Navigation – Plan du site
Le voyage en sons et en images

Vinicio Capossela entre voyage, flânerie et cosmopolitisme

Giovanni Privitera
p. 487-501

Résumés

Parler de voyage en abordant l’œuvre de Vinicio Capossela frôle la tautologie. Le voyage, c’est d’abord l’émigration de ses parents irpini vers Hanovre, puis celui du retour en Italie. Mais les voyages de Capossela se font aussi et surtout à travers les genres musicaux et artistiques, au sein d’histoires à la croisée du réel et du fantastique et via la multitude d’atmosphères et de références littéraires qui peuplent son œuvre. Si le début de la globalisation a plongé l’Homme dans l’ère dite postmoderne, où les notions d’espace et de temps sont en crise, à redéfinir, l’œuvre de Capossela exprime parfaitement l’instabilité de cette époque. Ses chansons vont et viennent dans mille directions, elles n’ont pourtant pour but d’arriver nulle part.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe

Parole chiave :

Capossela (Vinicio), canzone
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rudyard Kipling, Des parfums et des voyages, Monaco, Éditions Minerve, 1990.

Je ne dis pas qu’on ne peut pas tenir une conversation intelligente
sans atlas ; mais dès que des hommes abordent un sujet
vraiment important il faut que l’un d’eux aille en chercher un.
Rudyard Kipling1

  • 2 Charles Baudelaire, Le peintre de la vie moderne, Paris, Fayard, 2010.

1Dans Le peintre de la vie moderne2 Charles Baudelaire donne une définition de ce qu’est pour lui un flâneur :

Pour le parfait flâneur, pour l’observateur passionné, c’est une immense jouissance que d’élire domicile dans le nombre, dans l’ondoyant, dans le mouvement, dans le fugitif et l’infini. Être hors de chez soi, et pourtant se sentir partout chez soi ; voir le monde, être au centre du monde et rester caché au monde.

2Cette description, et par conséquent ce qualificatif, semblent parfaitement s’accorder aux auteurs que sont Fernando Pessoa, James Joyce ou encore Charles Baudelaire lui-même. Mais paradoxalement le nom de chacun de ces écrivains est indissolublement lié à une ville : Lisbonne, Dublin et Paris. Vinicio Capossela n’est, lui, lié à aucune ville, à aucun thème, à aucun genre musical. Ou peut-être faudrait-il dire à de multiples villes, à une immensité de thèmes et à d’innombrables genres musicaux ? C’est un personnage errant aux mille racines, implanté dans ces lieux qui l’adoptent, ou plutôt qu’il adopte. Les voyages spatio-temporels peuplant son œuvre sont, en effet, une multitude. Et les points d’arrivée ne sont que de futurs points de départ, qu’il élit temporairement comme des lieux et des époques lui appartenant, étant siens. À l’heure où les débats politiques sur le ius soli et le ius sanguinis font fureur en Italie, le natif d’Hanovre semble opter pour le « ius cordis ». Dans son œuvre on voyage en effet à travers des pays et des temps que son cœur a choisis pour patrie, le temps d’une pause. Si, comme le dit l’adage, la meilleure façon de s’adresser au monde c’est de lui parler de son village, alors Capossela chante ses bourgs, ses villes, ses pays, ces lieux qu’il a choisi de faire siens dans son œuvre. Et bien qu’ils ne soient siens qu’un temps, ils le sont à plein régime. Le dernier en date, la Grèce, l’est comme mélodie de l’album Rebetiko gimnastas, comme théâtre du film-documentaire Indebito, écrit par Vinicio Capossela et réalisé par Andrea Segre ou encore comme muse de son recueil de récits Tefteri.

Quelques données biographiques 

3Parler de voyage en abordant l’œuvre de Vinicio Capossela frôle la tautologie. C’est ce que nous allons tenter de démontrer en survolant quelques bribes de sa biographie et de sa production musicale.

  • 3 L’Irpinia est une région historico-géographique de l’Italie méridionale correspondant à la partie (...)
  • 4 Vinicio Capossela s’est aussi essayé et illustré à la réalisation de documentaires et à l’écritur (...)

4Le voyage, c’est d’abord celui de l’émigration de ses parents irpini3 vers Hanovre, en Allemagne, où Vinicio naît en 1965. Mais c’est aussi celui du retour en Italie, non pas au point de départ dans le sud de la Campanie, mais en Émilie-Romagne où le futur cantautore grandira. Adulte, il résidera à Milan près de la gare (comme un symbole, dit-il), véritable plaque tournante de ses pérégrinations à travers l’Europe pour les tournées incessantes de ce musicien cosmopolite. Mais les voyages de Capossela se font aussi et surtout à travers les genres musicaux et les genres artistiques4, au sein de ses histoires à la croisée du réel et du fantastique et via la multitude de références littéraires qui peuplent son œuvre.

  • 5 Vinicio Capossela, All’una e trentacinque circa, Milano, CGD, 1990.

5Vinicio Capossela est certainement aujourd’hui le cantautore italien en activité le plus célèbre. Son apparition dans l’univers musical ne se produit qu’après qu’il eut connu Francesco Guccini, en fréquentant le club Tenco de San Remo à la toute fin des années quatre-vingts. Capossela lui présente une démo, que celui-ci fera écouter à son producteur Renzo Fantini de CGD. Ce dernier décide de produire le premier album de Vinicio Capossela, All’una e trentacinque circa5, qui sort en 1990. Il s’agit d’un album fait de morceaux de piano-bar, de swings aux rythmes tantôt jazz, tantôt latinos, dans lesquels les influences de Tom Waits et de Paolo Conte sont flagrantes (les arrangements de l’album sont assurés par l’équipe de Fantini qui était également le producteur de Conte). Si ce premier disque obtient un succès d’estime certain (il remporte, l’année suivante, la targa Tenco de la migliore opera prima), la reconnaissance du public tarde à arriver.

  • 6 Id., Modì, Milano, CGD, 1991.
  • 7 Lucio Pellegrini, E allor Mambo!, Roma, Medusa, 1999.
  • 8 Vinicio Capossela, Camera a sud, Milano, CGD, 1994.
  • 9 Id., Il ballo di San Vito, Milano, CGD, 1996.

6Sur la lancée il sort pourtant un second album en 1991 intitulé Modì6, titre astucieux qui renvoie à la fois au peintre livournais Amedeo Modigliani et aux artistes maudits, en français. Avec cet album Capossela connaîtra un véritable succès commercial, essentiellement grâce aux tubes E allora Mambo !, qui donnera lieu à une adaptation cinématographique7 par Lucio Pellegrini en 1999, et La regina del Florida qu’il interprète sur Rai 3 dans l’émission de Paolo Rossi Su la testa, ce qui lui donne une certaine visibilité. Mais d’autres chansons sont également à relever. L’album s’ouvre par le morceau lui donnant son titre, un véritable manifeste autobiographique et bohème. On y trouve également la très Waitsienne Notte Newyorkese et le chef-d’œuvre du disque, Ultimo amore. Son troisième album, Camera a sud8, sort en 1994, puis, en 1996 il commence les collaborations avec Marc Ribot, le guitariste de Tom Waits, dans son quatrième album, Il ballo di San Vito9.

7C’est une période où Capossela se lance dans une série de réécritures et de spectacles : il joue du piano sur scène en accompagnant la projection des Temps modernes de Chaplin pour l’inauguration du théâtre Puccini de Florence en 1998. En cette même année sort son premier album live, Liveinvolo, qui contient des interprétations de ses titres les plus célèbres sur des rythmes et des genres musicaux différents, allant de la tarentelle au jazz en passant par les sonorités Capverdiennes.

  • 10   Id., Canzoni a manovella, Milano, CGD, 2000.
  • 11   Id., Ovunque proteggi, Atlantic / Warner music, 2006.
  • 12   Id., Da solo, Atlantic / Warner music, 2008.

8Son cinquième album studio paraît dans les bacs des disquaires en 2000 ; il s’agit de Canzoni a manovella10, pour lequel il obtiendra la targa Tenco du meilleur album l’année suivante. Il faudra attendre six ans pour que Ovunque proteggi11, son album suivant, voie le jour. Entre-temps, Vinicio Capossela avait publié son premier roman, Non si muore tutte le mattine, et sorti un premier best of intitulé L’indispensabile. Suivront les albums Da solo12 et Marinai, profeti e balene, respectivement sortis en 2008 et 2011, ce dernier opus étant une véritable ode au voyage. En 2012 il publie Rebetiko Gymnastas, dans lequel il revisite musicalement quatorze de ses titres sur ces airs populaires saloniciens qui sont d’une certaine façon à la Grèce, ce que le Fado est au Portugal.

Des décors variés

9Avant cela les chansons de Capossela nous avaient plongés dans des atmosphères et des lieux multiples et variés. Notte Newyorkese, la troisième piste de l’album Modì, sur un air de jazz et par une scansion accélérée des paroles, conduit l’auditeur dans les rues populaires de la mégalopole États-unienne :

Notte newyorkese mi preparo e faccio bello
esco fuori dall’hotello
tasche vuote e gran pretese
la strada è tutta luce
sotto terra stan le fogne
esce fumo dal tombino
e hanno tutti un’aria truce
le strade sono tante
sono street, eppure larghe
un paese per ognuna
taxi prego la trentuna
vuoi da bere o da mangiare
da ubriacarti o da fumare
pizza calda, cane caldo
tutto quanto puoi comprare
pure ’a luna miezzo ’o mare
pure ’a luna miezzo ’o mare

10On se croirait projetés dans une série policière américaine. L’atmosphère est nocturne et mystérieuse (« esce fumo dal tombino »), pourtant la ville est bien loin de se coucher (« la strada è tutta luce … / taxi prego la trentuna / vuoi da bere o da mangiare / da ubriacarti o da fumare »). Tout est accessible, nous sommes dans la ville où tout est possible, le personnage est en plein rêve américain ; peut-être Capossela fait-il allusion à celui des Italo-Américains puisqu’il cite la célèbre chanson siciliano-américaine A luna miezzo ‘o mare de Dean Martin reprise dans Le parrain de Francis Ford Coppola, mais aussi parce que le personnage italianise l’Hotel en Hotello et le Hot-dog en cane caldo.

11Le climat est aussi rendu par un emploi macaronique de l’anglais. Le refrain, par exemple, est une énumération de termes en anglais répétés deux fois, et qui nous projette de la rue à l’intérieur d’un club de strip-tease :

smoke smoke
coke coke
strip tease
preack tease
sex sex
forget forget baby

12L’endroit dont il est question est loin d’être paradisiaque. L’atmosphère semble délétère, l’éclairage est criard « luce verde sul bancone », la strip-teaseuse n’est plus toute jeune, elle a « la panza » et les « cosce a marmellata », l’endroit paraît presque désert, les deux clients sont décrits en quelques mots : « il nero… è molto fatto e stralunato » et l’autre est tout simplement « il ragazzo puerto rico ». Le reste de la chanson est dans un anglais fortement accentué, et semble être une dérision burlesque du cliché de Big Apple.

13Dans d’autres nombreux morceaux de Capossela c’est encore l’Amérique, mais cette fois latine, que l’on retrouve. Ce sera le cas musicalement de Camera a sud, de Allora Mambo, de Che coss’è l’amor mais aussi de La regina del Florida qui, sur un air de salsa associé au jazz de la fin du morceau, et par le biais d’un refrain à la croisée du castillan et de l’italien (ainsi que d’un article contracté en portugais Regina do Florida), nous immerge cette fois dans une atmosphère dansante et cubaine. Inutile de rappeler la forte communauté cubaine résidant dans la Floride du titre du morceau :

ahi Regina do Florida
baila con mi toda mi vida
mira niña yo te vorria
ahi Regina puertame via
ahi Regina do Florida
baila con mi toda mi vida
mira niña mira niña mira niña yo te vorria
ahi Regina puertame via...

14Plus récemment avec l’album Marinai, profeti e balene, après s’y être essayé progressivement dans les albums précédents, Capossela se lance définitivement dans une sorte de music-hall universel à la croisée de la chanson et du théâtre. C’est un concept-album en deux parties. L’univers est clairement celui de la mer (Capossela l’avait déjà abordé, par exemple dans SOS dei naufragati ou Scandalo negli abissi parus dans des disques précédents), qu’elle soit mythologique et méditerranéenne dans le deuxième CD ou océanique dans le premier. C’est par exemple le cas dans L’oceano oilalà, morceau dans lequel, sur une musique irlandaise accompagnée de chœurs enjoués, l’océan est personnifié :

Che tipo scontroso, giocoso, scherzoso
Che tipo che coso è l’oceano oilalà
la la la la
Il tifone è allegro
Il baleno è un buffone
Quando sbatte orgoglioso il codone
la nuvola scappa
la schiuma si leva
Quando soffia l’arcoBalena
la la lala

15Dans cet album, comme dans de nombreuses autres chansons de Capossela, les renvois intertextuels nous font voyager à travers ses lectures et ses auteurs favoris.

Le voyage à travers les œuvres d’autrui 

16Si Capossela est désormais une icône de la chanson italienne « à texte » et que sa popularité dépasse les frontières de son pays, son œuvre s’inscrit dans une tradition qui est celle des auteurs-compositeurs-interprètes que l’on nomme cantautori en Italie, et dans le vaste ensemble qu’est celui de la chanson d’auteur italienne. Les spécialistes s’accordent pour dire que celle-ci voit le jour à la fin des années cinquante entre Gênes et Milan. Et à leurs débuts ces jeunes cantautori procèdent par mimétisme. Les modèles sont la chanson française (Georges Brassens et Jacques Brel en tête de file), dans un premier temps, mais aussi celle de Brecht et la musique populaire italienne, puis celle d’outre-Atlantique (Bob Dylan et Leonard Cohen), quelques années plus tard. Les œuvres de Gino Paoli, Fabrizio De André, Francesco Guccini et comparses, mais aussi le rock et les productions de la nouvelle génération de cantautori pullulent de traductions, de reprises, d’adaptations et l’intertextualité y est omniprésente.

17Et puisque les disques de Capossela sont des cas probants de réécriture, penchons-nous panoramiquement sur la kyrielle de renvois intertextuels dans ses différents albums.

18Dans le morceau donnant son titre à son premier album et le concluant, All’una e trentacinque circa, Capossela dépeint, dans une atmosphère veloutée, un microcosme peuplé de drôles de personnages :

Vecchi camionisti
un po’ arrivisti, un po’ alcolisti
con la moglie lasciata a casa ad ingrassar
avventurieri di frontiera
[…]
Che strana razza è poi il cliente
c’è quello bello e intelligente
c’è il casinaro e l’invadente
c’è chi ascolta trasognato
c’è chi urla e sta sbracato
c’è chi la donna se la intorta
c’è chi gli fa la mano morta
ma c’è il cliente più divino
il più richiesto e il più invitante
è quello che offre, paga a tutti e fa il brillante

E ci siam noi musicisti
un po’ beoni, un poco artisti
compagnoni e nati tristi
sempre afflitti dal denaro
[…]
E per ultima la strofa più dolente
quella ahimè sull’esercente
dietro il banco o nellufficio
intellettuale o ben vestito

19Nous sommes ici dans un univers de piano-bar, aussi bien musicalement (Capossela joue ici un blues accéléré) que narrativement, qui n’est pas sans rappeler celui des chansons de Fred Buscaglione. On retrouve en effet cette tendance à l’énumération, des personnages hauts en couleur (bien qu’ils soient décrits en deux vers), ce penchant pour les jeux de sonorités sur les mots, mais aussi un refrain qui est un inventaire de marques d’alcool chères au chanteur piémontais des années cinquante :

Chimay, Bacardi Jamaican rhum
White Lady, Beck’s bier, tequila bum bum
Dry gin, Charrington, Four Roses Bourbon

20Dans l’album suivant de Capossela intitulé Modì, le morceau homonyme est une chanson sur Amedeo Modigliani, où la narratrice s’exprimant à la première personne incarne le personnage de sa dernière compagne, Jeanne Hébuterne. On n’y perçoit pas d’intertexte réel mais des références à l’œuvre du peintre livournais.

21On retrouve également, dans Camera a sud, la piste Camminante dans laquelle Capossela semble exprimer la disharmonie du monde, si chère à la poésie d’Eugenio Montale. Dans l’avant-dernière strophe de la chanson le clin d’œil à Ossi di seppia paraît clair :

Le seppie han le ossa bianche e l’ippogriffo
ha il becco scuro e forte è il suo nitrito
distante come il cielo in Patagonia
M’avvio abbaracciando i sogni che ho patito
distante come il cielo in Patagonia
m’allungo ai sogni che ho patito

  • 13   Louis Ferdinand Céline était médecin de profession.
  • 14   Alfred Jarry, La chanson du décervelage, in Œuvres complètes I, Paris, Gallimard, Bibliothèque d (...)
  • 15   Voir à ce propos un article à paraître de Tommaso Tarani, intervenu lors de la journée d’étude d (...)

22Dans ce même album, on retrouve Zampanò, chanson portant le nom du protagoniste de La strada de Fellini. On perçoit ensuite, dans l’album Canzoni a manovella, toute une série de morceaux comportant d’évidentes références intertextuelles : Bardamù est également le nom du personnage de Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand Céline. Ici, la figure du médecin13 représente l’alter ego de l’auteur et sert de prétexte à une réflexion sur le sens de la vie de l’auteur français. On retrouvera un autre renvoi clair à Céline dans Scandalo negli abissi en 2011, qui est une réécriture du sujet pour ballet Scandale aux abymes de l’écrivain français. Il faut également voir dans la chanson grotesque et surréaliste Decervellamento une réécriture de La chanson du décervelage14 d’Alfred Jarry, l’inventeur de la Pataphysique. Citons également Con una rosa, hommage au Rossignol et la rose d’Oscar Wilde15. Dans l’album Ovunque proteggi de 2006 nous retrouverons de claires allusions à La ballade du vieux marin de Samuel Taylor Coleridge dans S.S dei naufragati, dans Brucia Troia des renvois au film Edipo re de Pier Paolo Pasolini, mais aussi à un psaume de la Bible dans Non trattare et à son propre roman Non si muore tutte le mattine dans Dove siamo rimasti a terra Nutless. Dans l’album Marinai profeti e balene de 2011, on retrouve des références récurrentes à la version italienne de Moby Dick de Melville traduite par Cesare Pavese, mais aussi à Lord Jim de Joseph Conrad, à Dante Alighieri ou encore à Céline.

Un vagabondage postmoderne

Niente regge al grande moto, all’agitatore sotterraneo e supremo. Esso rimescola e cambia di continuo quello che da fuori sembrava invariabile. È una trivella la vita, la grande trivella. Cambia faccia alle cose [...] e costringe a cercarci in mezzo, storditi, perdendoci e avvistando di continuo. È l’epoca forse, l’ultima epoca, quella ottenebrata dalla quantità. Si accavallano le cose. Tutto si raggiunge, tutto è raggiungibile... continenti, anime, registrazioni, tutto è comunicante, farneticante, deviante, mai si è potuto tenere la rotta meno di così... ci vogliono prigioni sigillate, e ancora le arriva e le raggiunge la rete tentacolare, la rete delle strade, la rete delle onde... la rete, la Rete !

23C’est ce qu’écrit Vinicio Capossela dans Non si muore tutte le mattine, publié en 2004. Aussi, essayer de tracer un plan de l’œuvre musicale de Vinicio Capossela ne serait pas seulement tâche ardue, vu la richesse et la densité de sa production musicale, mais ce serait surtout, selon nous, la mauvaise voie. Plus qu’à une carte, Capossela et sa musique sont en effet comparables à un dédale, emblème du mouvement et de l’absence de centre, de racines, ou plutôt de l’existence d’une multitude de racines en perpétuelle évolution. Sa biographie est déjà un exemple probant de ce nomadisme multi-identitaire que l’on retrouvera dans sa musique et dans ses textes.

24Le documentaire de Gianfranco Firriolo sur et avec Vinicio Capossela, La faccia della Terra, s’ouvre sur ces mots de l’artiste italo-allemand :

Di Milano mi piace la linea 1 del tram, e questo mi sembra già molto. A dire il vero amo molto le assenze che ho riposto in questa città. Vivo in una zona di addii e partenze, e il fatto di stare in un luogo che non mi appartiene, il fatto di stare in un luogo in cui non ho niente, mi permette di immaginare tutto, di lasciare che le idee si facciano largo liberamente nella testa.

25Et en effet son œuvre est un voyage imaginaire. Elle est riche qualitativement mais aussi en quantité, en variété. Si la fin de la modernité et le début de la globalisation ont plongé l’Homme dans l’ère dite postmoderne, dans laquelle les notions d’espace et de temps sont en crise, à redéfinir, l’œuvre de Vinicio Capossela exprime parfaitement l’instabilité de cette époque. Si ses chansons viennent et vont dans mille directions, elles n’ont pourtant pour but d’arriver nulle part. Elles se meuvent à travers ce labyrinthe grandissant qu’est son œuvre, à la recherche vaine de son centre et d’une demeure stable, mais la fin du voyage ne pourra être décrétée que par le temps et par les énergies s’épuisant.

26C’est ce qu’illustre le morceau Il ballo di San Vito dans lequel, sur un air très endiablé de tarentelle, il chante :

Dentro il cerchio del vodoo mi scaravento
e lì vedo che la vita è quel momento
Scaccia, scaccia satanassa
scaccia il diavolo che ti passa
scaccia il male che ci ho dentro o non sto fermo
scaccia il male che ci ho dentro o non sto fermo

A noi due balliam la danza delle spade
fino allo squarcio rosso d’alba
nessuno che m’aspetta, nessuno che m’aspetta
nessuno che mi aspetta o mi sospetta

Il cerusico ci ha gli occhi ribaltati
il curato non se ne cura
il ragioniere non ragiona
Santo Paolo non perdona

Ho il ballo di San Vito e non mi passa
Ho il ballo di San Vito e non mi passa

Questo è il male che mi porto da
trent’anni addosso
Fermo non so stare in nessun posto
Rotola rotola rotola il masso
rotola addosso, rotola in basso
e il muschio non si cresce sopra il sasso
e il muschio non si cresce sopra il sasso

Scaccia scaccia satanassa
scaccia il diavolo che ti passa
Le nocche si consumano
Ecco iniziano i tremori
della taranta, della taranta
della tarantola...

27Il ballo di San Vito peut être entendu comme la tarentelle pratiquée dans certains villages du sud de l’Italie la veille de la fête de San Vito, le 14 juin, ou comme la danse de Saint-Guy, l’appellation commune de la chorée. Si au Moyen Âge les malades de chorée étaient brulés vifs, parce qu’on considérait qu’ils étaient atteints par le démon, selon les différentes légendes la tarentelle était une danse permettant de guérir les morsures de tarentule ou les malades de chorée. Pour d’autres encore elle est une façon d’expulser les démons qui sont en nous. Dans la chanson de Capossela la tarentelle semble être une métaphore de sa façon de vivre : il faut être perpétuellement en activité, afin d’éviter que le mal de vivre ne s’installe.

28On retrouve dans ce morceau, et dans l’album homonyme de 1996, certaines constantes de la production caposselienne. Tout d’abord cette idée de l’équilibre que l’on trouve dans le mouvement (parfois même endiablé) et non dans la stabilité. De plus, les points d’ancrage traditionnels sont ici renversés (il ragioniere non ragiona / Santo Paolo non perdona…), comme pour signifier la perte de repères à notre époque et le besoin d’en créer de nouveaux, en repartant de zéro. On retrouve également une utilisation musicale et rythmique des mots très caposselienne : ils semblent être un instrument supplémentaire parmi les instruments. Certaines paroles sont choisies pour leur sonorité parfois plus que pour ce qu’ils disent sémantiquement (cela explique l’omniprésence d’onomatopées, d’allitérations et d’assonances dans son œuvre). Si, dans une chanson, le texte est souvent le pendant rationnel de l’émotion suscitée par la musique, ou vice versa, chez Capossela, les paroles contribuent souvent à provoquer des sensations épidermiques, presque viscérales.

La soif de voyager

29Dans Brucia Troia le je narrant caposselien devient le minotaure, coincé entre les murs de ce dédale qu’est le monde, et par conséquent son œuvre. L’enthousiasme et l’appétit de ce minotaure qu’est Capossela le poussent à tenter d’ouvrir le plus grand possible les portes de son labyrinthe et sa gueule de bête féroce :

Sono io il mio Minotauro
Divoro chi arriva fino a me

30Vinicio est donc parfois un artiste qui sillonne le monde pour jouer sa musique et pour assumer son statut de vedette renommée en pleine mondialisation, mais il voyage et fait voyager ses auditeurs, également en restant assis à une table, en écoutant des récits et des musiques d’ailleurs, et également en mangeant littéralement. La fête et les repas de fête, comme éléments de communion, d’humanité, ont, en effet, une place non négligeable dans ses chansons. Tous ses chemins mènent au rhum, comme dans l’excipit de L’oceano oilalà.

A che ci serve un tuono ?
Uhm, non vogliamo dei tuoni, noi vogliamo del rhum
Uhm uhm, date un bicchiere di rhum
Uhm uhm, date un bicchiere di rhum
Uhm uhm uhm, noi vogliamo del rhum
Uhm uhm uhm, noi vogliamo del rhum
Uhm uhm uhm, noi vogliamo del rhum.

31La fête au sens large représente ces moments de vie à la fois opposés et complémentaires à la subsistance physique de l’Homme par le travail et la nutrition rudimentaire. Paradoxalement ce moment de prétendue légèreté est un temps où l’Homme a une marge de manœuvre presque totale, où il peut chercher de la profondeur à la vie. Or cette façon de manifester concrètement et physiquement des instants de réflexion est sans doute également un moyen de subsistance morale.

32Dans un jeu de mise en abyme, l’œuvre de Capossela se fait monde dans lequel émergent des éléments de fête et de réflexion, dans des univers variés et des couleurs musicales différentes. Mais au fond, c’est toujours la même histoire : il s’agit d’un labyrinthe, où les choses arrivent de façon partielle, fragmentée, discontinue.

Haut de page

Notes

1 Rudyard Kipling, Des parfums et des voyages, Monaco, Éditions Minerve, 1990.

2 Charles Baudelaire, Le peintre de la vie moderne, Paris, Fayard, 2010.

3 L’Irpinia est une région historico-géographique de l’Italie méridionale correspondant à la partie sud de la Campanie, entre les villes de Benevento et Avellino.

4 Vinicio Capossela s’est aussi essayé et illustré à la réalisation de documentaires et à l’écriture de romans et de poésies. Citons à ce propos les romans Non si muore tutte le mattine publié par Feltrinelli en 2004 et In clandestinità coécrit avec Vincenzo Costantino et publié par Feltrinelli en 2009. En 2013 est paru Tefteri chez Il Saggiatore. Quant à la réalisation, il signe en 2013 Indebito, un documentaire sur la Grèce et le Rebetyko, coécrit et coréalisé avec Andrea Segre et produit par Joefilm, La cupa et Rai cinema.

5 Vinicio Capossela, All’una e trentacinque circa, Milano, CGD, 1990.

6 Id., Modì, Milano, CGD, 1991.

7 Lucio Pellegrini, E allor Mambo!, Roma, Medusa, 1999.

8 Vinicio Capossela, Camera a sud, Milano, CGD, 1994.

9 Id., Il ballo di San Vito, Milano, CGD, 1996.

10   Id., Canzoni a manovella, Milano, CGD, 2000.

11   Id., Ovunque proteggi, Atlantic / Warner music, 2006.

12   Id., Da solo, Atlantic / Warner music, 2008.

13   Louis Ferdinand Céline était médecin de profession.

14   Alfred Jarry, La chanson du décervelage, in Œuvres complètes I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1972.

15   Voir à ce propos un article à paraître de Tommaso Tarani, intervenu lors de la journée d’étude du CAER Réécriture et Chanson du 9 décembre 2013 à Aix-Marseille Université, publication prévue dans les « Cahiers d’études romanes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanni Privitera, « Vinicio Capossela entre voyage, flânerie et cosmopolitisme », Italies, 17/18 | 2014, 487-501.

Référence électronique

Giovanni Privitera, « Vinicio Capossela entre voyage, flânerie et cosmopolitisme », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/4855 ; DOI : 10.4000/italies.4855

Haut de page

Auteur

Giovanni Privitera

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org