Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sophie Nezri-Dufour, Il giardino dei Finzi-Contini. Una fiaba nascosta

Ravenna, Fernandel, 2011, 156 p.
Yannick Gouchan
p. 654-657

Texte intégral

1L’ouvrage que Sophie Nezri-Dufour consacre au plus célèbre roman de Giorgio Bassani est un essai très original dont le principe consiste à étudier et démontrer la présence explicite et implicite d’éléments propres au conte (de fées, en l’occurrence). Dans la préface, Roberto Vigevani n’hésite pas à considérer que cette nouvelle interprétation d’un roman qui figure désormais parmi les grands classiques de la littérature italienne de la seconde moitié du XXe siècle va contribuer à mieux redéfinir l’originalité de Bassani, dans le contexte du roman italien des années soixante (Il giardino dei Finzi-Contini fut publié pour la première fois en 1962).

2En partant du constat d’une sorte de dialectique entre le réalisme historique et la poeticità présents dans le roman, Sophie Nezri-Dufour va montrer toute l’importance d’un « discorso allegorico e simbolico che introduce il lettore in un universo prossimo, molto spesso, a quello fiabesco » (p. 9). En effet, la lecture de l’essai de Sophie Nezri-Dufour nous montre avec succès que le cadre spatio-temporel, les personnages et certains événements du roman de Bassani appartiennent, en fin de compte – et indépendamment de toute considération sur l’histoire littéraire italienne dans les années soixante – à la nébuleuse complexe du conte, comme genre codifié, soumis à des schémas récurrents et précisément destiné à une interprétation souvent allégorique. Il est possible de déceler, déjà, la présence d’éléments génériques en relation avec le conte dès les premiers récits et nouvelles de Bassani. Ainsi, Sophie Nezri-Dufour s’intéresse notamment à une poétique de l’espace bassanien en effectuant une rapide analyse des lieux emblématiques de l’auteur, et en premier lieu le jardin, dans des écrits antérieurs au roman.

3L’essai débute par un démontage de la structure du Giardino dei Finzi-Contini insistant sur la temporalité. Les premières pages du roman indiquent d’emblée les étapes traditionnelles du récit dans le conte, à travers la mise en place du moment de crise, le surgissement de l’antagoniste et la présence d’adjuvants. Dans cette partie de l’essai, l’auteur tente de retrouver les multiples liens dissimulés ou indirects entre les choix narratifs de Bassani et les phases du conte. À ce propos, les pages consacrées au rite d’initiation (pp. 37-41) et à la conquête identitaire (pp. 44-47) sont tout à fait pertinentes. Une fois démontrée la composition délibérément fiabesca du roman, l’essai s’oriente vers les « ingrédients du conte ». Ce deuxième chapitre offre une intéressante poétique des lieux (comme la forêt, le château, le labyrinthe, la tour, etc.), que le travail d’interprétation de Sophie Nezri-Dufour rend « symboliques et initiatiques ». Le cadre spatial de l’histoire d’amour impossible entre Giorgio et Micòl contribue de manière décisive à créer un contexte aux marges du merveilleux. D’ailleurs, l’espace clos et protégé de la propriété des Finzi-Contini n’est-il pas l’allégorie du monde paradisiaque de l’enfance que les heurts de l’Histoire viennent souiller inévitablement ? Dans les pages suivantes, l’étude des personnages-héros du roman permet de mettre en évidence – avec une conviction louable – les archétypes de la princesse, de la fée (qui peut aussi être sorcière) et du vieux roi. Le troisième chapitre révèle, après l’étude du cadre spatio-temporel et des différents personnages, les caractères du merveilleux. Le décor presque « hors du temps » – donc magique –, et l’espace enchanté déterminent un « discorso fiabesco », c’est-à-dire le cœur de l’interprétation proposée par Sophie Nezri-Dufour (pp. 99-105). Le lecteur découvre, comme par enchantement – grâce au talent de l’auteur qui a su saisir le conte dans les moindres recoins de l’œuvre –, la présence d’objets totémiques et de scènes merveilleuses, ce qui fait entrer, paradoxalement peut-être, le roman de Bassani dans le domaine de l’onirisme et du fantastique (pp. 115-126). Le quatrième et dernier chapitre constitue une prise de distance critique par rapport aux analyses systématiques de la structure du roman, car il s’agit ici de nuancer la nature du conte présent dans Il giardino dei Finzi-Contini. En effet, l’auteur ne cherche pas à plaquer une lecture méthodologiquement motivée par les travaux classiques de Propp ou de Bettelheim, mais elle adopte le point de vue du chercheur, d’abord attentif à la constitution d’une typologie descriptive, puis soucieux d’en démontrer les limites ou, comme c’est le cas dans les vingt-cinq dernières pages de l’essai, l’originalité profonde. Le conte des Finzi-Contini est donc « étrange » (p. 127), car l’étape ultime, le dénouement, n’est pas conforme aux règles du genre (il n’y a pas de fin heureuse pour la « princesse Micòl »). Le cours tragique de l’Histoire et le gouffre que la mort ouvre devant les personnages ne contribuent-ils pas à faire de ce roman un « conte moderne », suivant les interrogations de l’auteur (p. 131) ? Mais le respect d’un « patto fiabesco » est garanti par la douleur, c’est-à-dire par une mort métaphorique du héros (Giorgio fait le deuil de l’amour de Micòl), condition de sa « renaissance », comme on le constate lors de la lecture de nombreux contes (Giorgio sort du jardin enchanté et mortifère, comme après un rite d’initiation). Cette interprétation proposée par Sophie Nezri-Dufour s’appuie sur une étude de la mort symbolique (d’après Bettelheim et Della Coletta, entre autres) et de la fin du sortilège, considérée comme phase d’éloignement du merveilleux.

4Cet essai parvient à convaincre non seulement le lecteur de romans italiens contemporains, mais aussi les spécialistes de Bassani. L’auteur a parfaitement démontré à quel point le « conte » des Finzi-Contini apparaît comme une version à la fois traditionnelle et modernisée. La conclusion avance l’idée selon laquelle le roman de Bassani constituerait un « testo di saggezza » (p. 150), proche du « conte philosophique », ce qui laisse présager de futures orientations dans les contributions critiques sur Bassani et, au-delà, sur le roman italien de cette époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Sophie Nezri-Dufour, Il giardino dei Finzi-Contini. Una fiaba nascosta », Italies, 16 | 2012, 654-657.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Sophie Nezri-Dufour, Il giardino dei Finzi-Contini. Una fiaba nascosta », Italies [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://italies.revues.org/4611

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Aix Marseille Université, CAER EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org