Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Elsa Chaarani Lesourd, Ippolito Nievo. Uno scrittore politico

Venezia, Marsilio, « Saggi », 2011, VII-221 p.
Laura Guidobaldi
p. 648-652
Référence(s) :

Elsa Chaarani Lesourd, Ippolito Nievo. Uno scrittore politico, Venezia, Marsilio, « Saggi », 2011, VII-221 p.

Texte intégral

1Elsa Chaarani Lesourd est la chercheuse française qui, au cours des deux dernières décennies, s’est consacrée avec la plus grande assiduité à l’approfondissement et à l’analyse de l’œuvre d’Ippolito Nievo. Avec Ippolito Nievo. Uno scrittore politico, l’auteure nous propose une passionnante biographie de ce grand écrivain, qui fut également soldat et patriote, mort en mer à l’âge de trente ans, à la veille de la proclamation du Royaume d’Italie.

2Comme le suggère le titre de l’ouvrage, la genèse et la maturation de la pensée politique et de l’écriture-action de Nievo sont les fils conducteurs de cette “revisitation” de sa vie. L’analyse biographique – car c’est bien d’une analyse qu’il s’agit – porte un regard croisé sur les aspects déterminants de la vie de l’écrivain, leurs conséquences sur sa production littéraire, et certains événements marquants du Risorgimento, qui ont été gravés dans l’esprit de Nievo dès l’enfance.

3Le volume est constitué de quatre chapitres et de diverses annexes (les notes au texte, deux arbres généalogiques, les index des noms, des titres d’ouvrages et des lieux). Chaque chapitre est articulé en plusieurs sections qui parcourent chronologiquement les étapes les plus significatives de la vie de l’auteur. À l’ouverture des chapitres, un exposé historico-politique fait le point sur la période concernée. Prenant appui sur les études les plus pertinentes de l’œuvre de Nievo (M. Bertoletti, S. Casini, C. De Michelis, M. Gorra), mais plus encore sur l’abondante correspondance de l’écrivain, Elsa Chaarani commente et explique le cursus éducatif, intellectuel et politique d’une personnalité sensible, brillante et polyvalente, née à Padoue mais dont les véritables origines sont lombardes et frioulanes.

4Le premier chapitre, Dal mantovano al veneto. Infanzia e adolescenza di Ippolito Nievo (1831-1846), brosse le portrait familial, culturel et idéologique des grands-parents et des parents de l’écrivain. On y apprend comment Mantoue (ville natale du père), la Vénétie et le Frioul (régions liées aux origines de la mère) ont joué un rôle essentiel dans la formation du jeune Ippolito. Si c’est à Udine qu’il fréquente sa première école, c’est en revanche à Vérone qu’il effectuera plus tard des études classiques, s’initiant aussi au français, encouragé en cela par l’ouverture d’esprit et les opinions libérales de ses parents. Mais c’est à Carlo Marin, son grand-père maternel, fervent patriote de la République de Venise et passionné de littérature, que Nievo doit en grande partie son goût de la lecture et celui de l’écriture. Du reste, Carlo Marin semble bien être le modèle idéal qu’il a choisi pour le personnage de Carlo Altoviti dans les Confessions.

5Le deuxième chapitre, Mantova e dintorni : un crocevia (1847-1852), est essentiellement consacré aux rencontres que fait Ippolito dans sa jeunesse. À Mantoue, d’abord, où il fait la connaissance du jeune Attilio Magri, avec lequel il se lie d’une grande amitié. L’importance de cette rencontre, au-delà du lien affectif, tient au fait qu’elle est exemplaire d’un rapprochement entre des classes sociales différentes. Le chapitre illustre, à travers cette amitié, l’apprentissage et le cheminement progressif d’un idéal politique qui va se révéler dès la première phase de l’écriture chez Nievo. Ainsi, la révolution de mars 1848, à Mantoue, suscite l’enthousiasme d’Ippolito et d’Attilio qui prennent part aux insurrections. La famille d’Ippolito fut, du reste, impliquée dans les événements de 1848, notamment par sa tante maternelle Eleonora di Colloredo, ardente partisane de la cause révolutionnaire. Avec l’assentiment politique de ses parents, Nievo se rend ensuite en Toscane pour apporter son aide aux révolutionnaires de la région. Le soutien et la libéralité dont font preuve ses parents, à son égard, trouveront un écho au sein des Confessions, dans la relation qui unit le personnage de Carlino à ses enfants. Ces années sont également, pour le jeune Nievo, celles de la rencontre de l’amour, sous les traits de la jolie Matilde Ferrari. C’est cette histoire sentimentale qu’il relate plus ou moins fidèlement et avec beaucoup d’emphase dans l’Antiafrodisiaco. L’histoire d’un amour qui, après l’ivresse initiale, s’éteint lentement, ne résistant pas aux tiraillements qu’éprouve le jeune homme entre ses sentiments pour Matilde et ses devoirs de patriote. Enfin, entre 1850 et 1852, se situe la “rencontre” de Nievo avec les grands textes romantiques, et l’écriture devient définitivement pour lui un acte existentiel et politique.

6C’est ce qu’illustre le troisième chapitre d’Elsa Chaarani, intitulé In campagna e in città (1852-1857). Le prime tappe di una scrittura politica. Il s’agit de la période au cours de laquelle Nievo se lance dans l’écriture politique proprement dite. Pour l’Italie, ce sont des années de transition, durant lesquelles prennent forme et se définissent l’idéal modéré et le pragmatisme de Cavour, opposés à l’impulsivité et aux vains soubresauts mazziniens. Nievo, avant ses années garibaldiennes, adhère au réalisme pragmatique de Cavour. Si sa conception de la politique est donc susceptible de connaître des évolutions, il continue à se battre contre les discriminations, notamment contre l’antisémitisme (il aborde la question juive dans la comédie Emanuele). Dans Venezia e la libertà d’Italia, en revanche, c’est la douleur suscitée par le massacre des patriotes de Belfiore (1852-1853), aux portes de Mantoue, qui motive son discours. La politique et le sens civique sont aussi à la base de ses deux écrits successifs : Gli ultimi anni di Galileo Galilei (où il fait l’éloge de l’apostasie quand elle permet de mieux servir ses idéaux) et Gli studi sulla poesia popolare e civile (où il met en avant le rôle civique des hommes de lettres). Dans la même veine politique, il se consacre aussi au journalisme, activité qu’il poursuivra jusqu’au début de la décennie suivante, à l’occasion de l’épopée garibaldienne. Mais en 1855, après avoir lu Consuelo de George Sand, Nievo s’initie à la prose narrative. Pendant deux ans, de 1855 à 1857, il vit dans la campagne frioulane, et voue son écriture à l’observation du monde paysan, à l’instar des récits champêtres de Caterina Percoto et, bien sûr, de George Sand. Dans ses propres “écrits champêtres”, le plus souvent des nouvelles, mais également le roman Il conte pecoraio, Nievo fait l’éloge des paysans italiens, notamment de leur sobriété et de leur résistance.

7Le quatrième et dernier chapitre de cette étude biographique de Nievo, Da Milano alla Sicilia (1857-1861), met particulièrement l’accent sur la rédaction et l’achèvement des Confessions, considérées non seulement comme le chef-d’œuvre de l’écrivain, une réalisation d’envergure européenne, mais aussi comme son écrit le plus politique, animé par le souci de contribuer à l’éducation civique des Italiens en leur prodiguant des enseignements. La mémoire et l’histoire y entretiennent une étroite relation dialectique, et le roman peut être considéré aussi bien comme une “histoire de la mémoire” (du protagoniste), que comme une “mémoire de l’histoire” (de l’Italie). L’autre événement marquant de cette période de la vie de Nievo, c’est son engagement aux côtés des volontaires garibaldiens (c’est à ce moment qu’il entreprend la rédaction de son journal poétique Amori garibaldini), et sa participation à la célèbre expédition des Mille, en 1860. Sa bravoure militaire lui vaut d’être nommé rapidement vice-intendant des Forces Nationales en Sicile, puis intendant de première classe et enfin colonel. Mais la tâche s’avère rude et les soupçons de corruption qui pèsent sur l’administration garibaldienne de la Sicile contraignent Nievo à réunir des documents à décharge, et à s’embarquer pour aller rendre des comptes au pouvoir central de Turin. Nievo n’arrivera pourtant jamais à destination, car l’Ercole, le bateau sur lequel il voyage, sombre dans des conditions restées mystérieuses, laissant à ses biographes, dont Elsa Chaarani, le doute que la mort de Nievo n’ait pas été accidentelle, mais bel et bien programmée par ceux qui pouvaient avoir quelque intérêt à le condamner au silence.

8L’étude d’Elsa Chaarani est remarquable de précision et de rigueur. Puisant à la source de la correspondance d’Ippolito Nievo, et s’appuyant sur les suggestions de plusieurs grands spécialistes de son œuvre, les différents chapitres d’Ippolito Nievo. Uno scrittore politico commentent l’éducation et la maturation des idéaux politiques de l’écrivain vénète, expliquant son choix de faire de l’écriture un outil au service d’une vision de la société et de la cause nationale. Ils montrent ainsi comment la production littéraire et journalistique peut constituer, chez Nievo, un acte politique, une réponse aux problèmes de la société italienne. Cet essai biographique s’avère donc particulièrement utile pour tous ceux qui désirent comprendre le parcours intellectuel et idéologique de l’homme de lettres et du patriote Nievo, qui a notoirement marqué de son empreinte l’histoire littéraire et politique du Risorgimento.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Guidobaldi, « Elsa Chaarani Lesourd, Ippolito Nievo. Uno scrittore politico », Italies, 16 | 2012, 648-652.

Référence électronique

Laura Guidobaldi, « Elsa Chaarani Lesourd, Ippolito Nievo. Uno scrittore politico », Italies [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://italies.revues.org/4606

Haut de page

Auteur

Laura Guidobaldi

Aix Marseille Université, CAER EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org