Navigation – Plan du site
Arbitraire de la langue

Discussion de l’arbitraire du signe

Quand le hasard occulte la relation entre le physique et le mental
Sophie Saffi
p. 345-394

Résumé

Nous proposons une discussion de l’arbitraire du signe organisée autour des arguments suivants : 1. Nombre fini de sons/nombre infini de sens ; 2. Une ou plusieurs réalités ? ; 3. Homonymie et synonymie ; 4. Onomatopées et interjections ; 5. Signe et symbole ; 6. La dualité du signe ; 7. Les universaux ; 8. Évolution et changement. Nous présentons au fil du débat la double articulation d’André Martinet, la hiérarchie universelle d’acquisition des phonèmes de Roman Jakobson, la récapitulation ontophylogénique du langage de Marcel Locquin, la langue mère universelle de Merritt Ruhlen. Nous relevons, dans les démarches théoriques de Saussure, Jakobson, Martinet et Guillaume, les contradictions représentatives de la controverse sur l’arbitraire du signe. Nous proposons enfin, dans le sillage de Maurice Toussaint, une motivation première, au plus profond de la langue. Notre hypothèse est celle d’un lien sensori-moteur unissant au niveau phonématique le physique et le mental. Elle suppose une conception stratifiée du langage où chaque niveau d’encodage relance la dynamique du sens, éloignant un peu plus, à chaque degré de la combinatoire, la signification du support matériel, et libérant du même coup le signe de sa motivation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « HASARD étymologiquement, ‘dé’ en arabe, la face du cube concernée représentant une fleur (cf. az (...)

1L’arbitraire du signe étant un des principes généraux énoncés par Ferdinand de Saussure, il est considéré par la majorité des linguistes comme un fondement théorique de la linguistique moderne. Pourtant, un débat ouvert traverse l’histoire de l’étude des langues et du langage. Une controverse historique, datant des débuts de l’époque classique en Grèce, et dont le langage n’est qu’un aspect, porte sur l’origine des normes et des conventions en vigueur dans une société : proviennent-elles des choses elles-mêmes en s’imposant à nous par nature – ce qui suppose qu’elles soient motivées – ou bien résultent-elles d’une convention, explicite ou non, passée entre les hommes ? Et cette convention repose-t-elle sur des critères sans liens apparents avec le domaine de son application ou est-elle le fruit du hasard ?1 En d’autres termes et pour recentrer notre propos, une langue est-elle une réalité originale, irréductible à toute réalité extralinguistique, et donc un système dont les éléments constitutifs sont soumis à l’arbitraire ? ou bien peut-elle être expliquée par l’ordre naturel des choses ou de la pensée ? Ce questionnement est déjà le thème du Cratyle de Platon.

  • 2  Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, édition critique préparée par (...)
  • 3  André Martinet, Éléments de linguistique générale, Paris, Colin, 1980, pp. 13-15, 37-38, 176-178 e (...)

2Au début du XXe siècle, Ferdinand de Saussure reprend cette question exposée dans le Cours de linguistique générale : « Le lien unissant le signifiant au signifié est arbitraire, ou encore, puisque nous entendons par signe le total résultant de l’association d’un signifiant à un signifié, nous pouvons dire plus simplement : le signe est arbitraire »2. L’image acoustique (le signifiant) correspondant à un mot est indépendante de son contenu sémantique (le signifié). Cependant, signifié et signifiant sont liés par une convention qui assure l’intercompréhension des sujets parlants. Une fois que le signe est établi dans un groupe, l’individu ne peut en rien le changer. Mais « le signe peut être relativement motivé », notamment dans le cas de signes composés. Par exemple, les signes prenant la réalisation graphique neuf et dix sont tous deux arbitraires, mais leur association forme un signe complexe dix-neuf qui, lui, est motivé puisque la forme est liée au contenu. André Martinet, avec son concept de double articulation, échelonne lui aussi l’intervention du locuteur sur les plans de l’expression et du contenu, la première articulation en monèmes étant motivée mais la seconde en phonèmes étant arbitraire3.

  • 4  Jean Dubois, Lexix, dictionnaire de la langue française, Paris, Larousse, 1975.
  • 5  Jacques Lacan, Le Séminaire, livre XI : Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, Paris (...)
  • 6  Michel Arrivé, Langage et psychanalyse, linguistique et inconscient, Paris, Puf, 1994, p. 120.
  • 7  Pour une information plus complète, nous conseillons au lecteur l’historique de Tullio De Mauro (F (...)
  • 8  André Martinet, op. cit., p. 14 ;Claude Hagège, L’homme de paroles, Paris, Fayard, 1985, p. 119.
  • 9  Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, cit., p. 100 ;Claude Hagège, op. cit., p. 1 (...)

3La première définition du terme arbitraire dans le Lexis nous dit qu’il renvoie à ce « qui dépend de la seule volonté humaine »4. Donc, quand Jacques Lacan lui préfère le terme de « contingent »5, il fait intervenir le hasard là où Saussure n’avait souligné que l’absence de raison à la décision, la gratuité du choix. Pour Michel Arrivé, le psychanalyste « substitue le hasard à l’intervention, malencontreusement présente dans le nom de l’arbitraire, d’une décision qui n’a pas lieu »6. Notre but n’est pas d’établir ici une liste exhaustive de ce qui a été écrit sur l’arbitraire et la motivation du signe7. Rendre compte de façon aussi pointue d’une si longue controverse donnerait lieu à une thèse. Nous préférons discuter ici les arguments qui ont été le plus souvent avancés en faveur de l’arbitraire du signe. Ainsi, un nombre fini de sons se doivent d’être arbitrairement choisis afin de correspondre au nombre infini de sens exprimables8 ; ou encore, le fait qu’un même objet porte un nom différent dans chaque langue signifie que ce nom lui est arbitrairement assigné9. Apparemment, le bon sens joue en faveur de ces arguments. En les discutant, nous essaierons de mettre le doigt sur l’inexactitudede ces évidences. Nous aborderons aussi les questions liées à l’homonymie et à la synonymie, aux onomatopées et aux interjections, aux définitions du signe et du symbole. Nous nous intéresserons enfin à la dualité du signe, aux universaux et à l’évolution historique des systèmes de signes. Nous tenterons tout au long de notre exposé de souligner, dans les démarches théoriques de Ferdinand de Saussure, Roman Jakobson, André Martinet et Gustave Guillaume les contradictions représentatives de la controverse sur l’arbitraire ou la motivation du signe.

1. Nombre fini de sons/nombre infini de sens

4Une des objections à la motivation des sons linguistiques est le décalage entre l’infinité des sens exprimables et le nombre limité des sons prononçables par l’homme. Elle est la conséquence de la prise en compte d’une motivation uniquement directe. Mais cette façon d’envisager les liens entre les sons et les sens délaisse ce qui fait la richesse du langage : l’encodage. Ce phénomène combinatoire existe partout dans la nature : la variété de la matière constituant le monde qui nous entoure est due à la diversité des combinaisons d’assemblage d’une centaine seulement d’éléments chimiques élémentaires. Ce mode de fonctionnement est décelable partout, autour de nous, en nous. Ainsi, les gènes en nombre limité qui constituent les chromosomes servent à produire des êtres en nombre illimité et presque tous (hormis les vrais jumeaux) différents. Sans oublier qu’il n’existe qu’une vingtaine d’acides aminés, ces unités élémentaires des protéines. Le langage n’échappant pas à cette règle, on peut envisager que sur la base de sons peu nombreux porteurs chacun d’un dynamisme fondamental, un nombre infini d’idées, d’images puissent être exprimées.

2. Une ou plusieurs réalités ?

  • 10  Le Robert & Collins, Dictionnaire français-anglais anglais-français, Paris, Société du Nouveau Lit (...)
  • 11  Émile Benveniste, Problème de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966, p. 51.

5Un même objet porte un nom différent selon les langues. Des langues différentes ne décrivent pas les mêmes réalités car l’analyse de la réalité dépend de critères linguistiques et culturels variables. Ainsi, en français le mot bœuf concerne à la fois l’animal vivant et la viande vendue chez le boucher ; cette réalité n’est pas superposable aux deux réalités anglaises auxquelles renvoient les mots ox et beef.L’analyse de l’objet varie d’une langue à l’autre, il n’est pas appréhendé de la même façon, le contexte et la description sont différents, il ne porte donc pas le même nom. La sélection et l’encodage des sons change car le mode de description de la réalité ne suit pas les mêmes règles. Même en admettant qu’un Anglais et un Français appréhendent le monde qui les entoure de la même façon, la description de l’objet serait différente car leurs langues ont des systèmes phonologiques différents par le nombre et la nature des phonèmes les constituant (16 voyelles, 3 semi-consonnes et 17 consonnes en français ; 12 voyelles, 7 diphtongues et 25 consonnes en anglais)10.Bien qu’étant tous deux des logis, une hutte et un chalet sont des réalités fondamentalement différentes. La variation sémantique qui existe à ce niveau n’est pas la preuve d’une variation plus profonde. Cet argument en faveur de l’arbitraire du signe sous-tend une vision sans palier de ce que pourrait être la  motivation du signe. « Le vrai problème est autrement profond. Il consiste à retrouver la structure intime du phénomène, dont on ne perçoit que l’apparence extérieure et à décrire sa relation avec l’ensemble des manifestations dont il dépend »11.

  • 12  Claude Hagège, op. cit., p. 120.

6Une conception stratifiée du langage, où chaque niveau d’encodage des sons relance la dynamique du sens, se pose à contre-pied d’une analyse aplanétique où les signes ne peuvent avoir qu’un seul rôle. C’est pourquoi la question posée par Claude Hagège : « Si les phonèmes en possédaient un [signifié propre], comment s’acquitteraient-ils à la fois de la tâche de l’exprimer et de celle qu’ils ont, […] dans chaque langue, de distinguer les mots ? »12 porte en elle sa réponse : la question souligne le double niveau qui permet au phonème de posséder un sens propre et dans le même temps, d’entrer dans une combinaison de phonèmes. C’est son sens propre qui donne sa raison d’être au phonème, et qui lui permet de distinguer un mot d’un autre, étant entendu que le sens du phonème (simple pour ne pas dire premier) et celui du mot (complexe) ne se situent pas sur le même échelon hiérarchique de la construction du sens (le premier sert à la fabrication du second).

  • 13  Ottavio Lurati, 3000 parole nuove, La neologia negli anni 1980-1990, Bologna, Zanichelli, 1990, p. (...)

7Enfin, citons pour exemple le cas de l’emprunt qui voit souvent son signifié - et toujours son signifiant - transformés : quand un mot étranger est adopté par une langue d’accueil, on constate qu’il subit une transformation phonétique. Le mot computer se prononce [kӘmpjù:tӘ] en anglais ; mais emprunté et adapté par le système italien, il devient [kompiùtεr] ou [kompiùtere], et permet la création du verbe computerizzare, de l’adjectif computerizzabile et de substantifs comme il computerese ou la computeristica13. Cette réalité est alors adaptée au système des critères de description de la langue adoptive.

3. Homonymie et synonymie

  • 14  Claude Hagège, op. cit., p. 121.
  • 15  Pascal Vernus, Les premiers hiéroglyphes, in Du signe à l’écriture, Dossier Hors série Pour La Sci (...)

8Une autre objection à la motivation du signe relevant le fait que les mêmes sons que l’on associe à un objet se retrouvent dans des noms sans rapport14, est elle aussi représentative d’une vision plate de la langue où ne peuvent s’établir que des relations directes. Si, au contraire, on se représente des relations à étages entre les sons et les sens, alors il devient possible, par l’analyse, de décrire un grand nombre de choses avec un petit nombre de sens fondamentaux que l’on va combiner entre eux. Cette combinaison se matérialise par les mots dans lesquels sont combinés les sons qui représentent les sens fondamentaux. Les langues sémitiques (l’arabe, le berbère) utilisent leur système consonantique comme base de construction des mots. Dans la linguistique sémitique, la racine est une séquence de trois consonnes, ou trilitère, liée à une notion déterminée, et qui, une fois complétée par les voyelles, est la base des mots. Par exemple, en arabe, la racine [k-t-b] exprime la notion « écrire », katab signifie « il a écrit », katib « écrivain », kitab « ce qui est écrit ». Un tel procédé permet de retrouver facilement la structure de base. Les écritures sémitiques ne représentent en général que les consonnes, le lecteur achève la reconstruction des mots à l’aide du contexte de la phrase15. Il existe cependant une écriture plus explicite, voyellisée, à l’adresse des scolaires ou des moins lettrés. Ici aussi, la représentation graphique révèle le fonctionnement de la langue : une construction du mot en deux étapes importantes et contrôlées par le locuteur. L’italien présente des traces de fonctionnement sémitique. Ainsi, sprizzo signifie ‘jet’, sprazzo ‘jaillissement, déferlement’, spruzzo ‘giclée’ : la séquence consonantique [spr-tts-] est liée à la notion de jet et ce sont les variations vocaliques qui créent les variations sémantiques. Le français aussi a hérité de son origine indo-européenne des cas de variation vocalique au sein du radical de certains verbes (ex. : je peux / nous pouvons, je veux / nous voulons), mais l’impact de la variation a changé de niveau : de sémantique il est devenu morphologique.

  • 16  Pierre Guiraud, Structures étymologiques du lexique français, Paris, Larousse, 1967, 216 p. ; Alva (...)

9Les mots ont longtemps été étudiés pour leurs dissemblances mais quelques linguistes ont examiné leurs ressemblances avec succès16. Des phénomènes tels que l’homonymie et la synonymie s’expliquent sans avoir recours à l’arbitraire du signe. Des homonymes supposent une même analyse descriptive pour divers objets, leur diversité n’excluant pas le fait qu’ils puissent être appréhendés de la même manière. Prenons par exemple quatre homonymes français : vers, verre, ver et vert.

3.1. Vers, verre, ver et vert

  • 17  Maurice Toussaint, Exemplaires (suite de l’article du même nom publié l’année précédente dans le v (...)

10En appliquant, pour les besoins de la présente discussion, le conseil de Maurice Toussaint qui affirme que le problème de la nature du signe doit être posé autrement – « nous n’avons plus à nous demander si le signe est non arbitraire, mais comment il est analogique »17 – observons le signifiant [veЯ] des quatre signifiés vers, verre, ver et vert. Supposons, au vu de leurs caractéristiques articulatoires, que la fricative labiodentale [v] évoque un mouvement de « régression vers une limite de disparition » (rapprochement de la lèvre inférieure et des incisives supérieures, ce qui adjoint un deuxième obstacle constitué par la barrière des dents devant l’obstacle labial sans qu’il n’y ait jamais occlusion totale, d’où l’association à l’idée de la création répétée d’une limite qui fuit ; [v] est une sonore, son articulation s’accompagne donc d’une onde sonore qui va se propager dans la caisse de résonance constituée par l’espace buccal, la mobilisation du locuteur comme résonateur s’associe à l’idée d’un mouvement rétroversif) et que la fricative uvulaire [Я] évoque « le retour vers un point de départ qui échappe » (la partie postérieure du dos de la langue forme un rétrécissement du passage de l’air contre la luette, le point le plus profondément engagé dans le chenal respiratoire mobilisé par le système phonologique français ; en effet, le coup de glotte est expressif, il n’est pas considéré comme un phonème français). L’encodage de ces deux consonnes correspondant à l’association des deux mouvements, le résultat obtenu est une description dynamique qui peut s’appliquer à divers objets : un verre (transparence du matériau, forme circulaire de l’objet), une direction (vers x = retour au point x sans l’atteindre), un ver (animal sans queue ni tête, référence au mouvement de translation de ses anneaux quand l’animal se déplace), le vert (couleur du printemps, du renouveau).

  • 18  R. Bailly, Dictionnaire des synonymes, dir. M. De Toro, Paris, Larousse, p. 612.

11Il y a, par contre, autant de synonymes qu’il existe de possibilités d’analyse d’un même objet. Souvent, il n’existe pas de réelle synonymie mais une nuance subtile qui permet d’interchanger plusieurs réalités. Ainsi, verre et cristal, vert et glauque, céladon, aigre18. Un même objet ou une même idée peuvent être analysés, décrits, perçus de façons différentes ; de ce fait, ils se dédoublent, se divisent et portent autant de noms qu’ils peuvent avoir de facettes. Chaque facette est une des réalités possibles de l’objet ou de l’idée.

3.2. La double articulation d’André Martinet

  • 19  Monème a ici un sens générique, il concerne toutes les unités significatives, il recouvre aussi bi (...)

12Le point central de la théorie du fonctionnaliste André Martinet, repose sur le concept de double articulation. La première articulation en monèmes19 intervient sur le plan de l’expression et sur le plan du contenu. Grâce à cette articulation, il est possible de produire un nombre indéfini d’énoncés en partant d’une liste limitée de monèmes. La substitution du morphème /’ere/ (terminaison d’infinitif) par le morphème /’ra/  dans les mots italiens vedrà ‘il verra’ et potrà ‘il pourra’ correspond dans les deux cas, sur le plan du contenu, au sens d’une action future. Le locuteur agit de façon concomitante sur les changements de signifiants et de signifiés. La deuxième articulation, plus profonde, permet de produire des monèmes en combinant des phonèmes. Elle concerne uniquement le plan de l’expression, la substitution d’un phonème par un autre ne provoque pas à chaque fois la même variation de signifié. Par exemple, la substitution de /a/ par /e/ dans les mots italiens nave ‘bateau’ et pare ‘il paraît’ produit les mots neve ‘neige’ et pere ‘poires’ qui ont d’autres signifiés mais sans lien apparent. Ainsi la substitution provoque un changement de sens qui échappe au contrôle du locuteur, qui semble complètement soumis à l’arbitraire. Grâce à la deuxième articulation, quelques dizaines de phonèmes permettent de former des dizaines de milliers de signifiés différents.

13Lorsqu’un morphème ne se compose que d’un phonème – ainsi, l’information de personne au sein de la conjugaison (canto / canti / canta en italien pour je/tu/il chante(s) – il n’en représente pas moins la première articulation, le phonème a seulement acquis un statut de morphème sans se combiner à d’autres phonèmes. Un phonème peut même aboutir au statut de mot : la préposition à et une forme du verbe avoir ont en français comme en italien (a casa ‘à la maison’, ha ‘il a’) un seul et même signifiant, le phonème /a/. L’étude du signifié de puissance de ces mots serait à notre avis riche d’enseignement. Il est certain que la morphologie est un domaine qui laisse mieux transparaître la nature des liens unissant le signifiant à son signifié que la sémantique dont la combinatoire est plus riche, plus dense et plus complexe.

14Contrairement à Roman Jakobson, Martinet ne pense pas qu’il soit nécessaire d’introduire une troisième articulation, celle des traits pertinents (au nombre d’une dizaine) qui constituent les phonèmes. Il refuse également d’élargir le principe de la deuxième articulation aux traits prosodiques (accent, intonation, pause, etc.). Ces refus sont les indices d’une faiblesse non pas du modèle proposé mais de la distribution des propriétés au sein de ce modèle.

4. Onomatopées et interjections

  • 20  Président de Brosses, Traité de la formation mécanique des langues, Paris, 1765, p. 9 ; Abbé Copin (...)
  • 21  Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 101.

15Les partisans de la motivation du signe s’appuient fréquemment sur les onomatopées et les interjections20, mais souvent dans une optique simpliste qui restreint les possibilités d’exploitation des sons en cherchant des liens trop directs entre son et sens. Dans un but opposé, Ferdinand de Saussure simplifie le problème en les excluant de la langue : « On pourrait s’appuyer sur les onomatopées pour dire que le choix du signifiant n’est pas toujours arbitraire. Mais elles ne sont jamais des éléments organiques d’un système linguistique »21.

  • 22  Roman Jakobson, Langage enfantin et aphasie, Paris, Les éditions de minuit, 1969, pp. 29-30.

16Il conteste aussi leur symbolique puisque les onomatopées comme les interjections varient selon les langues. Le cas particulier des onomatopées et des interjections illustre, à notre avis, les paliers successifs qui mènent au langage. Roman Jakobson donne des exemples, dans des onomatopées ou des interjections d’enfants, d’emplois de sons qui ne sont pas encore acquis en tant que phonèmes.22 L’enfant utilise facilement divers sons pour imiter, il est à son aise lors d’une motivation directe, mais la difficulté de l’acquisition du langage réside dans la motivation indirecte, dans la mise en place du système organisé de la hiérarchie phonématique.

  • 23 Ibidem.

17Les onomatopées et les interjections associent un objet à une unique syllabe répétée. Nous sommes à un stade primaire d’analyse. Cependant, pour Roman Jakobson, « c’est plutôt à la valeur expressive de l’exceptionnel qu’à l’imitation acoustique fidèle que serait dû l’emploi chez l’enfant de voyelles palatales arrondies dans ses mots onomatopéiques, alors que dans le reste du vocabulaire il continue à les remplacer par des voyelles non arrondies ou vélaires »23. Selon le linguiste, l’enfant emploierait des sons non inclus dans son système phonématique pour leur valeur exceptionnelle. Ce qui est déjà une forme de motivation. Nous ne pensons pas que l’utilisation onomatopéique de certains sons soit due à leur exclusion du système phonématique car on utilise aussi des sons intégrés au système. Cette liberté d’emploi des sons est plutôt due à la motivation directe de l’imitation. Une imitation dépendante de la perception de la réalité, elle-même soumise à des schémas culturels. L’adulte est souvent impressionné parla performance d’imitation de l’hélicoptère ou de la formule 1 chez l’enfant, performance désormais hors de sa portée sauf si exceptionnellement il exerce la profession d’imitateur.La variation est en effet conventionnelle chez les adultes. Ainsi, le coq fait cocorico en français ou chicchirichi en italien ; la poule fait cotcotcodec ou coccodè ; le canard fait couin couin ou qua qua ; le chat fait miaou ou miao ; le chien fait ouaf ouaf, ouah ouah ou bau bau ; la vache fait meuh ou muuu, l’âne fait hi han ou ihoh ihoh ; etc. Dire qu’un mot imite le bruit d’un objet ne peut pas se démontrer puisque la réalité même de ce bruit diffère selon le filtre acoustique acquis propre à chaque langue. Par contre, chaque fois qu’un locuteur nomme un objet, il le définit avec les outils de sa langue et le classe ainsi dans une hiérarchie analytique du monde propre à sa culture. En apprenant sa langue, le locuteur a assimilé une convention d’analyse, des choix bien précis quant à la méthode d’observation et d’appréciation du monde qui l’entoure. Les onomatopées et les interjections sont une étape : le locuteur pense imiter alors qu’il passe déjà par le crible phonématique de sa langue ; cependant, sa démarche analytique n’est pas encore celle du système abouti de sa langue, c’est une analyse saisie de manière anticipée car l’onomatopée est encore liée intimement à la réalité qu’elle décrit.

18Il en va de même avec les interjections qui varient d’une langue à l’autre : aïe! en français, au! en allemand, ahi! en italien. Bien que le locuteur pense exprimer une réaction spontanée (la douleur, la surprise, la peur) appartenant à l’inné et de l’ordre du réflexe, sa culture et sa langue l’ont déjà mené sur le chemin de l’interprétation. Le réflexe est acquis.

  • 24 Christian Lehmann, op. cit. Téléonomique : du grec teleos, fin, et nomos, loi ; qui a un rapport av (...)

19Nous pouvons aussi relever des faits en faveur de notre explication dans l’apprentissage des langues étrangères. Un adulte qui apprend une langue étrangère sait déjà effectuer l’analyse du monde et le classement hiérarchique des sons de sa langue. Cette connaissance du processus est un avantage dans le cas d’un multilinguisme car elle est alors associée à une souplesse d’adaptation. Mais dans le cas d’un monolinguisme, l’adulte présente des difficultés à se séparer de la hiérarchie phonématique de sa langue maternelle et à en accepter une nouvelle, bref à remettre en cause les conventions avec lesquelles il a construit ses rapports avec le monde et avec les autres. Christian Lehmann constate en conclusion de son article intitulé Arbitraire du signe, iconicité et cercle onomatopéique, que les expressions linguistiques se motivent à l’intérieur d’une hiérarchie « téléonomique »24 et que la comparaison typologique de plusieurs langues est la méthode d’identification de l’iconicité.

5. Signe et symbole

  • 25  Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 101. Voir aussi Eric Buyssens, La nature du signe linguistique(...)

20Signe et symbole sont traditionnellement opposés pour le caractère arbitraire du premier et motivé du second : « Le symbole a pour caractère de n’être jamais tout à fait arbitraire ; il n’est pas vide, il y a un rudiment de lien naturel entre le signifiant et le signifié »25.

21Cette opposition tient si l’on veut trouver un lien entre un son et un sens complexe, c’est-à-dire si l’on brûle les étapes. Un sens complexe est exprimé par une phrase ou un mot. Si l’on considère le phonème comme le symbole d’un mouvement, le lien naturel entre eux étant l’affinité sensorielle (mêmes sensations tactiles), alors l’opposition est caduque. Le symbole et le signe ne s’opposent pas, ils se suivent dans la hiérarchie des paliers de motivation qui mène au langage. C’est parce qu’il est le symbole d’une idée de base, d’un sens primaire, que le phonème peut devenir un des éléments d’un codage qui exprimera une idée complexe, un sens abouti. Un signe est un symbole lu au second degré. Mais l’un n’est pas plus motivé, ni plus arbitraire que l’autre.

  • 26  Michel Tournier, Les météores, Paris, Gallimard, 1975, p. 150.

Le feu n’a été associé à l’enfer que par analogie avec le supplice du bûcher infligé par l’Inquisition aux hérétiques et aux sorciers. Auparavant, le feu, étant source de lumière et de chaleur, était symbole divin, présence sensible de Dieu, manifestation de l’Esprit Saint.26

  • 27  Nous entendons par ce terme : plus proche de la production de discours observable en surface et, d (...)
  • 28  Edward T. Hall, La danse de la vie, temps culturel, temps vécu, Paris, Seuil, 1984,  pp. 15-16 et (...)

22Cette citation n’est pas à lire comme une vérité affirmée mais comme l’illustration de la possibilité d’associer un même symbole à des sentiments opposés : le bien-être et la peur. La motivation directe qui fait du feu le symbole de la chaleur et de la lumière est sensorielle (mêmes sensations visuelles et tactiles). La motivation indirecte implique une analyse qui peut varier selon le choix des critères explicatifs : a) le feu est divin car chaleur et lumière sont bénéfiques, nécessaires à la vie ; b) le feu est diabolique car la chaleur brûle et la lumière aveugle. D’où l’importance de l’analyse culturelle des données dans l’utilisation du signe. Nous montrerons plus avant que ce besoin de motivation est humain et universel. Ce qui varie d’une culture à l’autre, d’un contexte à l’autre, ce sont les encodages de signes, les motivations indirectes, c’est-à-dire ce qu’il y a de plus superficiel27, donc de plus instable. Mais les motivations profondes sont stables car importantes, d’où la difficulté à accepter leur motivation. Ce qui va de pair avec la difficulté à remettre en cause la culture primaire et même à l’accepter pour ce qu’elle est28. Ce type de barrière mentale protège l’intégrité du système et ses fondations. Gustave Guillaume remarque, à propos des travaux effectués sur le langage, que

  • 29  Gustave Guillaume, Principes de linguistique théorique, Paris, Klincsieck, 1973, pp. 123-124.

l’observation en grammaire comparative traditionnelle a porté presque exclusivement sur le physisme des vocables. N’y est pas observée la relation, capitale dans la structure et l’architecture du langage humain, du physisme et du mental.29

  • 30  Ibidem.
  • 31 Jean-Baptiste Marcellesi & Bernard Gardin, Introduction à la sociolinguistique. La linguistique soc (...)
  • 32  Christian Lehmann, op. cit., Introduction p. 2.
  • 33  Ibidem.
  • 34  Maurice Toussaint, Exemplaires. cit., vol. III, 1980, p.118.
  • 35  Christian Touratier, op. cit.

23Les études traditionnelles montrent l’importance sensorielle accordée aux signes, mais l’inconscient collectif veille à la protection des relations primaires entre le physique et le mental. Et Gustave Guillaume poursuit : « De cette relation non observée, le changement n’est pas reconnu, n’est pas vu, faute d’un comprendre pénétrant qui le fasse voir »30. Mais que de difficultés rencontrées pour réussir cette introspection ! Car ces liaisons entre le physique et le mental, qui sous-tendent à la fois l’architecture du langage et la construction de la personnalité du locuteur, sont nécessairement refoulées dans l’inconscient pour ne pas encombrer la conscience. Leur approche et leur étude demandent une réconciliation entre l’observation de laboratoire et la vision psychanalytique, ce qui n’est pas la moindre des difficultés. En effet, le principe d’arbitrarité de Saussure est aussi une protection de l’approche structurale qu’il proposait en tant que théorie scientifique. « Ce qui importait dans la situation historique au début du XXe siècle – c’est-à-dire la situation de F. de Saussure – c’était de garder la linguistique contre les explications externes – aujourd’hui on dirait “fonctionnalistes” –, précoces à ce temps-là puisque dépourvues de fondement théorique ; il importait donc d’étudier tout d’abord la systématique interne propre à la langue. La position thesei que prenait Saussure découlait logiquement de son effort de déduire de l’autonomie de la langue l’autonomie de la linguistique (cf. Marcellesi & Gardin)31. C’était donc une position épistémologique. Il ne songeait même pas en rêve de concevoir et investiguer la question comme une question empirique »32. Christian Lehmann précise que la position d’une motivation du signe par un recours au physique passe par une recherche empirique car « l’opposition entre physei et thesei est asymétrique en un sens méthodologique : la preuve incombe à celui qui soutient la position physei, parce que la position thesei n’implique rien de spécial sur le rapport entre le signe et ce qu’il désigne. Bien plus, si la question est prise comme une question empirique, la défense de la position physei requiert de la recherche empirique qui révèle des rapports sémiotiques motivés. Autrement dit, si la position physei a quelque chose de bon, alors son triomphe doit prendre du temps. Ce temps n’a commencé a courir que depuis que la linguistique est une discipline empirique, c’est-à-dire, au plus tôt, dès le début du XIXe siècle »33. Maurice Toussaint partage l’idée que la réflexion libre sur la relation signifiant-signifié est historiquement et méthodologiquement un après. « Il était de bonne méthode de s’occuper d’abord de la structure du signifiant (la phonologie), puis de délaisser le signifiant pour se tourner vers le signifié (la sémantique structurale) ; l’intérêt simultané pour l’une et l’autre ne pouvant venir péniblement que beaucoup plus tard »34. Le problème d’une protection est qu’elle peut s’avérer une prison : l’arbitraire ne supposant pas de recherches sur une motivation externe, il coupe les ponts entre la linguistique et les autres sciences et rend stérile la recherche interdisciplinaire35.

6. La dualité du signe

  • 36  Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 103.

24La question de l’arbitraire du signe est inhérente à une conception uniquement linéaire du signe : « Par opposition aux signifiants visuels (signaux maritimes, etc.) qui peuvent offrir des complications simultanées sur plusieurs dimensions, les signifiants acoustiques ne disposent que de la ligne du temps ; leurs éléments se présentent l’un après l’autre ; ils forment une chaîne »36. Cette conception se base sur une observation qui oublie la prosodie. La même suite de phonèmes /sava/ donne lieu à des messages différents selon l’intonation : de la question à la réponse, qui peuvent être joyeuses, neutres ou déprimées.L’accent et les autres éléments prosodiques ne sont pas considérés comme des signes à part entière par Saussure, et même par Martinet ; il faut attendre Jakobson pour que la prosodie obtiennent un statut linguistique.

  • 37  Ivan Fónagy, La vive voix, essais de psycho-phonétique, Paris, Payot, 1983, pp. 9-25.
  • 38  Ivan Fónagy, op. cit., p. 14.
  • 39  Ibidem, p. 11.

25Dans son ouvrage La vive voix, Ivan Fónagy définit « le style vocal »37 et distingue deux encodages successifs : « un encodage linguistique qui transforme un message global, une idée, en une séquence de phonèmes, et un deuxième codage – qui coïncide admirablement avec l’acte de mise en sons des phonèmes – au cours duquel le message secondaire, gestuel, est greffé sur le message primaire »38. Il prend, entre autres exemples, le coup de glotte qui est un phonème en arabe mais pas en français. Pourtant, en français, « cette consonne laryngée précède régulièrement la première voyelle des énoncés dits avec une émotion forte : C’est !ignoble ou d’une façon énergique : !Impossible!Halte »39. Le coup de glotte est alors interprété comme une prononciation inhabituelle de la voyelle, une modification expressive considérée comme « dure », « virile », « militaire ». D’après Fónagy, le caractère symbolique s’exprime quand le son n’appartient pas au système phonologique de la langue :

  • 40  Ibidem, pp. 11-12.

Une métamorphose a eu lieu : un ensemble d’événements articulatoires qui constituent le « coup de glotte » disparaît en tant que substance (modus essendi) pour réapparaître comme façon de prononcer (modus agendi). […] l’effet du coup de glotte, libère les énergies expressives inhérentes au geste articulatoire qui, par contre, n’est plus perçu comme geste (expressif) dans le mot arabe […]40

26À notre avis, quand le son acquiert le statut de phonème, il ne perd pas sa motivation : elle est enfouie, occultée, mais présente. Les deux encodages successifs de Fónagy illustrent une vision en escalier, ils laissent entrevoir la relation entre la gestuelle physique et la conception mentale car, même si le linguiste sépare les deux messages (primaire et secondaire) et les deux outils (phonème et son), il apparaît qu’ils ont en commun le geste articulatoire et son interprétation mentale.

27La conception linéaire se base sur une observation des faits physiques qui exclut un élément important : un signifiant n’a de valeur que s’il est compris, que si la pensée l’interprète comme élément d’un message. Cette pensée qui caractérise l’homme est faite de mouvements particularisateurs et généralisateurs, elle est capable de produire des « complications simultanées ». Une conception linéaire oublie que le signe est traité par la pensée.

28La dualité du signe envisagée dans cette linéarité ne peut qu’aboutir à l’arbitraire des liens entre le signifiant et le signifié. Cette conception point par point est appauvrissante. Nous lui préférons une conception dynamique pluridimensionnelle permettant des « complications simultanées ».

29Pour les mêmes raisons, la dualité du signe (signifiant/signifié) nous semble trop simpliste et nous lui préférons une échelle de degrés de signification, échelle sur laquelle la signification est de plus en plus éloignée du support matériel. Cette libération du lien sensoriel s’effectue par une suite d’encodages successifs : un phonème est combiné avec un autre pour former une syllabe qui elle-même entre dans une nouvelle combinaison avec d’autres syllabes pour donner un mot qui… la phrase qui… etc.

  • 41  Gustave Guillaume, op. cit., pp. 121-122.

/…/ Le langage physifie, si l’on ose dire ainsi, le mental. Le mental y appelle le physique qui le fera sensible, par vision ou par audition - c’est-à-dire par un recours à un moyen sensoriel dont le rôle, limité, est de produire une représentation physifiée du mental, représentation qui ne sera jamais une image trop fidèle du mental auquel elle s’ajuste.41

30Le premier sens est attribué de façon non arbitraire mais motivée par un lien sensoriel au phonème. Ce lien est basé sur des sensations tactiles inhérentes à l’articulation du phonème, l’interprétation intellectuelle des informations tactiles donne lieu à une idée de mouvementcomme la projection vers l’avant associée à l’explosion d’une occlusive sourde, ou la rétroversion vers le locuteur associée à la résonance d’une nasale ou d’une sonore. Ce premier sens, lié au phonème, entre ensuite dans une combinaison analytique dont le produit final semble sans aucun rapport avec ses éléments premiers, fondamentaux. Dans ce produit final qu’est une partie de discours, nous pouvons retrouver physiquement notre phonème, mais il n’est plus ce qu’il était avant d’être combiné : avant, il était un tout, une sensation motrice buccale avec tout ce qu’elle contient de physique et de mental, maintenant que le phonème fait partie d’un ensemble il n’existe mentalement que comme partie de cet ensemble, physiquement il peut être isolé mais sa signification particulière s’est noyée, mélangée avec d’autres pour former avec elles une autre entité.

  • 42  E. Husserl cité par Roman Jakobson dans Langage enfantin et aphasie, cit., p. 15.

31La dualité du signe définie par Ferdinand de Saussure ne suppose pas réellement un bipartisme, elle ne va pas à l’encontre de l’unité du signe. Prenons l’exemple de la page ayant un recto et un verso : le recto et le verso ne diffèrent que par la façon de les envisager. Si l’on retourne la page, le recto devient verso et vice-versa. « Ce qui unit véritablement les choses, ce sont les rapports de fondation »42. Le lien entre le recto et le verso n’est pas arbitraire, il est fondamental.L’existence de chacun suppose celle de l’autre et celle de la page (le tout). Le son et l’idée mentale de mouvement qui l’accompagne ont un lien fondamental, ils forment un tout sensoriel. De ce fait, le lien son/sens ne peut pas changer arbitrairement d’une langue à l’autre, il est humain. Ce sont les encodages successifs qui ont un caractère social, culturel, et qui varient selon les langues. Il faut souligner la prudence de Husserl et de Jakobson (rapports de fondation), tout comme celle de Benveniste (lien nécessaire), confrontés au tabou de la remise en cause de l’arbitraire du signe. Nous avons déjà parlé de la nécessaire protection des liaisons motivées profondes, le hasard joue ici un rôle d’écran.

32Mais si la motivation est d’ordre sensoriel, que se passe-t-il lors de l’intériorisation du langage ? Cette question en amène une autre : le langage et la pensée sont-ils indépendants ? D’une part le sourd-muet construit sa pensée sans s’appuyer sur la béquille du langage, mais d’autre part, le locuteur apprend d’abord à lire à haute voix avant de pouvoir lire à voix basse. Notre hypothèse est que celui qui peut parler est riche de cette faculté d’échange, mais dans le même temps contraint, car cette faculté fait du physique un lieu de passage obligé de sa pensée. Gustave Guillaume écrit :

  • 43  Gustave Guillaume, op. cit., p. 126.

Le procès d’intériorisation est exclusivement mental ; le procès d’extériorisation est, lui, une mutation du mental en physique. On en pourrait dire autant, sans avoir rien à changer à la formulation, de n’importe quel fait linguistique observable et, de ce chef, pourvu de moyens d’extériorisation.43

  • 44 Moncef Chelli, La parole arabe, une théorie de la relativité des cultures, Paris, Sindbad, p. 13.
  • 45  Ibidem, p. 319.
  • 46  Ibidem, p. 14.

33Nous nuancerons le « exclusivement mental » en ajoutant que la possession de moyens d’extériorisation influence le procès intérieur qui, à partir du moment où ces moyens se mettent en place, utilise leur systématique pour son propre compte. Le locuteur apprend en même temps que sa langue sa culture et le système de pensée qui s’y rattache. Moncef Chelli exprime le sentiment du locuteur bilingue de ne pas penser le monde, de ne pas ressentir de la même façon dans les deux langues. « Je n’avais pas l’impression que les deux voix fusaient dans l’espace, mais que chacune captait l’espace et tout le sensible environnant pour le modeler à sa manière ; littéralement je sentais double parce que chacune de ces voix m’emportait dans un univers différent et ce qui séparait ces univers ce n’était pas des années lumières mais la discontinuité à l’état absolu : la mer était double, le sable et le ciel aussi […] »44. L’expérience de « l’absolue discontinuité »45 l’amène à postuler « que l’unité et la cohérence de la personnalité sont liées à l’élément d’une culture, […] que cet élément qui se donne, à ceux qui y vivent, comme ayant valeur universelle et comme fondé en droit est, en réalité, suscité par les artifices d’une langue ou d’un art »46.

34L’apprentissage d’un langage subordonne la pensée à ses moyens d’action qui sont sensoriels. Si l’analyse du monde ne passe pas par celle des sensations du toucher et de l’ouïe, elle passe par celle de la vue, etc. Le parlant pense comme il parle (comme il touche avec sa langue), comme il voit et entend ; le sourd pense comme il touche (avec ses mains) et voit ; l’aveugle pense comme il touche et entend. Sans oublier l’odorat.

35La réciproque est aussi valable, le lien entre le mental et le physique n’a pas besoin d’un chef, ce lien est un asservissement réciproque.

7. Les universaux

7.1. Les différents types d’universaux

  • 47  Dans ce paragraphe sont repris certains arguments également développés dans : Sophie Saffi, Les un (...)
  • 48  Dans les langues isolantes d’Extrême-Orient, la distinction verbe/nom ne se réalise pas morphologi (...)
  • 49  Jean Dubois et alii, op. cit.

36La question47 de l’universalité est reprise, dans les années 60, par la grammaire générative et les recherches visant à la réalisation de traducteurs automatiques qui s’attèlent à l’élaboration d’un traitement des universaux du langage. On distingue alors les universaux de substance, comme certaines catégories syntaxiques (verbe, nom) que l’on retrouverait dans toutes les langues48, et les universaux de forme, comme le fait que, dans toutes les langues, la dénomination des objets utilitaires ne prend pas en considération leurs qualités physiques mais se fait en fonction de l’activité humaine. C’est surtout la première catégorie qui a fait l’objet d’études49. Par exemple, au premier rang des universaux proposés par Joseph Greenberg – nous y reviendrons –, la règle selon laquelle l’ordre sujet nominal – objet nominal est le seul qui régit les phrases affirmatives dans les langues sans morphologie nominale, et dans les langues présentant des distinctions morphologiques, il fait office d’ordre non marqué. À côté des universaux syntaxiques, et concernant eux aussi le signifiant du signe,  on distingue les universaux phonologiques :

  • 50  Ibidem, p. 504.

Chaque langue comportant un inventaire limité de phonèmes (entre 20 et 50), les traits binaires nécessaires à réaliser la trentaine de formes exploitées par une langue pour ses oppositions phonologiques devraient être peu nombreux : on constate qu’ils sont, dans toute langue, à peu près deux fois plus nombreux que nécessaire […] On peut parler d’un universel du langage (sous réserve de vérification totale) consistant en ce que les langues tendent à n’exploiter les oppositions de leurs traits phonologiques qu’avec un rendement moyen de 50%.50

37Un autre exemple illustrant les universaux phonologiques est la loi générale de Roman Jakobson que nous allons présenter ci-après.

38Les universaux grammaticaux et les universaux sémantiques, quant à eux, se rapportent au signifié du signe, qu’il soit morphologique ou notionnel. En tant que catégories de base, les primitives sémantiques sont particulièrement utilisées en intelligence artificielle (I. A.), notamment à travers les réseaux sémantiques. Elles sont employées dans les recherches en linguistique informatique pour doter les ordinateurs d’un « sens commun » et leur permettre d’interpréter (de « désambiguïser ») le langage naturel. Claude Hagège voit dans la possibilité de passage d’une langue à l’autre grâce à la traduction la preuve d’un fonds sémantique commun :

  • 51  Claude Hagège, La structure des langues, Paris, PUF, « Que sais-je ? » n°2006, 2ème édition corrig (...)

Un fait, en tout cas, sollicite la réflexion : il est universellement possible de traduire. L’exercice de traduction, avec toutes ses insuffisances, est aussi vieux que les plus vieilles cultures. Il faut bien que les langues aient de sérieuses homologies pour pouvoir être ainsi converties les unes dans les autres. Mieux, on peut en faire une propriété fondamentale, et dire que la traduction est la seule garantie que nous ayons d’une substance sémantique au moins en partie commune à toutes les langues. Cette dernière est elle-même liée à l’unité partielle du milieu physico-culturel. Le caractère non total de cette unité fournit une mesure du degré d’universalité : on peut dire qu’un (groupe de) mot(s) porte un sens d’autant plus proche de l’universel que son emploi est moins affecté par des restrictions contextuelles et culturelles susceptibles de se diversifier d’une langue à une autre.51

39D’autre part, les universaux symboliques qui concernent le lien entre le signifiant et le signifié :

  • 52  Jean Dubois et alii, op. cit. Voir aussi sur la même question : Sophie Dubail-Saffi, Un autre rega (...)

Ainsi dans de nombreuses langues le mot désignant la mère possède une consonne nasale ; et le schéma hypothétique d’acquisition des oppositions phonologiques tel que l’ont dressé N. Troubetzkoy et R. Jakobson établit le caractère privilégié de la nasale labiale : aussi certains ont été jusqu’à mettre en rapport ce phonétisme minimal avec la conceptualisation minimale, celle de l’autre, donc la mère.52

40Depuis on a multiplié les distinctions. Comme exemple d’universaux linguistiques, le dictionnaire de Dubois et alii cite la double articulation du langage humain définie par André Martinet. Pour d’autres (Encyclopédie-enligne.com), établissant un parallèle avec le postulat de Paul Eckman sur l’existence de six émotions de base présentes chez tous les êtres humains, quelle que soit leur culture, les universaux linguistiques constitueraient des unités de sens primitives liées à l’expérience commune que font les êtres humains du monde (où participeraient à la fois les structures innées et les connaissances acquises). Quelques exemples de ces unités de sens minimales sont : animé, inanimé, action, propriété, etc. De nombreux chercheurs multiplient d’ailleurs les taxonomies et font varier les listes de ces termes. Cette variation de la division des universaux  tend à montrer que le choix des classifications est lié à la problématique posée et à la méthodologie choisie.

41Ainsi, l’emploi de la forme de politesse correspond dans toutes les langues au marquage d’une distance avec l’interlocuteur :

  • 53  Catherine Kerbrat-Orecchioni, Les interactions verbales, Paris, Armand Colin, 1994, tome 3, pp. 12 (...)

[…] si les modalités du vouvoiement (c’est-à-dire les moyens d’exprimer à la fois [une] certaine distance et [une] certaine déférence vis-à-vis de sont interlocuteur) sont en apparence très variables d’une société à l’autre, elles se ramènent toutes en réalité aux deux procédés fondamentaux suivants : pluralisation du « tu », et/ou recours à la troisième personne, ces deux procédés ayant pour effet commun d’estomper ce que la relation interlocutive peut avoir de trop brutal, lorsqu’elle s’exprime au moyen de la deuxième personne du singulier.53

  • 54  Sophie Saffi, Le féminin, un accord décalé in « Italies », Revue d’études italiennes, Université d (...)

42La courtoisie emploie universellement les mêmes procédés linguistiques en créant un décalage entre la personne psychique (l’interlocuteur) et la personne sémiologique (sa représentation dans le discours)54. Sont-ils des universaux d’ordre linguistique ou bien psychologique ?

7.2. La hiérarchie universelle d’acquisition des phonèmes de Roman Jakobson

  • 55  Roman Jakobson, Langage enfantin et aphasie, Paris, Les éditions de Minuit, 1969.
  • 56  Ibidem, pp. 55 et suivantes.

43Roman Jakobson55 a observé et décrit une chronologie d’apparition des sons chez l’enfant, et une succession inverse équivalente de disparition des sons chez l’aphasique. Il a défini des « lois générales de solidarité irréversibles »56 représentatives de la hiérarchisation universelle des phonèmes :

  • 57  Ibidem, p. 51.
  • 58  Ibidem, p. 57.

Le [a] émerge comme première voyelle du langage enfantin et une occlusive labiale en général comme première consonne. La première opposition consonantique se produit entre une labiale et une nasale (ainsi, par exemple, papa – mama) ; elle est suivie par celle des labiales et des dentales (comme, par exemple, papa – tata et mama – nana) »57. « L’acquisition des constrictives présuppose celle des occlusives dans le langage enfantin et dans aucune langue les premières ne peuvent exister sans les secondes /…/ L’acquisition par l’enfant des consonnes postérieures présuppose celle des consonnes antérieures.58

  • 59  Sophie Saffi, La faute de conjugaison, une conséquence de l’exercice de traduction ou le reflet de (...)
  • 60  Roman Jakobson, op. cit., p. 60.
  • 61 Ibidem, p. 62.

44Or, ce qui est appelé « consonnes postérieures » est en fait à mi-chemin entre les consonnes antérieures et les nasales. Les conclusions de Roman Jakobson révèlent que nous n’apprenons pas à repérer des points fixes mais des écarts59. La première opposition correspond à l’acquisition des deux limites qui permettent la formation de la syllabe : la consonne la plus fermée et la voyelle la plus ouverte. La première opposition consonantique permet la mise en place des deux limites du domaine consonantique : limites interne (résonateur nasal) et externe (résonateur buccal). L’espace ainsi délimité est divisé en deux, puis encore en deux et ainsi de suite (apparition des occlusives avant celle des constrictives). Quand une opposition n’existe pas, c’est-à-dire quand un écart donné n’est pas scindé une fois de plus, l’articulation du phonème correspondant peut - sans que le phonème perde son identité - occuper tout l’espace que représente cet écart et tous les points d’articulation qui y sont possibles. Par exemple, « en l’absence d’opposition entre constrictive antérieures et postérieures, le son [s] n’est cependant pas nettement délimité par rapport à l’articulation, pas plus dans les langues naturelles que dans le langage enfantin »60. L’ordre universel qui apparaît s’explique par le fait qu’un espace est plus aisément concevable à l’intérieur de limites. Les oppositions les plus rares correspondent à des points d’articulation qui supposent des écarts très fins. Certaines langues peuvent se spécialiser sur un endroit donné de l’espace buccal, le diviser de nombreuses fois afin d’en tirer des écarts minimes. Mais l’ordre de succession des divisions impose à ces écarts minimes deux caractéristiques : ce sont des acquisitions à la fois rares et tardives. Les voyelles nasales, par exemple, surviennent en dernier, alors que les consonnes nasales font partie des premières articulations61. Dans le système des consonnes, les nasales sont les plus intérieures. Elles constituent, avec les labiales, les limites du domaine consonantique. Voilà pourquoi les consonnes nasales apparaissent très tôt lors de la mise en place du système phonologique d’une langue. Par contre, les voyelles nasales sont une main tendue du système vocalique vers le système consonantique : l’abaissement du voile du palais n’est pas une fermeture, mais en privant l’espace buccal d’une partie de l’air disponible, ce mouvement provoque une sensation d’imperfection en ce qui concerne la libre expulsion de l’air. On peut comparer les voyelles nasales aux consonnes liquides (par exemple, [r] et [l]) qui, en sens inverse, sont une main tendue vers le système vocalique. Les voyelles nasales - comme les consonnes liquides - sont des acquisitions tardives car elles se définissent par rapport aux deux systèmes vocalique et consonantique. Ceux-ci doivent être presque complets pour servir de référence afin que ces sons puissent être enfin différenciés.

  • 62 Ibidem, p. 53.
  • 63 Ibidem, p. 54.
  • 64  Ibidem, p. 60.
  • 65  Ibidem, p. 61.

45En ce qui concerne les voyelles, la première opposition vocalique apparaît quand un système consonantique minimal, opposant les occlusives aux nasales et les labiales aux dentales est établi. Alors une voyelle étroite vient s’opposer à la voyelle large (par exemple, papa – pipi). La seconde opposition vocalique offre un choix entre le triangle de base [a, i, u] et le vocalisme linéaire [a, e,  i]62. Cette variante illustre les deux possibilités de scinder l’écart [a - i] : « Les deux variantes du vocalisme minimal comme le consonantisme minimal se caractérisent fondamentalement par l’existence de phonèmes combinant deux qualités distinctives »63. Mais dans les deux cas, le déterminant est le degré d’aperture, et les voyelles de même aperture sont des variantes : par exemple, [lolo] indistinctement pour l’eau et le lait. Les voyelles suivent, elles aussi, des règles de solidarité irréversibles : « L’enfant ne peut acquérir d’opposition entre deux voyelles de même degré d’ouverture s’il n’a pas déjà acquis l’opposition correspondante entre voyelles de degré d’aperture plus étroit »64. D’abord [i ~ u] puis [é ~ ó] et puis [è ~ ò]. De plus, « Les degrés d’aperture ne peuvent servir à distinguer les voyelles arrondies dans le langage enfantin, tant que la même opposition n’est pas acquise pour les voyelles non arrondies »65. D’abord [i ~ é ~ è], puis [y ~ œ ~ ø].

46Les modalités d’apparition des phonèmes lors de l’acquisition du langage sont liées à l’apprentissage d’écarts de plus en plus fins : elles sont dépendantes d’une seconde prise de conscience de l’espace buccal - la première ayant eu lieu lors du babil - qui réorganise cet espace selon une systématique en prise directe avec l’organisation de la pensée et du langage.

7.3. La récapitulation ontophylogénique du langage de Marcel Locquin

  • 66  Marcel Locquin, Quelle langue parlaient les ancêtres préhistoriques ?, Paris, Albin Michel, 2002, (...)
  • 67  « “L’ontogenèse récapitule la phylogenèse”, disent les biologistes depuis Haeckel. L’ontogenèse, c (...)

47Marcel Locquin66 qualifie la récapitulation ontophylogénique67 de « règle la plus universellement connue en biologie ». Et il étend cette règle, qui se vérifie pour le développement corporel lors de l’embryogenèse, au développement des productions sonores émises par le bébé lors du babil.

  • 68  Ibidem, pp. 28-30.

Par le canal de notre langue maternelle, nous projetons une partie de notre stock mémoriel dans l’oreille de nos interlocuteurs. [] J’ai donc cherché à savoir si le babil du bébé récapitulait les toutes premières étapes de l’histoire du langage articulé humain. [] Dans un premier stade, écoutons attentivement le bébé faire des vocalises dès les premiers mois de sa vie. C’est son larynx qui les produit, comme il produira plus tard les voyelles du langage chanté ou parlé qui en sont issues. Pour l’évoquer, pensons à une vocalise célèbre, celle du chant de Lakmé dans l’opéra de même nom de Léo Delibes. La chanteuse se comporte probablement comme un Australopithèque qui vivait il y a cinq millions d’années en Afrique ! [] Puis, dans un deuxième stade, le bébé s’affirme en faisant, disent ses parents, des clics et des bulles. Ce sont des consonnes pures, générées par les claquements de sa langue contre son palais et ses dents, le sifflement entre ses dents, l’écartement brusque de ses lèvres et les changements de configuration de sa cavité buccale, le tout sans émission simultanée de sons par le larynx. [] Ce faisant il invente comment produire les dix premières consonnes universelles dont il aura besoin plus tard. Ayant quitté le stade voyellique pur, il est ainsi arrivé au stade consonantique pur qui signe la véritable émergence du langage articulé humain. Ceci s’est produit entre –2,5 millions d’années environ et –500 000 ans, lorsque les premiers vrais hommes mutants d’Australopithèques, sont apparus, puis se sont diversifiés. Les deux premiers stades précités sont communs à tous les bébés, quelle que soit la langue maternelle des parents.68

  • 69  Ainsi, du latin aux langues romanes, on observe un mouvement évolutif d’antéposition, dans les pré (...)
  • 70  Marcel Locquin, op. cit., pp. 34-35.

48Le troisième stade qui recouvre partiellement le deuxième, évoque pour Marcel Locquin celui d’Homo habilis (environ un million d’années) : le bébé associe aux consonnes qu’il sait produire les sons des cinq voyelles [e, a , i, u, o] dans des constructions voyelle-consonne [am, ab, ar] dont le résultat sonore porte beaucoup plus loin dans l’espace que les consonnes pures. Le quatrième stade est celui de l’inversion de la construction : [am, ab, ar] deviennent [ma, ba, ra]. Le bébé fonctionne comme un Homo présapiens (environ –500 000 ans). Il faut remarquer que ce phénomène d’inversion se retrouve à d’autres niveaux (morphologique, syntaxique) dans l’histoire de l’évolution des langues69. Cette quatrième étape servirait alors à appréhender une manipulation basique (l’inversion de structure) en vue d’une ultérieure gestion de la syntaxe de phrase. Le cinquième stade est celui du redoublement syllabique [mama, papa, baba] et de la diversification vocalique [bebe, meme, mimi, pipi, dodo, toto, lulu]. Ce stade est assimilé à l’Homo présapiens de –400 000 ans. Le sixième stade est celui des associations variées [mami, bato, gato, tati, minu], bébé a déjà de dix-huit mois à deux ans et construit un véritable langage articulé comme l’Homo sapiens sapiens (-30 000 ans) qu’il est. « Le bébé ne fait que parcourir en accéléré, environ en deux ans, ce que les premiers hommes ont mis plus d’un million d’années à inventer et à développer »70.

49Les hommes, d’après Locquin  et Jakobson, suivent le même parcours d’apprentissage du langage mais, chaque langue ayant un système phonologique différent, à un moment donné les routes de l’acquisition divergent. L’ensemble de phonèmes que les langues du monde ont en commun est-il le fruit d’un apprentissage similaire ? Ou ces phonèmes commun ont-ils une autre origine ? Pourraient-ils être le résiduel d’une ancienne langue commune ?

7.4. La langue mère universelle de Merritt Ruhlen

50La majorité des linguistes s’accordent sur l’existence de plusieurs familles de langues à travers le monde, mais ils s’opposent sur l’idée d’une quelconque parenté entre ces grandes familles.

51Pourtant, dans les années soixante, les soviétiques Vladislav Illych-Svitch et Aaron Dolgopolsky comparent les racines de toutes les langues connues et inventent le Nostratique. Cette langue-mère aurait enfanté six proto-langues : l’indo-européen, le dravidien en Inde du sud-est, le géorgien dans le sud du Caucase, l’ouralien auquel se rattache le finnois et le samoyède, l’altaïque en Turquie et en Mongolie et l’afro-asiatique comprenant l’arabe et le berbère.

52Par ailleurs, comme le souligne le traducteur du dernier ouvrage de Greenberg :

  • 71  Les langues indo-européennes et la famille eurasiatique, traduction française de Pierre Bancel, Pa (...)

En soixante années d’une carrière exceptionnelle, Joseph H. Greenberg avait déjà ému plusieurs fois la communauté des linguistes en produisant des classifications d’échelle continentale. Il avait ainsi groupé en quatre familles les deux mille langues d’Afrique (Greenberg 1963), réuni en un seul embranchement les sept cents langues papoues (Greenberg 1971) et rassemblé le millier de langues des Amériques en trois phylums dont la gigantesque famille amérinde (Greenberg1987). Il frayait ainsi la voie à l’idée de l’origine unique des langues humaines, récemment défendue et illustrée par Merritt Ruhlen, avec un apport notable de John D. Bengtson, dans The Origin of Language (Ruhlen 1994).71

  • 72 Merritt Ruhlen, L’origine des langues. Sur les traces de la langue mère, Paris, Belin, 1997 pour la (...)
  • 73  Pour une information plus complète sur l’histoire des langues, consulter les articles de Gwen-Haël (...)

53Dans le sillage des œuvres pionnières de Trombetti, Swadesh, Greenberg, Illitch-Svitytch, Dolgopolski et Starostine, qui ont identifié de nombreuses racines à large distribution, Merritt Ruhlen, de l’Université de Stanford, ancien élève de Greenberg, détermine quant à lui vingt-sept racines mondiales : 1 aja mère, parent féminin plus âgé ; 2 bu(n)ka genoux, courber ; 3 bur cendres, poussière ; 4 čun(ga) nez, sentir ; 5 kama tenir (à la main) ; 6 kano bras ; 7 kati os ; 8 k’olo trou ; 9 kuan chien ; 10 ku(n) qui ? ; 11 kuna femme ; 12 mako enfant ; 13 maliq’a sucer, têter, allaiter, poitrine ; 14 mana rester (sur place) ; 15 mano homme ; 16 mena penser (à) ; 17 mi(n) quoi ? ; 18 pal deux ; 19 par voler (dans les airs) ; 20 poko bras ; 21 puti vulve ; 22 teku jambe, pied ; 23 tik doigt, un ; 24 tika terre ; 25 tsaku jambe, pied ; 26 tsuma poil, cheveux ; 27 aq’wa eau72. Ses travaux démontrent que les langues actuellement parlées sur terre sont toutes les descendantes d’une seule langue ancestrale et date cette proto-langue unique de –50 000 ans. Malgré le refus de nombreux linguistes de considérer l’hypothèse d’une origine commune, l’existence d’une langue-mère défendue par Ruhlen est parfaitement compatible avec les arguments fournis par l’archéologie et la génétique en faveur de l’origine unique de l’homme73.

54On observe que les racines identifiées par Ruhlen utilisent principalement les phonèmes limitrophes du système phonologique défini par Jakobson (mis à part l’affriquée [č] et les consonnes éjectives [k’] et [q’]), c’est-à-dire les étapes d’acquisition que partagent la majorité des langues. Cette remarque peut être interprétée différemment : soit elle est la conséquence d’une sélection des points communs à toutes les langues, on retrouve donc les premiers phonèmes acquis qui sont communs à toutes les langues ; soit elle est due au fait que ces racines font partie du vocabulaire originel commun, toutes les langues étant alors issues d’une seule langue mère à partir de laquelle elles se sont spécialisées. Ruhlen souligne que :

  • 74  Merritt Ruhlen, op. cit., p. 234.

les vingt-sept racines mondiales […] sont représentées dans au moins six de ces familles [les 32 familles intermédiaires], mais, en moyenne, une racine est représentée dans douze familles, et la plus répandue, ku(n), « qui ? », est représentée dans vingt-trois ou vingt-quatre familles.74

55Les racines de Ruhlen appellent une seconde remarque : elles pourraient bien illustrer un symbolisme de base universelle. Ce qui va au-delà des neuf concepts de base déterminés par Joseph Greenberg pour ses classifications (les chiffres 1, 2 et 3, la tête, l’œil, l’oreille, le nez, la bouche, la dent) parce qu’ils constituent un ensemble de signifiés qui ne sont jamais soumis à l’emprunt du fait de leur apparition précoce dans la dénomination du monde.Ruhlen est en désaccord avec l’hypothèse d’un symbolisme sonore dans les termes de parenté papa et mama. Ce qui est logique car une remise en cause – même partielle – de l’arbitraire du signe détruirait sa démonstration de l’existence d’une langue-mère unique.

  • 75  Gustave Guillaume, op. cit., pp. 121-122.

56Pourtant les deux thèses, dont les méthodes de démonstration s’excluent mutuellement, nous paraissent aussi séduisantes l’une que l’autre car elles ont le mérite de toucher du doigt le lien psychique qui unit les locuteurs des diverses langues du monde : les humains, au-delà de leurs différences sociologiques et culturelles, partagent un fonds commun. Est-il dû à un héritage linguistique commun comme le montre Merritt Ruhlen ou est-il la conséquence de notre humanité, du fait que nous partageons la même physiologie ? En effet, nous utilisons le même outil pour communiquer et l’outil a un impact sur son emploi, ne serait-ce que par les limites qu’il impose. Les limites humaines de réalisations de signifiants ne suffisent cependant pas à expliquer les ressemblances. La réponse est-elle dans le rapport signifiant-signifié ? Comme nous l’avons évoqué au paragraphe 6, le langage a recours à un moyen sensoriel afin de produire une représentation physifiée du mental75.Même si cette représentation n’est qu’un ajustement plus ou moins fidèle, supposer son existence nous ramène de manière récurrente à la question de l’universalité linguistique liée intrinsèquement à l’universalité psychique des locuteurs.

  • 76  « L’évolution suivie par l’homme au cours des 200 000 dernières années ne semble pas cadrer avec l (...)

57Les universaux seraient-ils la conséquence d’une manière commune de penser ou tout au moins – pour établir un parallèle avec le parcours commun d’acquisition des phonèmes de Jakobson – d’un cheminement partagé dans l’acquisition des concepts ? En effet, ce qui différentie les humains des chimpanzés, c’est leur patrimoine culturel et technique. Nous avons développé cet atout grâce à une capacité particulière : à partir de 4 ans, un enfant peut se mettre à la place d’une autre personne, lui attribuer des intentions, ce dont est incapable un singe ou un enfant de 3 ans76. C’est aussi à cet âge que l’humain développe des capacités syntaxiques qui restent inaccessibles au singe, même quand on lui enseigne un langage comme la langue des signes.

7.5. Peut-on définir des relations universelles son/sens ?

58La formulation de la question ne dit rien de la nature du sens recherché : ainsi formulée, elle ne tient pas compte de la dynamique du langage qui permet à un lien physico-mental son/sens de se transformer, de cacher ses racines sans les perdre. Dans une optique platement linéaire, la réponse est négative :

  • 77  Claude Hagège, op. cit., pp. 118-119 ; La structure des langues, cit., p. 25.

Les « universaux » de substance que certains cas frappants suggèrent de poser perdent toute validité lorsque l’on étend l’enquête. Ainsi, il existe de nombreux contre-exemples à l’affirmation d’un lien entre le i et la notion de petitesse : sur un ensemble de quelques sept cent cinquante langues, contre 5% qui les confirment, 42% les infirment. Certaines de ces infirmations sont fort connues : anglais big, arabe kabīr, « grand » ; hongrois kicsi, « petit », certes, mais aussi apró, « tout petit ».77

59Mais dans une conception dynamique de l’encodage des signes et des sens, il devient absurde d’associer un phonème (le /i/) à une notion complexe (la petitesse). Le phonème ne peut représenter qu’une notion très simple telle un mouvement ou une position hiérarchique dans un ensemble de phonèmes. Une notion complexe, pour être cernée, décrite, nécessite un ensemble de notions simples combinées entre elles. Elle est représentée non pas par un phonème mais par un mot, un groupe de mots ou une phrase.

60Selon notre conception dynamique, il semble plausible de trouver des universaux au niveau des premières articulations son/sens, mais pas à un niveau superficiel du langage comme dans les mots.

  • 78  Alvaro Rocchetti, op. cit., p. 510.

61En ce qui concerne les consonnes, on trouvera des mouvements premiers comme la projection vers l’avant associée à l’explosion d’une occlusive sourde, ou la rétroversion vers le locuteur associée à la résonance d’une nasale ou d’une sonore. Mais pour les voyelles, il s’agit non plus de mouvement mais de position sur une hiérarchie. La morphologie italienne présente de nombreuses illustrations de l’emploi de la hiérarchie vocalique comme marqueur. Ainsi, la marque du pluriel se traduit par un changement de désinence : il bambino > i bambini, la bambina > le bambine, il giornale > i giornali, l’artista > gli artisti, soit -o, -e, -a > -i et -a > -e. Dans tous les cas, il s’agit d’un déplacement vers la droite sur l’axe représentant les voyelles italiennes : la voyelle plurielle est plus arrière et plus fermée que celle du singulier. « Il s’agit d’un accroissement de la fréquence par rapport au singulier auquel ils [les pluriels italiens] s’opposent. Ce fait ne peut être imputé au hasard »78.

62Le schéma suivant illustre l’orientation de la hiérarchie vocalique respectée par la marque du pluriel en italien.

AVANT ―u―o―a―e―i→ ARRIERE

  • 79  Pour d’autres exemples de l’exploitation de la hiérarchie vocalique par la morphologie italienne, (...)
  • 80  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1945-46, série A, vol. 7, Presses Universitaires de Lill (...)

63Il convient de proposer une autre illustration de l’emploi de la hiérarchie vocalique79 en italien dans le domaine sémantique. À cet effet, nous comparons les verbes des groupes de conjugaison en -are et -ire pour déterminer, au-delà des raisons historiques, des critères d’appartenance à un groupe en rapport avec le sens du verbe. Dès que l’on aborde l’examen des cas particuliers, on rencontre des verbes qui vont par paire : andare/venire, arrivare/partire, entrare/uscire, cominciare/finire, etc. Dans tous ces cas, la forme en -a- ne nécessite aucune antériorité : andare, arrivare et entrare sont des actions dont on ne précise pas le point de départ et qui sont tournées vers leur terme. Au contraire, venire, partire et uscire supposent un mouvement ayant un point de départ. Quant à finire, il postule l’antériorité de cominciare. Les verbes de la conjugaison en  -ire traduisent dans ces couples verbaux une étape qui vient nécessairement après celle des verbes en -are. On peut aussi sentir cette nécessité dans le cas de verbes isolés : dormire et morire s’opposent respectivement à l’état de veille et à celui de vie, qui les précèdent. Il en est de même pour les verbes qui indiquent une évolution progressive, notamment le verbe divenire : chaque instant s’ajoute à ceux qui précèdent pour mener un peu plus vers le terme. Mais on peut aussi prendre pour base non plus le verbe dans son déroulement, mais une forme qui indique que le verbe a épuisé son devenir : diventum ; la forme en -a- s’impose alors : diventare. De même, on emploie arrossire lorsque le visage d’une personne prend de plus en plus une coloration rouge : chaque instant suppose tous ceux qui précèdent. En revanche, arrossare signifie plutôt passer du rouge sur quelque chose, c’est-à-dire faire devenir rouge sans stades intermédiaires nécessaires. Le sens du verbe influence donc l’utilisation de la voyelle dans la désinence de l’infinitif. Les verbes porteurs d’une notion ne nécessitant aucune antériorité posée appartenant au groupe en -are, les verbes porteurs d’une notion postulant une antériorité appartenant au groupe en -ire, les verbes porteurs d’une notion ne se distribuant pas sur cette dichotomie appartenant au groupe en -ere. La position des trois voyelles a/e/i sur la hiérarchie vocalique motive cette distribution : pour atteindre [i] il faut antérieurement passer par [a] et [e] ; [a] occupant la première des trois positions ouvre ce mouvement de pensée par son apparition ; [e] par sa position intermédiaire évite de prendre parti. Le sens du verbe influence donc l’utilisation de la voyelle dans la désinence de l’infinitif. La marque de l’infinitif étant toujours -re, ce « thème-voyelle » – pour reprendre la dénomination guillaumienne – joue donc un rôle sémantique. Guillaume souligne que, dans les formes du subjonctif en français, elle « fait l’objet d’une protection spéciale consistant à la couvrir d’un suffixe -s- (écrit -ss-) qui la tient séparée de la désinence et évite les agglutinations qui pourraient porter préjudice à sa nette perception »80.

64Pour les mêmes raisons, dans les suffixes sémantiques italiens -in- et -on-, respectivement diminutif et augmentatif (ex. : donna, donnina, donnone), le [i] n’est pas synonyme de petitesse mais la position qu’il occupe sur la hiérarchie (la plus arrière) empêche le parcours rétroversif associé au [n] de s’accomplir alors que la position du [o] donne de l’amplitude à ce mouvement

  • 81  G. P. Murdock, World ethnographic sample in American anthropologist, 1957-1959, pp. 664-687 ; Cros (...)
  • 82  Roman Jakobson, op. cit., p. 121.

65Bien que notre propos ne soit pas de chercher une motivation au niveau déjà élaboré des mots, nous devons pourtant préciser que les résultats d’enquête de G. P. Murdock81 sur les mots du type papa/maman portent à conclure qu’« [] il y a, entre des langues non historiquement liées entre elles, une convergence frappante dans la structure de ces termes parentaux »82.

66Les résultats de G. P. Murdock sont dus au fait que les mots du type papa/maman font partie du tout premier bagage langagier de l’enfant. Ces mots portent en eux les traces du fondement du langage, d’où leur tendance à une homogénéité universelle. Il reste néanmoins remarquable que l’apparition des premiers phonèmes et des mouvements que nous leur associons obéit à une hiérarchie : celle de la construction psychologique de la personnalité.

  • 83  Alvaro Rocchetti, op. cit., p. 522.
  • 84 Ibidem, p. 524.

67La première consonne qui apparaît, est une occlusive labiale. Il peut s’agir d’un /p/ ou d’un /b/, les deux n’étant pas encore dissociées. Voici le mouvement porté par /p/ : « […] le pré-sémantisme de /p/ est apte à rendre l’idée de traverser tout pour se porter en avant »83. Le premier acte de langage est mu par un besoin vital de communication, de désignation. Mais l’enfant ne conçoit pas vraiment le /p/ comme l’adulte ; cette première consonne est encore intimement mêlée au /b/ qui : « […] exprime le même mouvement, mais inversé [c’est une sonore] […] d’où une nuance supplémentaire d’augmentatif comme si le mouvement poussé à l’extrême du /p/ avait des résonances intérieures »84. Voici une belle définition du dialogue ! Il faut remarquer que la coexistence dans le premier langage enfantin de ces deux phonèmes indissociés, correspond, par l’intermédiaire des mouvements qui leur sont associés, à la description de la première conception du corps chez l’enfant :

  • 85  Paul Schilder, L’image du corps, Paris, Gallimard, 1968, pp. 142-143.

Le nouveau-né, et probablement même l’embryon, a un monde. Il est vrai qu’à un niveau aussi primitif la frontière entre monde et corps ne sera pas nettement tracée et qu’il est plus aisé de dire qu’à ce stade une partie du corps est dans le monde, une partie du monde dans le corps ; en d’autres termes, qu’à ce stade, tel que peut le concevoir la pensée adulte, le corps est projeté dans le monde, et le monde introjecté dans le corps.85

68Ce monde ne disparaît jamais complètement car l’adulte, avec le langage, emprunte durant toute sa vie ce parcours aller-retour entre le monde extérieur et son corps, entre le monde pensé et le corps parlé.

  • 86  Alvaro Rocchetti, op. cit., p. 527.

69La première opposition consonantique se fait entre une labiale et une nasale. « La nasalisation introduit une nouvelle résonance intériorisée »86. Les nasales sont les consonnesdont la prononciation mobilise le résonateur le plus intérieur : les fosses nasales. De ce fait, ces consonnes sont associées à un fort mouvement rétroversif. Ainsi, nous avons comme première opposition celle d’un mouvement prospectif tourné vers l’extérieur, vers l’autre, et d’un mouvement rétroversif, tourné vers l’intérieur, vers soi. Ce n’est pas un hasard si l’on retrouve cette opposition dans les termes parentaux : l’enfant a d’abord fusionné avec sa mère qui le nourrit ; à ce moment, il n’a pas conscience de son individualité. C’est une tierce personne qui va lui permettre de poser les limites entre l’intérieur et l’extérieur de son être, et ainsi définir son individualité par rapport aux autres. Ces autres se mettent à exister quand ils communiquent entre eux : c’est le dialogue du père et de la mère qui vient rompre l’unité du premier contact fusionnel entre l’enfant et la mère.

70Toutes les cultures cherchent à définir le temps, l’amour, la mort, etc. Certaines expériences sont communes à tous les hommes (la naissance par exemple). Cependant, tous les hommes ne règlent pas leurs conflits intellectuels de la même façon, les variations culturelles sont autant de solutions trouvées. Toutes les langues sont autant de réponses possibles.

  • 87  Alfred Tomatis, Les bandes passantes in Nous sommes tous nés polyglottes, Paris, Fixot, Le livre d (...)

71L’homme a peur de l’inconnu, cette angoisse le pousse à comprendre le monde qui l’entoure. Le comprendre, c’est le nommer. Si le son est porteur d’un sens, chaque objet nommé est analysé et décrit par une association de sens premiers - c’est-à-dire de mouvements simples - cette somme étant exprimée par le groupement des sons correspondants. La réalité n’est pas perçue de manière uniforme. D’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre, l’analyse varie et, avec elle, non seulement le codage des sons mais le choix de ceux-ci dans l’ensemble des sons humainement envisageable. D’après André Tomatis, un des paramètres de cette sélection, aboutissant au système phonologique d’une langue, est l’adéquation acoustique au milieu : de même que l’orchestre de chambre est adapté à un espace réduit comme un salon et l’orchestre symphonique à une salle de grande ampleur, la sélection de certains phonèmes est favorisée par le contexte géographique87. Cependant, la hiérarchie primordiale est respectée : nous avons tous la même bouche et nous apprenons les sons dans le même ordre, comme l’a montré Roman Jakobson. Même au sein d’une langue, il est possible d’envisager une réalité sous plusieurs angles - ou plusieurs réalités en une - d’où l’existence de synonymes.

  • 88  Gustave Guillaume, op. cit., p. 121.

72Ce qui est universel, c’est de produire des sons et de les associer à des charges sémantiques. Ces potentialités primaires sont sûrement universelles mais leurs associations en mots diffèrent selon chaque langue qui décrit le monde à sa façon, c’est-à-dire de la façon dont les locuteurs ont appris culturellement à le regarder (nous voyons tous, mais nous ne regardons pas les mêmes choses). « On explique selon que l’on a su comprendre. On comprend selon qu’on a su observer. Ce qui revient à dire qu’en définitive, on ne peut expliquer que selon qu’on a observé »88. Bien que Gustave Guillaume écrive à propos de l’observation du langage par des scientifiques, cela s’applique parfaitement à l’observation du monde par l’homme et à l’acte de création de la parole.

73Nous avons tous une bouche, nous ressentons tous des sensations buccales et nasales. Quand nous apprenons à parler, nous apprenons à organiser et à utiliser cet ensemble de sensations pour exprimer l’analyse que nous faisons de la réalité. Nous apprenons des conventions d’analyse, celles de notre culture et donc de notre langue : en apprenant à dire gros, j’apprend à analyser le concept de grosseur d’une certaine façon - en l’occurrence française - et pas d’une autre ; fat est une autre analyse et, bien qu’anglaise elle aussi, big en est une autre, synonyme. Cependant, à travers toutes ces différences socio-culturelles, la motivation de chaque phonème utilisé due aux sensations tactiles et acoustiques qui résultent de sa prononciation reste universelle, puisqu’elle se situe dans les rapports fondamentaux : ceux qui nous font associer une information au ressenti sensoriel.

  • 89  Alfred Tomatis, op. cit., p. 180.

Ce que nous entendons communiquer, ce ne sont pas des sons, ni des mots, ni même des phrases, ce que nous désirons transmettre, ce ne sont pas des phénomènes acoustiques : ce sont des sensations profondément senties, réellement vécues en nous par nos neurones sensoriels, ce sont les accords que notre verbe a plaqués sur nous avec persuasion, avec précision, avec chaleur et enthousiasme.89

74La culture transforme presque tout, jusqu’au cri de douleur qui n’est pas le même dans toutes les langues. Mais, à un certain seuil de douleur - quand le cri rejoint le hurlement de l’animal blessé - c’est le même pour tout le monde. Dans ce cas extrême, la langue est court-circuitée par des stimuli-réponses instinctifs (préservation de l’espèce), ce cri n’est plus ni social, ni humain, il est animal. Gustave Guillaume définit la limite entre l’humain et le social, en d’autres termes, ce qui différencie l’acquis universel et l’acquis réduit à un groupe :

  • 90  Gustave Guillaume, op. cit., p. 164.

Une langue comme le français a établi un certain équilibre - l’équilibre français - entre représentation et expression. Elle a sa manière de résoudre l’équation : représentation + expression = 1, où 1 est le symbole de l’entier, de tout le langage parlé. [] Cette solution élégante [la langue française] est ici le fait social. Mais le problème lui-même, la nécessité de le poser, sinon de le résoudre, est le fait humain.90

75Il définit ensuite la limite entre l’humain et l’animal, c’est-à-dire entre l’acquis et l’inné :

  • 91  Ibidem, p. 165.

Le moment de transition entre l’animalité et l’humanité, c’est celui où la base de l’expression se fait représentation et pour autant laisse en deçà la simple expérience.91

76La différence entre le chimpanzé qui apprend à signer et l’enfant se fait au niveau du contrôle du mécanisme de représentation. L’humain augmente sa capacité langagière en appréhendant la syntaxe de sa langue, en développant son imaginaire et en devenant un créateur d’abstractions, ce qui va de pair avec la faculté d’attribuer des intentions à une tierce personne. Cependant, la culture de la société dans laquelle il apprend à parler se charge de canaliser et de réglementer ce développement.

8. Évolution et changement

8.1. Le rôle du locuteur

  • 92  André Martinet, op. cit., pp. 172-173.

77Une des difficultés que rencontrent les linguistes est d’expliquer la capacité d’une langue à se transformer sans détruire la continuité de son système92. Les explications construites sur l’arbitraire du signe se heurtent à une contradiction :

  • 93  Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 106.

[] L’arbitraire même du signe met la langue à l’abri de toute tentative visant à la modifier. La masse, fût-elle même plus consciente qu’elle ne l’est, ne saurait la discuter. Car pour qu’une chose soit mise en question, il faut qu’elle repose sur une norme raisonnable.93

et :

  • 94  Ibidem, p. 110.

Une langue est radicalement impuissante à se défendre contre les facteurs [d’altérations] qui déplacent d’instant en instant le rapport du signifié et du signifiant. C’est une des conséquences de l’arbitraire du signe.94

  • 95  Ferdinand de Saussure, op. cit., note des éditeurs p. 108 et note de Tullio de Mauro (152), p. 449

78La contradiction est soi-disant résolue quand on précise qu’elle est le fruit de la langue elle-même qui change sans que ses locuteurs puissent la transformer95. À ce point du raisonnement, on aboutit à une autre contradiction : le locuteur emploierait un système autonome que ses ancêtres auraient créé mais qu’il ne contrôlerait plus, puisqu’il est supposé incapable de créer au sein du système de la langue, son activité créatrice se limitant au domaine de la parole, du discours. On suppose qu’il peut créer des phrases à partir d’un ensemble d’éléments et d’un système de relations hors d’atteinte.

79Le problème vient de ce que la linguistique a longuement étudié l’évolution des formes sans jamais se préoccuper de la rapporter à l’évolution des signifiés. Or notre réalité d’humain du XXIe siècle n’a rien à voir avec celles que connurent les générations des siècles passés.

80Envisageons maintenant la langue comme un système de signes motivés, les transformations formelles du système peuvent être comprises comme des adaptations à de nouvelles réalités, à de nouvelles façons de voir la réalité. Ainsi, l’évolution d’une langue n’est plus vue comme un décalage inexorable entre le signifiant et le signifié du signe, mais, au contraire, comme un ajustement perpétuel de cet écart.

81En rendant au locuteur ses responsabilités, l’évolution s’explique comme une éternelle créativité à l’intérieur d’un système acquis. Ce pouvoir de transformation permet à l’humain de se distinguer de l’animal : de génération en génération, l’homme adapte ses outils  (dont le langage) et son environnement selon ses besoins, quand l’animal s’adapte physiquement aux changements environnementaux. Aujourd’hui, l’héritage culturel est sur le point de supplanter l’héritage génétique, le premier permettant de manipuler le second.

8.2. L’évolution du /r/ français

  • 96  Claude Hagège, L’homme de paroles, cit., p. 121.

82Le fait que, dans une même langue, le système phonologique se modifie avec le temps - et avec lui les signifiants - sans que les objets désignés par les signifiés soient en rien changés96, n’est pas un argument recevable car rien ne prouve que la représentation de l’objet demeure inchangée. Dans une optique motivée du signe, au niveau des mots, la modification de l’encodage et/ou la modification des éléments qui le constituent marque soit un changement de réalité, soit un changement dans la manière d’appréhender la réalité, en d’autres termes : une modification de définition du référent.

83Mais qu’advient-il au niveau du phonème ? Prenons l’évolution du /r/ français qui a été prononcé (et l’est parfois encore régionalement) [r] : une vibrante apicale comme en italien ; puis [R] : une vibrante uvulaire que l’on entend dans les discours du Général de Gaulle et d’André Malraux, son ministre de la culture, prononciation qui était aussi de règle dans la chanson jusqu’au milieu du XXe siècle (Edith Piaf, Mireille Mathieu, etc.) ; et qui est couramment prononcé [Я] aujourd’hui.

84Dans ce cas, bien que la langue ait évolué depuis le temps où l’on prononçait [r] jusqu’à aujourd’hui, tous les [r] ont été remplacés par des fricatives uvulaires [Я] sans qu’il y ait eu un bouleversement de tous les mots où intervenait le son [r] et où intervient aujourd’hui un son différent par la nature et le lieu de sa prononciation.

  • 97  Alvaro Rocchetti, Sens et forme, cit., pp. 536-541.

85Que s’est-il passé ? Si le signe est motivé, le mouvement de pensée auquel était associé le son [r] n’a donc pas été remplacé par un autre, mais ce même mouvement de pensée est aujourd’hui associé à un autre son, donc à un autre mouvement sensoriel : c’est comme si je disais oui ou non de la tête au lieu de faire un signe de la main. Pour notre explication, nous utiliserons les conclusions tirées par Alvaro Rocchetti lors de son étude sur les rapports entre sons et sens en italien97, car elles sont transportables au français.

  • 98  Sophie Saffi, La faute de conjugaison, une conséquence…, cit., pp. 139-145.

86L’auteur montre que le /r/ est employé comme préfixe pour « replacer l’action à son point de départ » et ainsi « redonner une situation de puissance à une action qui l’avait perdue » (ex. : retourner, relire, radoucir, rentrer, remplir, etc.) ; pour les mêmes raisons le /r/ est utilisé dans les infinitifs, au futur et au conditionnel (ex. : finir, il finira, il finirait)98 ; même chose pour les substantifs en –eur (ex. : chanteur, directeur, coiffeur, fleur, chaleur) qui décrivent quelqu’un ou quelque chose par sa puissance d’action, le chanteur est le point de départ de l’action de chanter, il l’incarne, comme la fleur celle de fleurir, etc.

87L’auteur rapproche les deux liquides [l] et [r] car ce sont les consonnes les moins fermées du système phonologique italien, et parce que leurs deux prononciations offrent des parallèles intéressants : dans les deux cas, l’occlusion est imparfaite.

  • 99  Alvaro Rocchetti, op. cit., p. 540.

[Ces consonnes] se caractérisent par l’approche et le franchissement d’un seuil, mais d’un seuil qui échappe puisqu’à aucun moment il n’y a occlusion totale : la latérale [l] laisse échapper l’air sur les deux côtés pendant l’occlusion centrale, et le [r] ne peut se maintenir dans l’occlusion sans produire la vibration qui le caractérise, même lorsqu’il est simple.99

88Puis Alvaro Rocchetti définit les mouvements associés au [l] (visée d’une limite jamais atteinte), au [r] (retour à un point de départ qui échappe), et ajoute à propos du [r] :

  • 100  Ibidem, p. 541.

[] Le [r] est utilisé dans des cas où la prolongation du mouvement ramène au point de départ : il en est ainsi des mots qui expriment un mouvement circulaire : rotondo, ruota, rito, ritmo, rullo, ruzzolare, ou giro, turno, noria, etc.100

89En français, on retrouve le /r/ dans les mots équivalents pour les mêmes raisons (rond, rotonde, roue, rite, rythme, roulis, roulement, rouler, tour, etc.). Mais le /r/ français est devenu une vibrante uvulaire puis une fricative uvulaire. Ce déplacement s’explique : il fallait au locuteur français deux positions différentes pour ses deux liquides, d’une part pour satisfaire l’équation “quelle que soit la limite, elle n’est jamais atteinte”, mais surtout pour différencier par la position la nuance des mouvements exprimés. Celui représenté par le /r/ ajoute à l’idée de limite qui échappe, l’idée du retour au point de départ. Sa position a été déplacée vers la limite interne de l’espace buccal - vers l’intérieur du corps du locuteur, vers le point d’origine du souffle - avec le souci d’assimiler le point de départ à la personne du locuteur.

90De vibrante, la consonne /r/ est devenue fricative par un souci d’équilibre des oppositions : le /l/ et le /r/ se distinguant désormais par leurs positions, ils n’ont plus besoin de se différencier par leur nature. Cet exemple d’évolution phonétique ne remet pas en cause la motivation du signe. Le système s’est adapté à une nouvelle division, à une nouvelle répartition des moyens descriptifs. Ce choix des moyens ne veut pas dire que ceux-ci ne sont pas physiquement motivés : l’italien a choisi de représenter le mouvement « retour à un point de départ qui échappe » par une vibrante apicale qui se différencie de la fricative de même position par le fait que la langue revient sans cesse au point qu’elle vient de quitter (« retour au point de départ) ; cependant, cette vibrante, tout comme la fricative, laisse passer l’air sans explosion (« limite jamais atteinte »). Des relations d’équivalence s’établissent entre les sensations tactiles dues à la prononciation du phonème et les idées auxquelles il est associé. Il en va de même pour l’analyse différente mais tout aussi motivée du français qui préfère utiliser deux fricatives (l’air passe sans explosion = « limite qui échappe ») situées à des points antagonistes (seuil externe opposé au seuil interne qui symbolise le retour sur soi).

  • 101  Maurice Toussaint, op. cit., pp. 90-94.

91L’explication que nous venons de proposer suppose une conception matérialiste de la langue. Là se situe sa principale objection à la théorie de l’arbitraire du signe. Car l’arbitraire est la condition de dématérialisation de la langue101. Il est communément admis que la capacité d’abstraction de l’homme est une des qualités qui lui ouvre l’accès au langage. Mais dire que cette abstraction s’appuie sur le réel, qu’elle utilise les possibilités sensorielles de l’homme comme tremplin, est de l’ordre du sacrilège dans notre culture judéo-chrétienne, culture où la religion sépare nettement le corps et l’esprit, distingue d’un côté les sensations physiques qu’elle associe aux pulsions archaïques incontrôlables, et de l’autre côté la raison abstraite libérée de la matière. La théorie de la motivation du signe réconcilie l’abstraction et la réalité physique dont elle est issue. Et à laquelle elle se doit de retourner dans un va-et-vient psycho-sensoriel qui relie par le biais du parlé, le sensitif au pensé. Le langage donne sa matérialité à la pensée, il la concrétise. Les poètes - comme tous les artistes en général - aiguisent leurs sens pour saisir l’essence des êtres et des choses, pour atteindre un état de perception et de compréhension maximum, ils sont les passeurs qui nous permettent de rejoindre ces signifiés premiers, enfouis, qui parlent si bien à l’émotion.

9. Conclusion

  • 102  Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 164.

Il est impossible que le son, élément matériel appartienne par lui-même à la langue. [] Dans son essence, [le signifiant] n’est aucunement phonique, il est incorporel, constitué non par sa substance matérielle, mais uniquement par les différences qui séparent son image acoustique de toutes les autres.102

  • 103  Robert Lafont, L’être de langage, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, 2004, p. 7. C’est nous qui soul (...)
  • 104  Gustave Guillaume, Langage et science du langage, Paris, Librairie A.-G. Nizet, 1964, p. 242.
  • 105  Annie Boone et André Joly, Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, Paris, L’Har (...)

92Pour Saussure le signifiant n’est pas un son, n’est pas une chose mais le résultat de relations d’opposition. La manipulation de ces relations par la pensée suppose l’existence préalable du souvenir d’une image acoustique. À notre avis, l’existence de ces objets abstraits est rendue possible par le recours aux moyens sensoriels et aux émotions que nous avons plaquées sur les informations que nous envoient nos sens depuis la vie fœtale. Ce qui associe le signifiant et le signifié, ce qui les rapproche, ce qu’ils ont en commun au point d’être les deux faces indissociables du signe, c’est ce recours au sensoriel : le son – ou, pour être plus précis, l’image acoustique du son – et le sens n’existent que dans leurs relations de référence aux sensations corporelles. « Le choix d’une anthropologie du langage résolument matérialiste » a conduit Robert Lafont, fondateur de la praxématique, à remplacer le signe saussurien par « le praxème, unité de praxis signifiante habitée non par un signifié, mais par une puissance à signifier [] »103. Tout comme un mot en puissance en langue n’interviendra en discours que comme mot en effet, cas particulier matérialisant une des multiples possibilités contenues virtuellement dans le mot en puissance, le phonème en puissance entre comme phonème en effet dans la composition des monèmes. Pour Gustave Guillaume, « une distinction […] importante, et restée […] inaperçue, est celle du signifié de puissance attaché en permanence dans la langue au signe (qui en devient un signifiant) et du signifié d’effet dont le signe se charge momentanément, par l’emploi qui en est fait, dans le discours »104. André Joly souligne que le signe, au sens guillaumien, est le médiateur entre le signifié de puissance et le signifié d’effet. Soit en schéma105 :

signifié de puissance ® signe ® signifié d’effet

  • 106  Gustave Guillaume, op. cit., et, Annie Boone et André Joly, op. cit., p. 383 et p. 404.

93le signifiant correspondant à la soudure psychique du signifié de puissance et du signe106. Le signe linguistique est, de l’avis de Maurice Toussaint que nous partageons, motivé. Le signifiant guillaumien incarne cette motivation par le lien sensori-moteur qui accompagne l’articulation du phonème en puissance. Cependant, la recherche des traces de cette motivation dans le discours doit absolument tenir compte du fait important qu’au-delà du signifié de puissance, tout est combinatoire et donc éloignement de la motivation première.

Haut de page

Notes

1  « HASARD étymologiquement, ‘dé’ en arabe, la face du cube concernée représentant une fleur (cf. azahar en espagnol, ‘fleur d’oranger’) ». (Haïm Vidal Sephiha, Dialinguistique : Le sort du hasard dans diverses langues in Les cahiers de Fontenay, Mélanges offerts à Maurice Molho. Linguistique, vol. III, n° 46-47-48, septembre 1987, p. 331.

2  Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, édition critique préparée par Tullio de Mauro, 1979, p. 100.

3  André Martinet, Éléments de linguistique générale, Paris, Colin, 1980, pp. 13-15, 37-38, 176-178 et 203.

4  Jean Dubois, Lexix, dictionnaire de la langue française, Paris, Larousse, 1975.

5  Jacques Lacan, Le Séminaire, livre XI : Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, Paris, Seuil, 1964, p. 41.

6  Michel Arrivé, Langage et psychanalyse, linguistique et inconscient, Paris, Puf, 1994, p. 120.

7  Pour une information plus complète, nous conseillons au lecteur l’historique de Tullio De Mauro (Ferdinand De Saussure, op. cit., notes 136-137-138, pp. 441-445.) et les travaux de Maurice Toussaint, Contre l’arbitraire du signe, préface de Michel Arrivé, Paris, Didier érudition, coll. Linguistique 13, 1984, 141 p. ; Christian Touratier, « Pour ou contre l’arbitraire du signe ? » in Cahiers de linguistique, d’orientalisme et de slavistique, Université de Provence, n°13, 1979, pp. 139-146. ; Simon Bouquet, « Benveniste et la représentation du sens : de l’arbitraire du signe à l’objet extralinguistique » in Linx, n° spécial : Émile Benveniste vingt ans après, 1997, pp. 107-123. Enfin, les pages de Michel Arrivé sur les positions de Lacan et de Damourette et Pichon sont intéressantes (Michel Arrivé, Langage et psychanalyse, linguistique et inconscient, Paris, Puf, 1994, pp. 47-55, 59-60, 65, 67, 119-121, 142, 242).

8  André Martinet, op. cit., p. 14 ;Claude Hagège, L’homme de paroles, Paris, Fayard, 1985, p. 119.

9  Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, cit., p. 100 ;Claude Hagège, op. cit., p. 121.

10  Le Robert & Collins, Dictionnaire français-anglais anglais-français, Paris, Société du Nouveau Littré, Réédition 1980, pp. xxiii et xxvi.

11  Émile Benveniste, Problème de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966, p. 51.

12  Claude Hagège, op. cit., p. 120.

13  Ottavio Lurati, 3000 parole nuove, La neologia negli anni 1980-1990, Bologna, Zanichelli, 1990, p. 39: il computerese : l’ensemble des calques, emprunts à la langue anglaise relatifs à l’ordinateur ; la computeristica : recherche et activité relative à l’emploi de l’ordinateur.

14  Claude Hagège, op. cit., p. 121.

15  Pascal Vernus, Les premiers hiéroglyphes, in Du signe à l’écriture, Dossier Hors série Pour La Science, octobre/janvier 2002, p. 33

16  Pierre Guiraud, Structures étymologiques du lexique français, Paris, Larousse, 1967, 216 p. ; Alvaro Rocchetti, Sens et forme en linguistique italienne : études psycho-systématiques dans la perspective romane, thèse de Doctorat d’État, Paris 3 Sorbonne Nouvelle, 1980, pp. 485-559.

17  Maurice Toussaint, Exemplaires (suite de l’article du même nom publié l’année précédente dans le vol. III) in Anuario de estudios filológicos, Cáceres : Univ. d’Extremadoure, Espagne, vol. IV, 1981, p. 271.

18  R. Bailly, Dictionnaire des synonymes, dir. M. De Toro, Paris, Larousse, p. 612.

19  Monème a ici un sens générique, il concerne toutes les unités significatives, il recouvre aussi bien les morphèmes (unités grammaticales) que les  lexèmes (unités lexicales).

20  Président de Brosses, Traité de la formation mécanique des langues, Paris, 1765, p. 9 ; Abbé Copineau, Essai synthétique sur l’origine et la formation des langues, Paris, 1774, pp. 34-35 ; Christian Lehmann, « Arbitraire du signe, iconicité et cercle onomatopéique », Université d’Erfurt, publication en ligne, 2005 : www.uni-erfurt.de/.../lehmann/CL_Publ/Arbitraire_du_signe.pdf .

21  Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 101.

22  Roman Jakobson, Langage enfantin et aphasie, Paris, Les éditions de minuit, 1969, pp. 29-30.

23 Ibidem.

24 Christian Lehmann, op. cit. Téléonomique : du grec teleos, fin, et nomos, loi ; qui a un rapport avec les lois de la finalité.

25  Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 101. Voir aussi Eric Buyssens, La nature du signe linguistique in Acta linguistica, n°2, 1940-1941, p. 85.

26  Michel Tournier, Les météores, Paris, Gallimard, 1975, p. 150.

27  Nous entendons par ce terme : plus proche de la production de discours observable en surface et, de plus, éloigné des profondeurs du système de la langue.

28  Edward T. Hall, La danse de la vie, temps culturel, temps vécu, Paris, Seuil, 1984,  pp. 15-16 et 228-230. Voir aussi : La dimension cachée, Paris, Seuil, 1971, repris dans la collection Points en 1983.

29  Gustave Guillaume, Principes de linguistique théorique, Paris, Klincsieck, 1973, pp. 123-124.

30  Ibidem.

31 Jean-Baptiste Marcellesi & Bernard Gardin, Introduction à la sociolinguistique. La linguistique sociale, Paris, Larousse, 1974, p. 91 et suivantes.

32  Christian Lehmann, op. cit., Introduction p. 2.

33  Ibidem.

34  Maurice Toussaint, Exemplaires. cit., vol. III, 1980, p.118.

35  Christian Touratier, op. cit.

36  Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 103.

37  Ivan Fónagy, La vive voix, essais de psycho-phonétique, Paris, Payot, 1983, pp. 9-25.

38  Ivan Fónagy, op. cit., p. 14.

39  Ibidem, p. 11.

40  Ibidem, pp. 11-12.

41  Gustave Guillaume, op. cit., pp. 121-122.

42  E. Husserl cité par Roman Jakobson dans Langage enfantin et aphasie, cit., p. 15.

43  Gustave Guillaume, op. cit., p. 126.

44 Moncef Chelli, La parole arabe, une théorie de la relativité des cultures, Paris, Sindbad, p. 13.

45  Ibidem, p. 319.

46  Ibidem, p. 14.

47  Dans ce paragraphe sont repris certains arguments également développés dans : Sophie Saffi, Les universaux linguistiques in Cahiers d’études romanes, n° 14, à paraître fin 2005.

48  Dans les langues isolantes d’Extrême-Orient, la distinction verbe/nom ne se réalise pas morphologiquement, mais elle existe dans le système de ces langues : elle est tributaire du sens, elle n’est pas morphologique ou syntaxique mais sémantique.

49  Jean Dubois et alii, op. cit.

50  Ibidem, p. 504.

51  Claude Hagège, La structure des langues, Paris, PUF, « Que sais-je ? » n°2006, 2ème édition corrigée,1986, pp. 9-10.

52  Jean Dubois et alii, op. cit. Voir aussi sur la même question : Sophie Dubail-Saffi, Un autre regard sur les travaux de Roman Jakobson in La place et la fonction de l’accent en italien, thèse de Doctorat, Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris3, 1991, pp. 407-425.

53  Catherine Kerbrat-Orecchioni, Les interactions verbales, Paris, Armand Colin, 1994, tome 3, pp. 127-128.

54  Sophie Saffi, Le féminin, un accord décalé in « Italies », Revue d’études italiennes, Université de Provence, Aix-en-Provence, n°3 « Femmes italiennes » Hommage à Marie-Anne Rubat du Mérac, juin 1999, pp. 351-366.

55  Roman Jakobson, Langage enfantin et aphasie, Paris, Les éditions de Minuit, 1969.

56  Ibidem, pp. 55 et suivantes.

57  Ibidem, p. 51.

58  Ibidem, p. 57.

59  Sophie Saffi, La faute de conjugaison, une conséquence de l’exercice de traduction ou le reflet de l’évolution du système verbal ? in « Cahiers d’études romanes », Université de Provence, n° 7/1, pp. 125-166 (L’apprentissage des écarts : pp. 148-152).

60  Roman Jakobson, op. cit., p. 60.

61 Ibidem, p. 62.

62 Ibidem, p. 53.

63 Ibidem, p. 54.

64  Ibidem, p. 60.

65  Ibidem, p. 61.

66  Marcel Locquin, Quelle langue parlaient les ancêtres préhistoriques ?, Paris, Albin Michel, 2002, pp. 25-37 et aussi pp. 77-104.

67  « “L’ontogenèse récapitule la phylogenèse”, disent les biologistes depuis Haeckel. L’ontogenèse, c’est tout le processus de développement d’un individu à partir d’un œuf fécondé ; la phylogenèse, c’est le développement évolutif d’une lignée. Dire que “l’ontogenèse récapitule la phylogenèse” signifie que tout être vivant, dans les premiers stades de son développement, repasse par les principales premières étapes de la vie dans sa lignée. » (Marcel Locquin, op. cit., p. 25)

68  Ibidem, pp. 28-30.

69  Ainsi, du latin aux langues romanes, on observe un mouvement évolutif d’antéposition, dans les prépositions et les déterminants, de l’information morphologique auparavant portée par les désinences casuelles. Et encore, de l’indo-européen de type agglutinant aux langues romanes, on constate des mouvements dans l’ordonnance syntaxique, comme le souligne Alvaro Rocchetti à l’occasion d’une comparaison des syntaxes de phrase turque et française : « […] la structure syntaxique en miroir entre les deux langues est due au fait que chacune d’entre elles représente, dans sa propre famille, la langue la plus proche du modèle idéal : celle du type agglutinant pour le turc, celle du type à formes antéposées pour le français. L’obligation, en français, à la différence des autres langues romanes, d’antéposer les pronoms sujets, les articles, le partitif, etc. et, à l’inverse, la démarche tendant à postposer ce qui était antéposé (ex. : la négation latine « non », antéposée, devenant la négation du français parlé « pas », postposée) montre que la restructuration syntaxique, commencée lors du passage de l’indo-européen au latin, se continue encore sous nos yeux. Le renoncement à l’ordre syntaxique strict de l’indo-européen a conduit à la grande liberté syntaxique du latin, puis, les langues romanes ont retrouvé – plus exactement ‘reconstruit’ – une syntaxe de plus en plus contraignante. » (Alvaro Rocchetti, De l’indo-européen aux langues romanes : apparition, évolution et conséquences de la subordination verbale, à paraître dans un recueil en l’honneur des 80 ans de Bernard Pottier.

70  Marcel Locquin, op. cit., pp. 34-35.

71  Les langues indo-européennes et la famille eurasiatique, traduction française de Pierre Bancel, Paris, Belin, 2003, p. 10.

72 Merritt Ruhlen, L’origine des langues. Sur les traces de la langue mère, Paris, Belin, 1997 pour la traduction française, original publié en 1994, pp. 233-271.

73  Pour une information plus complète sur l’histoire des langues, consulter les articles de Gwen-Haël Denigot, L’origine des langues, pp. 122-135, Enquête sur le lointain passé des langues d’Europe, pp. 136-145, et de François Lassagne Les langues au régime des gènes, pp. 146-153, in « Science&Vie », n° 227hors-série, Découvertes : du langage aux langues, Juin 2004.

74  Merritt Ruhlen, op. cit., p. 234.

75  Gustave Guillaume, op. cit., pp. 121-122.

76  « L’évolution suivie par l’homme au cours des 200 000 dernières années ne semble pas cadrer avec le concept darwinien de mutation lente et progressive. Pourtant, point n’est besoin de faire intervenir des forces surnaturelles pour expliquer l’évolutionnisme de l’homme. Il est vraisemblable que l’homme a développé une capacité d’adaptation qui lui a permis de substituer une évolution culturelle accélérée à des mutations biologiques lentes : l’aptitude à se mettre à la place d’autres individus – le rendant ainsi capable d’apprentissage social et, du même coup, de développer progressivement des traditions culturelles complexes. Les singes anthropoïdes peuvent faire preuve d’inventivité. Mais à l’évidence, ces espèces ne sont pas en mesure de prêter à d’autres individus des intentions, des objectifs et des motivations, ni de reconnaître ces aptitudes mentales à travers les outils et les symboles. » (Thomas Weber, de l’Institut d’écologie animale de l’Université de Lund, Les différentes facettes de l’évolution, http://www.arte-tv.com/fr/connaissance-decouverte/aventure-humaine/).

77  Claude Hagège, op. cit., pp. 118-119 ; La structure des langues, cit., p. 25.

78  Alvaro Rocchetti, op. cit., p. 510.

79  Pour d’autres exemples de l’exploitation de la hiérarchie vocalique par la morphologie italienne, voir : Sophie Saffi, «L’apport de la linguistique à l’intercompréhension culturelle en Europe : prépositions, spatialité et territoire » in Actes du colloque international « Ginta Latina et l’Europe d’aujourd’hui » les 10-12 décembre 2001, Université de Provence, mai 2002, pp. 115-130.

80  Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1945-46, série A, vol. 7, Presses Universitaires de Lille, Les Presses de l’Université Laval, Québec, 1987, p. 42.

81  G. P. Murdock, World ethnographic sample in American anthropologist, 1957-1959, pp. 664-687 ; Cross language parallels in parental kin terms in Anthropol. Linguistics, 1959, 1, 9, pp. 1-5.

82  Roman Jakobson, op. cit., p. 121.

83  Alvaro Rocchetti, op. cit., p. 522.

84 Ibidem, p. 524.

85  Paul Schilder, L’image du corps, Paris, Gallimard, 1968, pp. 142-143.

86  Alvaro Rocchetti, op. cit., p. 527.

87  Alfred Tomatis, Les bandes passantes in Nous sommes tous nés polyglottes, Paris, Fixot, Le livre de poche, 1991, pp. 120-144.

88  Gustave Guillaume, op. cit., p. 121.

89  Alfred Tomatis, op. cit., p. 180.

90  Gustave Guillaume, op. cit., p. 164.

91  Ibidem, p. 165.

92  André Martinet, op. cit., pp. 172-173.

93  Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 106.

94  Ibidem, p. 110.

95  Ferdinand de Saussure, op. cit., note des éditeurs p. 108 et note de Tullio de Mauro (152), p. 449.

96  Claude Hagège, L’homme de paroles, cit., p. 121.

97  Alvaro Rocchetti, Sens et forme, cit., pp. 536-541.

98  Sophie Saffi, La faute de conjugaison, une conséquence…, cit., pp. 139-145.

99  Alvaro Rocchetti, op. cit., p. 540.

100  Ibidem, p. 541.

101  Maurice Toussaint, op. cit., pp. 90-94.

102  Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 164.

103  Robert Lafont, L’être de langage, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, 2004, p. 7. C’est nous qui soulignons.

104  Gustave Guillaume, Langage et science du langage, Paris, Librairie A.-G. Nizet, 1964, p. 242.

105  Annie Boone et André Joly, Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, Paris, L’Harmattan, 1996, pp. 382-383.

106  Gustave Guillaume, op. cit., et, Annie Boone et André Joly, op. cit., p. 383 et p. 404.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°9, Figures et jeux du hasard, 2005

Référence électronique

Sophie Saffi, « Discussion de l’arbitraire du signe », Italies [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 04 octobre 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/487 ; DOI : 10.4000/italies.487

Haut de page

Auteur

Sophie Saffi

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org