Navigation – Plan du site

Introduction
Vrais voyages et voyages de papier

Claudio Milanesi
p. 21-27

Texte intégral

1Traditionnellement, les études sur la littérature de voyage du Caer, le Centre Aixois d’Études Romanes (E.A. 854, autrefois désigné Équipe d’Accueil Études Romanes) ne se sont pas limitées à la littérature odeporica stricto sensu, c’est-à-dire aux récits de vrais voyages concrètement réalisés, mais se sont dès le début élargies au thème du voyage – vrai ou imaginé – dans le roman et la nouvelle, dans la poésie et dans le journalisme, ainsi que dans la culture visuelle et audiovisuelle – la peinture, le cinéma, la télévision ou la bande dessinée. Ainsi ont-elles croisé les études sur les représentations des villes et des sociétés et les recherches sur les représentations croisées entre cultures, ainsi que sur les transferts culturels, sur l’image de l’autre, sur le sentiment et la construction de l’identité par la définition de l’altérité, sur les interférences, les croisements et les hybridations entre différentes traditions et cultures, et plus particulièrement les cultures de l’aire romane.

  • 1 Benito Pelegrin, Georges Ulysse, Monique Mustapha, Bernard Martocq, Valeriu Rusu (sous la directi (...)

2Cela est vrai déjà pour les premières recherches dans ce domaine, publiées par l’Équipe d’Accueil Études Romanes sous la direction de Georges Ulysse avec Benito Pelegrin, Monique De Lope, Monique Mustapha, Bernard Martocq et Valeriu Rusu, responsables alors des différentes branches géographiques de l’équipe1. Et cela se confirmera par la suite, d’abord après que José Guidi eut pris la direction de l’Équipe d’Accueil et, dès 2006, quand Brigitte Urbani, déjà à la tête de la revue « Italies » depuis l’année 2000, lui succéda à la direction du centre, désormais appelé le Caer.

3À cette époque, Brigitte Urbani avait déjà lancé un axe spécifique de recherches consacré au voyage, qui, faisant suite aux volumes sur les représentations et les récits de naufrages qui avaient ouvert la nouvelle série des « Cahiers d’Études Romanes » dès 1998, se concrétisa successivement dans les volumes de la même revue consacrés, le premier, à la représentation de Paris chez les voyageurs italiens, espagnols et portugais, le deuxième et troisième aux images, métaphores et fonctions narratives du train d’abord et des hôtels et auberges ensuite, et, le dernier, au thème de la fuite, réelle ou imaginaire, subie ou choisie, seulement rêvée ou concrètement réalisée.

  • 2 Ceci donna quatre numéros doubles de la revue, tous sous la direction de Brigitte Urbani : Paris (...)

4Rien d’étonnant à cela, car Brigitte Urbani – qui était déjà à cette époque une voyageuse confirmée dans sa vraie vie – était dans sa vie de chercheuse une spécialiste du voyage d’Ulysse, ce mythe fondateur du voyageur occidental, et de ses réécritures dans notre tradition littéraire. Elle était donc une spécialiste autant de vrais voyages et des formes différentes de leurs récits que des mythologies liées au déplacement dans l’espace, et notamment des déplacements dans la Méditerranée, cet espace identitaire de l’aire culturelle romane. C’est ainsi qu’apparurent, au fil des années, entre 2001 et 2010, les différents numéros des « Cahiers d’Études Romanes » consacrés à ces thématiques, tous rigoureusement ouverts autant à des recherches sur la littérature de voyage stricto sensu – journaux, correspondances, reportages – qu’à des voyages imaginés ou intégrés dans des récits fictionnels au sein de romans, nouvelles, poèmes, films…2

5Ces volumes en hommage à Brigitte Urbani, consacrés aux voyages de papiers, suivent la même inspiration. Occupant deux tomes, étant donné la popularité et l’estime dont jouit l’ancienne présidente de la Sies et ancienne directrice du Caer, ces volumes d’hommages sont organisés en parties thématiques.

6Dans la première partie, ont été recueillies les recherches consacrées aux récits de vrais voyages et errances rédigés dans un arc chronologique très étendu, qui va de Pétrarque au reportage de Walter Siti sur son voyage à Dubaï, en passant par les voyages sentimentaux de Sereni et de Bigongiari et par les écrits de voyage de Carlo Levi. On y remarquera l’abondance réservée aux voyages en Sicile, allant des Souvenirs de Sicile du comte Auguste de Forbin jusqu’à la représentation de la ville de Scicli dans les écrits d’Elio Vittorini et Pier Paolo Pasolini.

7La deuxième partie réunit les voyages en images et en sons, explorant les projections du voyage en peinture, cinéma, bande dessinée, et musique. On entre dans les univers de la peinture utopique de la Renaissance ou désenchantée de De Chirico, dans le cinéma sur le tourisme ou l’émigration, dans le dépaysement des chansons de Vinicio Capossela.

8La troisième partie, qui ouvre le deuxième volume, explore en effet les fictions du voyage en littérature, allant du voyage sur la lune de l’Arioste au voyage fantastique du Cancroregina de Tommaso Landolfi, en passant par la portée du voyage dans la poésie de Leopardi.

9Une section de textes originaux sur le voyage couronne le tout. Le volume se clôt donc sur une série d’inédits – où l’on trouve une nouvelle sur le chemin de Saint-Jacques, une lettre imaginaire d’Ulysse à Calypso, ainsi que des souvenirs de voyage en Italie ou dans des contrées bien plus éloignées comme le Mustang. Ces derniers textes ont été écrits pour l’occasion par des chercheurs voyageurs qui ont voulu célébrer de la sorte leur amie Brigitte Urbani en sortant ainsi – pour une fois – du cadre contraignant du style universitaire.

10La lecture des analyses de ces récits de voyage confirme que sous le terme voyage se cachent bien des pratiques différentes, allant de la période classique jusqu’à l’époque postmoderne et au-delà : pèlerinage, voyage d’affaires, exploration, mais aussi voyage forcé (exils, fuites, déplacements, diasporas, déportations), voyage éducatif et de loisirs (depuis le Grand Tour jusqu’à notre voyage devenu une fin en soi). Mais aussi : voyages en solitaire, voyages de groupe et voyages de masse, voyages organisés, voyages programmés avec itinéraires et objectifs fixés à l’avance d’un côté, et errances et dérives de l’autre.

11Le premier trait qui saute aux yeux en parcourant ce recueil d’études sur la littérature de voyage est la relative rareté, dans cet énorme corpus, de l’esprit qui est propre aux guides touristiques. Bien sûr, il y a – surtout dans les écrits venant des époques des explorations, des découvertes et de la confiance dans la connaissance positive – des récits de voyage détaillant des données objectives et des descriptions de paysages, monuments, villes et villages.

12De ce point de vue, presque chaque voyageur a laissé dans ses écrits une partie documentaire qui, bien que de valeur inégale d’un texte à l’autre, apparaît toujours vivante et intéressante grâce à l’accentuation naturelle de l’attention et du sentiment qui se vérifie quand nous sommes face à ce qui semble être un premier regard différent et nouveau : on peut ainsi lire les descriptions de l’Allemagne par Francesco Vettori, de la Laponie par Francesco Negri, de Marseille par Cesare Socci, de la Crimée par Vincenzo Ricasoli, de Rome et de Venise par Wanda Odrowaz, de l’Éthiopie par Edoardo Scarfoglio, de l’Inde par Carlo Levi, de la Sicile par Elio Vittorini, de Naples par Georges Ulysse.

13Mais il est vrai que, même quand l’observation est l’objectif majeur du texte, c’est plutôt l’observation de l’autre, de sa façon d’être, de ses coutumes, qui prévaut dans bon nombre de récits : de ces pages jaillissent ainsi les souvenirs des paysans et citadins que rencontre Ippolito Nievo dans son Frioul et à Mantoue, la comédie humaine qui se joue dans la voiture qui amène Giuseppe Gioacchino Belli de Rome à Milan, le charme des filles qu’Ettore Socci croise presque à chaque étape de son périple français, la sympathie des voyageurs que rencontre Mario Soldati lors de ses escapades françaises… Mais, même si l’on conçoit le voyage comme une occasion de faire de nouvelles connaissances, il est inévitable pour beaucoup d’écrivains voyageurs, de glisser vers l’étape suivante, qui est celle du voyage à l’intérieur de soi.

14C’est alors que le voyage devient la métaphore de la vie elle-même : pour l’Odyssée de Pétrarque déjà, la vie est un voyage, ou mieux une errance. Et l’écriture elle-même est comme un voyage qui se fait dans le monde des signes. Dans cette quête, le voyageur qui essaie de se soustraire à l’agression de la modernité voyage alors à la recherche du passé, du paradis perdu, de l’archaïsme lointain. Le voyage devient ainsi un dispositif créateur de mythologies : par exemple, celle du caractère indomptable des peuples nordiques, véhiculée par Francesco Negri, ou bien celle – renversée car niée par les vicissitudes politiques de la guerre franco-prussienne – de la France républicaine que le garibaldien Ettore Socci recherche partout dans l’hexagone sans plus la rencontrer. Sans oublier le mythe colonial que l’Histoire se charge de dissoudre chez Scarfoglio lors de son séjour en Abyssinie, ainsi que le mythe renversé de cet inexistant paradis a-historique que serait la Somalie de Cristina Ali Farah.

15On sait pourtant que cette quête du passé dans le présent est la plupart du temps destinée à être frustrée, surtout à l’époque moderne et encore plus dans la postmodernité : il suffirait de songer à l’échec du colonialisme et à l’impossible rédemption de l’Éthiopie de Scarfoglio. Le passé n’existe plus, même si les écrivains sont allés le chercher très loin des villes investies par la modernité : c’est là l’échec de Pasolini, et de tant d’autres. Cet échec du voyageur moderne, qui s’insinue déjà dans les écrits de Pétrarque, finit par devenir une sorte de figure imposée à l’époque contemporaine : que l’on songe justement à la dérive de Pasolini qui, sans jamais réussir à les retrouver, est constamment sur les traces de ce passé immaculé en poussant ses pas toujours plus loin, dans les banlieues, dans les campagnes, puis en Afrique, en Orient… Et que l’on lise dans les pages de Georges Ulysse ce désenchantement du voyageur expérimenté qui ne se fait plus d’illusions sur la portée de son propre voyage ; elle est, en quelque sorte, la même désillusion énigmatique que celle de l’Ulysse de Giorgio De Chirico, que l’on retrouve beaucoup plus tard dans le texte de Perle Abbrugiati où le même Ulysse, dans sa lettre imaginaire à Calypso, montre bien qu’il a compris que l’ailleurs n’est nulle part, et que quand il reviendra, il ne retrouvera même plus ce qu’il était avant son départ.

16Mais, malgré ce désenchantement, cette aspiration vers l’ailleurs paraît renaître à chaque fois de ses cendres, sous la forme des explorations en Laponie de Francesco Negri et des séjours parisiens de Mario Soldati, ou dans l’itinéraire des pèlerins des temps modernes sur le chemin de Compostelle de Chiara Basso et des voyages initiatiques d’Antonio Tabucchi et d’Antonio Franchini dans le subcontinent indien. Et même quand ils ne partent pas vers l’ailleurs, les écrivains voyageurs continuent quand même à en rêver : ce sont alors les steppes enneigées et les déserts exotiques sur lesquels affabule l’Edoardo d’Elsa Morante, ou bien l’idéal pays de Nulle Part de Vincenzo Sgualdi, ou, encore plus loin, la lune de Tommaso Landolfi ou l’au-delà (et par là la mémoire perdue) de Mastorna, le personnage du film que Federico Fellini n’a jamais réussi à réaliser.

17Le voyage est ainsi exploration, initiation, introspection, quête, recherche, fuite… de plus en plus illusoires à mesure que l’on approche l’époque de la crise du sujet. Toutefois, ce qui apparaît dans certaines des lectures proposées dans ces volumes, c’est que ces échecs du voyageur contemporain semblent s’estomper quand le voyage est forcé, obligé ou lié à des traumatismes, qui sont pour la plupart dus à la guerre et à ses conséquences : dans ce cas, l’observation reprend le dessus, poussée par ce besoin de témoigner du côté tragique de l’exil, de l’émigration, de la diaspora, du déplacement forcé, de l’extermination… C’est là que prennent toute leur valeur les témoignages de Mario Rigoni Stern sur la guerre en Russie et de Teresa Noce sur le camp de Rieucros, ou encore le traumatisme de l’exil retracé par Cristina Ali Farah. C’est comme si, au moment où la mort approche, où le déchirement se produit, l’observation du milieu extérieur redevenait le dernier antidote à sa propre disparition et à celle de son propre monde. Le devoir de mémoire finit alors par s’imposer sur le désenchantement de la modernité.

Haut de page

Notes

1 Benito Pelegrin, Georges Ulysse, Monique Mustapha, Bernard Martocq, Valeriu Rusu (sous la direction de…), Voyager aux XIXe et XXe siècles, Actes du colloque de l’Équipe d’Accueil Études Romanes, 1-3 décembre 1994, Aix-en-Provence, PUP, 1998 ; Voyager à la découverte de… (XVIIIe – XXe siècles), « Italies », n° 1, 1996 ; Voyager à la découverte de… (La Renaissance), « Italies », n° 2, 1997 ; Naufrages, « Cahiers d’études romanes », n° 1 nouv. série, 1998 ; « Cahiers d’études romanes », n° 3 nouv. série, 1999.

2 Ceci donna quatre numéros doubles de la revue, tous sous la direction de Brigitte Urbani : Paris au miroir, « Cahiers d'études romanes », n° 6, 2 vol. , 2001 ; Voies narratives et voies ferrées : le train en mots et en images, « Cahiers d'études romanes », n° 10, 2 vol. , 2004 ; Auberges, hôtels et autres lieux d'étapes, « Cahiers d'études romanes », n° 17, 2 vol. , 2007 ; Fuites en avant ou à rebours. La fuite en mots et en images, « Cahiers d'études romanes », n° 22, 2 vol. , 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudio Milanesi, « Introduction
Vrais voyages et voyages de papier
 », Italies, 17/18 | 2014, 21-27.

Référence électronique

Claudio Milanesi, « Introduction
Vrais voyages et voyages de papier
 », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/4646

Haut de page

Auteur

Claudio Milanesi

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org