Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Giacomo Leopardi, Il gallo silvestre, e altri animali

San Cesario di Lecce, Manna, 2010, 184 p.
Perle Abbrugiati
p. 645-648
Référence(s) :

Giacomo Leopardi, Il gallo silvestre, e altri animali, a cura di Antonio Prete e Alessandra Aloisi, San Cesario di Lecce, Manna, 2010, 184 p.

Texte intégral

1Le thème de l’anthologie léopardienne organisée par Alessandra Aloisi et présentée par Antonio Prete est original. Il ne vient pas immédiatement à l’idée d’associer Leopardi au monde animal. Pour atteindre les grands thèmes du poète-philosophe, c’est une entrée inattendue, pour ainsi dire latérale.

2Antonio Prete, avec son Trattato della lontananza (2009) nous a habitués à rechercher le pellegrino dans le lointain. Ici il nous fait au contraire découvrir que la philosophie peut naître du proche – le chien, le chat, l’âne, le cheval, le bœuf… Mais faut-il s’en étonner ? Après tout, l’animalité est incrustée dans le nom même de Leopardi – pensons au blason de sa famille ; quant à Antonio Prete, il est devenu auteur lui-même avec un recueil de nouvelles intitulé L’ordine animale delle cose (2008), ce qui suppose que le rapprochement du monde humain et du monde animal lui appartient depuis toujours. C’est si vrai que son œuvre critique de référence, Il pensiero poetante, se concluait par un chapitre intitulé « La traccia animale », comme il nous le rappelle ici dans son introduction. Alessandra Aloisi a donc déployé, en réalisant cette anthologie, une intuition déjà synthétisée dans le passé.

3On trouve dans le recueil plusieurs fonctions attribuées par Leopardi à l’animal. La première vient de la fable et de ses dérivations. L’animal sert alors à parler de l’homme, il le représente – que ce soit sous forme d’apologue à la façon d’Ésope ou de La Fontaine, ou dans un genre parodique et satirique. Aussi bien au début qu’à la fin de la carrière littéraire de Leopardi, on retrouve cette fonction de représentation : c’est vrai à la fois dans les puerilia, les premières compositions poétiques d’un Leopardi d’une douzaine d’années – décrivant de façon délicieuse L’uccello, ou écrivant un plaidoyer A favore del gatto, figures où l’on ne manque pas de reconnaître le petit garçon qui écrit –, et dans l’ambitieux poème polémique qui conclut sa dernière saison, les Paralipomeni alla Batracomiomachia raillant le secol superbo e sciocco – les rats et les crabes y représentent les partis en présence dans l’Italie du dix-neuvième siècle.

4La deuxième fonction de l’animal est au contraire non plus de représenter l’homme, mais de s’opposer à lui, de constituer ce que Prete appelle « la figura di un’alterità libera e vigorosa », ou mieux encore « una soglia da cui muove la critica dell’umana civilizzazione ». L’animal, dans sa diversité, ne partage pas les défauts de l’homme – en particulier ses défauts en société. De nombreux textes seraient à citer, parmi lesquels le Dialogo tra un cavallo e un bue, qui préfigure le Dialogo di un Folletto e di uno Gnomo des Operette morali. Il faudrait surtout mentionner les passages du Zibaldone consacrés à la « società stretta » et à la « società larga ». Tous ces exemples sont sous-tendus par l’idée d’une sensibilité, et même d’une âme des animaux, déjà débattue dans une Dissertazione sopra l’anima delle bestie, faite dans l’adolescence. Les animaux, cependant, n’ont pas la même conscience, le même savoir que les hommes, ce qui fait leur force et non leur faiblesse. Les moutons sont en effet plus heureux que le berger dans le Canto notturno di un pastore errante dell’Asia. Ils ne connaissent pas l’ennui, mais le repos, la quiete. Et parfois même la joie, si l’on en croit l’Elogio degli uccelli.

5On pouvait s’y attendre : que l’animal soit le représentant de l’homme, en une opération fabuliste ou parodique, ou qu’il soit le représentant de son contraire, il sert à mettre l’homme sous un sombre éclairage.

6Une troisième fonction se fait jour, précisément grâce à l’altérité plus haut définie. Il s’agit du cas de l’animal mythique. Cette fois il n’y a pas de rapport de similitude ou de contraste entre homme et bête, mais Leopardi nous donne à voir un animal fantastique, qui possède une voix autre, un message philosophique qui ne peut provenir que d’un être radicalement différent. C’est le cas du Gallo silvestre, le Coq sauvage qui est à la fois l’immense et l’étrange : un être qui livre une parole sur l’extinction, sur l’entropie de toute existence, sur la disparition. La « voix animale » est alors l’exact contraire de l’illusion humaine : une parole du vrai et du vide, non pas un savoir mais une conscience extrême – allégorie où le sacré et le néant se confondent.

7Alessandra Aloisi a organisé les textes présentés en six sections, illustrées par les dessins de Mario Persico. 1. La favola in senso stretto contient les apologues des puerilia de Leopardi enfant. 2. Un bestiario fantastico regroupe le Coq sauvage avec d’autres animaux, inventés ou non (le phœnix, le lynx…), qui ont fait réfléchir Giacomo. 3. Vita degli animali confronte les sociétés humaines avec les sociétés animales et montre paradoxalement que « l’uomo è il più asociale di tutti gli animali ». 4. Forse s’avessi io l’ale réunit les textes sur les oiseaux, le vol. On y trouve entre autres l’Elogio degli uccelli, le Canto notturno, le Passero solitario. 5. Punto di vista animale e parodia dell’uomo joue sur le renversement de perspective. 6. Il rapporto uomo-animale illustre la violence humaine vis-à-vis de ce miroir parfois renversé de l’humanité.

8Que reste-t-il de ces textes, après leur lecture et surtout leur rapprochement ? L’animal y est tantôt le faire-valoir d’une idée négative de l’homme, tantôt une métaphore, tantôt un double de l’humain, tantôt un mythe qui regarde l’humanité d’en haut (le Coq sauvage) ou d’en bas (le troupeau du Canto notturno). Les images les plus marquantes sont sans doute le frémissement d’ailes de l’Elogio degli uccelli, la quiétude du troupeau du berger errant, le murmure en extinction du Coq sauvage, qui sous prétexte de réveiller les hommes leur chante leur dernière berceuse, enfin le rire/non-rire des rats morts des Paralipomeni, qui reste étouffé. Des présences qui tendent au silence, comme il est juste pour un genre qui n’est pas doué de parole. L’aspect multicolore du livre d’Antonio Prete et Alessandra Aloisi est sous-tendu par le silence animal à même de dévaluer le brouhaha humain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perle Abbrugiati, « Giacomo Leopardi, Il gallo silvestre, e altri animali », Italies, 16 | 2012, 645-648.

Référence électronique

Perle Abbrugiati, « Giacomo Leopardi, Il gallo silvestre, e altri animali », Italies [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://italies.revues.org/4605

Haut de page

Auteur

Perle Abbrugiati

Aix Marseille Université, CAER EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org