Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Thea Rimini, Album Tabucchi. L’immagine nelle opere di Antonio Tabucchi

Palermo, Sellerio, 2011, 186 p.
Judith Obert
p. 627-630
Référence(s) :

Thea Rimini, Album Tabucchi. L’immagine nelle opere di Antonio Tabucchi, Palermo, Sellerio, 2011, 186 p.

Texte intégral

1Dans son bel ouvrage, Album Tabucchi. L’immagine nelle opere di Antonio Tabucchi, Thea Rimini se propose d’analyser le statut et la fonction de l’image dans l’œuvre d’Antonio Tabucchi. Images fixes et images en mouvement y prennent des valeurs bien particulières, et Thea Rimini montre avec finesse qu’elles sont à la base de nombreux textes tabucchiens et appuient avec force la poétique de l’auteur sans se limiter à être de simples et belles illustrations. Comme il est précisé, le modèle épistémologique qui préside à l’étude des trois types d’images est homogène. De fait, Thea Rimini utilise la même méthode « collée au texte » pour le cinéma, la photographie et les tableaux. Dans son originale introduction où elle nous fait pénétrer dans la « casa Tabucchi », l’auteure présente sa démarche : dans un premier temps, elle accompagnera son lecteur dans la cinémathèque de Tabucchi, puis dans sa chambre noire pour finir la visite par sa pinacothèque. L’ouvrage en trois parties, donc, permet de saisir le lien entre mots et images, pose le problème du rapport entre original et copie, affronte celui du rôle de l’artiste et montre le principe de vases communicants existant entre les œuvres de Tabucchi et les univers de l’image. Malgré le titre de l’ouvrage, la production tabucchienne n’est pas prise dans son ensemble : ont été choisis les textes où la présence de l’image est le plus massive et le plus significative, même si des détours par d’autres œuvres sont fréquents.

2Dans un premier temps (« La cinemateca di Tabucchi », pp. 19-85), Thea Rimini s’intéresse au cinéma qu’elle aborde sous différents angles pour montrer la place prépondérante qu’il occupe chez l’écrivain : « vive (e impiega) il cinema come “totalità” interartistica, non come arte confinata alla sola immagine » (p. 28) ; le cinéma comme langage artistique a des affinités électives avec l’écriture de Tabucchi (très belles études du « montage » de Piazza d’Italia influencé par Eisenstein, de l’absence de logique des raccords dans Anywhere out of the world), il permet de jouer avec le temps par ses flashbacks et ses flashforwards de la même façon que Tabucchi déstructure le temps ; la notion de séquences, de plans successifs répond au découpage des textes tabucchiens. D’autre part le cinéma est souvent présent comme lieu mais aussi cité, réécrit (pastiché parfois) par Tabucchi, attiré par les films de genre (polars, westerns, mélos) : Thea Rimini montre brillamment les jeux d’intertextualité et le rapport direct et vital de Tabucchi au septième art qui le lui rend bien puisque nombre de ses textes ont été adaptés, avec plus ou moins de succès, au cinéma ; le cinéma contemporain n’est d’ailleurs pas oublié : Thea Rimini souligne les points de contact entre Tabucchi et l’Angelopoulos de Voyage des comédiens et l’Almodovar de Parle avec elle. L’étude de Il filo dell’orizzonte (« Fili di celluloide all’orizzonte », pp. 36-50) est particulièrement complète et séduisante : non seulement Tabucchi écrit comme on filmerait mais il enferme ses personnages dans une prison de films qui se substituent à la vie réelle ; en passant leur vie dans des salles obscures, dans un « a-parte » où seuls de vieux films sont projetés, ils tuent le temps et « il “visto” diventa “vissuto” » (p. 39), ce qui les empêche de comprendre le monde dans sa globalité et leur donne une vision fragmentée et indirecte de l’existence.

3Alors qu’elle établit un rapprochement avec Blow-up d’Antonioni, Thea Rimini, s’arrête sur l’emploi de la photographie dans Il filo dell’orizzonte, ce qui sert de pont avec la deuxième partie de son ouvrage (habilement intitulée « Intermezzo fotografico », pp. 87-104) qui est beaucoup plus courte. Cette brièveté semble se justifier par le fait que de nombreuses études (citées) existent déjà sur ce thème. Ici, l’auteure se limite à proposer quelques considérations sur le sens que prend la photo sous la plume de Tabucchi. Qu’il s’agisse de portraits ou de photos de scènes familiales, les clichés intéressent Tabucchi parce qu’ils ont un lien étroit avec la mémoire qu’ils « impressionnent », parce qu’ils arrêtent le temps mais le prolongent aussi. Le cadre peut apparaître comme une cage, une « custodia provvisoria » de l’identité alors que dans certains textes ils sont autant d’objets médiateurs qui permettent de sortir de l’image ou d’y entrer. L’originalité principale de l’étude de Théa Rimini est de montrer, dans des pages très fouillées, que par le biais de la photo, Tabucchi remet sur le métier à tisser de l’écriture son Pessoa (« Il filo dell’orizzonte. Una fotobiografia parallela », pp. 92-99), qui se révèle une fois de plus comme le négatif des personnages tabucchiens et étend son ombre sous-exposée sur le roman pour creuser davantage la question de la quête d’identité. Trois autres grands artistes imprègnent les œuvres de Tabucchi : Vélasquez, Bosch et Goya qui sont abordés dans la dernière partie de l’ouvrage (« La pinacoteca di Tabucchi », pp. 105-159). Dans ces pages, l’auteur envisage le rapport de Tabucchi à la peinture ; dans les trois cas, se pose le problème du lien entre original et copie car Tabucchi réécrit d’une certaine façon les tableaux des peintres et s’adonne aux jeux de renvois d’un texte à l’autre, d’une toile à l’autre, en passant parfois par la réflexion d’autres écrivains sur la peinture. Dans Les Ménines de Vélasquez, c’est la représentation du « vedere » qui l’hypnotise ainsi que la porosité entre réel et fiction ; chez Bosch, c’est le goût pour le mystère, la présence du mal au cœur engendré par le quotidien que Tabucchi reprend à son compte ; enfin c’est le Goya artiste du rêve et peintre du réel qui inspire les pages de l’auteur toscan rappelant que les grands artistes doivent montrer, aussi, la folie du monde pour lui venir en aide.

4Cette très profonde étude de l’image dans l’œuvre de Tabucchi emporte l’adhésion car Théa Rimini va aux sources de l’inspiration de l’écrivain, fait un travail de recherche impressionnant sans se limiter à la pure érudition. Ses analyses sont brillantes et éclairent d’un jour nouveau la prose tabucchienne. L’excellence de ce travail fait regretter que certains textes aient été laissés de côté (on aurait aimé par exemple trouver une réflexion sur Notturno indiano dans la partie consacrée au cinéma), regretter aussi qu’aucune conclusion ne soit apportée à l’ensemble, à moins que l’auteure ait voulu proposer une fin sans chute, à la Tabucchi !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Obert, « Thea Rimini, Album Tabucchi. L’immagine nelle opere di Antonio Tabucchi », Italies, 16 | 2012, 627-630.

Référence électronique

Judith Obert, « Thea Rimini, Album Tabucchi. L’immagine nelle opere di Antonio Tabucchi », Italies [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://italies.revues.org/4595

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org