Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ulla Musarra Schrøder, Italo Calvino tra i cinque sensi

Firenze, Franco Cesati Editore, 2010, 246 p.
Ilaria Splendorini
p. 625-627
Référence(s) :

Ulla Musarra Schrøder, Italo Calvino tra i cinque sensi, Firenze, Franco Cesati Editore, 2010, 246 p.

Texte intégral

1Cet essai passionnant, dont on ne peut que conseiller la lecture, se propose d’explorer les différents champs sensoriels présents dans l’œuvre d’Italo Calvino ainsi que les modalités spécifiquement sensorielles de sa quête cognitive : des modalités qui, bien que privilégiant la vue, s’étendent également aux autres sens et amorcent, dans les derniers écrits de l’auteur, une évolution vers une poétique des cinq sens.

2Dans l’écriture de Calvino l’image visuelle occupe une place de premier plan, comme en témoignent les métaphores topologiques du labyrinthe, de la carte et du réseau, et bon nombre de ses personnages sont des observateurs attentifs et méticuleux du monde qui les entoure, car regarder équivaut à être dans le monde. L’œil est non seulement un prolongement du cerveau, un organe sensoriel cognitif, mais il “écrit” le monde : l’écriture devient alors recherche d’un équivalent verbal de l’image visuelle, une image qui est avant tout mentale pour Calvino. Mais, comme le souligne à juste titre Ulla Musarra Schrøder, les perceptions sensorielles liées à l’ouïe, à l’odorat, au toucher et au goût sont également très présentes et dessinent parfois des labyrinthes, des entrelacs et des réseaux dans lesquels les personnages, dans leur tentative d’appréhender le monde, peuvent se retrouver ou se perdre définitivement. Les espaces narratifs calviniens sont traversés par des perceptions ou des associations sensorielles variées, parfois synesthésiques, et l’exploration systématique de la portée épistémologique des cinq sens implique pour l’auteur un défi d’ordre à la fois littéraire et intellectuel.

3Les trois premiers chapitres du livre abordent des thématiques liées à la vue : l’architecture (réelle ou imaginaire) en tant que forme du monde, l’importance de l’inspiration fumettistica en tant que réservoir de possibilités narratives et la dimension métaphorique, ontologique et phénoménologique de l’image photographique. Si, dans les Città invisibili, les espaces architecturaux et urbanistiques reflètent une vision tantôt utopique tantôt dystopique du monde, la transposition dans Marcovaldo et les Cosmicomiche de certains schémas narratifs et de certaines conventions graphiques propres à la bande dessinée donne naissance à un modèle d’icasticità, d’exactitude et de rapidité du style qui permet l’essor d’un imaginaire alliant réalisme du quotidien et fantastique hyperbolique. Dans La follia nel mirino, L’avventura di un fotografo, Palomar, Calvino interroge l’eidos de la photographie et le rapport entre photographie et réalité, photographie et monde, photographie et identité/altérité, dans un dialogue constant avec Roland Barthes, Susan Sontag et Jean Baudrillard. L’image photographique devient également la métaphore d’une structuration textuelle et d’une modalité d’écriture qui privilégient le détail ; transposée dans l’univers de monsieur Palomar, elle rend compte de son désir de maîtriser et d’organiser la complexité du monde en segmentant la réalité en une série de photogrammes et de séquences sonores.

4Dans sa tentative de rapprocher le monde écrit du monde non écrit, Calvino s’intéresse à l’ouïe en tant que langage et système sémiotique complémentaire ou alternatif à la vue, comme en témoigne la nouvelle Il conte di Montecristo : pour Edmond Dantès, enfermé dans son cachot, les sons deviennent des signes à travers lesquels il s’efforce d’élaborer une vision mentale de l’espace de la forteresse et d’en dessiner une image qui soit la moins approximative possible. Les chapitres IV et V de Italo Calvino tra i cinque sensi sont consacrés à l’univers sonore calvinien, traversé aussi bien par le brouhaha de la vie moderne (entre autres dans Marcovaldo ovvero le stagioni in città) que par la sonorité du silence (La città e il silenzio), par la musique et le chant des oiseaux (Palomar), que par la voix humaine au téléphone (notamment dans Prima che tu dica « Pronto » et certains épisodes “téléphoniques” de La nuvola di smog et de La giornata d’uno scrutatore). Dans le chapitre V, Ulla Musarra Schrøder se penche plus particulièrement sur la longue et difficile collaboration entre Calvino et Luciano Berio pour Un re in ascolto et sur le passage du livret à la nouvelle. Le sixième et dernier chapitre, qui vient clore en beauté l’ouvrage, est consacré à l’analyse des sens “intimes” (odorat, goût, toucher) en relation à la vue et à l’ouïe ainsi qu’aux différentes formes de synesthésie engendrées par ces associations sensorielles, nous faisant passer de l’univers tactile des Cosmicomiche à l’exploration anthropologique du goût dans Sapore sapere, sans oublier de nous faire écouter la « symphonie des sens » à l’œuvre dans Se una notte d’inverno un viaggiatore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilaria Splendorini, « Ulla Musarra Schrøder, Italo Calvino tra i cinque sensi », Italies, 16 | 2012, 625-627.

Référence électronique

Ilaria Splendorini, « Ulla Musarra Schrøder, Italo Calvino tra i cinque sensi », Italies [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 20 novembre 2014. URL : http://italies.revues.org/4593

Haut de page

Auteur

Ilaria Splendorini

Aix Marseille Université, CAER EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org