Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Francesca De Caprio, Nell’esercito di Napoleone. Un modenese dalla Dalmazia alla Russia

Dante Alighieri Split, 2010, 319 p.
Brigitte Urbani
p. 640-642
Référence(s) :

Francesca De Caprio, Nell’esercito di Napoleone. Un modenese dalla Dalmazia alla Russia, Dante Alighieri Split, 2010, 319 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage passionnant est à la fois l’édition et l’analyse d’un ensemble de lettres adressées par un militaire du corps des Vélites de Napoléon 1er, Paolo Magelli, originaire de Modène, à son frère Giustiniano, médecin à l’hôpital de la ville, lettres datées d’octobre 1804 à janvier 1814. Francesca De Caprio les a exhumées de la Biblioteca Estense de Modène, les a transcrites selon des critères qu’elle expose clairement et les a soumises à une étude soignée pour laquelle elle s’est armée d’outils appropriés. En effet le volume se compose d’une minutieuse analyse de 180 pages denses, puis d’un « Appendice » où sont retranscrites les 147 lettres du corpus, certaines très courtes, d’autres plus détaillées (pp. 189-310), d’une riche bibliographie rassemblant les ouvrages qu’elle a consultés et/ou cités (pp. 311-318) et d’un index des noms.

2L’intérêt de ce travail, qui a été récompensé par le Prix Luciano Bonaparte Principe di Canino, dérive en premier lieu du statut même de l’auteur des lettres – non point un noble officier, mais un simple soldat, certes de bonne famille, mais franchissant avec difficulté les étapes qui en dix ans de service le conduisent du grade le plus bas à celui de capitaine avec de longues permanences aux modestes niveaux de caporal puis de sergent ; non point un intellectuel mais un homme à la culture limitée, sans grandes compétences pratiques et dépourvu de velléités héroïques, comme le démontre la teneur des missives. Il réside également dans le genre des textes – des lettres écrites et envoyées au jour le jour, à chaud – alors que les témoignages de guerre les plus connus sont des mémoriaux rédigés après coup, bénéficiant du recul et de la vision d’ensemble acquis quand l’événement appartient désormais au passé.

3Au-delà du caractère “primaire” et souvent répétitif de bien des lettres de ce peu héroïque mais somme toute bien sympathique soldat, Francesca De Caprio a fort bien mis en évidence d’une part l’aspect documentaire de ce type de texte, qui nous éclaire sur la vie quotidienne des soldats de Napoléon, sur les déplacements précis des armées lors des campagnes – notamment celle de Dalmatie puis de Russie – mais aussi la dimension initiatique et donc formatrice qu’eurent ces longs voyages de groupe pour de jeunes gens qui n’avaient guère eu l’occasion de quitter leur ville ou même leur village. Nombre de lettres, en effet, offrent de synthétiques comptes rendus des circuits accomplis, des peuples rencontrés, des coutumes observées ; bref, y abondent les “impressions de voyages”, dictées aussi par le fait que Giustiniano, le destinataire, était avide de renseignements sur les régions traversées par son frère.

4Le lecteur profane va ainsi de surprise en surprise. Surprise de découvrir que le manque d’argent est un souci récurrent tous grades confondus : des premières aux dernières lettres, Paolo Magelli ne cesse de réclamer de l’argent à sa famille, ne serait-ce que pour avoir toujours un uniforme en bon état (et Francesca De Caprio nous apprend que non seulement les troupes n’étaient pas généreusement prises en charge, mais que les familles devaient aussi payer à l’armée une importante somme annuelle). Surprise de comprendre vite – autre leit-motiv – que les avancements de grade ne se font pas au mérite mais à coup de lettres de recommandations émanant de personnes influentes qui en soi ont peu de rapports avec l’armée. Surprise d’apprendre que les soldats, même les Vélites, même les sergents, ne sont pas informés des destinations vers lesquelles ils sont dirigés, et qu’ils découvrent au jour le jour quelle sera l’étape de la journée, qu’ils se fient aux rumeurs pour deviner quel sera le but final de leurs longues marches.

5Le modeste corpus examiné par Francesca De Caprio – modeste par la faible qualité littéraire de la plupart des lettres et la vision très limitée, dal basso, de l’auteur – révèle sa richesse quand il est mis en relation avec d’autres sources comme les Mémoires relatifs aux campagnes napoléoniennes de tel ou tel personnage plus célèbre, les documents sur la famille Magelli, et bien sûr les ouvrages spécialisés sur le fond historique et le détail de la vie militaire sous l’Empire. D’où une consistante partie analytique articulée en quatre temps : un premier chapitre consacré à Paolo Magelli et à sa famille (Paolo Magelli : una vita per l’Imperatore), un deuxième chapitre sur le recueil de lettres et leur statut (Lettere dall’esercito del Regno d’Italia), un troisième sur la Dalmatie et notamment le séjour à Split (« Ideatevi di vedere un mondo nuovo » : Lettere da Spalato), un quatrième sur la campagne de Russie (Dalla campagna danubiana a quella di Russia). Quatre chapitres où sont déclinés avec précision les quatre principaux centres d’intérêt du corpus – dont, évidemment, les aspects documentaire et « odeporico ». Dans la dernière section présentent un intérêt tout particulier les lettres sur la bataille de Wagram, la prise de Moscou, et la retraite finale. En littérature Stendhal a imaginé (et immortalisé) la vision qu’un simple individu pouvait avoir d’une célèbre bataille – un lecteur français pense immédiatement au protagoniste de La Chartreuse de Parme, Fabrice del Dongo, perdu au milieu de la bataille de Waterloo – Paolo Magelli, à sa modeste mesure, nous fait vivre in medias res d’autres célèbres entreprises napoléoniennes.

6Le minuteux travail de Francesca De Caprio a l’immense mérite de montrer – dans la ligne de la « microstoria » prônée par Carlo Ginsburg – combien l’histoire d’un simple individu, surtout s’il revêt une fonction politique (même mineure) telle que celle de soldat de Napoléon, a de l’importance dans le paysage de la « macrostoria ». Souhaitons que son travail de pionnière incite d’autres jeunes chercheurs à se pencher sur les corpus – nous reprenons des termes d’Edmond Rostand évoquant précisément les campagnes napoléoniennes – des « obscurs », des « petits », des « sans grade » afin d’en dégager la richesse potentielle. Enfin il démontre qu’un travail sur des campagnes militaires peut aussi se situer au croisement d’un domaine tel que la littérature de voyage. Ce sont de belles pistes de recherches que nous offre cette jeune et prometteuse chercheuse, nous faisant entrevoir un corpus immense encore à découvrir, enfoui dans des fonds de bibliothèques ou sommeillant dans des archives de famille encore inconnues du monde universitaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Urbani, « Francesca De Caprio, Nell’esercito di Napoleone. Un modenese dalla Dalmazia alla Russia », Italies, 16 | 2012, 640-642.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Francesca De Caprio, Nell’esercito di Napoleone. Un modenese dalla Dalmazia alla Russia », Italies [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://italies.revues.org/4601

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Aix Marseille Université, CAER EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org