Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La littérature de jeunesse italienne du XXe siècle, textes recueillis et présentés par Mariella Colin

« Transalpina, Études italiennes », n° 14, 2011, Presses universitaires de Caen, 233 p.
Estelle Ceccarini
p. 659-662

Texte intégral

1« Transalpina », revue dirigée par Mariella Colin et publiée sous l’égide des Presses universitaires de Caen, consacre le dossier thématique de son numéro 14 à la littérature italienne pour l’enfance et la jeunesse du XXe siècle. Par ailleurs, la revue se présente, à partir de ce numéro, sous une forme rénovée et au dossier thématique viennent s’ajouter une rubrique de Varia contenant un article d’Enzo Rosario Laforgia sur Curzio Malaparte sur le front russe pendant la Seconde Guerre mondiale ainsi qu’une nouvelle rubrique de recension bibliographique. Ces deux rubriques viennent enrichir de façon fructueuse la revue, la qualité du dossier central restant son point fort.

2Celui de ce numéro propose au travers de dix contributions un parcours des auteurs et des œuvres les plus significatifs de la littérature de jeunesse italienne au XXe siècle dans toute leur variété puisqu’elles prennent en considération aussi bien la production narrative, poétique, que la question de l’illustration, et qu’elles couvrent par ailleurs tout le siècle, de “l’âge d’or” que connaît la littérature enfantine italienne au début du siècle (pour reprendre le titre de l’important ouvrage de Mariella Colin) aux albums illustrés pour les tout petits des dernières décennies.

3L’ouvrage s’ouvre sur deux articles qui montrent comment la littérature pour l’enfance et la jeunesse du début du siècle se développe en interaction avec les courants littéraires des avant-gardes. Ainsi, Giulia Pezzuolo analyse-t-elle la façon dont la mise en scène de « mondes autres » dans les romans « futuristes » pour enfants du début du siècle reflète la méfiance des auteurs vis-à-vis d’un modernisme qui se développerait en ignorant la dimension morale, sans que cette attitude puisse être réduite à un anti-modernisme réel. La poésie enfantine, étudiée par Luciana Pasino est l’autre domaine où le dialogue avec les avant-gardes est très présent, sous l’effet de l’influence de Pascoli puis des innovations de la poésie crépusculaire, ou au travers de la dimension loufoque fortement liée aux jeux langagiers proposés par certains auteurs tels que Rubino, Sto ou Vamba. Un dialogue interrompu lorsque le fascisme vient poser sa chape de plomb sur la créativité de la littérature pour l’enfance et que les poètes authentiques délaissent la poésie pour l’enfance, exception faite des voix de Diego Valeri ou Renzo Pezzani.

4Brigitte Poitrenaud-Lamesi, Stefano Lazzarin et Franco Cambi montrent ensuite comment, passée la parenthèse du Ventennio, les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale voient s’opérer le retour des écrivains vers le domaine de la littérature pour l’enfance, qu’il s’agisse de romans comme Il Principe infelice. Romanzo per bambini de Tommaso Landolfi, La famosa invasione degli orsi in Sicilia de Dino Buzzati ou encore de la poésie, en plein essor sous l’impulsion décisive de poètes comme de Gatto, Rodari, Zanzotto.

5Une contribution de Pino Boero poursuit cet itinéraire en retraçant l’effervescence que connaît le secteur dans les années soixante-dix : à la présentation des différentes générations d’auteurs actifs au cours de cette décennie (de Rodari et Argilli à Bufalari, Brizzolara, Manzi, Martini Tumiati, Milani, puis, Pitzorno et Piumini) s’ajoute un regard sur l’évolution des éditeurs spécialisés et du monde de la critique de la littérature enfantine.

6Suivent trois contributions consacrées à quelques-unes des voix les plus significatives du secteur dans la seconde moitié du XXe siècle. Il s’agit tout d’abord d’une fine analyse de l’imaginaire géographique rodarien, entre ancrage réaliste et fantaisies géographiques, menée par Sylvie Martin-Mercier ; puis Susanna Barsotti décrit de façon très convaincante les nouveaux modèles féminins émancipés que constituent les petites filles protagonistes de l’œuvre de Bianca Pitzorno, intelligentes et volontiers rebelles. Enfin, dans une analyse croisée de l’œuvre de deux auteurs contemporains, Roberto Piumini et Beatrice Masini, Lise Chapuis met en avant la capacité de ces auteurs à produire des œuvres non stéréotypées, sachant s’adresser à un public d’âges variés, où dominent la créativité et les jeux de langage, sans pour autant éluder la confrontation avec des thèmes graves.

7Ce parcours s’achève tout près de nous, avec l’étude que Laura Fournier-Finocchiaro propose du travail des illustrateurs. Après avoir retracé la spécificité du monde de l’illustration en Italie dans la seconde moitié du XXe siècle, l’analyse se concentre sur quelques personnages qui ont marqué la production pour les tout jeunes enfants de ces dernières années : Pimpa du célèbre dessinateur Altan, Giulio Coniglio de Nicoletta Costa et la Mucca Moka d’Agostino Traini, soulignant la vitalité de la créativité des illustrateurs italiens.

8En somme, par sa qualité et sa diversité, ce numéro de la revue « Transalpina » vient enrichir de façon particulièrement intéressante le champ de recherche passionnant qu’est le monde de la littérature pour l’enfance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Ceccarini, « La littérature de jeunesse italienne du XXe siècle, textes recueillis et présentés par Mariella Colin », Italies, 16 | 2012, 659-662.

Référence électronique

Estelle Ceccarini, « La littérature de jeunesse italienne du XXe siècle, textes recueillis et présentés par Mariella Colin », Italies [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://italies.revues.org/4615

Haut de page

Auteur

Estelle Ceccarini

Aix Marseille Université, CAER EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org