Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sebastiano Vassalli, Giovanni Tesio, Un nulla pieno di storie. Ricordi e considerazioni di un vaggiatore nel tempo

Novara, Interlinea, 2010, 142 p.
Stefano Magni
p. 657-659

Texte intégral

1L’anniversaire des soixante-dix ans de Sebastiano Vassalli devient l’occasion d’une longue interview accordée à Giovanni Tesio par l’écrivain piémontais. Le livre a été publié par Interlinea, la maison d’édition de Novara où l’écrivain habite. Depuis quelques années, Vassalli entretient une collaboration avec cet éditeur.

2La quasi-totalité du livre est composée de l’interview elle-même, qui occupe 120 pages sur 142. À la fin, on trouve un texte critique d’une vingtaine de pages écrit par Giovanni Tesio. Il y résume les points les plus importants qui ont été abordés dans les questions-réponses et se livre à une analyse. Enfin, juste avant le sommario, on dégage une liste des principales œuvres de Vassalli. Dans ce catalogue, on précise qu’on ne tient pas compte des plaquettes de poésie et des poèmes présentés dans des livres collectifs, ni des traductions en langue étrangère. La bibliographie va de Lui (egli) jusqu’à Le due chiese (de 1965 à 2010).

3Cette bibliographie est suivie d’une Bibliografia essenziale della critica qui compte dix huit titres allant, par ordre chronologique, de Il viaggio Testuale, de Maria Corti, de 1978, jusqu’à Moralità e sperimentalismo di Sebastiano Vassalli. L’oro del mondo, de Giuseppe Zaccaria et publié par Interlinea en 2010. Quoique le premier et le dernier titre se réfèrent à des ouvrages, la plupart des autres références est constituée par des articles de journaux parus aussi bien dans des revues spécialisées (« Belfagor », « Tuttolibri » de « la Stampa ») que dans des journaux quotidiens (« la Repubblica », « Il Corriere della Sera »).

4L’interview est divisée en une vingtaine de chapitres qui suivent un ordre chronologique. Elle commence par aborder la toute première enfance de l’auteur, vécue pendant la guerre et l’immédiat après guerre (Vassalli est né en 1941), et arrive jusqu’à nos jours. Ainsi l’écrivain a-t-il l’occasion de parler de sa jeunesse et de sa famille, de ses études, de son mariage et de sa vie privée, sur laquelle il offre beaucoup de détails. Dans la deuxième partie, l’interview prend un caractère plus littéraire et social. Vassalli parle d’abord de ses débuts comme écrivain, puis de ses relations littéraires avec les auteurs de la période. Ainsi commente-t-il l’expérience du Gruppo ’63 et mentionne-t-il ses relations avec Calvino. Il cite également ses relations internationales en matière de poésie, comme, par exemple, en France, celle qu’il a entretenue avec Jean-Charles Vegliante. Reconsidérer les années 1960 et 1970 est pour lui l’occasion d’avoir une réflexion sur les décennies de la révolte, sur la caducité des modes culturelles de l’époque, sur les limites de la contestation politique, artistique et littéraire que notre société a vécue.

5Après ce débat, ne pouvait manquer une analyse de la société de nos jours, et de la situation politique italienne contemporaine.

6L’interview est à la fois intéressante et prenante. Vassalli y parle avec franchise de sa vie. L’impact est d’autant plus violent que les premières questions concernent l’enfance et la famille de l’écrivain, qui ont provoqué beaucoup de souffrance pour Vassalli. De plus, étant donné que la partie critique est placée à la fin du livre, le lecteur est plongé dans l’interview dès la première page, sans aucune autre forme d’introduction. L’écrivain lui-même dévoile l’existence de certaines connexions existant entre sa vie privée et son œuvre littéraire. Il revient, par exemple, sur la figure du père qui apparaît, dans son roman L’oro del mondo, très négative. Dans l’interview, Vassalli précise que le personnage a été rendu meilleur par rapport à son propre père, pour lui donner une épaisseur littéraire (p. 10) et il ajoute, de façon cynique, que son père n’avait rien de charmant : il l’appelle Il Merda, et il a du mal à trouver les mots pour en dire tout le mal qu’il souhaiterait.

7Ces premières pages fournissent une documentation intéressante pour comprendre également d’autres personnages de ses romans, comme, par exemple, l’orpheline Antonia, l’héroïne de La chimera, un enfant abandonné, comme Vassalli lui-même l’a été. Après avoir parcouru à travers ces réponses les grandes blessures de sa vie, Vassalli rappelle ses grandes passions, la littérature avant tout, et il témoigne son amour pour Dino Campana. Dans l’interview, on retrouve aussi l’intérêt et l’amour pour les lieux de son existence : le Nord Ouest d’Italie, souvent raconté dans ses romans.

8Au fil de l’interview sont insérés des photos, des couvertures de livres ou des documents originaux concernant la vie de l’écrivain.

9Le titre de l’ouvrage Un nulla pieno di storie renvoie au « nulla » du roman La chimera, où le narrateur part du néant qu’il voit de sa fenêtre pour reconstruire une histoire que ces mêmes lieux ont vécue quelques siècles auparavant. Dans le roman, la campagne se remplit d’injustices, d’horreurs et des bruits du passé. Cette interview se remplit du vécu, de la douleur, de l’expérience, de la force de la pensée de Vassalli qui déchire le « nulla » postmoderne des pages blanches pour nous livrer un important témoignage sur sa vie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stefano Magni, « Sebastiano Vassalli, Giovanni Tesio, Un nulla pieno di storie. Ricordi e considerazioni di un vaggiatore nel tempo », Italies, 16 | 2012, 657-659.

Référence électronique

Stefano Magni, « Sebastiano Vassalli, Giovanni Tesio, Un nulla pieno di storie. Ricordi e considerazioni di un vaggiatore nel tempo », Italies [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://italies.revues.org/4613

Haut de page

Auteur

Stefano Magni

Aix Marseille Université, CAER EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org