Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Perle Abbrugiati, Giacomo Leopardi. Du néant plein l’infini

Paris, Aden, 2010, 329 p.
José Guidi
p. 643-645
Référence(s) :

Perle Abbrugiati, Giacomo Leopardi. Du néant plein l’infini, Paris, Aden, 2010, 329 p.

Texte intégral

1Qu’on ne s’y trompe pas : en dépit de la modestie de sa présentation, ce livre est un ouvrage essentiel, de ceux que l’on porte longtemps en soi, et qui finissent par s’imposer comme une absolue nécessité. Un ouvrage né de la fréquentation assidue, et sans doute même quotidienne, d’un poète que la chercheuse qui s’exprime ici préfère manifestement à tout autre, jusqu’à s’en trouver, de son propre aveu, subjuguée (p. 7). De Perle Abbrugiati, c’est peu dire qu’elle possède parfaitement son sujet. Elle parvient, intuitivement, à faire revivre celui sur lequel elle écrit. Elle place ses pas dans les siens, elle fait sienne – et avec un bonheur d’écriture jamais démenti – sa démarche, elle contemple en sa compagnie ces paysages des Marches qui lui sont de toute évidence familiers, et dont elle sait à son tour se faire l’évocatrice inspirée. Elle ressuscite, de saisissante façon, et unifie en un tout cohérent, les éléments épars d’une frémissante sensibilité à laquelle elle redonne vie et qu’elle nous invite ensuite à suivre jusque dans ses moindres replis. Excellant notamment à nous restituer cette atmosphère poétique, reconnaissable entre toutes, qui constitue la quintessence de la création léopardienne, et son expression la plus raffinée. Le ton est très vite donné, avec le magnifique commentaire de L’infini, cette dense composition de quinze vers présentée à la fois comme le moment inaugural de la démarche du poète et comme « un concentré de son inspiration future » (p. 35). Cette remarquable assimilation de l’écriture de l’auteur des Chants n’est certes pas le seul mérite de l’ouvrage. Perle Abbrugiati situe fort bien la genèse de l’œuvre de Giacomo Leopardi, et son évolution, dans le contexte si particulier de la culture italienne et européenne de l’époque, soulignant au passage le paradoxe qui fait du poète le contempteur acharné d’un romantisme dont il est pourtant, indéniablement, le plus authentique représentant, dès lors que l’on restitue à ce mouvement sa véritable signification (pp. 21-22). Et elle nous convie à parcourir, à sa suite, la totalité d’une production dont elle a tenu à n’ignorer aucune dimension : des Chants – abondamment cités et traduits – à ces Petites œuvres morales auxquelles leur auteur disait tenir comme à la prunelle de ses yeux, et qui constituent l’aspect le plus abouti de son œuvre en prose ; et du Zibaldone, ce « grand chaudron d’idées » (p. 83) aux aphorismes des Pensées et à ces Paralipomènes à la Batrachomyomachie dont la décapante originalité se trouve ici encore soulignée. Non sans nous fournir aussi quelques pénétrants aperçus sur la correspondance de Giacomo Leopardi : un choix de lettres écrites à son père, Monaldo, révélant une relation « d’une rare subtilité » (p. 210), d’autres destinées à sa sœur Paolina, d’autres enfin adressées à Antonio Ranieri, au long d’un « compagnonnage » non dépourvu d’ambiguïtés, et au sujet duquel toutes les hypothèses sont envisagées. Mais c’est encore dans la nudité de l’écriture poétique que se manifeste, sous son jour le plus tragique, « l’écartèlement d’une question sans fin qui n’a pas de réponse et qu’on ne renonce pas pour autant à poser » (p. 27). Avec un assombrissement progressif des perspectives qui donne sa cohérence et sa véritable scansion à la démarche ici retracée, et qui se vérifie notamment dans le Chant nocturne d’un berger errant de l’Asie, expression la plus limpide et la plus vertigineuse d’un pessimisme désormais cosmique et qui s’étend in fine à l’ensemble de l’univers (p. 106). Tandis que, dans le domaine sentimental, la poignante composition intitulée À soi-même, « paradigme de désespérance » (p. 146) enregistre inexorablement la fin de la plus chère de toutes les illusions. Conjointement, dans les derniers textes des Petites œuvres morales – les dialogues ajoutés en 1832 – la pensée philosophique remet en cause ses fondements même, et finit par prendre amèrement conscience de sa propre inanité (l’un des personnages qui constituent autant de doubles de l’auteur, celui de Tristan, allant jusqu’à proposer de brûler ses écrits). Face à cette inutilité reconnue de la pensée, il n’est plus d’exutoire que lyrique (p. 273), ce que manifeste avec une sombre magnificence Le Genêt, véritable testament poétique de Giacomo Leopardi, qui s’identifie idéalement à cette fleur fragile, exhalant son humble fragrance sur fond de désolation. Poésie du Néant par excellence, que cette ultime composition, qui dit, mieux que toute autre, « l’impossible savoir, le temps défunt des illusions et des espoirs, la condition tragique de l’homme... » (p. 273). Même si, dans le tout dernier développement de cette idéale biographie, une fugitive fantasmagorie fait revivre, l’espace d’un instant, tout un cortège de personnages issus d’une imagination fertile entre toutes, mais dont le chatoiement coloré ne fait guère qu’accuser la noire désespérance qui les a suscités. Un livre, donc, celui de Perle Abbrugiati, qui par sa rare sensibilité poétique, ainsi que par la richesse et la densité des ses analyses historiques et philosophiques, constitue une contribution capitale à la connaissance d’un auteur et d’une œuvre dont la singulière modernité se trouve à maintes reprises et à juste titre soulignée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Guidi, « Perle Abbrugiati, Giacomo Leopardi. Du néant plein l’infini », Italies, 16 | 2012, 643-645.

Référence électronique

José Guidi, « Perle Abbrugiati, Giacomo Leopardi. Du néant plein l’infini », Italies [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://italies.revues.org/4603

Haut de page

Auteur

José Guidi

Aix Marseille Université, CAER EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org