Navigation – Plan du site

Brigitte Urbani. Un voyage dans l’Université

Claudio Milanesi et Perle Abbrugiati
p. 5-8

Texte intégral

1Brigitte Urbani a débuté sa carrière d’enseignante encore très jeune, à vingt-deux ans, comme professeur agrégée au Lycée Mignet d’Aix-en-Provence. Elle a ensuite fait une expérience de coopération au Lycée Al Mansour Ad Dahabi de Sidi Kacem (Maroc), pour revenir en France, au Collège Monod des Pennes Mirabeau d’abord et au lycée Saint-Exupéry à Marseille ensuite.
Entre-temps, elle a rédigé sa thèse de doctorat sur Le langage poétique de Giuseppe Ungaretti de L’Allegria à Il Dolore, qu’elle a soutenue sous la direction de Maryse Jeuland en 1979 à Aix-en-Provence, ce qui lui permit d’intégrer l’Université d’Avignon au tout début des années 1980, d’abord comme maître-assistant, et ensuite comme maître de conférences. À l’époque, la qualification au grade de Professeur des Universités exigeait que le candidat rédige une thèse d’État. C’est ce que fit Brigitte Urbani, qui lui consacra toute la décennie 1980, et qui put enfin soutenir en 1992, à l’Université Lyon 3, sa thèse sur La figure d’Ulysse dans la littérature et la culture italiennes des origines à nos jours, sous la direction de Jean Gonin. C’était un travail de recherche dont le volume dépassait les mille deux-cents pages et qui représente encore aujourd’hui une contribution majeure à l’étude des réécritures et des transformations du mythe d’Ulysse dans la littérature italienne.

2Dès l’année suivante, en 1993, Brigitte Urbani fut recrutée comme Professeur d’italien à l’Université de Provence. Si elle avait déjà fait preuve de son énergie et de son dévouement pendant les douze années qu’elle avait passées à Avignon, c’est depuis son intégration à l’Université de Provence, aujourd’hui devenue Aix Marseille Université, qu’elle déploya tous ses talents de chercheuse, d’enseignante, d’animatrice de la recherche et d’administratrice. Impossible de donner un aperçu exhaustif de ses cours d’histoire de l’art et de critique littéraire à tous les niveaux allant de la Licence à la préparation à l’Agrégation, de ses publications, de ses participations à congrès et colloques en France et à l’étranger, de ses responsabilités administratives et pédagogiques, de ses engagements pour la promotion de la discipline au niveau local, national et international. On rappellera ici qu’elle inaugura et assura pendant plus de dix ans le cours de critique littéraire, qui a représenté une contribution majeure à la formation de tous les étudiants du Master Aire Culturelle Romane de l’Université de Provence ; qu’elle a encore tout récemment publié un livre sur le théâtre de Dario Fo ; qu’elle a présenté des communications à des colloques se déroulant dans les Universités d’Aix-Marseille, Lyon 3, Nancy 2, Paris 3, Paris 4, Paris 10 et Paris 12, qu’elle a bien sûr participé à des activités de recherche dans les Universités italiennes, notamment à Florence et à Cagliari, mais qu’elle a aussi exporté l’italianisme jusque dans celles de Louvain, Anvers, Bruxelles, Cracovie, Varsovie et Split. Au cours des vingt années de sa carrière en qualité de Professeur des Universités à l’Université de Provence devenue Amu, elle n’a rien négligé des charges et des responsabilités qui remplissent la vie d’un enseignant-chercheur qui a atteint le sommet de la profession : jurys de soutenances et direction de mémoires de Maîtrise, de Dea et de Master, de thèses de Doctorat et d’Habilitation à diriger des recherches, commissions de spécialistes, colloques, direction de projets de recherche, jurys de concours, participation à la vie de sociétés savantes et de comités nationaux, direction de revues, animation de réseaux de chercheurs, participation aux comités scientifiques des revues…

3Qu’il nous soit permis de faire ressortir, dans cette carrière débordant de réussites, quelques responsabilités significatives : la direction du Département d’italien de l’Université de Provence, la vice-présidence de la 14e section du Conseil National des Universités, la vice-présidence des jurys de Capes externe et d’Agrégation externe d’italien, la présidence de la Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur, la direction de la revue « Italies », et enfin la direction du Centre Aixois d’Études Romanes, le Caer, qu’elle assura pendant cinq ans de 2006 à 2011 et au sein duquel elle a dirigé une Hdr et sept thèses de doctorat, dont cinq soutenues et deux en cours. Il convient d’ailleurs de rappeler que, malgré toutes ces charges, elle trouva parallèlement le temps et l’énergie de former des générations d’enseignants et de chercheurs, de diriger pendant plus de dix ans un projet de recherche sur le récit de voyage, de se former à l’informatique et de concevoir et réaliser par là la mise en ligne de l’intégralité de la collection des deux revues du Caer, « Italies » et les « Cahiers d’études Romanes ».

4Pour finir, on n’oubliera pas de souligner qu’elle n’a jamais négligé ses recherches personnelles et qu’elle a publié nombre d’études sur les sujets qui lui tiennent à cœur. On peut recenser dans sa bibliographie – en nous trompant vraisemblablement par défaut – deux ouvrages publiés en plus de ses deux thèses, treize directions de travaux collectifs, trente-huit articles, vingt-neuf communications à des colloques, sur des sujets allant de la littérature de voyage à la littérature contemporaine, des arts figuratifs au théâtre du prix Nobel de littérature Dario Fo, ce qui constitue sa dernière passion et qui lui permit d’aborder des sujets qu’elle avait peut-être dû laisser en arrière-plan dans la première partie de sa carrière, soit l’engagement et le fort ancrage politique d’une partie essentielle de la culture italienne.

5Pour son tact et sa discrétion, couplés avec une énergie inépuisable et des talents multiples, Brigitte Urbani a été respectée et admirée par la communauté universitaire qu’elle a contribué à structurer. Son accession récente au statut de Professeur émérite lui permet de maintenir les liens professionnels et d’amitié qu’elle a tissés tout le long de sa carrière, en comblant encore pendant un temps le vide qu’elle a laissé dans cette communauté par son départ.

6 Aix-en-Provence, le 20 juin 2014

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudio Milanesi et Perle Abbrugiati, « Brigitte Urbani. Un voyage dans l’Université », Italies, 17/18 | 2014, 5-8.

Référence électronique

Claudio Milanesi et Perle Abbrugiati, « Brigitte Urbani. Un voyage dans l’Université », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/4644

Haut de page

Auteurs

Claudio Milanesi

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Perle Abbrugiati

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org