Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alessandro Iovinelli, Il salto oltraggioso del grillo. Saggi di narrativa e cinema

Roma, Albatros, 2010, 326 p.
José Pagliardini
p. 633-639
Référence(s) :

Alessandro Iovinelli, Il salto oltraggioso del grillo. Saggi di narrativa e cinema, Roma, Albatros, 2010, 326 p.

Texte intégral

1Avec cet essai, au titre pour le moins énigmatique (mais explicité par l’auteur dès les premières pages), Alessandro Iovinelli invite son lecteur à un parcours critique itinérant, dans un corpus littéraire et cinématographique aussi riche et varié que le sont les angles d’approche qu’il adopte. Les études rassemblées dans le volume sont autant de réponses personnelles de Iovinelli aux interrogations que suscite, chez les critiques et les historiens de la littérature – en particulier à l’ère d’Internet et de la civilisation multimédiatique –, la crainte d’une extinction de l’univers littéraire. Dans un tel contexte, quel est l’avenir de l’analyse objective et scientifique ? Risque-t-elle d’être supplantée par une approche subjective et descriptive ? Ou, tout simplement, la critique littéraire a-t-elle encore un sens ?

2Pour Alessandro Iovinelli, le salut passe par la transversalité, par le croisement des formes et des supports. Et c’est principalement sur le parallélisme, l’interaction, la symbiose des narrations littéraire et cinématographique, qu’il fait porter sa réflexion. Les autres domaines de la connaissance et de la culture ne sont pas délaissés pour autant. Ainsi, au fil des analyses, sont ponctuellement convoqués ou interrogés la philosophie, la religion, la science, l’art, le théâtre, l’opéra, la chanson, la photographie. L’éclectisme de Iovinelli n’a d’égale que son extrême érudition, et son discours critique en témoigne assidûment par un véritable feu d’artifice de références, de renvois et de citations. Quant aux outils méthodologiques privilégiés par le critique, ce sont ceux qu’il hérite de la sémiologie, du structuralisme et de la narratologie. Si Gérard Genette est omniprésent dans les pages de Iovinelli, on y croise aussi, avec une fréquence variable, Roland Barthes, Umberto Eco, Antoine Compagnon ou Michel Riffaterre.

3Dans un bref essai introductif, Alessandro Iovinelli dresse un bilan des inquiétudes qui agitent le milieu de la critique littéraire postmoderne, et donne au lecteur les clés de lecture de son livre. Le volume est ensuite divisé en deux grandes parties qui abordent des problématiques différentes et affichent des ambitions inégales, puisque la première ne compte pas moins de trois cents pages, contre soixante-quinze pour la seconde.

4La première partie est articulée en trois sections dont deux portent un regard croisé sur la littérature et le cinéma, tandis que la troisième est entièrement consacrée à des études cinématographiques. La section qui ouvre cette partie embrasse un arc temporel qui va de l’Antiquité à l’époque contemporaine (avec les ellipses évidentes que cela suppose), d’Homère à Paul Auster, avec un passage crucial et déterminant par le Moyen Âge, Boccace et son Décameron. Iovinelli y démontre l’exemplarité de la nouvelle d’Andreuccio da Perugia, non seulement sur les plans réaliste, narratologique et philosophique, mais aussi, ante litteram, d’un point de vue cinématographique. Le critique en veut pour preuves les nombreuses similitudes qu’il relève, entre la nouvelle de Boccace et le film After Hours de Martin Scorsese, réalisé en 1985. Quant au rapprochement avec les romans et les films de l’écrivain-cinéaste américain Paul Auster, il est dicté par les thématiques communes de la fortuna, du hasard et du caractère aléatoire des événements.

5Dans la deuxième section, Iovinelli se livre à une longue enquête, particulièrement riche et documentée, sur la nature et la signification du comique dans la littérature et au cinéma. Le pivot de son analyse est constitué par la définition qu’a donnée Luigi Pirandello de l’humour (« l’umorismo consiste nel sentimento del contrario »), qui porte la réflexion sur le terrain du dualisme entre les concepts de comique et de tragique, au point qu’il devient parfois difficile de les distinguer, tant le comique peut tendre au tragique et inversement. Si, dans cette section, la part belle est faite à la littérature et au théâtre (Durrell, Lodge, Tabucchi, Eco, Svevo, Joyce, Richler, Serra, Benni, Shakespeare, Beckett, Ionesco…), le cinéma n’est aucunement marginalisé, bien au contraire (Charlie Chaplin, Woody Allen, Neil Simon, Roberto Rossellini, Alberto Sordi, Roberto Benigni).

6Mais c’est essentiellement dans la troisième section de cette première partie que le lecteur cinéphile retrouve son domaine de prédilection, avec une succession de cinq études de films originales, étoffées et aussi passionnantes les unes que les autres. Le dénominateur commun de ces essais est une réflexion sur la relation qui unit chronos et eros, ou, plus exactement, sur l’influence du facteur temporel au sein d’une histoire romantique. Les films retenus par Iovinelli sont des productions américaines dont les titres, dans l’ordre où ils sont étudiés, sont les suivants : Eternal Sunshine of the Spotless Mind (2003), de Michel Gondry ; Sliding Doors (Pile & face, 1998), de Peter Howitt ; Groundhog Day (Un jour sans fin, 1993), d’Harold Ramis ; Kate & Leopold (2001), de James Mangold ; Stranger than Fiction (L’Incroyable destin de Harold Crick, 2006), de Marc Forster. Bien que la diégèse des cinq films repose sur une anomalie temporelle, une altération de l’espace-temps, ce n’est pas au genre de la science-fiction que s’intéresse ici le critique, mais bien à celui de la comédie sentimentale dont les protagonistes restent proches de la réalité quotidienne. Tous, en effet, souffrent en ce monde d’un sentiment d’insatisfaction, auquel ils vont s’efforcer de remédier en “voyageant” dans le temps (selon des modalités diverses d’un film à l’autre), conscients que s’ils ne peuvent pas changer le monde, ils peuvent néanmoins changer leur manière d’être dans le monde, en tirant parti de paradoxes temporels.

7La deuxième partie du livre de Iovinelli ramène le discours critique au seul champ d’étude de la littérature, en l’occurrence celui de la production littéraire italienne contemporaine. Cette partie comporte deux sections qui n’entretiennent pas de véritable relation (mais c’est tout le sens du titre de l’ouvrage, et l’auteur s’en explique également, à la fin, dans une note aux textes).

8Dans la première section, partant de la métaphore du « tissu » couramment employée pour évoquer le texte littéraire, Iovinelli approfondit le concept de métatextualité appliqué à la littérature italienne postmoderne, celle dont les auteurs ont assimilé les théories structuralistes et narratologiques (Calvino, Consolo, Rebulla, Malerba, Baricco, Del Giudice, Tabucchi...).

9En revanche, dans la seconde section, c’est moins l’imitation, le pastiche ou la superposition des écritures qui sont pris en considération, que le recours à un « double », à un point de vue délégué de la part des auteurs. Il se trouve que, dans la littérature italienne des deux dernières décennies, ce double prend bien souvent les traits et la personnalité d’un enfant, celui que Iovinelli appelle le « puer » et qui, dans sa déclinaison de puer aeternus, est particulièrement récurrent chez des auteurs qui semblent être atteints du “syndrome de Peter Pan” (Cardella, Ballestra, De Carlo, Culicchia, Brizzi). Cela n’est pas sans conséquences sur l’écriture : structurelles, d’une part, avec la mimesis d’un infantilisme linguistique (Ammaniti, Nove) ; et culturelles, d’autre part, avec des références métatextuelles puisées dans l’univers du multimédia, de la télévision et du cinéma commercial. Quant au « point de vue de l’œuvre et de son auteur », il traduit la haine de l’enfant pour l’adulte, celle de l’élève pour l’enseignant, en somme ce que l’on a depuis longtemps identifié comme le conflit des générations. Ce conflit s’accroît avec le passage de l’enfance à l’adolescence et nous ramène au titre parodique de cette section : La peggio gioventù, dont l’archétype est le jeune protagoniste de L’Attrape-cœurs (1951), de J. D. Salinger. Et Iovinelli de conclure en s’interrogeant sur la possibilité d’un « autre monde ». La réponse apparaît d’abord négative, si l’on s’en tient à une génération d’auteurs et de personnages qui n’expriment que méfiance et mépris envers les valeurs du progrès, de l’histoire, du travail et même de l’amour. Mais la question reste ouverte avec le renouvellement générationnel des auteurs, l’évolution de leurs sources d’inspiration et leur positionnement en regard des stratégies culturelles et commerciales de l’industrie éditoriale.

10On l’aura compris, c’est avec un très vif intérêt et un réel plaisir que l’on suit le « grillon » d’Alessandro Iovinelli dans ses pérégrinations critiques, qui n’ont, évidemment, rien d’« outrageux », malgré ce que suggère la précaution oratoire ménagée par le titre. La richesse des analyses et l’éclectisme des formes de narration étudiées font de cet ouvrage un précieux outil de référence, aussi bien pour le spécialiste de littérature italienne contemporaine que pour le cinéphile quelque peu rompu à l’évolution récente du cinéma américain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Pagliardini, « Alessandro Iovinelli, Il salto oltraggioso del grillo. Saggi di narrativa e cinema », Italies, 16 | 2012, 633-639.

Référence électronique

José Pagliardini, « Alessandro Iovinelli, Il salto oltraggioso del grillo. Saggi di narrativa e cinema », Italies [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://italies.revues.org/4599

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org