insensible et ne change pas d’avis. Elle ne donne rien, mais ne fait que prêter. Que celui qui est assis sur sa roue prenne garde de ne pas tomber !

32Bref, sans jamais donner son opinion, Giovanni a cité les écrivains et les philosophes persuadés de la toute-puissance de la Fortune. Il adopte la même démarche pour démontrer que l’homme peut résister aux coups du sort et reprend, à sa façon, les trois concepts de « Ragione », « Prudenza » et « Virtù ».

33Il se repose, en premier lieu, sur le poème allégorique didactique de Cecco d’Ascoli, L’Acerba, une antithèse à la Divine Comédie où Francesco Stabili attaque Dante à propos justement de sa conception de la Fortune :

  • 49  Zibaldone, édition de référence, pp. 107-109. Cecco d’Ascoli : de son vrai nom Francesco Stabili ( (...)

    In ciò peccasti, fiorentin poeta,
ponendo che gli ben della fortuna
necessitati sieno co llor meta.
Non è fortuna che ragion non vencha.
Or pensa, Dante, se pruova nessuna
Se può più fare che questa convencha.49

34Pour Cecco, la raison est victorieuse de la Fortuna, l’âme est douée de volonté et de libre-arbitre et peut donc s’opposer à elle. La métaphore de l’arbre fruitier est claire : la nature a créé l’arbre, mais si le paysan veut des fruits de bonne qualité, c’est à lui de travailler la terre :

    Fortuna per ragione s’augumenta,
e più felici se fanno li effecti
quando ‘l voler natura argomenta.
Nasce omne pianta per natural moto :
non coltivando mai, frutti perfecti
non fa nel tempo. Ciò se mostra noto.

35Il ajoute que l’effort et la vertu portent l’homme au bonheur et qu’au contraire celui qui attend tout de la Fortuna ne récolte que paresse et pauvreté. Il va même jusqu’à affirmer que si la Fortune réussit à soumettre l’âme, c’est que Dieu est injuste et qu’il n’a créé l’homme que pour le faire souffrir :

    Or se fortuna l’alma così spoglia,
già saria Idio iniusto schoverto,
se per altro non poter mi mena a doglia
Le passage se termine avec la victoire de la raison sur la Fortune :
   Contr’a fortuna omne hom può valere,
seguendo la ragion nel suo vedere.

36Pour étayer cette thèse, Rucellai cite également Aristote et lui prête les sentences suivantes : fou est celui qui croit que la Fortune porte le bien ou le mal ; en faisant bonne garde l’homme résiste à la Fortune ; le sage domine les étoiles : « ‘l savio signoreggia le stelle » ; sage est celui qui domine la Fortuna avec la raison et avec la vertu : 

  • 50  Zibaldone, édition de référence, p. 109. Certains passages d’Aristote n’ont pu être identifiés.

    Onde virtù e senno si raguna,
Pocho o niente può nuocere fortuna.50

  • 51  Zibaldone, édition de référence, p. 111. Cette sentence n’a pas été répertoriée.
  • 52  Sénèque, Lettre à Lucilius, 91, 5.

37Giovanni rappelle par ailleurs le chapitre De bona fortuna de l’Éthique (VII, 14), où le philosophe grec déclare : « Dove è assai intellecto è pocha fortuna, et dove è pocho intellecto è assai fortuna ». Boèce est également pris à témoin et aurait écrit que la sagesse vaut toutes les richesses51. Enfin, Giovanni Rucellai en appelle à Pétrarque, mais Alessandro Perosa note qu’il s’agit en fait d’une citation de Sénèque52. La Fortuna y est mise en cause : ennemie des riches, espoir des pauvres, elle fait peur à l’homme qui œuvre pour sa propre sécurité, elle transforme le calme en tempête, métaphore maritime topique : « La gran tranquillità e pace, che di state è nel mare, si muta in subita tempestosa fortuna, più orribile e maggiore che di verno ». Cela dit, elle ne peut rien contre le sage parce que celui-ci se gouverne avec la raison et avec la mesure : « Fortuna non à alcun potere contra coloro che son savi compiutamente, perché il savio si ghoverna con ragione e con misura. »

38Comme chez tous les humanistes, la raison-sagesse s’accompagne de la prudence, c’est-à-dire de l’art de prévoir.

  • 53  Ce passage n’a pas été répertorié.
  • 54  Lettre à Lucilius, 74, 18-19 et Dialogues, I, 26.

39Citant Boèce53 et Sénèque54, Giovanni conseille la prudence : c’est elle qui donne à l’homme la mesure et la tempérance. Le sage doit prévoir les événements :

Boezio disse ch’egli è grande vergogna d’uno savio huomo dire de’ casi sinistri che gli avengono ‘questo non avevo io pensato che potesse avenire’ perché ‘savio non dubita ma aspetta, et non sospira ma guardasi.

  • 55  Zibaldone, édition de référence, p. 112.

40S’il les prévoit quand tout va bien, ils lui nuiront moins et il souffrira moins55.

41La troisième notion pour combattre la Fortuna est la Virtù, entendue comme la volonté de se battre, d’entamer un duel contre celle-là.

  • 56  Lettre à Lucilius, 13, 11.
  • 57  Zibaldone, édition de référence, p. 112.Sénèque, Dialogues, I, 26.
  • 58  Lettre à Lucilius, 44, 5.
  • 59  Zibaldone, édition de référence, p. 109.
  • 60  Ibidem, pp. 110-111. D’après Alessandro Perosa, Rucellai aurait utilisé une réélaboration populair (...)

42Sénèque affirme que la bonne comme la mauvaise fortune sont « sans fermeté »56, elles varient. L’homme peut donc réagir, notamment en s’endurcissant : « Disse Seneca che felicità non malmenata non sostiene nullo colpo, ma dove continuamente con sue angosce à combattuto, per ingiurie ha facto callo e a nullo male piegha »57. La Virtù a également le pouvoir non pas d’éliminer la Fortuna, mais de la tenir bridée58, de la dépasser et de s’opposer à elle : « L’animo è quelle cosa che fa l’uomo gentile, il quale, di che conditione e’ si sia, può inalzarsi e soprastare a fortuna »59. Et Giovanni développe l’anecdote citée par Lucain (Pharsale) et réélaborée par la tradition orale, à propos de la rébellion des soldats de César à deux moments de ses conquêtes : César vient de terminer la campagne d’Espagne et s’apprête à se diriger sur Brindisi, où s’est réfugié Pompée. Les soldats sont fatigués, mal payés et incertains sur l’imminente guerre fratricide. Ils menacent de déposer les armes. En un deuxième temps, César harangue ses soldats avant la bataille de Philippes. Rucellai insiste sur le fait que le Consul déclare à ses troupes que les dieux et la fortune lui sont favorables : «… molto aveva in boccha che gli dii e la fortuna erano dal suo e erangli favorevoli… ». Mais les officiers se sentent offensés et disent à César leur décision de se retirer à la prochaine bataille et de laisser faire les dieux et la fortune. César prend alors l’avis des sages qu’il emmène toujours avec lui sur le champ de bataille. Ceux-ci lui répondent que la fortune est un vain mot et qu’il ne doit sa prospérité qu’à la valeur de ses officiers et à son bon gouvernement60.

  • 61  Ibidem, p. 111.
  • 62  Cf. La Sfera, II, 35, in Libri quattro di ottava rima scritti nel secolo XIV da Leonardo Dati… ovv (...)
  • 63  Lettre à Lucilius, 8, 3-4.
  • 64  Référence non répertoriée.
  • 65  Lettre à Lucilius, 51, 9.

43Pour combattre la Fortuna, Rucellai conseille également de prendre du recul61. Pour ce faire, il retranscrit, sans en préciser l’auteur, une octave qui est en fait un extrait de La Sfera de Gregorio Dati62, œuvre largement diffusée au XVe siècle. Il y est écrit que l’homme acquiert ses biens à la sueur de son front, les possède avec crainte et les perd dans la douleur. Sénèque va dans le même sens et note que les bienfaits de la fortune ne sont que des pièges (« agguati ») qui trompent les hommes et les asservissent (les rendent « ingannati », « suggetti e servi » ). C’est une aventure fallacieuse dont l’épilogue n’est autre que la chute63. Épicure est également rappelé par Giovanni, dans la mesure où le philosophe grec conseille de ne pas tenir compte des bienfaits de la fortune, parce qu’elle donne et reprend selon sa fantaisie64. Enfin, encore, à travers Sénèque, mais cette fois sans le citer, Rucellai rappelle que l’homme est libre65 et il propose sa définition de la liberté :

Noi abbiamo proposto d’aquistare libertade, per la quale noi ci afatichiamo, per lo suo guiderdone. Se tu non sai che cosa è libertade, io il ti dico : Non servire a niuna cosa, a neuna necessità, a niuno avenimento, e combattere francamente contro a fortuna… Perché lle starò io suggietto, con ciò sia cosa ch’io abbi la cosa in mia balia ?

  • 66  Salluste, Jugurtha, 1, 5. Zibaldone, édition de référence, p. 112.
  • 67  De Natura, I, 29.

44L’homme est donc sujet et non objet et il peut se battre contre la Fortuna. Dans ce combat, la « diligence » et la « connaissance » constituent des atouts indéniables. En effet, avec Salluste, Rucellai affirme que si l’homme s’employait autant que pour les plaisirs et les divertissements, il dominerait la fortune66. Avec Cicéron, il fait l’éloge de la connaissance puisque, selon lui, c’est l’ignorance des causes qui a pris le nom de nature et de fortune67.

45Ainsi, Giovanni démontre que l’homme est capable de combattre la Fortuna. Pourtant, dans les deux autres documents que nous avons analysés, sa pensée est plus circonstanciée.

  • 68  Zibaldone, édition de référence, pp. 112-113.
  • 69 Ibidem, p. 113.

46En effet, la lettre de Giovanni Martini da San Gimignano révèle une conception de l’homme bien moins optimiste. Fou est celui qui peut juger de la Fortuna car l’homme ne peut voir que les choses et les personnes humaines, dit Martini. Prudemment, il fait exception de la foi et des mystères de l’Église : « salvo la fede nostra e ‘ misterii della Chiesa, chè contra d’essi niente dico »68. Il propose bien sa définition de la Fortuna – « Io dico che ongni chosa che ci aviene non sperato et non temuto quello essere fortuna. »69 – mais laisse le lecteur, Giovanni Rucellai précisément, se faire sa propre opinion et se tient à sa disposition pour des explications ultérieures :

  • 70 Ibidem, pp. 113-116.

Hora, lectore, piglia ciò che vuoi… Et se a te paresse che io avessi detto brieve et confuso… per honore della chasa vostra e d’ogni vostra voluntà sarò in eloquio con voi : faremo conclusione sopra di queste et d’altre chose più maggiore, se più si trovassino.70

  • 71 Ibidem, pp. 114-116.
  • 72  Il s’agit de l’Epistola de gubernatione rei familiaris ad Raymundum. Cf. Anecdota litteraria e mss (...)
  • 73  Zibaldone, édition de référence, p. 110.
  • 74  Évangile selon saint Jean, 19, 11. Zibaldone, édition de référence, p. 115.

47Dans la lettre adressée à son ami Giovanni Rucellai71, Marsile Ficin déclare que la puissance de la Fortuna dépend des classes sociales et il oppose « la confusa vita del misero volgo », les « stolti » aux pairs de Giovanni Rucellai « a’ quali la prudentia è regola ». Les premiers ne peuvent résister à la Fortuna, car ils ne prévoient pas les événements et, s’ils le font, ils ne réussissent pas à y porter remède. Les seconds, au contraire, ont la prudence pour règle de vie ; ils prévoient les événements et se mettent à l’abri le moment voulu. Il en arrive à cette première conclusion : « … a’colpi fortuiti non resiste l’uomo né la natura humana, ma l’uomo prudente et l’humana prudentia ». Marsile Ficin rejoint ici saint Bernard, que Giovanni avait cité auparavant. Rucellai inclut d’ailleurs dans son Zibaldone une lettre qui était attribuée au moine cistercien et jouissait d’une diffusion considérable au Moyen Âge et à l’époque humaniste, que ce soit en latin ou en langue vulgaire72. Saint Bernard oppose les « sciocchi » aux « savi » : les premiers accusent la Fortuna de tous les maux alors que les seconds ont conscience de leur propre responsabilité. Pour illustrer son propos, utilisant la métaphore des instruments de musique, il déclare que tout homme possède un instrument différent, mais qu’il lui appartient d’apprendre à jouer juste73. Pour Ficin donc, l’homme prudent a le pouvoir de s’opposer à la Fortuna, mais avec la glose suivante, qui calque la réponse que fit le Christ à Ponce Pilate : « tu n’aurais aucun pouvoir sur moi s’il ne t’était donné d’en haut »74. Pour finir, en se fondant sur Platon, qu’il qualifie de « prince des philosophes », Marsile propose pourtant une conclusion tripartite : c’est bien de lutter contre la fortune avec les armes de la prudence, de la patience et de la magnanimité, dit-il ; mais il vaut mieux se retirer du combat et fuir une telle guerre dont peu ressortent vainqueurs et, s’ils le sont, c’est au prix d’un effort considérable et d’une « sueur extrême » ; la solution optimale est cependant de faire la paix avec la Fortuna, de signer une trêve en faisant coïncider notre volonté avec la sienne :

  • 75 Ibidem, p. 116.

… finiremo la pistola in questa morale sententia : che buono è combattere colla fortuna coll’arme della prudentia, pazientia e magannimità ; meglio è ritrarsi et fuggire di tal guerra…, optimo è fare co llei o pace o triegua, conformando la voluntà nostra colla sua e andare volentieri dov’ella acenna, acciò ch’ella per forza non tiri.75

48Mais tout ceci n’est possible que si l’homme est doté de ces trois qualités : puissance, sagesse, volonté. Notons que le dernier mot de la lettre est justement « volonté ».

49Si Giovanni ne termine pas avec des conseils précis, s’il laisse ses fils Pandolfo et Bernardo libres de leur choix, le volume des pages attribués à la lutte contre la Fortuna est pratiquement le double de celui réservé à la toute-puissance de la Fortuna. En outre, avec la lettre de Marsile Ficin, il fait remarquer que la famille Rucellai sort du lot et qu’elle fait justement partie des sages capables de lutter contre elle.

50L’éducation de ses fils est une préoccupation majeure pour Giovanni qui, dans le chapitre intitulé « Utile ammaestramento del padre verso e’ suoi figliuoli », écrit :

Io sentì dire una volta da un savio
huomo, che uno padre debba mettere
ogni ingegno et diligentia che il figluolo,
per insino nell’età d’anni diciotto, gli sia
ubidiente e riverente. E dipoi, da anni
diciotto per insino in anni trenta, debba
volere il padre che il figluolo gli sia come
fratello e così trattarlo in qualunque cosa
e consigliarsi con lui delle faccende.
E da anni trenta in sù, perché ragionevolmente
Il padre sia vechio, debba volere
Diventare figluolo, e che il figluolo sia

  • 76  MS cit. f. 36r. Ce poème n’a pas été publié dans l’édition de Perosa. Voir aussi : Utzima Benzi, o (...)

In luogo di padre, e abbi il governo del
Tutto e il padre si riposi e diesi pocha brigha.76

  • 77  Zibaldone, édition de référence, chapitre « L’educazione dei figli », pp. 13-15.

51Giovanni, père de famille, fait preuve d’une grande modernité dans l’éducation qu’il donne à ses fils, comme l’illustrent encore les conseils relatifs au nouveau-né, au choix du métier, à l’attitude à avoir envers les amis77. Il se rapproche en cela d’un autre humaniste et architecte célèbre, qui conçut justement le projet du Palais Rucellai, Leon Battista Alberti et ses Libri della famiglia, adressés aux jeunes Alberti.

Haut de page

Notes

1  Boccace, Décaméron, Paris, Livre de poche, 1994, II, 3, p. 122.

2  Édition de référence : Giovanni Rucellai, Il Zibaldone quaresimale, a cura di Alessandro Perosa, London, Wartburg Institute, 1960.

3  Théa Picquet, La Fortuna dans la comédie du Cinquecento. Antonfrancesco Grazzini, dit « Lasca », dans Hasard, Destin et Providence au théâtre, « Théâtres du Monde », Université d’Avignon, n°15, 2005, pp. 15-25.

4  Christian Bec, Les marchands écrivains à Florence 1375-1434,Paris, Mouton, 1967, chapitre III : « Affaires et place de l’homme dans le monde, Fortuna, Ragione, Prudenza », pp. 301-357.

5  Ibidem, p. 303.

6  Giovanni Rucellai, Il Zibaldone quaresimale, cit., p. 55.

7 Ibidem, pp. 55-57.

8 Ibidem, p. 59.

9 Ibidem.

10  Divine Comédie, Enfer, VII, 67-96.

11  Lettres familières, XIII, 3, 6.

12  Epistole, VIII, 1,3 ; IX, 15 ; XII, 13 ; Seniles, XVII, 2 ; Familières, V, 10. Nous renvoyons aux Actes du Colloque International « Petrarca, l’Umanesimo e la civiltà europea », Florence 5-10 décembre 2004, organisé par le Comité National du VII centenaire de la naissance de Francesco Petrarca, actuellement sous presse.

13  Voir la deuxième journée, consacrée aux « casi di fortuna ».

14  Christian Bec, op. cit., p. 313.

15  Alessandra Macinghi Strozzi, Lettere…,cit., p. 187.

16  Christian Bec, op. cit., p. 313.

17  Théa Picquet, La Fortuna dans la comédie du Cinquecento…, cit., pp. 17-18.

18  Luigi Passerini, Genealogia della famiglia Rucellai, Firenze, Cellini, 1861, p. 1. Voir aussi : Théa Picquet, Nature et jardin. Giovanni Rucellai, Le Api , dans « Italies » n° 8, Aix-en-Provence, Publications de l’Univer-sité, 2004, pp. 151-168.

19  Giovanni Rucellai, Lo Zibaldone, in Un mercante fiorentino e la sua famiglia nel secolo XV, a cura di Giovanni Marcotti, Firenze, Barbèra, 1881, p. 54.

20  Utzima Benzi, Giovanni Rucellai. Marchand, écrivain et mécène de la Renaissance florentine, Mémoire de DEA en Études Romanes sous la direction de Théa Picquet, Aix-en-Provence, Université de Provence, octobre 2004.

21  MS Giovanni di Paolo Rucellai, Zibaldone quaresimale, 1400-1474, Firenze, Archivio Rucellai. Giovanni Temple Leader, Autografo tolto dallo Zibaldone di G. Rucellai fiorentino e pubblicato per cura di G.T.L. in occasione delle nozze della sig. Cleofe de’ Leoni col sig. Conte Girolamo Arnaldi, Firenze, Compalmi, 1872.

22  Théa Picquet, Nature et jardin. Giovanni Rucellai, Le Api, cit.

23  Giovanni di Paolo Rucellai, édition de référence, p. 2 ; MS Archivio Rucellai, f. 1r. La transcription respecte l’orthographe du manuscrit.

24  Zibaldone, cit., p. 103.

25  Franco Sacchetti, Il libro delle Rime, Bari, Laterza, 1936, p. 161.

26 Zibaldone, cit., p. 161.

27 Ibidem, volume I, pp. 103-112. MS cit., ff. 16r-20v.

28  Zibaldone, édition de référence, pp. 112-114. MS cit., ff. 64r-64v.

29  Zibaldone, édition de référence, pp. 114-116. MS cit., ff. 64v-65r.

30  Zibaldone, édition de référence, p. 139. Cette lettre, indépendante du Zibaldone, a été ajoutée en annexe par Perosa.

31  Florence, sans nom de l’éditeur, 1862, p. 450.

32  Altercatio Hadriani et Epicteti philosophi, Urbana, édition L. W. Daly-W. Suchier, 1939.

33  Ibidem, volume I, pp. 114-116.

34  Zibaldone, cit., p. 176, note 42.

35  Ibidem, p. 104.

36  Zibaldone, édition de référence, p. 104. Épictète, Altercatio Hadriani et Epicteti philosophi.

37  Zibaldone, édition de référence, p. 103. Boèce, De la consolation de la philosophie, 5, 1.

38  Zibaldone, édition de référence, p. 104.

39 Ibidem.

40 Ibidem, p. 104.

41 Ibidem, p. 105.

42  Ibidem, pp. 106-107.

43  Salluste, Conjuration de Catilina, 8, 1.

44  Sénèque, Lettres à Lucilius, 71, 13.

45  Épictète, Altercatio Hadriani et Epicteti philosophi, cit.

46  Zibaldone, édition de référence, p. 105.

47  Ibidem, p. 106. Cf. Fazio degli Uberti, Dittamondo, I, 19, Bari, Corsi, 1952, p. 55.

48  Zibaldone, édition de référence, pp. 106-107. Cf. La poesia popolare di Antonio Pucci, Bologne, sans nom de l’éditeur, 1909, p. 125.

49  Zibaldone, édition de référence, pp. 107-109. Cecco d’Ascoli : de son vrai nom Francesco Stabili (Ascoli, 1269-Florence, 1327), astrologue et écrivain, condamné pour hérésie et sorcellerie par l’Inquisition et brûlé vif. L’Acerba : poème encyclopédique qui regroupe les connaissances relatives à tous les éléments doctrinaux du monde médiéval : les ciels et leur influence, l’âme, les vertus, les propriétés des pierres et des animaux, ainsi que les questions touchant à certains phénomènes psychologiques et naturels. L’auteur cherche à opposer sa quête de la vérité à celle de Dante. Le titre peut être interprété de trois façons différentes : il pourrait venir de « acerbità », âpreté, de « acervo », amas de sciences, ou de « cerva », biche, symbole de l’intelligence et de la sagesse. Pour la citation, cf. L’Acerba, Ascoli, sans nom d’éditeur, 1927, II, 1, 707-767.

50  Zibaldone, édition de référence, p. 109. Certains passages d’Aristote n’ont pu être identifiés.

51  Zibaldone, édition de référence, p. 111. Cette sentence n’a pas été répertoriée.

52  Sénèque, Lettre à Lucilius, 91, 5.

53  Ce passage n’a pas été répertorié.

54  Lettre à Lucilius, 74, 18-19 et Dialogues, I, 26.

55  Zibaldone, édition de référence, p. 112.

56  Lettre à Lucilius, 13, 11.

57  Zibaldone, édition de référence, p. 112.Sénèque, Dialogues, I, 26.

58  Lettre à Lucilius, 44, 5.

59  Zibaldone, édition de référence, p. 109.

60  Ibidem, pp. 110-111. D’après Alessandro Perosa, Rucellai aurait utilisé une réélaboration populaire de l’anecdote en question. Voir Zibaldone, édition de référence, p. 174, note 30.

61  Ibidem, p. 111.

62  Cf. La Sfera, II, 35, in Libri quattro di ottava rima scritti nel secolo XIV da Leonardo Dati… ovvero Gregorio Dati, Rome, sans nom de l’éditeur, 1863, p. 12.

63  Lettre à Lucilius, 8, 3-4.

64  Référence non répertoriée.

65  Lettre à Lucilius, 51, 9.

66  Salluste, Jugurtha, 1, 5. Zibaldone, édition de référence, p. 112.

67  De Natura, I, 29.

68  Zibaldone, édition de référence, pp. 112-113.

69 Ibidem, p. 113.

70 Ibidem, pp. 113-116.

71 Ibidem, pp. 114-116.

72  Il s’agit de l’Epistola de gubernatione rei familiaris ad Raymundum. Cf. Anecdota litteraria e mss. Codicibus eruta, IV, Rome, sans nom de l’éditeur, 1783, p. 229.

73  Zibaldone, édition de référence, p. 110.

74  Évangile selon saint Jean, 19, 11. Zibaldone, édition de référence, p. 115.

75 Ibidem, p. 116.

76  MS cit. f. 36r. Ce poème n’a pas été publié dans l’édition de Perosa. Voir aussi : Utzima Benzi, op. cit., pp. 256-257.

77  Zibaldone, édition de référence, chapitre « L’educazione dei figli », pp. 13-15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°9, Figures et jeux du hasard, 2005

Référence électronique

Théa Picquet, « La Fortuna. Giovanni Rucellai, Zibaldone quaresimale », Italies [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 04 octobre 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/445 ; DOI : 10.4000/italies.445

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org