Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Remo Ceserani, Convergenze. Gli strumenti letterari e le altre discipline

Milano, Bruno Mondadori, 2010, 200 p.
Perle Abbrugiati
p. 630-635
Référence(s) :

Remo Ceserani, Convergenze. Gli strumenti letterari e le altre discipline, Milano, Bruno Mondadori, 2010, 200 p.

Texte intégral

1Dans un essai brillant, clair, dense dans sa transparence, audacieux dans son projet, tout en n’atteignant que 200 pages, bibliographie et index des noms propres compris, Remo Ceserani livre une remarquable réflexion sur l’interdisciplinarité qui pose des questions essentielles sur l’avenir de la littérature.

2L’auteur expose, en introduction, une situation contradictoire : alors que la littérature n’a plus la place d’honneur dans les études et souffre d’un prestige déclinant, les autres disciplines, sciences humaines et sciences “dures”, s’intéressent de plus en plus à la littérature comme source pour la recherche, ou comme modèle de discours, la métaphore ou la narration offrant un langage pour la divulgation et même pour l’exposé théorique. De son côté, la critique littéraire a cessé de n’envisager que le texte en lui-même dans une perspective structuraliste ou formaliste, pour s’intéresser aussi au contexte – mouvement de l’histoire et des idées ; spécificité de l’écriture féminine, homosexuelle, ethnique – ou produire une critique thématique liant la littérature à d’autres domaines, techniques (littérature et train, littérature et guerre) ou artistiques (littérature et cinéma, littérature et musique). Situant la question de l’interférence entre les disciplines dans le débat sur les bienfaits discutés de l’interdisciplinarité, l’auteur rapporte les principales prises de position sur ce terrain épistémologique. Le livre procède ensuite science par science en dix courts chapitres.

3Ainsi, la philosophie apparaît comme une discipline qui renonce à l’esprit de système et délaisse la forme du traité pour aller au-devant d’une narrativité, pratiquant un art de “raconter” les concepts. Martha Nussbaum défend aux États-Unis la valence philosophique de l’écriture littéraire, qui pourrait par le style aller au cœur de la subtilité conceptuelle.

4En mathématiques, on voit apparaître dans de nombreux centres de recherche l’idée que certains textes littéraires, notamment poétiques, peuvent être source de réflexion sur les nombres. Les mathématiciens Sally I. Lypsey et Bernard S. Pasternack défendent la nécessité de ne pas séparer la formation mathématique de la formation littéraire, qui peuvent s’appuyer l’une sur l’autre. Réciproquement, la littérature incluant les principes mathématiques abonde, et Ceserani nous plonge dans un tourbillon d’auteurs, de Sinisgalli à Paolo Giordano en passant par Calvino et l’OuLiPo, de Valéry à Enzensberger en passant par Borges – comme si les mathématiques et la littérature avaient en commun la notion d’infini, ce qui les rendrait limitrophes.

5L’observation du monde et la réflexion sur celui-ci, pendant longtemps, n’ont pas été distinctes. Il n’est donc pas étonnant de voir des rapports étroits entre la littérature d’une part et la physique et la chimie d’autre part. À la première, la littérature postmoderne emprunte la notion d’entropie, la théorie du chaos, le modèle des fractales. À la seconde, la littérature ne cesse d’emprunter des images de savants, alchimistes et autres empoisonneurs, tandis que la chimie contemporaine réciproquement s’est dotée d’un langage sur les substances qui n’est pas étrangère à l’invention narrative. Les deux sciences de l’observation, dans leur évolution récente, sont à la base de la relativisation et de l’approche problématique des grandes questions que se pose aussi l’écrivain. De Galilée à Prigogine, les scientifiques ont cherché dans la langue littéraire des moyens de diffuser leurs idées, tandis que les grands auteurs ont créé des personnages de physiciens ou de chimistes, du Faust de Goethe au parfumeur de Süskind, sans compter les personnages de romans écrits par des scientifiques devenus écrivains (Sacks, Djerassi). En Italie, les deux principaux auteurs à la charnière de la littérature et de ces sciences sont Calvino, pour la physique – Calvino dont l’écriture est un perpétuel effort pour lutter par la forme contre le chaos qui menace –, et, pour la chimie, Primo Levi, qui affirme que sa formation de chimiste lui donne une plus grande quantité de référents réels pour fourbir son langage.

6Dans notre époque éminemment « bio », on ne s’étonnera pas que la littérature soit influencée par la biologie. Le siècle de l’ADN, de la découverte de la contraception et de la manipulation génétique ne pouvait que marquer de façon thématique la production de textes, au même titre que le darwinisme a marqué par la notion d’hérédité le roman du XIXe siècle. Ainsi la science-fiction est-elle fascinée par le monde des insectes, ou par l’idée de clonage. Parfois il s’agit pour des biologistes d’atteindre un plus grand public par la narration, afin de diffuser un message alarmiste sur notre environnement ou nos pratiques de laboratoire. Plus surprenante est l’influence de la biologie sur la critique littéraire. Ainsi, le « darwinisme littéraire » est-il récemment apparu sous l’impulsion de Joseph Carroll, recherchant dans les textes les indices des évolutions universelles de l’humanité. Au même moment, émergeait l’idée de « bioculture » (grâce à Davis et Morris), à savoir une école critique visant à faire collaborer les spécialistes de l’analyse littéraire avec les biologistes, et plus largement les différentes sciences entre elles, en se basant sur l’idée que tout fait scientifique (médical, psychique, ou autre) dépend du milieu humain dans lequel il apparaît, et qu’à l’inverse la littérature pourrait offrir des bienfaits thérapeutiques. Un exemple de cette attitude est l’idée de comparer l’adaptation de textes littéraires pour le cinéma ou le théâtre à l’adaptation biologique à un nouveau milieu (Hutcheon-Bortolotti) : la réécriture n’est alors plus jugée à l’aune de la fidélité mais à celle de la capacité à trouver une efficacité dans le milieu d’arrivée.

7Le chapitre sur l’anthropologie est particulièrement éclairant. Ceserani y rappelle rapidement l’influence sur la critique littéraire des travaux de Propp, de Northrop Frye ou de Levi-Strauss, avant de s’intéresser à l’aspect réciproque à travers le cas de Clifford Geertz. Celui-ci a inauguré « l’anthropologie interprétative », caractérisée par l’idée que l’étude anthropologique ne saurait être purement descriptive et ne saurait être constituée que de statistiques : selon lui, sa discipline serait bien moins « scientifique » que proche d’une interprétation textuelle. Le chapitre se termine ensuite sur le cas des paléontologues, ici assimilés à une forme d’anthropologues.

8Des paléontologues il n’est pas difficile de passer aux historiens puis aux géographes. Côté histoire, Ceserani rappelle l’émergence d’un courant historique qui, avec Hayden White, a remis en question la valeur strictement scientifique du discours historique, défendant l’idée que l’écriture de l’histoire fait une place à l’imaginaire et à l’interprétation. Côté géographie, il est intéressant de remarquer la montée en puissance de cette discipline, qui semble profiter de la perte de repères dans le temps et du désaveu post-moderne de la notion de progrès pour imposer la primauté de la notion d’espace sur celle de temps. La géographie influencerait donc toutes les sciences, qui revalorisent l’espace dans leur réflexion, y compris la critique littéraire : en Italie cette direction est marquée par les travaux de Carlo Dionisotti, puis de Franco Moretti, Francesco Fiorentino, Giovanni Sampaolo, Anna Ferrari qui s’emploient à créer des Atlas de la littérature, en ligne avec l’école française de la géocritique. Inversement, la géographie s’intéresse à des lieux imaginaires ou à l’imaginaire des lieux, étudiant aussi la perception des paysages dans certaines œuvres littéraires : voir à ce propos les travaux des géographes italiens Lucio Gambi et Franco Farinelli.

9En ce qui concerne l’économie, il n’est pas rare de voir se développer une analogie entre l’échange monétaire et l’échange linguistique. Aussi comprendra-t-on l’intérêt d’économistes comme Marc Shell pour le récit ou la métaphore, du point de vue conceptuel.

10Le cas de la médecine représente un important enjeu d’évolution de la société. C’est sans doute en réaction avec une technicité de plus en plus grande de la discipline et une parcellisation grandissante de l’approche du patient que des mouvements se sont développés pour une médecine d’abord plus humaine, puis plus humaniste. Si la littérature pullule depuis toujours des thèmes de la maladie, de l’agonie et de la mort, et connaît de nombreux auteurs-docteurs, de Rabelais à Céline, ainsi que de nombreux personnages de médecins, il était plus rare d’entendre des médecins souhaiter que les étudiants en médecine aient une formation littéraire aussi, afin de mesurer la fragilité, la complexité des situations humaines, et la variabilité de leurs interprétations. Inversement, pour les médecins, le fait d’écrire leur expérience, et de devenir ainsi des écrivains momentanés, donne sans doute plus de sens à des questions bio-éthiques telles que le SIDA, la procréation assistée ou l’euthanasie.

11Paradoxalement, le champ, limitrophe de la médecine, de la psychologie et des neurosciences, semble s’intéresser moins à la littérature que d’autres domaines scientifiques. Selon Ceserani, il est loin le temps où l’analyse de l’inconscient était basée sur le récit, où Jung et Lacan s’intéressaient aux constructions du langage et où, réciproquement, la critique littéraire se passionnait pour la psychanalyse (à travers des figures comme Mario Lavagetto et Francesco Orlando, en Italie). La psychothérapie moderne est surtout orientée vers la médicamentation et le travail comportemental. Un psychiatre italien, Massimo Recalcati, a même pu publier en 2010 un ouvrage intitulé L’uomo senza inconscio, évaluant les conséquences de la société « hyper-moderne » sur la perception du psychisme. Son engagement humaniste ne semble cependant pas représentatif. On ne remet pas en question les orientations massivement « chimiques » de la thérapie clinique, ni d’ailleurs l’analyse cognitiviste par les neurosciences du fait langagier, littéraire, artistique.

12Terminant son ouvrage par une réflexion sur le lien du monde juridique avec la littérature, Ceserani ouvre trois pistes de recherche : la piste thématique de la présence de procès, jugements, enquêtes dans les ouvrages littéraires ; celle de la dimension rhétorique, commune à la littérature et au droit ; celle de la reconstitution d’affaires judiciaires. Ceserani est donc amené à traiter aussi du roman policier. La notion d’interprétation est bien sûr en tension avec celle de justice, mais aujourd’hui plus que jamais les questions du langage, de l’ambiguïté, de la pluralité de points de vue, rapprochent la littérature du monde judiciaire.

13Après un parcours rythmé, parfois étourdissant de références, parfois frustrant parce que proche d’un survol, qui affirme une multitude d’hybridismes, de créolisation des disciplines, et semblerait induire une confiance en une interdisciplinarité croissante, Remo Ceserani ne propose pas moins une conclusion à mi-chemin entre ironie et amertume. Les temps sont à la spécialisation et à la simplification, et le monde universitaire s’appauvrit bien plus qu’il ne crée de ponts entre les savoirs, comme l’étymologie du mot université devrait l’impliquer. Néanmoins, l’auteur insiste sur la parenté des démarches de ces chercheurs qui s’intéressent à des disciplines autres que la leur : elles comportent toutes une dimension éthique, qui semble devoir être réaffirmée dans un monde « liquide », et elles ont pour motivation un attachement à l’esprit critique. Il est, semble-t-il, réconfortant que d’autres disciplines reconnaissent à la littérature la capacité à le développer.

14L’ouvrage de Ceserani, au-delà de l’érudition dont témoigne sa vaste et indispensable bibliographie – qui fait de son livre un incontournable instrument méthodologique pour tout travail sur l’interdisciplinarité et sur l’histoire de la culture en général – a donc une forte implication militante, sans pour autant l’afficher de façon agressive : il revendique la culture humaniste comme une pierre de touche de l’esprit d’examen et de l’éthique. L’aspect thématique (la médecine dans la littérature, la paléontologie en littérature, le monde juridique en littérature, etc.), bien qu’intéressant pour les pistes suggérées, n’est pas le plus novateur de l’ouvrage – sauf à dire que la littérature contient tous les domaines de la vie humaine, ce qui finirait pas être un poncif. Son intérêt réside surtout dans l’attention et la tension des autres disciplines vers la littérature, et dans la démarche systématique de réciprocité que Ceserani établit dans son propre discours : la littérature peut s’intéresser à tel domaine et ce même domaine peut s’inspirer de la littérature. Il nous donne ainsi à penser que, même aujourd’hui, les différents savoirs s’ouvrent les uns aux autres, et que plus que jamais ils en ont besoin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perle Abbrugiati, « Remo Ceserani, Convergenze. Gli strumenti letterari e le altre discipline », Italies, 16 | 2012, 630-635.

Référence électronique

Perle Abbrugiati, « Remo Ceserani, Convergenze. Gli strumenti letterari e le altre discipline », Italies [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://italies.revues.org/4597

Haut de page

Auteur

Perle Abbrugiati

Aix Marseille Université, CAER EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org