Navigation – Plan du site
Fictions du voyage

Le voyage dans la nouvelle du Cinquecento
entre réalisme et fantastique

Théa Picquet
p. 531-550

Résumés

On dresse ici la cartographie du voyage dans la nouvelle du Cinquecento à partir des coordonnées du réalisme et du fantastique. On examine les destinations privilégiées, les moyens de transport, les péripéties, les reflets d’un moment historique, les incursions du surnaturel. Du voyage d’affaires des marchands au voyage d’agrément ou d’exil jusqu’à celui d’un diable sur terre, le thème du voyage se révèle comme un moyen du récit pour décrire la société ou pour s’en évader.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

nouvelle, voyage

Chronologie :

XVIe

Parole chiave :

novella, viaggio
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tzvetan Todorov, Viaggiatori e indigeni, in L’uomo del Rinascimento, a cura di Eugenio Garin, Rom (...)

1« Alla fine del secolo XV e all’inizio del XVI non ci si può impedire di aver l’impressione che la storia europea, anzi mondiale, precipiti in modo straordinario. Nel 1490 un Europeo può avere un’idea soddisfacente dell’Europa e dei paesi che circondano il Mediterraneo. Ha inoltre qualche vaga nozione del resto dell’Africa e dell’Asia, ma sono nozioni che non possono combinarsi in un tutto coerente », écrit Tzvetan Todorov1.

  • 2 Christian Bec, Précis de littérature italienne, Paris, PUF, 1982, p. 155.

2Le voyage occupe justement une place non négligeable dans la nouvelle du Cinquecento qui, selon Christian Bec, « connaît en Italie une grande diffusion, signe d’un non moins grand succès. Les raisons de cet engouement des écrivains et de leurs lecteurs sont non seulement littéraires (culte de Boccace et du Décaméron comme modèle stylistique et répertoire de situations), mais mentales (goût du divertissement et de la nouveauté, intérêt pour les aventures individuelles) »2.

  • 3 Édition de référence : Novelle italiane. Il Cinquecento, Scelta di testi, introduzione, note e co (...)
  • 4 Le réalisme, qui provient du latin res, la chose, l’objet, qui a donné realitas, réalité, signifi (...)
  • 5 Le fantastique, qui dérive du latin tardif fantasticus, la fantaisie, la capacité ou la puissance (...)
  • 6 Alain Rey rappelle dans le Dictionnaire historique de la langue française (Paris, Le Robert, 1998 (...)

3C’est pourquoi, dans la nouvelle du Cinquecento3 notre propos se donne pour objectif de déterminer la part faite au réalisme4 et au fantastique5 en relation avec le voyage6. Nous préciserons les motivations des voyages, les moyens de locomotion, les éventuels compagnons de route et les difficultés rencontrées ; nous analyserons ensuite le contexte historique, géographique et social ; enfin nous mettrons en évidence les intentions des différents auteurs.

4Les nouvelles du Cinquecento présentent différents types de voyage : les voyages d’agrément, les voyages d’amour, les pèlerinages, mais aussi les voyages d’affaires et les fuites.

  • 7 Agnolo Firenzuola, I Ragionamenti, Cornice, ed. cit., p. 160.
  • 8 Girolamo Parabosco, I Diporti, Cornice, ibidem, p. 525.
  • 9 Tommaso Costo, Il Fuggilozio, ibidem.
  • 10 Giovan Francesco Straparola, Fortunio, ibidem, p. 69.
  • 11 Id., Margherita Spolatina, p. 71
  • 12 Id., Pietro Pazzo, p. 57.
  • 13 Il Lasca, L’abate dell’ordine di Badia, ibidem, p. 353
  • 14 Luigi Alamanni, Bianca, figliola del Conte di Tolosa, ibidem, pp. 277-304.

5Les voyages d’agrément sont ceux des jeunes gens qui décident d’imiter la « lieta brigata » du Décaméron et passent les fêtes de Pâques 1523 dans une villa de la campagne de Prato, ornée d’un magnifique jardin7, du groupe de jeunes Vénitiens en route pour une partie de pêche dans les vallées vénètes8. D’autres se déplacent pour une convalescence, comme le riche prieur génois qui se retire dans le golfe de Naples espérant se remettre de la goutte9. Voyage d’amour pour Doralice, la jeune épouse de Fortunio, partie à sa recherche en emmenant son petit garçon10. Voyage d’amour aussi pour Margherita Spolatina, qui rejoint son amoureux à la nage11. Certains personnages partent en pèlerinage : ainsi, les parents de Luciana se mettent en chemin pour Jérusalem, avec le souhait de trouver la sérénité en Terre Sainte12. Et l’abbé lombard pour Rome, lorsqu’il fait étape à Florence13. De même, le Conte de Barcelone prétexte un pèlerinage à Notre Dame de Monserrat pour quitter la ville14.

  • 15 Giovan Francesco Straparola, Pre’ Scapacifico, ibidem, p. 42.
  • 16 Marco Cademosto, Pietro romano, ibidem, p. 152.
  • 17 Pietro Fortini, Antonio Angelini, ibidem, pp. 326-340.
  • 18 Girolamo Parabosco, Un giovane trivigiano, ibidem, pp. 529-533.
  • 19 Machiavel, Favola, ibidem, p. 29.
  • 20 Francesco Maria Molza, Novella di Teodorica fiamminga, ibidem, pp. 137-147.
  • 21 Sebastiano Erizzo, Guglielmo fiandrese, Ed. de réf., pp. 555-561.

6Les voyages d’affaires sont très nombreux : Pre’ Scarpacifico fait des kilomètres pour aller au marché15, Pietro romano parcourt quatre milles pour acheter du miel à Castel Cretone16. Le jeune droguiste Antonio Angelini quitte Sienne pour Venise où il achète des épices. Son itinéraire le fait traverser Florence, Bologne, Ferrare et Padoue17. Le médecin de Trévise est appelé à Venise pour exercer son art18. Mais c’est surtout le commerce des textiles qui fait voyager les personnages. Pour cette raison, les beaux-frères de Belphégor/Rodrigue de Castille se rendent au Levant et au Ponant19. Andrea Ginori se trouve dans les Flandres, à Gand, pour le même motif20. Tout comme Guglielmo fiandrese21.

7L’archidiable Belphégor, quant à lui, est envoyé en mission sur la terre et fait le voyage inverse de celui d’Astolphe sur la Lune dans Le Roland furieux, puis il se rend à Naples et à Paris pour accomplir ses tâches de démon.

  • 22 Scipione Bargagli, Madonna Gentilina da Bologna, Ed. de réf., pp. 619-628.
  • 23 Giovan Francesco Straparola, Le Piacevoli notti, Cornice.
  • 24 Giovanni Forteguerri, Novelle, Cornice.
  • 25 Sansovino, Antologia di novelle, Cornice.
  • 26 Celio Malespini, Duecentonovelle, Cornice.
  • 27 Giraldi Cinthio, Hecatommiti, Cornice.
  • 28 Machiavel, Favola, ibidem, p. 31
  • 29 Ascanio de’ Mori, Niccolò Cappello, ibidem, pp. 583-592.
  • 30 Girolamo Parabosco, Giberto e Cornelia, ibidem, pp. 540-549.
  • 31 Machiavel, Favola, ibidem, p. 36.
  • 32 Giraldi Cinthio, Crisante e Alberto, ibidem, pp. 434-447.
  • 33 Giovan Francesco Straparola, Fortunio, ibidem, p. 62.
  • 34 Niccolò Granucci, Una graziosa e bella giovane, ibidem, pp. 608-613.
  • 35 Giraldi Cinthio, Oronte e Orbecche, ibidem, pp. 413-434.
  • 36 Giovan Francesco Straparola, L’asino e il leone, ibidem, pp. 77-85.

8Souvent, il s’agit d’exil ou de fuite. Par exemple, Albertone est banni de Bologne par la justice22. Ottaviano Sforza, héritier légitime du duché de Milan, quitte la ville pour des raisons politiques23. D’autres personnages choisissent la fuite : volontaire pour les dix jeunes gens et jeunes filles des Novelle qui s’éloignent des intempérances du Carnaval et souhaitent se rendre agréables à François de Médicis24. Fuite due à la peste, pour les Vénitiens qui se réfugient dans la vallée de la Brenta chez Sansovino25, dans la campagne de Trévise chez Celio Malespini26 ; fuite des horreurs du Sac de Rome chez Giraldi Cinthio27. D’autres essayent d’échapper à leurs créditeurs, comme Belphégor/Don Rodrigue de Castille28, ou aux personnes qu’ils ont escroquées, comme Niccolò Cappello29. Plusieurs personnages fuient leurs proches. Ainsi, Giberto abandonne une épouse trop dure30, Belphégor préfère retourner en enfer plutôt que continuer à supporter une femme orgueilleuse31. Crisante et Alberto, maltraités par leurs parents, quittent la maison familiale32. De la même façon, se sent trahi par sa famille adoptive, décide de partir par le monde tenter sa chance33. Les amoureux contrariés cherchent également une solution dans la fuite ; ainsi, le jeune couple sicilien de Una graziosa e bella giovane34 ou encore Oronte et Orbecche en route pour l’Arménie35. Même l’âne, lassé des mauvais traitements infligés par son maître, quitte l’Arcadie, chargé de son bât36.

  • 37 Pietro Fortini, Il giovine senese, ibidem, pp. 318-326.
  • 38 Girolamo Parabosco, Un giovane trivigiano, ibidem, pp. 529-533.
  • 39 Pietro Fortini, Antonio Angelini, ibidem, pp. 336-340.
  • 40 Celio Malespini, Quattro gentiluomini in Venezia, ibidem, pp. 639-653.
  • 41 Giovan Francesco Straparola, Fortunio, ibidem, p. 62.

9Les moyens de locomotion dépendent bien sûr des voies empruntées : par voie terrestre, les protagonistes se déplacent à pied ou à cheval. Ainsi les jeunes frères Crisante et Alberto, Fortunio, Pietro Romano s’enfuient à pied. Oronte et Orbecche à cheval dans un premier temps ; tout comme le jeune Siennois qui se rend à Florence37. Mais de nombreux voyages se font par voies d’eau, voie fluviale ou maritime. Ainsi, Margherita Spolatina rejoint son bien-aimé à la nage, Pietro Pazzo, Luciana et leur fils sont enfermés dans un tonneau et abandonnés au gré des flots, le médecin appelé à Venise s’y rend en barque à rames38, le jeune couple sicilien dans une petite embarcation à voiles. Antonio Angelini se promène sur les canaux de la Sérénissime en gondole39, tout comme les quatre gentilshommes y transportent leur butin40. Quant à Doralice, c’est à bord d’une galère bien armée et parfaitement équipée qu’elle prend la mer à la recherche de Fortunio41.

  • 42 Luigi da Porto, La Giulietta, ibidem, pp. 95-96.

10Pour ce qui est des compagnons de route, plusieurs de nos personnages voyagent seuls : Fortunio, le jeune Siennois, le jeune Trévisan, Pietro romano, notamment. Les brigate des récits-cadres, en groupe, sur le modèle du Décaméron, d’autres en famille pour les deux jeunes frères Crisante et Alberto ou pour Pietro Pazzo. Mais seul Da Porto apporte des précisions sur le choix du compagnon de route. En effet, dans la lettre dédicatoire adressée à Madonna Lucina Savorgnana42, il raconte comment, en route pour Udine, au moment de la guerre de la Ligue de Cambrai, il partage son chemin avec un certain Pellegrino, un archer de Vérone, âgé de cinquante ans, très bon soldat mais aussi d’agréable compagnie, toujours amoureux et excellent conteur.

  • 43 Matteo Bandello, Leonardo e Filippo Lippi, ibidem, p. 237.
  • 44 Idem, Marco Antonio Cavazza, ibidem, pp. 248-255.
  • 45 Niccolò Granucci, Una graziosa e bella giovane, ibidem, pp. 608-613.

11Les voyages sont très souvent mouvementés. L’errance de Fortunio le conduit ainsi à travers des étangs, des vallées, des montagnes, des lieux sauvages pour le faire arriver dans une forêt dense. Les conditions atmosphériques sont défavorables la plupart du temps : une pluie diluvienne contraint Pietro Romano à se réfugier dans un moulin ; l’un des frères de Monna Onesta fait naufrage avec un bateau chargé de marchandises ; les attaques des corsaires maures sont monnaie courante, les voyageurs sont faits prisonniers et vendus comme esclaves en Barbarie, tels Leonardo et Filippo Lippi43, ou Marco Antonio Cavazza, auparavant frappé jusqu’au sang, laissé à jeun durant trois jours44. Il arrive même que ces déplacements connaissent une fin funeste : la prison ou la mort. Le jeune couple est arrêté par les gardes, le jeune homme emprisonné puis pendu, la jeune fille recluse au couvent45. Fortunio est englouti par une sirène, Margherita Spolatina entraînée en haute mer par l’un de ses frères qui préfère la voir morte plutôt que déshonorée. Ces déplacements embrassent de vastes horizons et oscillent entre réalisme et fantastique, tout d’abord par le contexte historique mis en scène. Ainsi, le temps historique caractérise certaines nouvelles. Il est précisé dès le début par une formule appropriée, c’est le temps de la réalité ; à moins qu’il y ait une référence implicite à un temps imaginaire, le temps du conte, qui peut être plus ou moins lointain. Mais le sujet même de la nouvelle constitue alors un témoignage historique en tant que reflet d’une époque. En premier lieu, il convient de souligner que, souvent, le récit-cadre, la cornice, insère la nouvelle dans un temps bien précis. Par exemple, I Ragionamenti d’amore d’Agnolo Firenzuola présentent un groupe de jeunes gens réunis le jour de Pâques 1523 ; les Hecatommiti de Giovan Battista Giraldi Cinzio s’inscrivent dans l’année 1527, au moment du Sac de Rome ; Le Pîacevoli notti de Straparola évoquent l’exil à Venise d’Ottaviano Sforza ; ce qui sous-entend les années 1536. Les Sei giornate de Sebastiano Erizzo, durant l’été 1542, I Trattenimenti de Scipione Bargagli situent l’action en 1554, quand la ville de Sienne subit le siège des troupes florentines et impériales ; les Novelle de Giovanni Forteguerri indiquent une date bien précise, le premier août 1556. La même remarque vaut pour les lettres dédicatoires. En effet, Luigi da Porto, qui offre La Giulietta à Madonna Lucina Savorgnana, noble dame de ses parentes, parle de son temps, celui de la guerre de la Ligue de Cambrai (1508-1511) conclue entre l’empereur Maximilien, Louis XII roi de France, le pape Jules II et Ferdinand le Catholique contre Venise. C’est justement à cette occasion que, capitaine d’une compagnie de chevaux-légers sous les ordres de Venise, il fut touché par un soldat allemand sur le Natisone en 1511 et qu’il resta partiellement paralysé. Matteo Bandello permet lui aussi de dater ses nouvelles. Par exemple, La Contessa di Challand est précédée d’une dédicace à Isabelle d’Este, marquise de Mantoue, fille d’Hercule d’Este de Ferrare et épouse de François Gonzague, marquis de Mantoue, qui protégea notre auteur de 1515 à 1522, quand il fuyait la ville de Milan opprimée par les Français. Giulia da Gazuolo est proposée au cardinal Pirro Gonzague, évêque de Modène en 1527. Et ainsi de suite.

12En outre, les voyages font référence à certains personnages historiques ; ce qui marque le réalisme des nouvelles. Ainsi, dans la Favola de Machiavel, deux rois sont nommés : Charles roi de Naples et Louis roi de France. Nous voyons donc apparaître Charles d’Anjou, représentant la monarchie des Angevins de Naples, et Louis VII, le royaume de France, avec un anachronisme cependant, puisque les deux monarques ne sauraient être contemporains : 1246-1285 pour Charles Ier et 1137-1180 pour le second. La Giulietta contient une seconde référence historique quand elle évoque le gouvernement des Della Scala à Vérone, au début du Quattrocento. Avec Luigi Alamanni, contraint de fuir Florence en 1522, après la chute de la république, et exilé en Provence, le contexte historique de la nouvelle Bianca figliuola del conte di Tolosa n’est plus italien, mais celui des Comtes de Toulouse. D’autres personnages historiques se retrouvent dans cette nouvelle, comme le Duc de Lorraine ou René I d’Anjou, comte de Provence, mais aussi Romeu de Villeneuve. Sebastiano Erizzo met en scène Jean, roi de Hongrie, grand humaniste qui vécut dans les années 1387-1456 et battit plusieurs fois les Turcs. Dans Gostantino Boccali, Matteo Bandello cite le nom de Maximilien de Habsbourg, empereur jusqu’en 1519, qui avait annexé la ville de Vérone. D’autre part, les Toscans confèrent une large place à la famille Médicis. C’est le cas de Lasca qui fait intervenir le Magnifique Hippolyte de Médicis dans L’abate dell’ordine di Badia. C’est aussi le cas d’Alessandro Ceccherelli qui fait l’éloge de la magnanimité et de la sagesse d’Alexandre de Médicis dans Un pane di burro et dans Un bellissimo cavallo. Les artistes ne sont pas oubliés : Leonardo et Filippo Lippi grâce à Bandello, ou Michel-Ange avec Lasca dans L’abate dell’ordine di Badia.

13Cependant, si les références temporelles sont souvent précises, il s’agit certaines fois d’un contexte plutôt vague. En effet, Giovan Francesco Straparola dans Scarpacifico comme Giovanni Morlini dans Il Monaco adultero évoquent le contexte avec l’expression « ai tempi nostri ». Giovanni Brevio dans Madonna Lisabetta, Francesco Maria Molza dans Teodorica Fiamminga, Ascanio dei Mori dans Giulio e Lidia commencent leur récit avec « non molto tempo fa ». Chez Pietro Fortini dans Un giovine senese a Firenze on lit : « non sono ancora passati due anni » et dans Santi del Grande, comme dans Don Giovanni e la Tonia d’Agnolo Firenzuola : « non è molto tempo », ou encore « non sono a pena ventanni » dans Fra’ Cherubino. Girolamo Parabosco emploie l’expression « non ha ancora molti anni » dans Un Giovane trivigiano et Niccolò Granucci les termes « Non è gran tempo » dans Un giovane riserrato in un forziere et « Non sono molti mesi » dans Una graziosa e bella giovane. Bandello dans Gostantino Boccali situe l’action dans « questi anni passati » et chez Lasca l’expression « non sono molti anni » est reprise dans deux nouvelles : Salvestro Bisdomini et LAbate dellordine di Badia. D’autres auteurs de nouvelles inscrivent leur récit dans leur époque et emploient le présent : « insino al dì di oggi » pour Giovambattista Giraldi Cinthio dans Crisante e Alberto ou « A Bologna è intervenuto un caso… » pour Anton Francesco Doni dans Il Palazzo de Ghislieri.

14Avec les références temporelles précises ou plus générales, les écrivains insèrent leurs nouvelles dans le temps présent, en adaptant la narration, se considérant modernes et récupérant en même temps la tradition de Boccace. L’impression qui en découle est celle du vrai ou du vraisemblable. Mais il arrive que la situation temporelle soit absente. Nous sommes alors dans le temps du conte. Le conte est intemporel, il ne se réfère pas à des événements historiques précis. Par exemple, dans les nouvelles de Straparola, Pietro Pazzo, Fortunio, LAsino e il Leone, Margherita Spolatina, l’époque est le Moyen Âge sans précision de dates. Dans Don Pomporio, nous sommes « ai tempi passati », comme chez Agnolo Firenzuola dans La Storia pratese : « alli dì passati ». Chez Giovambattista Giraldi Cinthio dans Oronte e Orbecche, laction est introduite par « Accadde che ». Toutefois, la situation est différente chez Cristoforo Armeno dans Le avventurose metamorfosi di un imperatore, nouvelle inspirée des Mille et une nuits. Ici, le lecteur est transporté dans une époque lointaine : « fu già nel paese di Becher ». En bref, la situation temporelle dans laquelle s’inscrivent les voyages varie entre le réalisme et le fabuleux. On pourrait avancer la même affirmation pour leur contexte géographique et social.

15Les périples ouvrent de vastes horizons. Ils présentent un univers défini et un univers fantastique. Florence constitue une étape importante dans ces déplacements. En effet, Belphégor archidiable est justement envoyé dans la Cité du lys et Machiavel fait clairement allusion à la banque avec l’usure, les lettres de change, l’orfèvrerie, mais aussi au commerce des draps avec le Levant et le Ponant. La vie quotidienne caractérisée par les fêtes, la mode et les dépenses fastueuses : « Io voglio lasciare ire le grande spese che per contentarla (la moglie) faceva in vestirla di nuove usanze e contentarla di nuove fogge che continuamente la nostra città, per sua naturale consuetudine, varia », écrit le narrateur. La topographie est précise : Belphégor-Don Rodrigue de Castille loge Borgo Ognissanti ; il s’enfuit par la Porta a Prato et arrive à Peretola, dans le contado florentin, recouvert de vignes et de roseaux. Les personnages mis en scène par Lasca vivent eux aussi à Florence. Ainsi, Silvestro Bisdomini, dont l’épouse est soignée par « un valentissimo uomo medico », maestro Mingo, très renommé à l’époque de Côme I ; ainsi l’aventure de l’abbé lombard de l’ordre de Badia qui, en passant par Florence, visite les Chapelles Médicis et la Bibliothèque laurencienne, œuvres de Michel-Ange. Guasparri del Calandra est lui aussi florentin et exerce le métier de batteur d’or. Antonfrancesco Doni, avec I Marmi, dévoile les conversations que tiennent les Florentins sur les marches du Duomo et localise la nouvelle La gentildonna aux portes de Florence, à Scandicci, où les loisirs sont la chasse et les relations courtoises. Piero Fortini, quant à lui, met l’accent sur les irrégularités des sbires qui confisquent les vêtements du jeune Siennois, en insistant sur la rivalité entre les deux villes. D’autres villes toscanes servent de décor aux haltes des voyageurs, comme Pise, Sienne, Pistoia, Lucques par exemple.

  • 46 Cf. à ce propos Théa Picquet, Profession : Courtisane, in Les femmes écrivains en Italie au Moyen  (...)

16Venise apparaît également comme une étape privilégiée, la lagune comme la Terre ferme. Le récit-cadre de Le piacevoli notti de Straparola a justement pour décor un somptueux palais de l’île de Murano et I Diporti de Parabosco présentent un groupe de gentilshommes vénitiens surpris par la tempête sur une île vénitienne. La ville est évoquée pour son commerce. Ainsi, dans la nouvelle d’Ascanio de’ Mori, Niccolò Cappello, le père de famille reste à Venise pour affaires alors que l’épouse et la fille trouvent refuge sur la terre-ferme. Et Niccolò revient à Venise pour récupérer des marchandises allemandes bloquées à la douane. De même, le jeune droguiste siennois de Pietro Fortini, Antonio Angelini, se rend à Venise pour acheter des épices. Là, il fréquente une des nombreuses courtisanes de la lagune46, une certaine flamande dont il apprend la langue. Dans Un giovine trevigiano de Parabosco, un médecin de Trévise est appelé à Venise pour soigner le fils d’un gentilhomme et Benedetto se réfugie justement chez une courtisane dont il apprécie les faveurs. Celio Malespini narre les aventures de quatre jeunes Vénitiens de bonne famille durant le carnaval.

17D’autres villes de la péninsule constituent le décor : Bologne chez Antonfrancesco Doni, avec Il Palazzo de’ Ghisleri, Reggio avec Il Servo di Messer Giuvenale de Parabosco, la région de Mantoue avec Giulio e Lidia d’Ascanio de’ Mori, Ravenne avec Ortensio Lando dans Maestro Leandro de’ Traversari, Ferrare avec Il buffone Gonnella de Bandello, Naples et la grotte de Posillipe avec Girolamo Morlini et L’Oste Giovanello. Une place particulière est réservée à la promenade au bord du Lac de Garde, dans la mesure où la totalité de la nouvelle de Silvan Cattaneo, Il Garzon Bergamasco, consiste en sa description et son éloge : les noms des splendides localités se succèdent, comme la péninsule de Belgioioso, Sirmione ou Peschiera.

18À côté de cet univers bien défini, lorsqu’il s’agit des voyages à l’étranger, les nouvellistes restent dans le vague, sauf peut-être pour Paris et le parvis de la cathédrale Notre-Dame, où Giammatteo del Brica fomente le stratagème contre Belphégor archidiable. Le lecteur se déplace ainsi des Flandres jusqu’à Londres, passe par Douvres et par Calais avec Guglielmo fiandrese de Sebastiano Erizzo. Il traverse ensuite le Brabant, l’Allemagne et arrive jusqu’en Bohême, même si la Hongrie se limite au palais royal, sans autre précision, dans Giovanni re d’Ungheria de Sebastiano Erizzo.

  • 47 Les plus célèbres des juges de l’outre-tombe antique. Cf. Christian Bec, in Machiavel, Œuvres, Pari (...)

19De cet univers indéfini le lecteur est transporté dans un univers fantastique. En premier lieu, dans un Orient merveilleux, l’Orient de la richesse facile. Ainsi, Belphégor/Rodrigue de Castille invente son passé terrestre : il déclare qu’il est parti d’Espagne pour la Syrie, où il a fait fortune à Alep, puis qu’il est venu en Italie « a prehender donna in luoghi più umani e alla vita civile e allo animo suo più conformi ». Orient mythique avec Parabosco dans Giberto e Cornelia, avec l’évocation de la Scythie, vaste territoire au Nord de la Mer Noire, de l’Ircanie, c’est-à-dire de la Perse occidentale, mais encore des Lestrigons, légendaire peuple anthropophage, célèbre grâce à l’Odyssée, qui détruisit les navires des compagnons d’Ulysse en les lançant contre les rochers. Pays où l’on découvre des choses extraordinaires, comme des herbes inconnues, des poisons mortifères, des animaux jamais vus. Le singe dont parle messer Leandro fait merveille : « O che strana bestia è questa, e come si rassomiglia a figura umana ! » dans Messer Leandro de’ Traversari de Ortensio Lando. Pays de cocagne comme l’Inde, où l’on construit un lion parfait entièrement en or, que les gens adorent comme si c’était un dieu, dans L’Orafo e il leone de Cristoforo Armeno. Toutefois, l’Orient est aussi effrayant avec les corsaires maures qui enlèvent Messer Marco Antonio Cavazza et Filippo Lippi chez Bandello et les réduisent en esclavage. Un univers encore plus fantastique est celui de l’Enfer, imaginé par Machiavel, où se mêlent religion et mythologie. En effet, Pluton y convoque un conseil extraordinaire pour statuer sur le cas des pauvres maris qui imputent leur damnation à leurs épouses. Minos et Rhadamanthe47 avec les autres juges de l’Enfer considèrent qu’il est nécessaire de connaître la vérité et débattent sur la méthode à suivre. Chacun d’eux donne son avis, mais se range ensuite à l’opinion de la majorité. Ainsi, Belphégor est tiré au sort pour être envoyé sur la terre embrasser la vie des hommes, avec ses joies et ses souffrances.

20En somme, les horizons des périples apparaissent plus ou moins délimités. De même, la vie en société que connaissent les voyageurs se déroule plus ou moins normalement. Les nouvelles brossent ainsi des tableaux de la vie quotidienne. On voit par exemple Pietro Pazzo aller à la pêche et toujours revenir bredouille, le vieux Pre’ Scarpacifico, las de trop marcher, partir au marché acheter un mulet, puis deux chèvres, l’aubergiste Giovanello se plaindre que son vin ait tourné au vinaigre, Prete Boldrino da Pistoia céder au vice du jeu. À Venise, cet hiver-là, il y a pénurie de bois de chauffage et tout le monde souffre du froid (Celio Malespini, Quattro gentiluomini in Venezia) ; les quatre jeunes hommes logent à l’auberge dans un quartier d’artisans : interviennent dans le récit un papetier qui fabrique des cartes à jouer, un tailleur, qui dorment au-dessus de leur boutique. Dans la rue, passe la Confrérie de la charité. La belle jeune fille vénitienne prend des leçons de clavicorde (Ascanio de’ Mori, Niccolò Cappello), puis trompe son ennui en cousant avec sa mère.

21Les fêtes font partie intégrante de la vie en société : la fête de la Saint-Jean à Florence dans la Favola de Machiavel, les fêtes de Carnaval, récurrentes chez Lasca, dans Le Cene qui se situent justement à cette période de l’année, attestant l’importance de cet événement. Il en va de même pour les Quattro gentiluomini in Venezia. Firenzuola, avec “la Tonia” (Don Giovanni e la Tonia) souligne les détails vestimentaires et décrit comme Bandello des scènes de la vie champêtre avec la tradition des bals de village (Giulia da Gazuolo).

22La vie à la cour est longuement dépeinte et une large place est consacrée aux ducs, aux rois et aux reines, justement comme dans les contes.

23Ainsi, Il Buffone Gonnella met en scène la vie à la cour du marquis de Ferrare et révèle la dévotion de l’infortuné Gonnella qui, pour guérir son maître, commet un délit de lèse-majesté, cause indirecte de sa propre mort.

24Quand le roi lance un appel pour connaître le père de son petit-fils, Pietro Pazzo n’ose pas se présenter à la cour, honteux de sa misérable tenue, puis il est condamné à une mort certaine avec la princesse Luciana et leur bel enfant. Oronte, reconnu pour sa grande vertu et digne d’un fils de roi, mais de basse condition, est tué de la propre main du roi de Perse pour avoir épousé Orbecche (Giovambattista Giraldi Cinthio, Oronte e Orbecche). Toutefois, certains monarques montrent une plus grande sagesse. Par exemple, l’empereur musulman qui apprécie la compagnie du philosophe (Cristoforo Armeno, Le avventurose metamorfosi di un imperatore) et qui, dans ses moments de liberté, débat de sujets divers et vertueux. Ou encore le roi de Hongrie qui rend la justice avec mansuétude et ne condamne pas à mort son valet, coupable du vol d’une précieuse bague ; au contraire, il lui en fait cadeau (Sebastino Erizzo, Giovanni re d’Ungheria).

25Si les itinéraires des personnages reflètent des scènes de la vie quotidienne, ils se heurtent parfois à des phénomènes surnaturels. Ainsi, l’aubergiste Giovanello fait croire aux crédules Napolitains qu’à l’entrée de la grotte située sur le versant du Posillipe il existe un énorme dragon, qui avait englouti un bœuf en une seule bouchée. Les animaux parlants et magiques sont nombreux chez Straparola. L’âne et le lion entrent en compétition. Pietro Pazzo pêche un thon auquel il laisse la vie sauve. En contrepartie, l’animal fera tomber enceinte la jeune princesse, le rendra beau et sage, lui fera construire un magnifique palais, agrémenté d’un jardin fabuleux, où les arbres produiront des perles et des pierres précieuses tandis que de la fontaine s’écouleront des vins de grand cru. Fortunio obtient le pouvoir magique de se transformer en aigle, en fourmi et en loup ; il rencontre une sirène qui l’engloutit. Chez Cristoforo Armeno, dans Le avventurose metamorfosi di un imperatore, l’esprit du monarque entre successivement dans le corps d’une biche, d’un moineau, d’un perroquet, grâce aux « parole negromantiche » que lui a apprises un « eccellente filosofo ».

26À côté de la magie, la superstition est très présente dans les nouvelles et certains phénomènes paranormaux constituent le point d’orgue de l’intrigue. Par exemple, Scheggia et Pilucca avec le moine Zoroastre profitent de la crainte que Guasparri del Calandra éprouve pour les spectres et lui font croire que les « cuccubeoni », ou esprits des ténèbres, sortent de l’Arno, puis transforment sa chambre en chambre mortuaire (Lasca, Lo Scheggia e il Pilucca).

27À Falananna aussi ses amis font admettre qu’il a trépassé et, entendant les insultes proférées par les croque-morts, il ne peut s’empêcher de leur répondre. Ces derniers, saisis d’effroi, lâchent le cercueil. Le pauvre homme est frappé méchamment et se persuade que les coups l’ont ressuscité (Lasca, Mariotto Falananna). La même mésaventure arrive à Santi del Grande (Piero Fortini, Santi del Grande) : deux jeunes gens convainquent le paysan que les deux chevreaux sont des chapons, puis qu’il est mort et ce sont encore les bastonnades qui lui redonnent vie. Dans les deux cas, on observe une transgression du réel, la falsification de la réalité aux dépens d’un ignorant.

  • 48 Cf. Théa Picquet, Magie et sorcellerie dans le théâtre du Cinquecento. « Théâtres du Monde », n° 13 (...)

28Le nécromancien est un personnage typique de la nouvelle comme de la comédie du Cinquecento48. Chez Ortensio Lando, un astrologue véronais, Messer Ugo da Santa Sofia, prononce de nombreuses prédictions qui se réalisent, comme la mort de Robert d’Anjou, sa succession en faveur d’une dame, Jeanne 1re. Il pronostique que l’empire hongrois s’étendra jusqu’en Grèce, annonce la grande peste de 1348. Mais le paradoxe veut que ce célèbre nécromancien soit moins crédible qu’un paysan qui réussit à annoncer une tempête en observant simplement le comportement de son âne. Chez Parabosco (Il Servo di messer Giuvenale), le devin porte un nom significatif : Nebbia, Brouillard. Il raconte tant d’histoires, pour lesquelles Scaltro supporte d’« infiniti stenti », reste dehors dans le froid, la nuit par temps serein, parle à l’oreille de la lune, mais sans résultat. Autre paradoxe : le magicien a peur du diable et tente de s’en libérer avec des enchantements et des prières, alors qu’à vrai dire les quatre complices se font passer pour le démon. Dans Giberto e Cornelia, le faux ermite propose un filtre d’amour à l’effet prétendument miraculeux.

29Avec Machiavel, superstition et religion se confondent. Belphégor archidiable arrive sur terre ; puis, pour remercier Gianmatteo del Brica de lui avoir permis d’échapper à ses créditeurs, il habite plusieurs jeunes filles, dont la fille du roi Charles de Naples et celle de Louis VII de France. Ainsi, grâce au pacte avec le diable, le paysan s’enrichit du prix des exorcismes. En outre, le spectacle monté sur le parvis de Notre-Dame de Paris profite de la grande crédulité populaire. L’épilogue de la nouvelle présente un autre paradoxe : le vilain Gianmatteo apparaît beaucoup plus intelligent que le diable, en le persuadant, avec force instruments de musique, de l’arrivée fracassante de son épouse. En bref, dans les voyages, réalisme et fantastique se mêlent harmonieusement et nous pouvons maintenant nous interroger sur les intentions des auteurs.

30En premier lieu, le but de la nouvelle est la delectatio, c’est-à-dire un but hédoniste. En effet, la beffa, la plaisanterie, le bon tour, occupe une place centrale dans les récits des nouvellistes et a pour conséquence le rire ou du moins l’évasion du lecteur. Ainsi, le lecteur rit ou sourit de l’astuce de Don Pomporio di Straparola, auquel sa hiérarchie reproche de trop manger. Le moine répond avec la métaphore des paniers, faisant remarquer que chacun voit le panier posé sur les épaules de son prédécesseur, mais non celui qu’il porte sur ses propres épaules. Il se réjouit encore de l’histoire du vent, de l’eau et de la honte, racontée solennellement du haut de la chaire. Souvent cependant, il rit aux dépens d’une victime : aux dépens des Napolitains, menteurs mais crédules (Girolamo Morlini, L’Oste Giovanello), de la jeune épouse naïve, pour ne pas dire peu intelligente, dans Il Monaco adultero. Plaisant, le tour que Prete Paolino joue à ses fidèles en leur faisant admettre que l’église a poussé (Tommaso Costo, Prete Paolino). La triple controbeffa que Pre’ Scarpacifico organise contre les malandrins qui l’ont trompé amuse d’une certaine façon : ils s’imaginent qu’une chèvre sait parler, que la cornemuse fait ressusciter, qu’on obtient un grand nombre de moutons en se laissant noyer. De la même façon, les mésaventures du jeune Benedetto caché dans le coffre, transporté en barque jusqu’à Venise, puis dérobé, sont amusantes, surtout quand les voleurs sont convaincus d’en voir surgir un monstre (Parabosco, Un giovane trivigiano). Les échanges d’identité divertissent également : le maître de Scaltro prend le nécromancien pour sa bien-aimée (Parabosco, Il servo di messer Giuvenale) ; le capitaine des sbires se laisse abuser par Madonna Gentilina qui le persuade que, dans son lit, à la place de son jeune amant dort une « delicata giovanetta », sa cousine (Scipione Bargagli, Madonna Gentilina da Bologna). Et les exemples se multiplient.

31Mais les nouvelles ont également pour objectif d’émouvoir. Et le lecteur n’est pas insensible aux malheurs des personnages. Eux-mêmes se laissent apitoyer. C’est le cas de Guglielmo, malmené par la fortune, qui arrive en Bohême en mendiant. Il pleure à chaudes larmes et le marchand, ému, le prend à son service (Sebastiano Erizzo, Guglielmo fiandrese). Le pauvre Giulio, abandonné, « fu per divenire pazzo, fu per uccidersi di dolore », écrit Ascanio de’ Mori dans Giulio e Lidia. Quand le père de famille découvre que Niccolò Cappello a trompé sa fille et son épouse, il « fu per morire di dolore » (Ascanio de’ Mori). Même le roi de Hongrie est bouleversé par la trahison de son valet et se met à sangloter en public (Sebastiano Erizzo, Giovanni re d’Ungheria), sans parler de Juliette et Roméo dans la Novella de Luigi da Porto, ni de Bianca, fille du Comte de Toulouse, de Luigi Alamanni, qui reprend l’histoire de la Griselda de Boccace.

32En outre, contrairement aux comédies du Cinquecento, dans les nouvelles, le voyage fait une place au macabre. Ainsi, le malheureux Gonnella meurt de peur sur l’échafaud, Lazzero se noie en pêchant (Lasca, Lazzero e Gabriello), Falananna périt de façon ridicule, brûlé dans les eaux de l’Arno ; Oronte et ses enfants sont assassinés par le roi et Orbecche tue son père avant de se donner la mort, la Comtesse de Challant (Bandello) est décapitée pour avoir commandité l’homicide de l’un de ses amants et tenté d’en faire éliminer un autre. Giulia da Gazuolo renonce à la vie en se jetant dans l’Oglio parce qu’elle ne supporte pas le déshonneur. Les nouvelles sont alors de véritables tragédies, où sévissent le macabre et la cruauté.

33Le troisième objectif des nouvelles du Cinquecento est d’éduquer. Certaines le font à travers la satire : satire des femmes, satire de l’Église. Belphégor archidiable préfère cent fois retourner en Enfer plutôt que supporter Onesta, épouse orgueilleuse et toujours insatisfaite. Morlini met en scène une jeune femme qu’il qualifie à plusieurs reprises de « semplicetta » (Il Monaco adultero) ; Antonfrancesco Doni dénonce les femmes bavardes (Tofano e Marietta), comme Cristoforo Armeno dans L’Orafo e il leone, où une épouse trahit le secret de son mari en parlant trop et le fait inconsciemment condamner à mort. La satire de l’Église est présente dans plusieurs nouvelles. Dans Fra Cherubino d’Agnolo Firenzuola par exemple, on dénonce la cupidité des religieux. Ici, le frère s’emploie à bénéficier du testament d’une riche veuve. Dans Il Monaco adultero, il est précisé que le prieur était « il più iniquo e impudico fra gli uomini » et, ironiquement, un « pastore castissimo di osceno gregge ». L’épilogue est clair : « La nostra novella mostra che nei monaci manca la castità e che ai nostri tempi contro la regola e l’obbedienza possiedono beni propri ».

34Pour finir, les nouvelles décrivent la juste punition des coupables. Le prieur de Il Monaco adultero est tellement battu que, « mezzo morto », il respirait à peine ; ensuite, le mari déguisé en médecin le plonge dans l’huile bouillante et, « rubando tutto il denaro… ricchissimo e importante divenne ». Niccolò Cappello est rattrapé par la justice, obligé d’abandonner son héritage à sa jeune épouse et laissé dépérir en prison. Les trois malandrins qui avaient trompé Pre’ Scarpacifico finissent noyés. La misérable Margherita Spolatina est sacrifiée, trahie par ses frères pour sauver l’honneur de la famille. Cependant, d’autres leçons sont moins cruelles, comme dans Il pane di burro d’Alessandro Ceccherelli, où la punition est la honte du voleur qui sent le beurre fondre et couler entre ses jambes. Ou encore la bague offerte au valet par Jean roi de Hongrie qui s’adresse à lui en ces termes : « … questo anello cosa più cara, lo ti doniamo per memoria tua e per dimenticanza nostra. »

  • 49 Montaigne, Journal de Voyage en Italie, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de La (...)

35Les nouvelles divertissent, émeuvent, se veulent édifiantes. Le thème du voyage est largement développé et contribue à une évolution conforme aux temps, dans le sens où, avec la Contre-Réforme le divertissement laisse progressivement la place à l’édification, grâce à une harmonieuse proportion entre réalisme et fantastique. Il témoigne de la mobilité de l’homme de la Renaissance, de son ouverture d’esprit, de l’intérêt qu’il porte à l’autre, de son acceptation de la différence – tel Michel de Montaigne , cet « Excellent voyageur, [...] touriste à la moderne », qui voyageait « pour satisfaire sa curiosité native des gens et des mœurs, des pays et des choses, amusé et toujours alerte, lui semblant être en voyage comme ceux qui lisent quelque fort plaisant conte d’où il leur prend crainte qu’il vienne bientôt à finir... »49.

Haut de page

Notes

1 Tzvetan Todorov, Viaggiatori e indigeni, in L’uomo del Rinascimento, a cura di Eugenio Garin, Roma-Bari, Laterza, 1988, p. 331.

2 Christian Bec, Précis de littérature italienne, Paris, PUF, 1982, p. 155.

3 Édition de référence : Novelle italiane. Il Cinquecento, Scelta di testi, introduzione, note e commenti di Marcello Ciccuto, Milano, Garzanti, 1982, 660 p.

4 Le réalisme, qui provient du latin res, la chose, l’objet, qui a donné realitas, réalité, signifie l’attention portée au réel, au vrai, au vraisemblable, sur le plan littéraire. Le réalisme est une forme d’art qui refuse de peindre autre chose que le réel ou le vrai. Il se caractérise en particulier par le respect de la vérité, c’est-à-dire de ce que les hommes croient possible dans les événements, dans les contextes, les personnages, dans la morale. Cela s’accompagne d’une aversion pour ce qui est purement imaginaire, rare, invraisemblable, plus beau ou plus pur que le naturel. Cependant, l’écrivain peut intervenir sur la réalité, n’en peindre qu’une partie, la transposer dans le mythe, dans des personnages symboliques ou extraordinaires, admettre l’exceptionnel dans les événements. L’essentiel est que les caractéristiques conservent leur vérité. En littérature, le réalisme a pour but de rendre le réel tel qu’il est, dans sa diversité, dans ses aspects les plus ordinaires. Il y a ainsi un intérêt pour les sujets vécus, fondés sur des faits divers ou sur des documents. Les personnages sont banals, vrais ou vraisemblables et, en général, médiocres. Les mœurs prennent de l’importance alors que la personnalité de l’écrivain s’efface. La morale est absente ; l’action se situe dans un contexte précis, les faits évoqués sont concrets et le langage conforme au statut des personnages.

5 Le fantastique, qui dérive du latin tardif fantasticus, la fantaisie, la capacité ou la puissance de l’imaginaire, est un genre de narration fondée sur la représentation d’éléments et de situations imaginaires, extraordinaires, qui ne se vérifient pas dans la réalité, comme le recours au surnaturel, au merveilleux ou à la magie. Le fantastique se manifeste donc à travers les contes et les récits fabuleux. Le terme s’emploie également pour une œuvre où se mêlent ce qui est naturel et ce qui est étrange, de telle façon que le lecteur hésite entre une explication rationnelle et irrationnelle des événements. Cette hésitation constitue le principe même du fantastique. Il révèle les surprises de notre monde habituel et prend sa source dans la curiosité de l’homme pour des secteurs différents de la science, de la raison : pour le surnaturel, l’occultisme, le magnétisme ou d’autres phénomènes du genre ; il s’agit d’une réaction contre le rationalisme, avec les magiciens, les astrologues. S’y ajoutent les tourments de l’écrivain avec ses visions, ses cauchemars, ses croyances en l’irrationnel. Les procédés consistent à cultiver l’ambiguïté, l’équivoque : le lecteur entre dans un monde fantastique ; il passe du monde “réel” à l’autre. Dans cette transgression du réel l’identité du personnage n’est plus certaine, le temps ne s’écoule plus linéairement. Les mécanismes utilisés peuvent être le pacte avec diable, l’âme en peine qui exige une action pour trouver le repos, la mort personnifiée qui apparaît au milieu des vivants, les vampires, les fantômes, le double, l’inversion de la réalité et du rêve, une maison ou une route qui s’efface, le temps qui s’arrête ou se répète, les limites qui disparaissent.

6 Alain Rey rappelle dans le Dictionnaire historique de la langue française (Paris, Le Robert, 1998, tome 3, p. 4130) que voyage est issu du latin viaticum, ce qui sert à faire la route, emprunté en français sous la forme de viatique, puis voyage, lui-même dérivé de via, la voie. Voyage a signifié “chemin à parcourir” (1080) et spécialement “pèlerinage”, ainsi que “croisade”. Au XVe siècle, il prend plus largement le sens de “déplacement d’une personne qui se rend dans un lieu assez éloigné (1421 viage ; 1480 voyage). Le mot se spécialise au XVIIe s. pour “course que fait une personne pour transporter quelqu’un ou quelque chose”. En outre, il s’emploie par métonymie (1512) pour “récit de voyage”. Par extension, voyage désigne (avant 1534) un déplacement effectué à plusieurs reprises sur le même trajet, spécialisé au sens de “trajet en mer” (1611). Ce n’est que plus tard qu’il donne lieu à l’expression voyage de long cours (1680), aujourd’hui voyage au long cours (1869). Au XIXe s., le mot s’emploie dans “de voyage”, conçu pour le voyage (1826), puis qui concerne le voyage. Au XIXe et au XXe s., les emplois se multiplient en liaison avec le mode de transport, les activités sociales, les déplacements : voyage d’affaires, de tourisme, par exemple.

7 Agnolo Firenzuola, I Ragionamenti, Cornice, ed. cit., p. 160.

8 Girolamo Parabosco, I Diporti, Cornice, ibidem, p. 525.

9 Tommaso Costo, Il Fuggilozio, ibidem.

10 Giovan Francesco Straparola, Fortunio, ibidem, p. 69.

11 Id., Margherita Spolatina, p. 71

12 Id., Pietro Pazzo, p. 57.

13 Il Lasca, L’abate dell’ordine di Badia, ibidem, p. 353

14 Luigi Alamanni, Bianca, figliola del Conte di Tolosa, ibidem, pp. 277-304.

15 Giovan Francesco Straparola, Pre’ Scapacifico, ibidem, p. 42.

16 Marco Cademosto, Pietro romano, ibidem, p. 152.

17 Pietro Fortini, Antonio Angelini, ibidem, pp. 326-340.

18 Girolamo Parabosco, Un giovane trivigiano, ibidem, pp. 529-533.

19 Machiavel, Favola, ibidem, p. 29.

20 Francesco Maria Molza, Novella di Teodorica fiamminga, ibidem, pp. 137-147.

21 Sebastiano Erizzo, Guglielmo fiandrese, Ed. de réf., pp. 555-561.

22 Scipione Bargagli, Madonna Gentilina da Bologna, Ed. de réf., pp. 619-628.

23 Giovan Francesco Straparola, Le Piacevoli notti, Cornice.

24 Giovanni Forteguerri, Novelle, Cornice.

25 Sansovino, Antologia di novelle, Cornice.

26 Celio Malespini, Duecentonovelle, Cornice.

27 Giraldi Cinthio, Hecatommiti, Cornice.

28 Machiavel, Favola, ibidem, p. 31

29 Ascanio de’ Mori, Niccolò Cappello, ibidem, pp. 583-592.

30 Girolamo Parabosco, Giberto e Cornelia, ibidem, pp. 540-549.

31 Machiavel, Favola, ibidem, p. 36.

32 Giraldi Cinthio, Crisante e Alberto, ibidem, pp. 434-447.

33 Giovan Francesco Straparola, Fortunio, ibidem, p. 62.

34 Niccolò Granucci, Una graziosa e bella giovane, ibidem, pp. 608-613.

35 Giraldi Cinthio, Oronte e Orbecche, ibidem, pp. 413-434.

36 Giovan Francesco Straparola, L’asino e il leone, ibidem, pp. 77-85.

37 Pietro Fortini, Il giovine senese, ibidem, pp. 318-326.

38 Girolamo Parabosco, Un giovane trivigiano, ibidem, pp. 529-533.

39 Pietro Fortini, Antonio Angelini, ibidem, pp. 336-340.

40 Celio Malespini, Quattro gentiluomini in Venezia, ibidem, pp. 639-653.

41 Giovan Francesco Straparola, Fortunio, ibidem, p. 62.

42 Luigi da Porto, La Giulietta, ibidem, pp. 95-96.

43 Matteo Bandello, Leonardo e Filippo Lippi, ibidem, p. 237.

44 Idem, Marco Antonio Cavazza, ibidem, pp. 248-255.

45 Niccolò Granucci, Una graziosa e bella giovane, ibidem, pp. 608-613.

46 Cf. à ce propos Théa Picquet, Profession : Courtisane, in Les femmes écrivains en Italie au Moyen Âge et à la Renaissance. Actes du Colloque Franco-Italien, Aix-en-Provence, 12, 13, 14 novembre 1992. Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1994, pp. 119-137.

47 Les plus célèbres des juges de l’outre-tombe antique. Cf. Christian Bec, in Machiavel, Œuvres, Paris, Laffont, collection « Bouquins », 1996, p. 1186.

48 Cf. Théa Picquet, Magie et sorcellerie dans le théâtre du Cinquecento. « Théâtres du Monde », n° 13, 2003, pp. 235-243.

49 Montaigne, Journal de Voyage en Italie, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 1962, p. 1103.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « Le voyage dans la nouvelle du Cinquecento
entre réalisme et fantastique
 », Italies, 17/18 | 2014, 531-550.

Référence électronique

Théa Picquet, « Le voyage dans la nouvelle du Cinquecento
entre réalisme et fantastique
 », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/4890 ; DOI : 10.4000/italies.4890

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org