Navigation – Plan du site
Décrire les lieux, dire l'errance

De Florence à Dijon (1870-1871)
La France vue par un garibaldien

Claude Imberty
p. 133-158

Résumés

L’article présente au public français le récit que fait Ettore Socci de son voyage en France et de son séjour à Dijon après qu’il eut rejoint Garibaldi en janvier 1871. On essaie d’abord de déterminer quand Socci rédigea ses mémoires et pourquoi l’ouvrage ne fait pratiquement pas allusion à la Commune. On s’efforce ensuite de vérifier l’authenticité des faits rapportés. La conclusion est que le témoignage de Socci est fidèle à la réalité historique et que sa description des villes de Marseille, Lyon et Dijon permet de comprendre l’état d’esprit de la province française quelques semaines avant la signature de l’armistice de 1871. Bien qu’il déplore que les Français (hormis les francs-tireurs) aient perdu la foi républicaine des soldats de l’an II, Socci décrit un pays nullement découragé où le sentiment patriotique se rencontre dans toutes les classes sociales et où les femmes ont un rôle important, notamment dans l’organisation de l’aide aux combattants et des secours aux blessés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans une courte introduction intitulée « Poche parole per capirci prima », l’auteur écrit : « […] i (...)

1Ettore Socci avait vingt ans quand, en 1866, il combattit dans la région de Trente au côté de Garibaldi. L’année suivante, il participa à la bataille de Mentana où les chemises rouges furent battues par les troupes françaises qui garantissaient l’indépendance de Rome. Malgré ce revers dû aux chassepots de De Failly, Socci n’hésita pas à prendre part à la campagne de France en 1870 et 1871. Dans De Florence à Dijon, impressions d’un ancien garibaldien, il raconte ses aventures d’engagé volontaire. Le livre a été rédigé au cours de l’année 1871 à partir des notes que l’auteur avait prises pendant ses pérégrinations en France et les combats qui eurent lieu à Talant et à Fontaine, à quelques kilomètres de la capitale bourguignonne1. Le titre et le sous-titre de l’ouvrage correspondent aux deux parties du récit dont la première se rapporte au « voyage de Florence à Dijon » et la seconde à la guerre franco-prussienne.

  • 2 L’adjectif mazzinien est ici utilisé au sens de républicain. Mazzini, en effet, désapprouva l’actio (...)
  • 3 Ettore Socci, op. cit., p. 220 : « L’armistizio fu la testa di Medusa dell’entusiasmo nostro ; io v (...)
  • 4 Seuls neuf départements dont le Vaucluse et la Côte d’Or choisirent la totalité de leurs députés pa (...)
  • 5 Mais le style devient sentencieux dès que la figure de Garibaldi est évoquée ou que les principes r (...)
  • 6 Il fut élu député pour la dernière fois en 1904.

2Le livre, tel qu’il nous est parvenu, résulte donc d’un travail de composition a posteriori qui a porté sur les « impressions » que, dans un premier temps, Socci avait enregistrées sur le vif. Le point de vue rétrospectif (celui de l’auteur qui, revenu à Florence, a relu et organisé les annotations contenues dans son carnet de voyage) est essentiel car c’est de ce point de vue-là que naît le récit qui est celui d’un espoir déçu. Quand il écrivait son journal, Socci pouvait croire que l’issue de la guerre n’était pas encore tranchée. Après l’armistice du 28 janvier 1871, il dut admettre que le renfort des garibaldiens n’avait pas empêché la défaite. De Florence à Dijon retrace donc l’histoire d’une désillusion, celle d’un jeune mazzinien enthousiaste2qui assiste au délitement de la république née de la « révolution » du 4 septembre 18703. Mais l’auteur n’exprime pas franchement sa déconvenue qu’il cache sous le couvert d’une écriture amusée ou railleuse comme si non pas quelques mois (ceux de l’année 1871) mais un temps beaucoup plus long séparait les événements relatés du moment de leur narration. Cette distanciation affichée entre le narrateur et la matière de son récit vise à masquer l’amertume du républicain militant qu’était Socci. Il avait d’abord cru que la France au secours de laquelle il courait était celle de 1792 et de Valmy. À la fin de son ouvrage, il déplore les résultats des élections du 8 février 1871 qui sanctionnèrent la victoire d’une majorité conservatrice, hostile à la rhétorique de Gambetta et favorable à la paix4. Le ton détaché ou satirique5 de l’auteur, outre qu’il lui permet de surmonter sa désillusion, lui donne aussi la possibilité d’être pédagogue : Socci est un athée et un progressiste convaincu, qui souhaite emporter l’adhésion de ses lecteurs. Aussi veut-il que ces derniers voient dans la campagne des garibaldiens une « belle » aventure et un exemple à suivre. Quoiqu’il ne taise pas les scènes réalistes comme la description des soldats morts au pied de la colline de Talant, celle des blessés achevés par leurs frères d’armes à cause de la gravité de leurs blessures ou bien le transport, jusqu’à Dijon, des cadavres empilés sur des charrettes, il donne néanmoins une image heureuse de la mort héroïque, de la vie militaire, des soirées entre camarades, des nuits passées dans les cafés. L’auteur, qui croit dans la sacralité des combats quand la cause défendue est juste, ne veut pas que ses lecteurs rechignent à s’engager dans les batailles du futur. Il cherche donc à séduire. Il veut qu’on le lise avec plaisir. À cette fin il utilise, consciemment ou non, certains ressorts du roman picaresque : les personnages sont multiples, ils appartiennent à toutes les classes sociales. Les changements de lieu favorisent les rencontres, les amitiés nouvelles. Les protagonistes se perdent puis se retrouvent ; alors chacun raconte à l’autre ses propres aventures, ce qui permet à l’auteur d’introduire des récits secondaires au sein du récit principal. Le livre de souvenirs a parfois des allures de roman mais la fiction n’y a, semble-t-il, aucune part : c’est toujours le témoignage qui prévaut. On devine, dans ces pages, le journaliste que deviendra Socci avant qu’il ne soit élu député de Grosseto en 18926.

  • 7 Op. cit., pp. 60-61 : « Giovanni Uss, Galileo, i Parigini della Comune ».
  • 8 Ibidem, p. 101 : « […] coraggio che le ha spinte a curare in prima fila i feriti, e che poi ha fatt (...)
  • 9 Le dictionnaire Zingarelli signale que le mot reporter a été introduit en 1890.

3Le souci de vérité peut être décelé dans les limites que l’auteur s’est imposées quand il a travaillé à la mise en ordre de ses notes. Le processus de rédaction n’a pas trahi le texte primitif. Socci a quitté la France en février 1871. Quand, pendant les semaines et les mois qui suivirent, il écrivit son livre à Florence, la guerre qu’il croyait achevée ne l’était pas tout à fait. Et le triomphe du parti conservateur n’était plus aussi certain qu’il avait d’abord semblé. En effet, au mois de mars, le peuple de Paris s’insurgea contre le traité de paix et ce fut le début de la Commune. Ce fait contredisait les conclusions auxquelles Socci était parvenu quelques semaines plus tôt. Il avait estimé que Favre, en traitant avec Bismarck, avait trahi la république et que les Français, corrompus par le Second Empire, avaient perdu la foi républicaine. Le soulèvement de Paris démentait, en partie tout au moins, cette analyse. Socci aurait pu alors modifier son point de vue, ou, dans une postface, parler des heures dramatiques de l’insurrection pour dire son émotion, ses espoirs ou ses doutes. Rien de tout cela. Il est resté fidèle à la chronologie de son voyage puis de son séjour en France, c’est-à-dire à la succession de ses notes utilisées comme hypotexte. La conséquence est que, pour le lecteur d’aujourd’hui, le livre de Socci a ceci de paradoxal qu’il traite de la guerre franco-prussienne mais qu’il ignore la Commune. Ou presque. Car, en deux endroits de l’ouvrage, par maladresse sans doute, l’auteur fait allusion à la révolte de Paris. Une première fois, constatant que les inventeurs et les savants, vrais bienfaiteurs de l’humanité, sont souvent méprisés de leur vivant et ne connaissent la gloire que longtemps après leur mort, il cite « Jean Huss, Galilée et les Parisiens de la Commune »7. Une autre fois, faisant l’éloge des femmes françaises, il écrit que leur courage « leur a fait rencontrer la mort sur les barricades, quand Thiers a injustement écrasé et noyé dans le sang Paris la généreuse »8. Ce double lapsus calami nous permet de déduire qu’en mai 1871, Socci n’avait pas terminé l’exploitation de ses notes ni la rédaction de son livre. Bien évidemment, il savait ce qui se passait en France, mais il a pris le parti de ne parler que de ce qu’il avait vu en ignorant délibérément les événements qui eurent lieu après son retour en Italie. Il s’en est tenu (le mot est anachronique) au seul reportage9.

  • 10 La défaite de Sedan a lieu le 1er septembre 1870. Le siège de Paris commence le 19 septembre. Le (...)
  • 11   Sur l’aurore boréale du 25 octobre 1870 à Florence, cf. le sonnet de Renato Fucini intitulé L’au (...)
  • 12   Ettore Socci, op. cit., p 12. « e davanti ai tuoi occhi che distrattamente si affissano sugli al (...)

4Étant donné la thématique qui nous est proposée, nous parlerons surtout de Socci voyageur. Mais la guerre ne sera pas complètement oubliée car ce qui pousse l’auteur à partir et ce qui suscite son enthousiasme, c’est la volonté qu’il a de combattre pour défendre le régime républicain. Les obstacles au départ sont nombreux. Socci a reçu les encouragements de l’ambassade de France à Florence10, laquelle lui a assuré que le consulat de Livourne lui fournirait toute l’assistance nécessaire. C’est donc dans cette ville où il compte s’embarquer que se rend Ettore Socci, le 26 octobre 1870, soit le lendemain du jour où une aurore boréale a éclairé le ciel de Toscane11. Il s’abandonne au plaisir du train et il regarde le paysage qui défile à reculons. Le mouvement produit en lui un effet d’hypnose et, en même temps que passent les arbres, il voit défiler en imagination, « un à un, comme s’il s’agissait des figures d’une lanterne magique, les visages de tous ceux qui [le] connaissent, [qu’il] connaît ou [qu’il] a vus ne serait-ce qu’une fois : les occupations qui, peu de temps avant, paraissaient un supplice, [...] semblent à présent délectables... »12. Un sentiment de nostalgie envahit l’auteur qui se demande quand il reviendra et, surtout, s’il reviendra.

  • 13   Ibidem, p. 14 : « Difatti il nuovo governo della Repubblica Francese aveva lasciato al suo posto (...)
  • 14   Il s’agit de Daniele Piccini (1830-1889).
  • 15   Ettore Socci, op. cit., p. 111 : « Nella capitale della Corsica [c’est-à-dire Bastia], Rossi, Pi (...)
  • 16   Giovanni Bolis (1831-1883) fit une brillante carrière dans la police italienne. Il fut notamment (...)
  • 17   Ettore Socci, op. cit., p. 25 : « Il salto riesce, siamo a bordo del Var : i marinari ci accolgo (...)
  • 18   Parmi ceux-ci le colonel Perelli-Ercoli. Ce dernier, dans un rapport qu’il rédigea à l’intention (...)
  • 19   Le 27 octobre 1870.
  • 20   Carlo Bini est l’auteur d’un livre intitulé Manoscritto di un prigioniero, dans lequel il parle (...)
  • 21   Socci n’indique pas combien de temps il est resté à Florence avant de tenter un nouveau départ. (...)
  • 22   Le réseau ferré italien en 1870 n’était pas encore achevé. La ligne qui courait le long de la me (...)
  • 23   Ettore Socci, op. cit., p. 61 : « […] non potemmo fare a meno di ammirare l’imponente panorama c (...)
  • 24   Ibidem, p. 67 : « A bordo, mi buttarono giù tra le cabine dei marinari. Dove erano gli altri ? S (...)
  • 25   Ibidem, p. 69 : « Era intanto sceso giù da noi il macchinista, un bel tipo di Francese meridiona (...)
  • 26   Dans son article intitulé Garibaldi vu par la presse dijonnaise (1849-1900), Pierre Lévêque note (...)
  • 27   Ettore Socci, op. cit., pp. 69-70 : « A mezzogiorno preciso il vapore si mosse ; tutti salimmo i (...)

5À Livourne, le consul ne reçoit personne. Socci, accompagné de quelques-uns de ses amis, réussit cependant à rencontrer un fonctionnaire français qui, avec des manières polies, laisse entendre à ses interlocuteurs qu’il ne peut rien faire pour eux. Aussi leur conseille-t-il de retourner à Florence. L’auteur comprend alors que le personnel diplomatique, nommé sous l’Empire, n’aime guère les porteurs de chemises rouges et qu’il n’apprécie pas beaucoup plus le tout récent régime républicain13. Plus tard, au cours de son voyage, Socci s’apercevra que bien des Français évitent de se compromettre en ne choisissant pas nettement entre l’ancien et le nouveau gouvernement. Cet état d’esprit d’une bonne partie de la population est confirmé par deux amis de l’auteur, Rossi et Piccini14 qui, étant arrivés à Bastia, eurent la mauvaise surprise d’être mal accueillis par les Corses, majoritairement fidèles à Napoléon III15. Cependant, à Livourne, les autorités consulaires se montraient d’autant plus prudentes que la police locale, dirigée par Bolis16, surveillait le port afin d’empêcher l’embarquement des garibaldiens. Socci parvint toutefois à monter à bord du Var17 où se trouvaient déjà plusieurs de ses compagnons18. Comme le navire battait pavillon français, il ne pouvait pas être perquisitionné par la police italienne. L’écrivain passa une journée caché sur le bateau, mais les hommes de Bolis, transgressant le droit maritime, firent arrêter tous les passagers clandestins auxquels les policiers, non sans satisfaction, annoncèrent que l’armée de Bazaine venait de capituler à Metz19. Socci fut enfermé à Livourne dans une cellule avec six de ses amis. Leurs conditions de détention furent adoucies grâce à la bienveillance des gardiens qui autorisèrent leurs prisonniers à fumer et à lire la presse. L’auteur, citant Carlo Bini20, remarque à ce propos que le système pénitentiaire reproduit la hiérarchie sociale : en prison, les bourgeois sont mieux traités que les pauvres. Le 3 novembre, anniversaire de Mentana, quelques-uns des garibaldiens arrêtés organisèrent un immense chahut dans leurs cellules. Cependant dans la soirée, Socci fut libéré sous condition : obligé de rentrer à Florence, il fut soumis à un régime de liberté surveillée qui retarda son second départ de presque deux mois21. Finalement, aidé par des amis qui lui remirent une somme d’argent, il prit un train en direction de Gênes. Il était quatre heures du matin ; un léger grésil tombait sur les quais de la gare de Florence. Ce fut le début d’un long voyage sous la neige, les flocons s’étant mis à tomber dès l’arrivée à Pistoia où le train fut arrêté pendant trois heures. Le trajet passait par Bologne22. La locomotive fut bloquée plusieurs fois dans les Apennins23. Profitant d’une de ces haltes, Socci, avec plusieurs de ses camarades, descendit de son wagon et organisa une bataille de boules de neige. À cause des conditions atmosphériques, l’auteur dut attendre un jour entier à Bologne. Il arriva enfin à Gênes où on lui indiqua un contact. Parmi les dockers, il lui fut facile de trouver une aide gratuite grâce à laquelle, au bout de vingt-quatre heures, il put enfin partir à bord du Comte Cavour24. Le machiniste était un Français du midi, « un républicain à tous crins », membre du comité qui, à Marseille, accueillait et recrutait les garibaldiens. Socci avait remarqué d’emblée ce bouillant personnage dont l’allure correspondait à l’image que l’écrivain s’était faite du Français type qu’il croyait forcément révolutionnaire, forcément républicain et toujours prêt à se battre contre la tyrannie et les privilèges : « La tête de cet homme était expressive, front spacieux, barbe fournie, bonnet phrygien sur le crâne, il ressemblait parfaitement à un de ces fameux conventionnels qui effrayèrent et enthousiasmèrent tant la France dans les toutes dernières années du XVIIIe siècle. Franc et loyal, il disait les choses comme il les ressentait […] »25.Sur le bateau, Socci fit d’autres rencontres dont celle d’un Polonais qui se disait officier et souhaitait s’engager dans l’armée de Bourbaki. Cela ne suffit pourtant pas à créer un sentiment d’amitié entre les deux hommes car le militaire n’avait que mépris pour les garibaldiens qu’il jugeait indisciplinés26, et l’écrivain, de son côté, estimait que son interlocuteur était, sinon un imposteur, du moins un aventurier. Cependant, le regard de l’auteur se porta bientôt sur la côte italienne dont on ne peut apprécier la beauté que de la mer puisque, de la route ou de la voie ferrée, on tourne le dos aux montagnes. Comme Maupassant quelques années plus tard, Socci fut frappé par la majesté du paysage. Dans un très long paragraphe, il tente une description manzonienne de la riviera. On sent l’effort de la plume pour suggérer l’émotion esthétique. Sans doute le résultat n’est-il pas à la hauteur de l’ambition littéraire. Mais il faut savoir déchiffrer dans l’effort même de la rédaction la sincérité qui s’y exprime : l’auteur aime passionnément cette Italie que pourtant il maudit sans cesse parce qu’elle n’est pas une république27.

  • 28   Ibidem, p. 71 : « Il tempo si calmò ; altre cinque ore di viaggio, eppoi il Capitano ci chiamò s (...)

6Le caboteur s’arrêtait fréquemment, parfois de longues heures. La mer était souvent tempétueuse. Après que le temps se fut calmé à hauteur de Toulon et que la navigation eut duré cinq heures encore, le capitaine appela tout le monde sur le pont : « Une forêt de mâts s’étendait devant nous entre deux monticules sur le premier desquels », écrit Socci, « on voyait le clocher d’une petite église. – C’est Notre Dame de la Garde, nous dit le Capitaine – Vous êtes à Marseille. On y était enfin »28.

  • 29   Ibidem, p. 72 : « osservavo il chiasso, il movimento, il lusso, il fare spigliato di quella popo (...)
  • 30   Ibidem : « Non che essere in una Nazione, tanto bistrattata, tanto avvilita, tanto depressa come (...)
  • 31   Ibidem : « Molti giovanotti avevano il berretto da guardia nazionale, ma molti ancora se la pass (...)

7Comme il n’y avait personne dans les bureaux du Comité parce que c’était un dimanche, Socci et ses amis se promenèrent dans la ville. L’auteur avait pensé que le pays tout entier aurait vécu dans l’anxiété des nouvelles de la guerre, du siège de Paris ou des armées que Gambetta et Favre essayaient de constituer. Or non seulement il découvrit une cité « aux rues magnifiques » mais il fut surpris par « le bruit, l’animation, le luxe, le comportement désinvolte de [la] population »29 à cause desquels on aurait cru se trouver non pas dans « une Nation aussi maltraitée, avilie, déprimée que l’était alors la France [mais] dans un pays où tout fût allé à merveille, où, même vaguement, on n’aurait pas entendu parler de la guerre »30. Certes, de nombreux jeunes gens portaient la casquette des gardes nationaux ; mais beaucoup d’autres se promenaient tranquillement « au bras de dames à la vertu contestable » et occupaient les terrasses des nombreux cafés situés tout le long de la Canobiere31 (sic). À la Maison Dorée, un des restaurants les plus réputés, on dansait le cancan et l’auteur se demanda si les cocottes de Paris n’étaient pas venues se réfugier à Marseille pour ne pas tomber entre les mains des Prussiens. Trois théâtres étaient ouverts dans la ville. Le soir, sur les boulevards, on pouvait écouter l’harmonie municipale. Bien que, dans les cafés chantants, on pût entendre fréquemment la Marseillaise ou Le Chant du départ ou qu’on pût voir, au coin des rues, des affiches portant la mention « Paris ne se rendra pas » la guerre ne semblait pas préoccuper Marseille.

  • 32   Ibidem, p. 73 : « La molta gente che interrogammo, ci rispose facendo voti, per la pace ; il com (...)
  • 33   Ibidem, p. 73 : « Noi pensammo che era ben difficile che la Francia potesse pigliare una rivinci (...)
  • 34   Ibidem, p. 256 : « I popoli hanno il governo che si meritano : in nazioni come la Francia corrot (...)
  • 35   Ibidem, p. 80 : « Le scariche dei Prussiani di minuto in minuto crescevano d’intensità, eppure n (...)

8Dans les quartiers populaires, l’atmosphère n’était pas différente : au bas de la ville, des saltimbanques et des conteurs étaient installés. Ailleurs on faisait la queue pour monter sur un bateau qui faisait le tour du port. Dans les stands de tir, on visait des cibles représentant des « Prussiens plus grands que nature », une mise en scène qui ne masquait pourtant pas l’insouciance générale. Socci aperçut dans la foule deux zouaves blessés dont se moquait un groupe d’enfants. Leur tort était d’avoir appartenu à l’armée de Napoléon III désignée par le peuple comme responsable de la défaite. La Garde Nationale, quand elle défilait, suscitait l’admiration mais Socci remarque qu’elle était peu entraînée et armée sommairement. Mais ce qui frappa le plus l’auteur (et l’inquiéta), c’est que les gens qu’il interrogea souhaitaient la paix, se plaignaient des affaires qui stagnaient, des revenus qui baissaient32. Ses amis et lui se dirent que, dans ces conditions, « il était bien difficile que la France pût prendre sa revanche »33. Mais il faut tenir compte ici du point de vue rétrospectif dont nous avons parlé. Le livre, avons-nous dit, s’achève avec les élections du 8 février 1871 qui envoyèrent à la Chambre une majorité de députés favorables à la paix. Socci, profondément déçu par le résultat électoral, conclut que le peuple français n’était plus celui d’autrefois et qu’il s’était corrompu au fil des générations. Le mot de décadence n’est pas utilisé par l’auteur. Mais le concept – dont on sait quelle fortune il connaîtra à la fin du XIXe siècle – est présent dans l’esprit de l’écrivain. Pour lui, c’est la « corruption » qui explique en grande partie la défaite de 187034. Et il n’est pas fortuit que le chapitre consacré à la ville phocéenne soit un instant interrompu par le compte rendu passionné que fait un garibaldien, un sergent blessé au combat, de la bataille qui eut lieu le soir du 26 novembre lorsque Garibaldi essaya vainement de reprendre Dijon qu’il attaqua par surprise. Dans son récit, le soldat oppose l’indécision et la veulerie des gardes-mobiles à l’héroïsme des Italiens et des francs-tireurs35.

  • 36   Dans son livre, Socci signale à plusieurs reprises que son frère (dont il ne donne jamais le pré (...)
  • 37   Ibidem, p. 83 : « si parlò della guerra, della Francia, delle donne Italiane, che esse dicevano (...)
  • 38   C’est-à-dire du Moyen-Orient. La mode de l’orientalisme, déjà présente dans l’œuvre de Delacroix (...)
  • 39   Probablement Remoulins.

9Après s’être enrôlés auprès du Comité, en attendant de prendre un train à dix heures du soir, Socci et ses camarades36 se réfugièrent dans les cafés où, buvant du vin chaud et du cognak (sic), ils finirent par s’abandonner au charme de Marseille. Ils se lièrent d’amitié avec deux serveuses, deux sœurs, qu’ils avaient rencontrées dans un bar. Avec elles, ils parlèrent « de la guerre, de la France, des femmes italiennes qu’elles disaient très belles, des prochaines émotions du champ de bataille, de la mode, des vêtements courts, de l’âne savant qu’on montrait sur le port, de l’armée de Bourbaki, des gâteaux de Strasbourg qui n’arrivaient plus »37. La boisson et la conversation ayant éveillé les appétits, les jeunes gens offrirent un repas à leurs nouvelles compagnes lequel se termina par du champagne (coût total : 102 francs). Puis tous s’en allèrent bras dessus bras dessous jusqu’au port où ils s’aventurèrent sur une barque. Une des filles, prénommée Aissa semblait avoir une vague tendresse pour l’auteur. Elle avait un type « oriental »38 et avait voyagé en Afrique, en Espagne et en Italie, protégée, à chaque fois, par des hommes différents. Quand la promenade sur l’eau fut achevée et que, pour les Italiens, arriva l’heure de se rendre à la gare, Aissa promit à l’auteur qu’elle irait le voir à Dijon, une promesse que Socci ne prit guère au sérieux bien qu’il eût la surprise de retrouver la jeune fille qui l’attendait sur le quai de la gare St Charles. Le train s’ébranla, il était presque vide, un groupe de mobilisés ayant refusé de partir. Mais à chaque arrêt (Vienne, Avignon, Remoully39) montaient des moblots, c’est-à-dire les gardes mobiles qui constituaient une sorte d’armée de réserve. C’étaient des garçons de la campagne, mal armés, encadrés par des officiers inexpérimentés, des fils de notables provinciaux qui avaient fait carrière grâce à l’Empire. Surtout ces jeunes mobilisés étaient chargés de victuailles car leurs parents, craignant que leurs fils n’aient pas assez à manger sur les champs de bataille, leur avaient donné tous les produits qu’on peut trouver à la ferme.

  • 40   Ibidem, p. 89 : « Finalmente si cominciò a vedere un’infinità di camini di fabbriche ; poi una m (...)
  • 41   Ibidem, p. 91 : « Lione era seria ; non il brio di Marsiglia per le sue vie sempre affollate di (...)
  • 42   Ibidem, p. 94 : « […] giravano per ogni verso, si affaticavano a far complimenti onde raccoglier (...)

10Le train arriva à Lyon au lever du jour. Socci s’enthousiasma quand il vit « un nombre infini de cheminées d’usines ; puis une myriade de maisons et d’immeubles ». La voie ferrée passait « au milieu de dépôts immenses »40. Cette description que fait l’auteur des bâtiments industriels, correspond à la conviction qu’il a que la ville et les activités manufacturières représentent l’avenir de l’humanité. Plus tard, quand Socci et ses compagnons furent descendus à la gare Perrache et qu’ils découvrirent les jardins de la place Napoléon (l’actuelle Place Carnot), le lieutenant qui les accompagnait leur apprit qu’ils ne repartiraient pas avant le soir. L’auteur décida alors d’aller à la découverte de Lyon. Il trouva que la ville était sérieuse avec ses cafés élégants mais dépourvus de l’euphorie qu’il y avait à Marseille. Beaucoup de magasins étaient fermés. Devant la Préfecture et la Mairie c’était un affairement continuel de gens en quête de dépêches ou d’informations. Les Gardes Nationaux se promenaient en uniforme et quoiqu’ils fussent souvent armés de façon hétéroclite, ils semblaient attendre les Prussiens de pied ferme, une manière, peut-être, de dire qu’ils n’étaient pas pressés d’aller à la rencontre de l’ennemi41. Toutefois des militaires consolidaient les fortifications, installaient des pièces d’artillerie sur les places, rassemblaient des chevaux. Avec la tombée du soir, Socci flâna le long des quais du Rhône qui lui rappelèrent Florence et l’Arno. Pendant sa courte visite (le plaisir d’être à Lyon entre deux trains) il eut pourtant le temps de remarquer qu’on rencontrait beaucoup de femmes dans les rues et que celles-ci exerçaient des professions, modestes certes, qui en Italie cependant étaient réservées aux hommes : elles étaient vendeuses dans les magasins de mode, serveuses, vendeuses ambulantes. Et puis c’étaient elles qui s’occupaient des œuvres de charité, comme dans le grand hall de la gare, où elles distribuaient gracieusement boissons, potages et bouillons de viande aux militaires de passage. Certaines se chargeaient de collecter auprès du public de l’argent destiné aux victimes de guerre. L’écrivain remarqua surtout un groupe de cinq ou six femmes, élégantes, vêtues de noir, qui portaient des brassards d’ambulancières. « Elles allaient en tous sens, s’efforçaient de dire un mot aimable pour recueillir des dons en faveur des blessés ». Socci jugea qu’elles étaient « d’un très haut rang » parce qu’elles avaient une politesse exquise non dénuée d’un peu de coquetterie grâce à laquelle elles parvenaient à obtenir de l’argent de tous ceux qu’elles abordaient dans la gare42. Une des femmes, surtout, attira l’attention de l’écrivain, une matrone vieux jeu à la vertu sévère, à laquelle l’auteur voulut faire un don bien qu’il lui restât fort peu d’argent après le banquet de Marseille. La dame, s’étant aperçue que celui qui s’adressait à elle était italien, se mit à évoquer la question romaine. Socci craignit d’entendre un discours moralisateur. Mais la dame sut défendre avec tant de gentillesse « le pauvre Pie IX » et les mérites de la religion catholique qui commande « d’oublier les offenses, d’aimer chacun comme soi-même et de soulager ceux qui souffrent » que l’auteur, oubliant son athéisme radical, décida d’éviter toute polémique, se contentant de déclarer qu’il n’était pas d’accord avec les propos qu’il venait d’entendre. La dame non plus ne voulut pas prolonger une discussion qui risquait d’offenser inutilement son interlocuteur au moment où celui-ci partait se battre pour la France. Alors, avant de s’éloigner pour recueillir ailleurs d’autres dons, elle formula le souhait de revoir bientôt Socci à Lyon avec... (au moins) le grade de capitaine.

  • 43   Ibidem, p. 261 : « […] passo in salotto e mi trovo in compagnia con un prete che dice ira di Dio (...)

11Nous nous sommes attardés sur ce portrait car il montre que dans une partie des milieux conservateurs de la population française le sentiment patriotique n’était pas absent. Et l’attitude généreuse de la dame lyonnaise contraste avec l’acrimonie d’un prêtre que Socci rencontra à Chalon-sur-Saône alors que les garibaldiens attendaient leur feuille de congé quelques jours après l’armistice : comme le prêtre s’était emporté contre Victor Emmanuel parce que celui-ci était entré dans la ville éternelle, l’auteur, cette fois, répliqua avec virulence et la violence de la polémique fit naître un sentiment de gêne au sein de la famille chalonnaise chez laquelle l’écrivain était logé43.

  • 44   Ibidem, p. 97 : « [il tenente] montò per il primo in un vagone di prima classe, mentre noi fummo (...)
  • 45   Il y a une erreur dans le texte de Socci puisqu’il rapporte que le train s’arrête à Tournus avan (...)
  • 46   Op. cit., p. 98 : « non un caffè aperto, non una finestra illuminata, non il minimo indizio di v (...)
  • 47   Ibidem, p. 98 : « Per stimmatizzare degnamente questo iniquo paesucolo, in cui ci faceva capitar (...)
  • 48   Socci explique que l’armistice s’appliquait à tout le territoire français sauf trois département (...)
  • 49   De deuxième classe, précise Socci.
  • 50   Op. cit., cit., p. 237 : » Chagny fu per noi una vera desolazione : fortuna che ci si trattenne (...)

12Le voyage en chemin de fer en direction de Dijon ne fut interrompu que par des incidents mineurs. D’abord Socci et ses amis faillirent se tromper de train et retourner ainsi à Marseille. Le chef de gare s’aperçut de leur erreur, les mit dans le bon convoi et les avertit que la ligne était parfois coupée. Le wagon dans lequel l’auteur monta était très inconfortable et plus adapté aux animaux qu’aux hommes44. Cependant Socci et ses amis s’endormirent rapidement. Ils furent réveillés à 21 heures par un arrêt brusque en gare de Tournus45. On leur dit que le train ne repartirait pas avant deux heures du matin. Ils descendirent de leur wagon et sortirent de la gare. Jusqu’alors l’auteur n’avait vu que Marseille et Lyon. Il ignorait donc que, dans les petites villes françaises, on dîne et on se couche très tôt. À 9 heures du soir, il n’y avait absolument personne dans les rues de Tournus. L’écrivain et ses camarades frappèrent aux volets clos de deux ou trois bistrots ; on ne leur répondit pas. Ils donnèrent des coups de pied dans les portes. Ils n’attirèrent que l’attention des gendarmes qui leur demandèrent poliment de cesser leur tapage nocturne. « Pas un café ouvert, pas une fenêtre éclairée, pas le moindre indice de vie. Même l’horloge de la grande église était arrêtée et indiquait 7 heures »46. Socci lance une invective solennelle contre les habitants de Tournus, gens détestables et mauvais chrétiens qui ne savent pas qu’il est écrit dans l’Évangile « Frappez et on vous ouvrira ». À la décharge des Tournusiens, on aurait pu observer que la neige tombait en flocons serrés sur la ville. Mais en réalité cette circonstance avait accru l’emportement de l’auteur qui, dans son récit, récrimine contre Tournus, une « bourgade inique » que doivent « exécrer tous les honnêtes gens »47. Revenu à la gare, Socci, s’adressant à un agent des chemins de fer, lui demanda s’il y avait quelque part un restaurant. L’employé lui répondit qu’il y en avait un mais qu’il était fermé depuis le début de la guerre. Finalement apparut une vivandière, une beauté de cent kilos, que Socci, toutefois, prit pour un ange, tant était grand le besoin qu’il avait de vin chaud. Une colère identique saisit l’écrivain, quand, à la fin du mois de janvier, aussitôt après l’annonce de l’armistice, les troupes de Garibaldi se replièrent à Chagny48. C’était la nuit. Comme Tournus, quelques semaines plus tôt, la ville était déserte. Le Héros des Deux Mondes dut rester dans la salle d’attente49 de la gare. Enfin, on réveilla le Maire, qui, en maugréant, consentit à distribuer des billets de logement. Les habitants ne firent pas tous bon accueil aux garibaldiens. Socci fut heureux d’avoir un petit lit dans la chambre à coucher d’un couple encore jeune dont les soupirs l’empêchèrent de s’endormir rapidement. L’auteur décrit Chagny comme un endroit aussi sale que la région de Naples. Il n’estime guère les Chagnotins qu’il juge discourtois. Il est vrai que toute l’armée des Vosges s’était repliée sur la petite ville dans laquelle il n’y avait presque plus rien à manger50.

13Mais revenons au voyage aller. La neige n’avait pas cessé de tomber. À Beaune, où le train ne s’arrêta pas, l’écrivain aperçut, sur le quai de la gare, un cuirassier en grand uniforme devant un cyprès dont les branches étaient lourdement enneigées. L’aube se leva montrant des corbeaux attroupés sur les champs recouverts d’un manteau blanc. Enfin, ce fut Dijon.

  • 51   Socci nomme « platanes » et « cyprès » des arbres dont vraisemblablement il ne connaît pas les n (...)
  • 52   Il comprenait notamment ses deux fils, Menotti et Ricciotti, son gendre Canzio et Bordone, un Av (...)

14La gare était encombrée de pièces d’artillerie, de caisses, de bagages, d’ambulances. Socci et ses compagnons enfilèrent l’avenue bordée de platanes51 qui, de la gare, conduit à l’arc de triomphe érigé en l’honneur de Condé (aujourd’hui, « Porte Guillaume »). L’État-major de Garibaldi52 était installé dans les locaux de la Préfecture. Socci alla jusqu’à la place de la Mairie où il retrouva des amis garibaldiens arrivés plus tôt que lui dans la capitale bourguignonne.

  • 53   Socci écrit de Beverant au lieu de de Beuverand ou de Beuvrand et ne donne pas l’adresse de l’hô (...)
  • 54   Elle dit beaucoup de mal des Prussiens mais leur concède un mérite : celui d’avoir toujours resp (...)
  • 55   Les garibaldiens recevaient une solde journalière de 1 franc et un peu plus d’un franc pour les (...)
  • 56   Situé à proximité du théâtre, à l’angle des rues Lamonnoye et Vaillant, il existait encore dans (...)
  • 57   Op. cit., p. 130 : » Eppoi Digione offriva delle distrazioni anche in tempo di guerra e coi nemi (...)
  • 58   La jeune fille n’était pas vendeuse de profession. En réalité elle se trouvait momentanément à D (...)
  • 59   Appartenant à une famille d’officiers de l’armée impériale, elle ne faisait pas confiance à l’ar (...)

15L’écrivain se fit passer pour un officier, ce qui lui permit d’obtenir un billet de logement dans l’hôtel particulier que la famille de Beuverand possédait au centre de Dijon53. L’accueil qu’il reçut fut des plus cordiaux. Tout en offrant un vermouth à son hôte, Mme de Beuverand, une femme mature, raconta des anecdotes sur les officiers prussiens qu’elle avait dû loger lorsque ceux-ci occupaient Dijon54. Quand il rentrait le soir dans sa chambre, l’auteur trouvait toujours un feu allumé dans la cheminée et quelquefois une bouteille de Bourgogne. La ville, pendant la première quinzaine du mois de janvier, vivait dans le soulagement. L’ennemi s’était déplacé plus au nord. La présence des troupes de mobilisés, de francs-tireurs, de garibaldiens et de renforts venus de l’Isère, donnait à la population un sentiment provisoire de sécurité. Sur la place de la Mairie, des étals et des baraques étaient à la disposition des soldats qui pouvaient boire du vin ou du cognach (sic) et acheter de la nourriture à peu de frais. Socci mangeait tous les jours au restaurant55 et retrouvait ses amis au Café de Paris56 où on jouait au billard. À la maison du plaisir, les filles de joie ne manquaient pas. Désœuvré, parce que l’activité militaire se limitait à quelques opérations de reconnaissance, l’auteur visita le Musée des Beaux-arts où l’attirèrent surtout les tableaux italiens57 et les tombeaux des ducs de Bourgogne. Il fréquenta aussi la bibliothèque. Lui et ses amis fumaient la pipe ou des cigares qu’ils trouvaient dans un bureau de tabac à proximité de la rue Piron. Ils se lièrent d’amitié avec la vendeuse58 dont le père, un colonel, avait été fait prisonnier à Sedan et dont l’oncle, un général, avait été blessé et fait aussi prisonnier. La jeune fille parlait de stratégie comme d’autres font du crochet et n’appréciait guère Bourbaki59. Elle passait son temps libre auprès des soldats hospitalisés, victimes du froid ou de la typhoïde. Car l’hiver était rude. Il faisait trente-deux degrés (Fahrenheit s’entend), note l’auteur. La température fut souvent inférieure à zéro, notamment le 9 janvier. Le 15, il neigea. L’écrivain, parce que c’était un dimanche, se promena dans les « allées du Parc ». On l’appela. Il se retourna. Il eut la surprise de voir Aissa, qui, tenant sa promesse, était venue à Dijon en tant que vivandière avec des mobilisés de l’Isère. Socci aurait aimé la revoir mais elle était « sous la protection » d’un capitaine aussi jaloux que laid. Il n’y eut donc pas de rendez-vous. Il neigea sans discontinuer du 15 au 17 janvier où tout à coup le bruit courut que les Prussiens arrivaient. C’était une fausse alerte mais le 19 il fut évident que les troupes allemandes s’approchaient de la ville et qu’une attaque était imminente. Elle eut lieu du 21 au 23 janvier.

  • 60   Il y a quelque chose de « Boule de suif » dans le personnage d’Aissa.
  • 61   Op. cit., p. 194 (citation en français dans le texte).

16Ce n’est pas notre propos de raconter ici l’histoire de la « troisième bataille » de Dijon. La ville ne fut pas prise mais à Fontaine et à Talant les morts furent très nombreux. Bien des amis de Socci perdirent la vie et l’auteur consacre des pages émues à chacun d’eux. Aissa aussi trouva la mort au pied de la colline de Talant60. Après les combats, Socci, épuisé, tomba malade et fut soigné énergiquement par son amie du bureau de tabac, par sa très catholique hôtesse et par les deux filles de celle-ci, que l’auteur rencontra pour la première fois. Son frère et ses amis vinrent le voir, jouèrent aux cartes dans la chambre sous le regard attendri de Mme de Beuverand qui soupirait « Oh les braves garçons ! »61En quelques jours, l’auteur fut remis sur pied mais le 29 janvier il apprit que, la veille, l’armistice avait été signé.

  • 62   À Dijon, Socci avait essayé d’enseigner l’italien à une serveuse du Café de la Paix. Mais comme (...)
  • 63   Il remarquera que les travaux de construction du tunnel ferroviaire du Fréjus se sont poursuivis (...)

17La démobilisation dura quelques jours. Le 1er février l’armée des Vosges quitta la Côte d’Or. Pendant le voyage de retour en direction de Florence, l’auteur s’arrêta à Chalon-sur-Saône, une ville qui lui plut à cause des quais le long de la rivière et à cause de l’élégance des magasins. Il logea chez une famille qui se composait d’un prêtre, d’un vieux monsieur et d’une fille (ni belle ni laide) qui, bien qu’elle eût étudié l’italien pendant trois ans, parlait la langue avec un accent déplorable62. C’est à Chalon-sur-Saône (qu’il orthographie Châlons) que Socci apprit les résultats des élections du 8 février. Avant qu’il ne quittât la ville en direction de Mâcon et de l’Italie63, la domestique de la famille chez laquelle il logeait vint dans sa chambre ; elle était en déshabillé et lui lança quelques œillades assassines. Embarrassé par l’insistance de la belle, l’auteur finit par lui donner ce que, manifestement, elle semblait désirer. Mais il reçut une gifle en retour. Alors il interrogea la demoiselle sur la raison de sa conduite, et celle-ci, en éclatant de rire lui répondit qu’elle était venue réclamer son pourboire.

  • 64   Op. cit., p. 215 : « Favre coi suoi prestigiatori camuffati da repubblicani, segnava la vergogna (...)
  • 65   Œuvres de Socci :
    - Da Firenze a Digione, impressioni di un reduce garibaldino, Prato, Tipografia (...)

18Il nous plaît d’achever ce récit d’un voyage en France par cette scène de vaudeville parce que le vaudeville est un genre commun au second empire et à la troisième république. La thèse soutenue par Socci est que la défaite du pays fut causée principalement par la dégénérescence morale de sa population. Il s’emporte contre le défaitisme de Favre et de ceux qui ne surent pas mourir sous les ruines de leur cité afin de défendre la liberté. Il cite en exemple les Grecs de Missolonghi64. Pourtant, contrairement à l’argumentation qu’il développe, la France qu’il décrit, encore que vaincue sur le plan militaire, n’est pas dépourvue de vitalité. À Marseille, à Lyon et à Dijon, bien que différemment, la population fait preuve d’une résilience que confirmeront le redressement rapide de l’économie et l’expansion coloniale qui commencèrent dès les premières années de la IIIe République. Cependant Socci perçoit aussi les divisions qui conditionneront longtemps l’histoire de la France. Les moblots et les francs-tireurs sont animés de deux états d’esprit différents : les premiers combattent par nécessité, les seconds parce qu’ils croient en la république. Cette opposition deviendra évidente avec l’insurrection de la Commune. L’idéologue Socci pense qu’une partie de la population a perdu le goût de la rébellion si caractéristique de la « race » française. Mais l’observateur avisé qu’il est nous fait voir une nation où les antagonismes entre la ville et les faubourgs s’estompent et se réconcilient dans une intelligence de la vie, commune aux divers groupes sociaux. Et l’historien d’aujourd’hui a peut-être plus à apprendre du voyageur amusé que du militant passionné qu’il fut65.

Haut de page

Notes

1 Dans une courte introduction intitulée « Poche parole per capirci prima », l’auteur écrit : « […] i miei non sono che appunti presi al chiaro di luna, nel silenzio degli avamposti o nel cicaleggio giocondo e spigliato della caserma ; tra il fischiar delle palle e le canzoni entusiastiche, tra una bestemmia e una lacrima, in mezzo alla baldoria e ai cadaveri, ai generosi proponimenti e alle continue disillusioni, nasce spontanea in chi abbia del cuore, una filosofia [...] ». Dans la même page, un peu plus loin, Socci parle encore « [d’]appunti raffazzonati alla meglio ». Ettore Socci, Da Firenze a Digione, impressioni di un reduce garibaldino, Prato, Tipografia sociale, 1871, p. 5

2 L’adjectif mazzinien est ici utilisé au sens de républicain. Mazzini, en effet, désapprouva l’action de Garibaldi en France et essaya de dissuader les Italiens de s’engager dans l’armée des Vosges. (Cf. Max Gallo, Garibaldi, la force d’un destin, Paris, Fayard, 1982, pp. 388-389).

3 Ettore Socci, op. cit., p. 220 : « L’armistizio fu la testa di Medusa dell’entusiasmo nostro ; io vidi qualcuno piangere : la maggior parte si sbizzariva lanciando improperii a Favre e alla Francia : quella sera non canti per le vie, non le allegre conversazioni dei giorni passati, ma una musoneria generale... non vi era più fede ! ».

4 Seuls neuf départements dont le Vaucluse et la Côte d’Or choisirent la totalité de leurs députés parmi les républicains.

5 Mais le style devient sentencieux dès que la figure de Garibaldi est évoquée ou que les principes républicains sont proclamés.

6 Il fut élu député pour la dernière fois en 1904.

7 Op. cit., pp. 60-61 : « Giovanni Uss, Galileo, i Parigini della Comune ».

8 Ibidem, p. 101 : « […] coraggio che le ha spinte a curare in prima fila i feriti, e che poi ha fatto loro incontrare la morte sulle barricate quando Thiers ha iniquamente schiacciato e soffocato nel sangue la generosa Parigi ». On trouve encore deux allusions à Thiers (et indirectement à la Commune) p. 215 et p. 256.

9 Le dictionnaire Zingarelli signale que le mot reporter a été introduit en 1890.

10 La défaite de Sedan a lieu le 1er septembre 1870. Le siège de Paris commence le 19 septembre. Le 20, les troupes italiennes commandées par Cadorna entrent dans Rome. Il est significatif que Socci, ancien combattant de Mentana, ne fasse aucune référence directe à ce succès de l’armée italienne. En octobre 1870, le transfert du gouvernement et des administrations n’a pas encore été effectué et Florence reste la capitale de l’Italie.

11   Sur l’aurore boréale du 25 octobre 1870 à Florence, cf. le sonnet de Renato Fucini intitulé L’aurora boreale in Renato Fucini, Cento sonetti in vernacolo pisano, sonnet 30.

12   Ettore Socci, op. cit., p 12. « e davanti ai tuoi occhi che distrattamente si affissano sugli alberi, i quali sembra che fuggano indietro impauriti a veder passare la macchina, sfilano ad uno ad uno, quasiché fossero figure di lanterna magica, i volti di tutti coloro che ti conoscono, che tu conosci, o che hai veduto anche soltanto una volta : le occupazioni che poco fa riguardavi come un martirio, ora ti sembrano care... »

13   Ibidem, p. 14 : « Difatti il nuovo governo della Repubblica Francese aveva lasciato al suo posto tutti i vecchi funzionari, i quali in quel bailamme non sapendo a qual Santo votarsi cercavano di restare in bilico, come meglio sapevano, fermi però nella idea di non compromettersi ; mettete anche un po’ d’affezione alla dinastia che aveva loro dato quel posto.... eppoi ditemi se questa trascuraggine del governo repubblicano non ha di certo influito a che fosse sì scarso il numero degli Italiani, che mossi da un’idea generosa, hanno pugnato e gloriosamente pugnato sui campi di Francia. »

14   Il s’agit de Daniele Piccini (1830-1889).

15   Ettore Socci, op. cit., p. 111 : « Nella capitale della Corsica [c’est-à-dire Bastia], Rossi, Piccini, e i compagni, trovarono una perfidissima accoglienza : tutti ci dichiararono unanimemente che quegli abitanti, devoti alla causa Napoleonica, appena che ebbero odorato che i giovinetti, sbarcati da quel navicello, stracciati ed in cattivissimo stato, erano dei Garibaldini, non fecero che guardarli in cagnesco [...] ».

16   Giovanni Bolis (1831-1883) fit une brillante carrière dans la police italienne. Il fut notamment questore à Livourne puis à Rome avant d’être nommé préfet en 1877 (à Crémone et à Côme). En 1879, il devint directeur des services de sûreté publique. Cf. le site officiel de la police italienne www.poliziadistato.it/articolo/1499-Giovanni_Bolis/

17   Ettore Socci, op. cit., p. 25 : « Il salto riesce, siamo a bordo del Var : i marinari ci accolgono tra le loro braccia, la gioia ci rende frenetici e tutti insieme confondiamo le nostre aspirazioni, le nostre speranze, i nostri voti più cari, al magico grido di viva la repubblica ».

18   Parmi ceux-ci le colonel Perelli-Ercoli. Ce dernier, dans un rapport qu’il rédigea à l’intention de Frapolli, décrivit comment les volontaires garibaldiens montèrent à bord du Var puis furent arrêtés par la police de Livourne. Le récit de Perelli correspond à celui de Socci. Cf. Luigi Polo Friz, La massoneria italiana nel decennio post unitario, Lodovico Frapolli, Milano, Franco Angeli, 1998, p. 292.

19   Le 27 octobre 1870.

20   Carlo Bini est l’auteur d’un livre intitulé Manoscritto di un prigioniero, dans lequel il parle de son expérience de détenu. Il raconte en particulier que les prisonniers qui ont de l’argent ont droit à des cellules meublées où ils font venir des repas qu’ils ont commandés à des traiteurs.

21   Socci n’indique pas combien de temps il est resté à Florence avant de tenter un nouveau départ. Mais il dit qu’il lisait la presse italienne qui relatait les exploits de Ricciotti à Châtillon (lesquels eurent lieu le 19 novembre 1870). Il dit aussi que les journaux parlaient de l’échec de Werder devant Autun (1er décembre) où Garibaldi s’était replié après que son attaque surprise (du 26 novembre) pour reprendre Dijon n’eut pas abouti. Après la bataille de Nuits, le 18 décembre, Von Werder quitta Dijon pour se déplacer plus au nord afin de gêner la progression de l’armée de Bourbaki qui se dirigeait vers l’est. Le 29 décembre, les troupes françaises revinrent à Dijon où, à partir du 7 janvier, s’installèrent aussi Garibaldi et son État-major. Quand Socci arriva à Dijon, il dit que Garibaldi s’y trouvait déjà. Mais depuis peu de temps sans doute puisque le lieutenant chargé d’accompagner l’auteur et ses amis pendant leur voyage en France avait déclaré ne pas savoir au juste si Garibaldi était à Autun ou à Dijon. Cela signifie que l’auteur est probablement arrivé dans la capitale bourguignonne au début du mois de janvier 1871. Son voyage ayant duré une dizaine de jours, on peut supposer qu’il a quitté Florence à la fin du mois de décembre. Pour ces différentes dates, cf. Histoire de la Bourgogne, sous la direction de Jean Richard, Toulouse, Privat, 1988, p. 448 ; Journal de la Bourgogne des origines à nos jours, Larousse, 2002, p. 225 et Histoire de Dijon, sous la direction de Pierre Gras, Toulouse, Privat, 1987, p. 333.

22   Le réseau ferré italien en 1870 n’était pas encore achevé. La ligne qui courait le long de la mer tyrrhénienne s’arrêtait à La Spezia. Il fallait donc passer par Bologne et la plaine du Pô pour aller de Florence à Gênes.

23   Ettore Socci, op. cit., p. 61 : « […] non potemmo fare a meno di ammirare l’imponente panorama che ci si stendeva davanti. Dalla finestra del bugigattolo in cui ci eravamo rifugiati si godeva un immenso spettacolo. Le punte acuminate dei monti, gli scoscesi burroni erano tutti bianchi, come l’immensa volta del cielo : gli sconfinati orizzonti che ci si stendevano innanzi a noi ci rendevano piccini, piccini ; i castelli, i villaggi, le chiese che così di frequente si trovano in quelle catene di monti, si alzavano forse un metro dal suolo e ti apparivano quasi informi ammassi di neve. Manfredi, che s’ispira all’orridezza della natura, ci appariva, ombra incresciosa e vagabonda su quel candido strato, e ci faceva volgere tutti i nostri pensieri alla fantasia più che umana di Byron ! ».

24   Ibidem, p. 67 : « A bordo, mi buttarono giù tra le cabine dei marinari. Dove erano gli altri ? Sul bastimento di certo, e se non li vedevo quella sera, li avrei veduti quando l’aria fosse più libera ! Noi eravamo nientemeno che sul Conte Cavour, vapore italianissimo e appartenente alla compagnia Aquarone. Mi sdraiai alla meglio in una cabina [...] ».

25   Ibidem, p. 69 : « Era intanto sceso giù da noi il macchinista, un bel tipo di Francese meridionale : un repubblicano a prova di bomba, che faceva parte del Comitato di Marsiglia e che anzi s’incaricava di condurre più gente che gli fosse possibile in quest’ultima città. La testa di quest’uomo era molto espressiva ; fronte spaziosa e barba foltissima ; con un berretto Frigio sul capo ti rassomigliava perfettamente a uno di quei celebri convenzionali che tanto impaurirono ed entusiasmarono la Francia sullo scorcio del secolo decimottavo. Franco e leale egli cantava le cose come le sentiva [...] »

26   Dans son article intitulé Garibaldi vu par la presse dijonnaise (1849-1900), Pierre Lévêque note qu’en 1900 encore, à l’occasion de l’inauguration d’un monument à la mémoire de Garibaldi, la presse dijonnaise conservatrice accusait les garibaldiens d’avoir été indisciplinés, faisant regretter à la population la présence des Prussiens. « Tout ce monde-là menait joyeuse vie […] », lisait-on dans « Le Bien public » du 25 mars 1900, « et coûtait à la France les yeux de la tête. » (Pierre Lévêque, La Bourgogne de Lamartine à nos jours, EUD, 2006, p. 301). La statue, inaugurée en 1900, fut retirée et fondue en 1942. Un petit buste de Garibaldi remplaça l’ancien monument en 1961.

27   Ettore Socci, op. cit., pp. 69-70 : « A mezzogiorno preciso il vapore si mosse ; tutti salimmo in coverta. La giornata era superba, il panorama incantevole. Il nostro battello, che si poteva chiamare un guscio, tanto era piccolo, costeggiava la bella riviera che è una delle prime bellezze della bellissima Italia ; noi non ci scostammo mai più di cinquanta passi da riva ; si passava adunque vicinissimi a quei seni, a quei golfi che s’intersecano nelle montagne, ora ridenti per il verde delle piante, ora tristi per il cenerognolo dei molti uliveti, ora orride per il colore rossiccio delle pietre e per la mancanza di abitazioni ; i cento villaggi, i pittoreschi castelli che si vedevano spuntare qua e là, e dominare superbi sulle vette delle colline e dei monti ; le capannuccie dei pescatori a cui ad ora ad ora si scorgeva legata qualche barchetta, le onde leggermente increspate dal venticello che rapiva i profumi dalle piante del lido, e li offriva a noi ricreandoci, gli alcioni che apparivano a fior d’acqua, che si tuffavano e riapparivano scuotendo le ali immense, e il cielo tutto sereno, celeste come l’estesa superficie del mare ci facevano credere di essere in primavera, e ci facevano mandare un saluto dal profondo dell’anima alla terra dell’amore e della poesia, a quell’Italia che si biasimava, si vituperava vivendoci, ma che ora si sentiva di amare più di noi stessi. E a farlo apposta sembrava che l’Italia, quasi amante che si voglia tradire, si facesse bella di tutti i suoi vezzi per renderci più amara la dipartita. »

28   Ibidem, p. 71 : « Il tempo si calmò ; altre cinque ore di viaggio, eppoi il Capitano ci chiamò sul ponte. Corremmo tutti. Un bosco d’antenne occupava tutto il porto : una magnifica città ci si stendeva davanti in mezzo a due picchi, sul primo dei quali si vedeva il campanile di una chiesuola. – Quella è la Madonna della Guardia – ci disse il Capitano. – Loro sono a Marsiglia. Finalmente ci si era ! ».

29   Ibidem, p. 72 : « osservavo il chiasso, il movimento, il lusso, il fare spigliato di quella popolazione ».

30   Ibidem : « Non che essere in una Nazione, tanto bistrattata, tanto avvilita, tanto depressa come era allora la Francia, tu avresti creduto trovarti in un paese dove tutte le cose vadano a meraviglia, dove non si sia nemmeno alla lontana sentito parlare di guerra ».

31   Ibidem : « Molti giovanotti avevano il berretto da guardia nazionale, ma molti ancora se la passeggiavano tranquilli e contenti, a braccio di signore di virtù più o meno problematica e occupavano cianciando, chiassando e ridendo i tavolini che sono al difuori dei molti caffè, che si trovano nella magnifica strada della Canobiere ».

32   Ibidem, p. 73 : « La molta gente che interrogammo, ci rispose facendo voti, per la pace ; il commercio incagliato, i guadagni diminuiti parlavano nel cuore di tutti quegli uomini, più della voce della patria tradita ».

33   Ibidem, p. 73 : « Noi pensammo che era ben difficile che la Francia potesse pigliare una rivincita ». Ailleurs, Socci écrit : « Non posso negare che più mi inoltravo in quelle magnifiche strade [di Marsiglia], più mi sentivo in preda a impressioni bruttissime. » Ibidem, p. 72.

34   Ibidem, p. 256 : « I popoli hanno il governo che si meritano : in nazioni come la Francia corrotte, son degni presidenti i Thiers, e veri rappresentanti i ruraux di Versailles ». On lit encore, p. 208 : « Quella gente rachitica, mingherlina, paurosa non si poteva certamente chiamare la genia dei Cimbri e dei Galli, l’orgia e il deboscio han dato il colpo di grazia all’antica terra di Brenno e dei Druidi, l’orgia e il deboscio hanno ridotto una baracca dei burattini la così detta signora del mondo : qualche bel tipo raramente si trova nei campagnoli, ma la gioventù delle città muove a schifo. Per me la generazione è un diritto pubblico, non un diritto privato, e se ogni giorno si fanno delle leggi per il miglioramento della razza equina e canina, perché non si hanno da istituire delle leggi che provvedano al miglioramento della razza umana ? ».

35   Ibidem, p. 80 : « Le scariche dei Prussiani di minuto in minuto crescevano d’intensità, eppure noi fedeli ai nostri ordini non ci azzardavamo a far uso delle nostre armi, quando quei vili delle guardie mobili cominciarono a scappare e a tirar fucilate all’indietro, fucilate che colpivano noi, non i Prussiani. L’impresa a quel momento si poteva chiamare fallita [...] » Rappelons que le 26 novembre 1870, Socci se trouvait encore à Florence. Si ce dernier accuse les Français d’avoir fait défaut au moment où les garibaldiens se trouvaient dans les faubourgs de Dijon, les Français, de leur côté, accusèrent Garibaldi de ne pas avoir coordonné son action avec celle des troupes françaises régulières.

36   Dans son livre, Socci signale à plusieurs reprises que son frère (dont il ne donne jamais le prénom) faisait partie de ceux qui avaient décidé de rejoindre Garibaldi. Mais les deux frères semblent s’être peu fréquentés. Ils se croisèrent de temps en temps à Marseille ou à Dijon mais ne passèrent jamais beaucoup de temps ensemble. Le frère d’Ettore s’appelait Giovanni.

37   Ibidem, p. 83 : « si parlò della guerra, della Francia, delle donne Italiane, che esse dicevano bellissime, delle prossime emozioni del campo, della moda, dei vestiti corti, del ciuco ammaestrato che facevano vedere sul porto, della guardia mobile, dell’esercito di Bourbaki e dei pasticcini di Strasburgo che non arrivavano più ».

38   C’est-à-dire du Moyen-Orient. La mode de l’orientalisme, déjà présente dans l’œuvre de Delacroix, est toujours aussi vive à la fin du siècle. En 1870, le Salon présente L’Odalisque de Pierre-Auguste Renoir. Bien qu’Aissa fût de type « oriental », on apprendra cependant qu’elle était chrétienne.

39   Probablement Remoulins.

40   Ibidem, p. 89 : « Finalmente si cominciò a vedere un’infinità di camini di fabbriche ; poi una miriade di case e di palazzi ; finalmente si trascorse in mezzo ad immensi magazzini. Eravamo arrivati a Lione ».

41   Ibidem, p. 91 : « Lione era seria ; non il brio di Marsiglia per le sue vie sempre affollate di popolo, non il più piccolo movimento d’allegria negli eleganti caffè : moltissimi negozi chiusi, poche le donne abbigliate con galanteria ed anche queste non curate ; un affaccendarsi continuo vicino alla prefettura ed alla Mairie per sapere i dispacci, per strappare la notizia più piccola agli uscieri, ai galoppini, a qualche soldato. Quasi tutti coloro che si incontrava, avevano il berretto da guardia nazionale, alcuno non abbandonava mai il fucile ; tutti poi erano muniti di sciabole o di pistole ; vedemmo diversi a braccetto delle loro mogli, armati fino a denti, agitarsi a mo’ degli ubriachi e vociare a squarciagola : Ah, si viennent les Prussiens !... Era proprio così ; nessuno si sarebbe mosso per andare a incontrare il nemico, ma guai a lui se avesse osato di presentarsi giù sotto le mura ! ».

42   Ibidem, p. 94 : « […] giravano per ogni verso, si affaticavano a far complimenti onde raccogliere offerte per i feriti. Il portamento distinto, il loro modo gentile di chiedere, la squisita educazione che trapelava dai loro discorsi più inconcludenti ci resero certi che quelle donne appartenevano ad elevatissimo rango : stuzzicare la sensibilità, mettere in opera anche un po’ dì civetteria per fare più quattrini per i poveri diavoli che scontavano la pena di aver troppo amato la patria e l’umanità... » Socci observe avec amusement que si l’administration fiscale italienne avait disposé de fonctionnaires aussi efficaces que les dames lyonnaises, « il nostro impareggiabile pareggio sarebbe stato pareggiato » (p. 94). Rappelons que la Droite historique ne parvint à équilibrer le budget qu’en 1876.

43   Ibidem, p. 261 : « […] passo in salotto e mi trovo in compagnia con un prete che dice ira di Dio di Vittorio Emanuele perchè ha osato di entrare nell’eterna città : messo a punto, è la prima volta che faccio il realista (che il Cielo me lo perdoni !) : nasce un battibecco, i padroni di casa mi fanno il viso dell’arme : mi avveggo che se domani non partissi loro troverebbero qualche pretesto per mettermi gentilmente alla porta ».

44   Ibidem, p. 97 : « [il tenente] montò per il primo in un vagone di prima classe, mentre noi fummo di nuovo pigiati in una di quelle gabbie che a vederle sembrano molto più atte a ricettar delle bestie che dei Cristiani... o degli Ebrei ».

45   Il y a une erreur dans le texte de Socci puisqu’il rapporte que le train s’arrête à Tournus avant d’arriver à Mâcon, ce qui, bien entendu, est impossible.

46   Op. cit., p. 98 : « non un caffè aperto, non una finestra illuminata, non il minimo indizio di vita. Persino l’orologio del campanile della chiesa maggiore era fermo e segnava le sette ».

47   Ibidem, p. 98 : « Per stimmatizzare degnamente questo iniquo paesucolo, in cui ci faceva capitare la nostra malvagia fortuna, io consacro Tournus all’esecrazione di tutta la gente per bene ; io auguro ai di lei cittadini che il naso ghiacci loro, come ci si era ghiacciato a noi quella sera ».

48   Socci explique que l’armistice s’appliquait à tout le territoire français sauf trois départements : la Côte d’Or, le Jura et le Doubs. Pour ne pas être attaqué par les Allemands, Garibaldi se retira à Chagny, ville de Saône-et-Loire, à une quarantaine de kilomètres au sud de Dijon.

49   De deuxième classe, précise Socci.

50   Op. cit., cit., p. 237 : » Chagny fu per noi una vera desolazione : fortuna che ci si trattenne soltanto due giorni. Immaginatevi un paesucolo più sudicio di quelli del Napoletano : degli abitanti a cui non pareva vero di esserci prodighi di sgarbi e d’impertinenze, e non avrete immaginato che una metà delle nostre noie. L’intiera armata dei Vosgi si riversò, come valanga, su queste prime case del dipartimento della Saône et Loire ed all’ora in cui noi ci alzammo da letto ci fu impossibile il rinvenire, neppure a peso d’oro, un tozzo di pane ». Et, p. 240, on lit encore : « Se io avessi un nemico accanito, lo manderei a domicilio coatto a Chagny, certo che dopo poche ore implorerebbe la pena di morte ».

51   Socci nomme « platanes » et « cyprès » des arbres dont vraisemblablement il ne connaît pas les noms.

52   Il comprenait notamment ses deux fils, Menotti et Ricciotti, son gendre Canzio et Bordone, un Avignonnais d’origine italienne qui avait participé à l’expédition des Mille et qui joua un rôle essentiel pour persuader Garibaldi de venir au secours de la France. La composition de l’État major, au cours de l’hiver 1870-1871, changea en fonction des nécessités stratégiques et ne fut pas toujours conforme à celle que nous avons donnée.

53   Socci écrit de Beverant au lieu de de Beuverand ou de Beuvrand et ne donne pas l’adresse de l’hôtel particulier dans lequel il était logé. Il dit seulement que c’était un des plus anciens et des plus beaux de Dijon. Il s’agit de l’hôtel Millotet ou de Gissey, situé au n° 17 de la rue Piron. Nous devons ces précisions à l’érudition de Jean-François Bazin, ancien Président du Conseil Régional de Bourgogne (Cf. sur ce point Jean-François Bazin, Le Tout Dijon, Préface par Yves Beauvalot, Éditions Clea, 2003, p. 731).

54   Elle dit beaucoup de mal des Prussiens mais leur concède un mérite : celui d’avoir toujours respecté les femmes. Il se peut que cette remarque soit un avertissement indirect adressé à son hôte italien. Elle prend garde en tout cas de ne pas montrer ses deux filles au jeune (et sans doute séduisant) garibaldien.

55   Les garibaldiens recevaient une solde journalière de 1 franc et un peu plus d’un franc pour les officiers. L’auteur regrette que, dans les restaurants, on proposât de la soupe à tous les repas comme si les pâtes n’existaient pas ! (Da Firenze a Digione, cit., p. 203). 

56   Situé à proximité du théâtre, à l’angle des rues Lamonnoye et Vaillant, il existait encore dans les années Soixante.

57   Op. cit., p. 130 : » Eppoi Digione offriva delle distrazioni anche in tempo di guerra e coi nemici alle porte. Nel palazzo ducale eravi un museo, nel quale non facevano difetto artistici capolavori ; l’arte italiana vi era degnamente rappresentata da alcuni quadri di Guido Reni, da una Sacra famiglia di Andrea del Sarto, e da piccole pitture dei Caracci e del Francia [...] »

58   La jeune fille n’était pas vendeuse de profession. En réalité elle se trouvait momentanément à Dijon chez une connaissance de ses parents qui était propriétaire du bureau de tabac.

59   Appartenant à une famille d’officiers de l’armée impériale, elle ne faisait pas confiance à l’armée républicaine.

60   Il y a quelque chose de « Boule de suif » dans le personnage d’Aissa.

61   Op. cit., p. 194 (citation en français dans le texte).

62   À Dijon, Socci avait essayé d’enseigner l’italien à une serveuse du Café de la Paix. Mais comme cette dernière s’obstinait à répéter casà et serà quand on lui disait casa et sera, il avait rapidement renoncé, ne supportant pas qu’on pût ainsi déformer la langue italienne.

63   Il remarquera que les travaux de construction du tunnel ferroviaire du Fréjus se sont poursuivis malgré la guerre.

64   Op. cit., p. 215 : « Favre coi suoi prestigiatori camuffati da repubblicani, segnava la vergogna della Francia : la patria di Danton diventava la cloaca dei Cesari ; il berretto frigio che aveva sul capo le si tramutava, in meno che lo si dice, nell’ignobile berretto del galeotto ; ed un tal berretto nelle ultime circostanze a me parve il più adatto, che i popoli che hanno sentimento vero di libertà e di giustizia sanno morire sotto le ruine delle loro città : informino Sagunto, Saragozza e Missolungi : i popoli invece, i quali sono corrotti, vigliaccamente si accasciano sotto le verghe dei Napoleonidi, o sotto alle bombe a petrolio dei manigoldi di un Thiers » On lit encore p. 251 : « Un proclama di Gambetta, affisso alle cantonate, invita i cittadini ad accorrere unanimi alle urne, chiama sosta la sospensione dell’arme, non risparmiando certe spavalderie che non dovrebbero essere più di moda. Interrogo difatti varie persone e tutte mi rispondono, facendo voti per la pace, e arrivando perfino a confessare che preferiscono la caduta della repubblica a nuove guerre e a nuovi disastri. Ah !... Francia, Francia come sei caduta nel basso : perché non ritrovasti in tanto sterminio l’eroismo di Missolungi ?... Io non ti posso stimare ». Sur l’évocation, dans la littérature et la peinture italiennes, de la lutte des Grecs pour leur indépendance, cf. Brigitte Urbani, I profughi di Parga, fortune poétique et iconographique d’un thème patriotique, in « Italies », 6/2002, pp. 543-565.

65   Œuvres de Socci :
- Da Firenze a Digione, impressioni di un reduce garibaldino, Prato, Tipografia sociale, 1871.
- Del partito democratico in Italia, Roma, Tipografico italiano, 1886, 30 p.
- I misteri di Montecitorio, Città di Castello, Tipografia dello Stab. S. Lapi, 1887, 137 p.
- Una signora per bene : racconto con prefazione del deputato G. Guerci, Pitigliano, Tip. Della Lente di Osvaldo Paggi, 1896, 186 p.
- Uno che li ha finiti : racconto, Pitigliano, Tip. Della Lente di Osvaldo Paggi, 1897, 146 p.
- La devota : scene romane prima del 1870, Pitigliano, Tip. Della Lente di Osvaldo Paggi, 1897.
- Il grido della rivolta, Pitigliano, Tip. Della Lente di Osvaldo Paggi, 1897, 197 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Imberty, « De Florence à Dijon (1870-1871)
La France vue par un garibaldien
 », Italies, 17/18 | 2014, 133-158.

Référence électronique

Claude Imberty, « De Florence à Dijon (1870-1871)
La France vue par un garibaldien
 », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/4700 ; DOI : 10.4000/italies.4700

Haut de page

Auteur

Claude Imberty

Université de Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org